Bienvenue à l‘Académie Cross, incarne un vampire ou un humain et viens vite nous rejoindre. Seras-tu la prochaine légende ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Partie de pêche au grand air

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 470
Points d'expérience. : 230

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Partie de pêche au grand air   Jeu 21 Jan - 21:26

Au bord de l'étang du parc de la ville, à l'ombre d'un saule pleureur se tenait l'hunter, enfin, tenait... Il était allongé dans l'herbe fraîche, son chapeau de cow boy sur le visage et piquait un somme. Il faisait décidément bien trop chaud. Il avait ouvert le haut de sa chemise blanche et retiré chaussures et chaussettes, ne vous inquiétez pas, il a tout de même gardé son jean, ce n'est pas non plus un exhibitionniste.

Soudain, la clochette au bout de sa canne se mit à tinter. Il se releva d'un bon, s'en approcha et remonta la ligne sans trop de difficulté. Une carpe, il n'y avait vraiment que ça ici. Il tourna rapidement le regard vers le panneau "pêche interdite" sur lequel il avait accroché son manteau et soupira.
Lentement, il retira l'hameçon, pesa le poisson et le remit à l'eau avant de relancer sa ligne. Il nota rapidement le poids et la taille du spécimen dans un calepin et retourna s'allonger.
Il faisait bien trop chaud.

Il se redressa et prit alors une des bières qu'il avait emportées dans sa glacière et l'ouvrit tout en déballant un sandwich, c'était une journée calme en somme, et il comptait bien à ce qu'elle continue ainsi, pour une fois qu'il pouvait être tranquille... Surtout qu'il ne s'était pas installé à l'autre bout de l'étant pour rien, entre les gosses qui pleurent, les chiens qui aboient et les adultes qui ne cessent de raconter leur vie il préférait largement le coassement des grenouilles et le chant des criquets.

Il se mit soudainement à penser à Yona, il aurait aimé qu'elle soit avec lui, mais il n'avait pas eu de nouvelles d'elle depuis. Il ne put empêcher un profond sentiment de tristesse et de regret l'envahir mais essaya de se contrôler, il devait penser à autre chose s'il ne voulait pas déprimer, et puisqu'il était venu pêcher justement pour ça il ne devait pas se laisser aller à la dépression, pour rien au monde.
Il voulu donc guider son esprit sur autre chose et ce fut l'étang qui réussi à le faire accrocher suffisamment longtemps pour permettre au hunter d'écarter ces sentiments quelques temps. L'eau du point d'eau était sale, l'étang n'était pas du tout entretenu et il en avait une preuve parfaite avec les déchets qui traînaient au fond. Jeter ses saloperies dans l'eau, les gens sont vraiment sans gêne songea-t-il avant de se diriger vers la poubelle la plus proche afin de jeter l'emballage de ses sandwich triangle ainsi que la canette de sa bière.

La pêche, c'était l'un des seuls moyens de le détendre, s'asseoir ou s'allonger tranquillement au bord de l'eau, fermer les yeux et écouter les bruits de la nature. Il n'y avait rien de mieux. Sur ces bonnes pensées il se remit en position allongées, ferma les yeux et reposa son chapeau sur son visage, prêt à entamer une nouvelle sieste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kagame Yagari
Humain
Humain
avatar

Messages : 143
Points d'expérience. : 44

Feuille de Personnage
Double-compte : Kaien Cross

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Jeu 11 Fév - 19:37

_______________________
Certainement encore une décision prise à la va-vite. Sans réflexion aucune. Une pulsion primaire d'un esprit las et borné. Même si c'était sa routine, cette fois-ci, elle aurait dû prendre en considération plusieurs facteurs, au lieu de foncer sans y penser comme habituellement. Non pas qu'elle regrettait complètement, absolument pas. Simplement, elle se sentait bien encombrée.

Les pulsions de son cœur se faisaient ressentir de plus en plus fortement dans tous son corps qui s'affolait, à la recherche d'un soulagement immédiat. Soulagement qu'il ne risquait pas de trouver avec un temps pareil. Le soleil brillait de tout son éclat dans un ciel uniformément bleu, dérivant paresseusement vers sa chute et amenant avec lui sa grande amie : la chaleur. Encore et toujours cette même chaleur assommante. A croire qu'à chaque "pause" que Kagame s’octroyait, les températures s'amusaient à grimper afin de la faire gracieusement suer par tous les pores de sa peau.

Cette fois-ci, la Yagari souhaitait juste un peu de calme, loin de ces "écoliers" babillant joyeusement et caquetant dans un brouhaha insupportable. Bien qu'elle-même ne soit qu'un peu plus âgée qu'eux, elle avait la nette impression d'être à des kilomètres et qu'un énorme fossé, une gigantesque faille, voire une impressionnante falaise les séparait lorsqu'elle les voyait et les écoutait -enfin, entendait serait le mot juste-. Elle ne se rappelait pas s'être un seul jour de sa vie comportée comme les bécasses qui peuplaient cette joyeuse école. Franchement, même une bande de maternelles serait plus calme et plus instructive, ou en tout cas, c'est ce dont sa mauvaise fois essayait de la convaincre.

En réalité, elle échappait simplement à sa mission, à ses devoirs, à sa vie entière. Un joli majeur dressé à l'adresse de ses responsabilités et de ses supérieurs pour quelques heures de repos et de tranquillité. Elle en avait marre d'avoir constamment la tête emplie de pensées toutes plus énervantes les unes que les autres et de ruminer seule dans son coin en attendant sa cible. Surtout que ses pulsions meurtrières à l'égard de cette dernière n'avaient fait qu'empirer. Il disparaissait subitement de classe pour se fourrer dieu sait où et elle passait la journée à le chercher en courant partout, comme un chien qui aurait perdu son maître. Alors elle était sortie. Dehors. Par cette chaleur. En manteau.

Donc oui, elle mourait littéralement de chaud. Elle avait fait la grasse matinée, n'avait absolument pas regarder la météo comme à son habitude et s'était habillée selon son humeur, emportant avec elle T-shirt à manches longues, jeans et manteau. Comme quoi, elle avait parfois bien raison de se demander si elle n'était pas inconsciente voire complètement débile.

Elle avait désormais retirer son manteau qu'elle portait dans ses bras, ce qui l'encombrait pas mal dans sa marche hâtée vers un endroit plus frais. Son mp3 en main et son casque sur les oreilles, elle déambulait à la manière d'un zombie gélifié dans les rues, évitant les gens avec le même modèle. Son fardeau lui traînait dans les pieds, s'enroulait autour de ses jambes, ajoutant à la chaleur ambiante son lot de problèmes.

Son arrivée au parc passa inaperçue, notamment à cause des babillages incessants des enfants présents... Quand elle en fuyait, d'autres apparaissaient... Comme quoi, on n'échappe pas à son destin. Un discret soupir plus tard, elle s'arrêta au bord du lac, ses yeux se baladant allègrement sur la surface de l'eau. Celle-ci scintillait doucement, à peine troublée par les remous que provoquaient les divers poissons qui l'habitaient. Elle tendait ses bras rafraîchissants vers la jeune fille, lui caressant les joues et la prenant par le bras, l'attirant vers son étreinte glacée. Elle retira ses chaussures et ses pieds entrèrent finalement en contact avec l'humidité.

Kagame prit une grande inspiration, profitant pleinement de la fraîcheur nouvelle, et son regard dériva sur les extrémités du lac. Il se posa comme un papillon sur une fleur, battant lentement des ailes sur un homme avachi contre un arbre à quelques mètres d'elle, sa canne à pêche plongée dans les profondeurs azures. Il semblait dormir paisiblement, son chapeau cachant son visage qu'elle imaginait serein. Il fut dérangé par un poisson qui tira sur l’hameçon, manquant de l'emmener avec lui.

Troublée pendant un instant, elle avisa un petit écriteau sur lequel était marqué que la pêche n'était pas autorisée. Elle se doutait bien que l'homme l'avait vu, mais alors pourquoi enfreindre cette règle délibérément ? Surtout qu'elle l'avait vu relâcher le poisson, sûrement pas assez gros à son goût. Un téméraire imprudent ? Songea-t-elle. Ou alors juste quelqu'un de bête ? Elle se rendit à peine compte qu'elle se dirigeait vers lui d'un pas vif, les poings serrés, laissant là ses chaussures et sa veste qu'elle lâcha. Ce n'était pas son job de surveiller le parc, mais son irritation quant à la météo jumelée avec ce petit "incident" la rendait plus colérique qu'elle ne le pensait. Elle traversa l'étendue d'herbe à grandes enjambées, se planta à côté du pêcheur du dimanche, les mains sur les hanches, et se pencha vers l'homme qui s'était recouché et semblait plonger à nouveau dans un sommeil profond. Une petite tape du poing sur la tête pour s'assurer de son attention, puis :

"-Hé, ho ! Tu me dis ce que y'a marqué sur le panneau ? Nan, 'fin par ce que t'as pas l'air de comprendre, je peux t'expliquer tu sais."

Ok, elle avait été plus véhémente que ce qu'elle aurait voulu, mais, il faisait trop chaud ! La chaleur sapait sa concentration et elle n'avait aucune envie de se prendre la tête à être polie. Et puis, l'autre l'avait mérité ! Bon, il ne pêchait pas vraiment, mais elle avait besoin de passer ses nerfs sur quelqu'un. Pauvre petit, c'était tombé sur lui, il n'avait plus qu'à assumer.

Surtout que cette position nonchalante, cette effronterie à peine camouflée et ce style vestimentaire lui rappelait quelqu'un. Oui, bonjour, cerveau en bouillie, j'écoute ? Une personne connue avec un chapeau de cow-boy, des fringues originales et qui se prélasse comme un énorme pouf ? Oui, ne quittez pas. Ah, trouvé ! Nooooon, sérieux ? Mais purée mais si c'est lui, je... je crie ! Hurla-t-elle intérieurement en écarquillant les yeux.

Kagame déglutit difficilement et, pour vérifier ses soupçons, s'empara du chapeau d'un geste vif, peu être un peu trop car il faillit s'envoler.

"-Oh bordel de m...! C'est pas sérieux là !" Souffla-t-elle en se retournant brusquement, comme pour nier ce qu'elle venait de voir.

Elle lâcha le chapeau qui tomba doucement dans l'herbe, et s'avança de quelques pas vers ses chaussures abandonnées juste devant le lac, quelques foulées plus loin, avant de se raviser et de s'immobiliser. On se foutait d'elle. Clairement. Cinq minutes sans prise de tête. Cinq seulement. C'était pourtant pas si compliqué ? Bah apparemment si...
_______________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 470
Points d'expérience. : 230

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Ven 12 Fév - 13:06

Alors qu'il reprenait tranquillement sa sieste, il entendit nettement des bruits de pas dans l'herbe. S'il n'avait pas son chapeau sur la tête on aurait pu le voir lever son œil unique au ciel, comme le ferait n'importe quel sale gosse dissident. Il détestait être dérangé, que ça soit par un môme qui a fait tomber son ballon dans le lac ou une mère qui vient lui faire de l’œil en envoyant son sale môme lui demander de l'aide pour son putain de ballon.
Bien sûr le cas c'était présenté aujourd'hui, il leur avait adressé un grand sourire et avant envoyé son hameçon sur le ballon pour le récupérer. Bien sûr il leur avait rendu, mais avec un petit trou dedans. Cruel ? Peut-être. Il avait dans ses pensées une toute autre femme et n'était clairement pas intéressé par celles qui ne sont même pas fichues d'être un minimum fidèles. Bref, chassant ses pensées d'un revers de la main, il grimaçant en entendant les pas s'arrêter près de lui. Ça n'était pas un gosse, cette personne n'en avait pas la corpulence, il penchait plutôt pour une jeune adulte ou un jeune adulte particulièrement maigre, un peu comme Zero.
Lorsque la personne prit la parole, sa première hypothèse se confirma


"-Hé, ho ! Tu me dis ce que y'a marqué sur le panneau ? Nan, 'fin par ce que t'as pas l'air de comprendre, je peux t'expliquer tu sais."

-Je sais pas, il y a un manteau dessus madame l'agent.

Baragouina l'hunter d'une voix parfaitement calme, s’apprêtant à se redresser et à lui adresser un sourire charmeur pour qu'elle lui foute la paix. Soudain, son chapeau disparu et il grogna en se prenant la lumière du soleil en pleine face, son sourire déformé et changé en grimace.

-Putain ! Et après on s'étonne que les gens sont violents !

Il cligna plusieurs fois de son œil valide, hallucinant.

...Kagame... ? Je peux savoir pourquoi tu t'es sentie obligée de m'engueuler ?!

Grogna le brun, visiblement agacé qu'on vienne le déranger dans sa sieste pour une raison aussi futile qu'une interdiction. Non mais c'est vrai quoi, les lacs étaient censés être des endroits calme où l'on avait la paix, pas où les gens venaient nous faire chier toutes les cinq minutes ! La voyant partir il prit une seconde canne à pêche, lança l'hameçon sur le pull à manche longue de la jeune fille et tira un peu pour la retenir.

-Hey je vais pas te manger, tout comme je vais pas bouffer ces pauvres poissons, je les répertorie. Et puis de toute manière vu l'état du lac ils sont probablement immangeables... Allez, pas la peine de te casser, je te fais peur ou quoi ?

Il ajouta alors, un léger sourire au coin des lèvres :

-J'ai des bières des sandwich et des glaces ~~

Si ça ne marchait pas il plaquerait tout et deviendrait curé. Qui pourrait résister à ça ? Encore plus par cette chaleur ! Et puis il la connaissait bien sa nièce, il savait comment l'amadouer, Non ? Il l'avait gardée régulièrement, changé ses couches, aidée à se laver, fait des bons petits plats, appris à lire, à compter, à tirer... Si, il la connaissait parfaitement bien. D'ailleurs il repensa soudainement au choc qu'il avait eu lorsqu'au lieu de devoir laver des petites culottes blanches il était tombé sur des strings accompagnés de soutiens-gorges divers et variés, mademoiselle passait à l'âge adulte et voulait tester ce que faisait les grandes, pourtant il ne l'avait pas vu depuis seulement un an, c'était dingue. Heureusement qu'elle n'était pas devenue une garce comme la plupart des autres, là-dessus il espérait que le peu de valeurs qu'il lui avait enseignées avaient jouées ne serait-ce qu'un peu. Sentant qu'une question désagréable allait venir dans son esprit, c'est vrai quoi, elle porte encore des strings où elle a changé pour des boxers? Il décida de foutre ces pensées à la porte à grand coup de pied au cul. Bah quoi ? Ne le jugez pas, il a la curiosité qu'aurait n'importe quel parent...

-Je te dirais bien que j'ai de l'herbe aussi mais c'est pas vrai, à moins que tu ne veuilles fumer le gazon...

S'il disait ça afin de savoir si elle touchait à ce genre de truc, peut-être. Malgré son air souvent distant il appréciait énormément la jeune fille et la protégeait plus qu'elle ne le pensait, empêchant par exemple le plus possible les vampires de croiser son chemin lorsqu'il ne donnait pas cours. De toute manière sa seule présence les faisait fuir, c'était pratique. Oui, il se comportait comme un papa poule mais sans le montrer, essayant tant bien que mal de cacher son air intéressé sur la question, voulant rester le plus neutre possible pour ne pas la braquer.

-Tu sais les gosses ne viennent pas ici, ils restent avec leur môman qui jouent les commères près de la buvette ~~

Il avait en horreur ce genre de femmes superficielles dont la vie était tellement plate et insipides qu'elles passaient leur temps à déblatérer sur le dos des autres. Même s'l se fichait bien que l'on puisse parler sur lui quand il n'était pas là, se doutant que ça se produisait très souvent vu le nombre de fois où son oreille se met à siffler. Comme pour confirmer ses pensées cette dernière se manifesta un cours instant et il marmonna :

-Parlez dans mon dos, mon cul vous contemple.

Tôga et la poésie, toujours aussi proches apparemment. De toute manière là n'était pas la question, fumer seul c'est bien mais fumer avec quelqu'un c'est mieux. Cette idée fonctionnait aussi pour la boisson et la nourriture, bien sûr il fallait que cela soit fait en bonne compagnie, sinon c'est la pire chose à supporter ; partager un repas avec quelqu'un qu'on peut pas blairer.
Comme pour la forcer à rester si elle n'avait pas encore fait son choix, il la héla et lui lança une bière après avoir adroitement retiré l'hameçon en tirant comme il fallait. Bah quoi ? Il est doué pour la pêche, monsieur en face d'un grand lac de montagne, rappelez vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kagame Yagari
Humain
Humain
avatar

Messages : 143
Points d'expérience. : 44

Feuille de Personnage
Double-compte : Kaien Cross

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Sam 13 Fév - 19:13

__________________________
Elle ne venait pas si souvent que ça ici, et bien sûr, il fallait qu'AUJOURD'HUI, comme par un complot malsain et fourbe, elle trouve à cet endroit précis son oncle, avec lequel elle était restée en froid depuis leur dernière rencontre et qui était la dernière personne qu'elle voulait voir. Et, bien entendu, elle avait prit la peine d'engager la conversation par une énième réprimande. Bravo Kagame !

Elle n'avait aucunement fait attention aux vociférations du brun, s'éloignant lentement, sous le choc, mais une légère résistance l'empêcha d'aller bien loin. La jeune fille se retourna et planta son regard furibond dans celui de l'homme qui la retenait par l'hameçon de sa canne à pêche. J'suis un poisson, moi, maintenant ? Il se fout de moi ! Elle tenta de juguler la colère injustifiée qui montait en elle, et serra les poings et les dents pour éviter de lui crier dessus. Elle en serait tout à fait capable, elle le faisait tout le temps. Plus ou moins violemment mais très souvent.

-Hey je vais pas te manger, tout comme je vais pas bouffer ces pauvres poissons, je les répertorie. Et puis de toute manière vu l'état du lac ils sont probablement immangeables... Allez, pas la peine de te casser, je te fais peur ou quoi ?

Puis il ajouta, un sourire aux lèvres :

-J'ai des bières des sandwich et des glaces ~~

"-Holà ! Calme toi, papi ! S'exclama-t-elle brusquement. Déjà, je me fous de ce que tu fais ici, et même de ces foutus poissons, en fait. Et puis, un vieux croûton comme toi, me faire peur ? Tu sais dans quel monde on vit quand même ? Pas dans celui des petits nounours roses où le plus grand « méchant » est un pauvre mec qui pêche de temps en temps avec un œil en moins !"

Elle s'était emportée. Encore. Même si elle n'avait pas crié, elle imaginait que ses propos n'avaient pas été très agréables à entendre. Un petit soupir passa ses lèvres, son souffle attisant le feu de sa colère. Parfois, cela l'énervait de s'énerver... Oui, parfois, elle était bizarre et totalement illogique. Un problème ? Elle avait tendance à s'énerver froidement, à crier intérieurement et à lancer des piques glaciales. En bref, un vrai iceberg qui ne s'échauffait pas, mais seulement en apparence. Et ce vieil homme ici présent avait le don de la faire sortir de ses gonds, tant et si bien qu'elle finissait, la plupart du temps, par lui dire  tout ce qui lui passait par la tête, que ce soit méchant, vexant ou blessant. Elle n'en était pas encore à ce point pour l'instant. Heureusement.

La jeune fille pensait secrètement qu'elle avait hérité de son affection pour les jurons de son oncle. Elle avait remarqué que tous deux juraient comme des charretiers, bien que ce soit certainement plus flagrant chez elle même si elle tentait de les retenir, et que chaque phrase du hunter portait une pointe d'ironie. En même temps, cette ressemblance s'expliquait facilement. Après avoir passé beauuuucoup de son temps de petite fille auprès de lui, ses habitudes, qu'elles soient bonnes ou mauvaises, avaient déteint sur son jeune esprit influençable. Comme quoi, traîner avec lui pouvait être néfaste.

Elle tira doucement sur son col, ses mouvements brusques ayant rajouté à la chaleur ambiante, et tenta de gagner quelques centimètres où sa peau pourrait être en contact avec les rares courants frais. Et soudain, les paroles de son oncle prirent tout leur sens. Les yeux de la plus jeune brillèrent soudainement de convoitise et elle fouilla rapidement du regard les alentours pour trouver l'objet qui lui apporterait son salut. Le fourbe, il la prenait par les sentiments !

"-T'as pas le droit, c'est déloyal ! Grogna-t-elle, râlant seulement pour la forme pour la forme. Je pourrais en avoir quand même ? Ajouta-t-elle d'une petite voix, comme une enfant qui voudrait son bonbon, ce qui, en soit, était à peu près vrai, bien qu'elle-même ne l'avouerait jamais."

Elle aimait vraiment tout ce qui était sucreries, et, apparemment, son oncle était au courant de son pêché mignon. Elle ne le dirait certainement jamais, mais autrefois, lorsqu'elle était jeune et encore dans l'émerveillement de l'adolescence, elle s'était essayée à la cuisine, à cause de son adoration. Sa première recette fut un gâteau, évidemment. Enfin, ce qui aurait dû être un gâteau. Depuis, elle se contentait d'en acheter.

-Je te dirais bien que j'ai de l'herbe aussi mais c'est pas vrai, à moins que tu ne veuilles fumer le gazon...

Ok, là, elle était perdue. Kagame ouvrit de grands yeux, oubliant aussitôt la tentatrice glace. Eu... j'ai loupé un épisode ? J'étais au courant qu'il fumait mais pas ce genre de choses. Elle n'arrivait pas à l'imaginer toucher à cela. Oui, il était très irresponsable des fois, voire très souvent, mais il avait un code de l'honneur, elle en était sûre et certaine. Alors, qu'il sorte ça si de façon si désinvolte, c'était un sacré choc. Elle secoua doucement la tête, encore un peu réservée sur la question. Elle-même n'aurait pas le courage de s'y mettre.

Sa phrase suivante la déstabilisa encore plus. D'un seul coup, il se mettait à parler d'enfants et de leurs parents. Y a clairement un truc pas net chez lui, songea-t-elle. Finalement, ça m'étonnerais qu'à moitié, tiens. Remarque, il sortait bien avec un vampire en plein jour, un Sang-pur qui plus est, alors que lui-même était un hunter. Elle grinça des dents au souvenir désagréable du jour où elle avait fait cette constatation. Elle ne répondait de rien si elle les surprenait à nouveau. En soi, la vampire ne semblait pas méchante, mais c'était le propre de ces suceurs de sang. Se parer d'un physique envoûtant, magnifique, puis sauter sur sa proie pour l'égorger. Et, accessoirement, la changer en vampire. Quel programme alléchant ! Que de douceur.

Si elle était objective, elle aurait sans doute remarqué que, cette fois-là, rien de ce genre n'avait été ne serait-ce que tenté. Donc, que la rousse n'avait rien à se reprocher pour le moment et que son aversion pour cette race ne devrait pas l'aveugler autant. Mais, Kagame restait Kagame et elle suivait son instinct qui lui criait que les vampires étaient tous méchants et absolument pas fréquentables.

Elle s'entendit être hélée et elle sortit de ses pensées juste assez tôt pour attraper la bouteille qui lui arrivait dessus. Comme quoi, les réflexes d'hunter servaient même dans les situations comme celle-là. Elle jeta un œil interloqué sur la petite bouteille en verre et elle sentit ses lèvres s'étirer légèrement. En relevant la tête, elle croisa le regard de son oncle.

"-Attend, j'reviens, lança-t-elle en se retournant et en s'éloignant lentement, jonglant avec la bière qu'elle avait en main."

Elle passa récupérer ses chaussures et sa veste avant de revenir vers son oncle. Elle déposa -lâcha- le tout sur l'herbe et vint s'asseoir à côté de l'homme, s'appuyant nonchalamment sur ses coudes. Elle devrait profiter de ce moment de calme et d'accalmie dans leur relation. Elle s'avouait qu'elle n'aimait pas se disputer avec lui, il était sa famille après tout. Sa compagnie lui manquait et elle avait maintenant l'occasion de la retrouver, alors elle comptait bien le harceler dès que le malentendu serait passé. Elle l'aimait beaucoup, c'était son mentor en plus d'être son oncle. Lorsqu'elle était petite, elle aimais bien l'imiter, tant dans son caractère que dans ses gestes et paroles. Un peu comme on le ferait avec une idole. Désormais, cela lui avait passé mais il restait un exemple à suivre pour elle. Enfin, sauf quand il enfreignait le règlement.

"-Bon, comment ça se passe avec elle ? S'enquit-elle, un peu à contre cœur. Elle ne s'inquiétait pas vraiment mais elle se sentait obligée d'aborder le sujet, pour que toute animosité puisse être évacuée. Cela lui restait encore au travers de la gorge mais elle n'aimait pas spécialement créer des problèmes. J'suis pas désolé, hein. J'ai rien à me faire pardonner. Mais voilà... Sinon, t'as pas un décapsuleur ?"
__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 470
Points d'expérience. : 230

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Sam 13 Fév - 22:17

"-Holà ! Calme toi, papi ! Déjà, je me fous de ce que tu fais ici, et même de ces foutus poissons, en fait. Et puis, un vieux croûton comme toi, me faire peur ? Tu sais dans quel monde on vit quand même ? Pas dans celui des petits nounours roses où le plus grand « méchant » est un pauvre mec qui pêche de temps en temps avec un œil en moins !"

Yagari écarquilla son œil valide en l'entendant dire ça. Elle avait déjà dit des trucs vexant par le passé mais celui-là le surprenait. Il la fixa un instant puis soupira, qu'avait-il bien pu faire pour la rendre aussi amère ? C'était à cause de Yona ou pour la fois où il lui avait prit ses jouets après qu'elle ai quasiment mit le feu au chalet ? Ah les enfants quand un fumeur laisse traîner une boite d'allumettes...
Depuis il les gardait constamment avec lui d'ailleurs... Comme quoi on apprend bel et bien de ses erreurs ! C'est au moins un fait appréciable !


"-T'as pas le droit, c'est déloyal ! Je pourrais en avoir quand même ?"

-Sers toi, tu me connais je suis gourmand, j'ai tendance à en prendre trop.

En réalité il avait surtout espéré apercevoir Yona mais en vain. Quand bien même, quitte à partager autant que ça soit avec quelqu'un qu'il apprécie. Et puis de toute manière il savait très bien que les chances de la revoir étaient extrêmement faibles pour ne pas dire quasi nulles

"-Attend, j'reviens"

Il l'attendit le plus patiemment du monde, et le plus zen possible. En réalité son cerveau bouillonnait, il réfléchissait à quelque chose assez intensément depuis qu'elle était arrivée. Quelque chose qui les concernait, tous les deux.

"-Bon, comment ça se passe avec elle ?"

-Je sais pas, je l'ai pas revue depuis. Je dois le prendre comment à ton avis ? Toi qui est presque une femme tu dois bien avoir une idée. Elle sèche même mes cours.

Oui il avait vilement insisté sur le presque, sa manière de lui montrer que maintenant ils étaient quittes. De toute façon lui en vouloir était inutile, ils étaient tous fautifs dans l'histoire. Surtout que Kagame avait récemment vécu un accident traumatisant, c'était à eux de faire des efforts, au moins le temps qu'elle puisse s'adapter. Enfin, il savait bien que maintenant il n'aurait pas besoin de la laisser s'adapter à qui que ce soit puisqu'il était à nouveau aussi seul qu'avant. Même si elle était là, il avait peur que ce qu'il doit lui annoncer la fasse fuir à jamais.

"J'suis pas désolé, hein. J'ai rien à me faire pardonner. Mais voilà... Sinon, t'as pas un décapsuleur ?"

-Pas la peine je ne t'en veux pas, si ça se passe ainsi c'est que ça aurait fini comme ça un jour ou l'autre.

Soupira le chasseur. Il ne lui en voulait réellement pas mais elle lui manquait indubitablement. Toutefois devant elle il devait garder la tête haute, elle avait tendance à prendre exemple sur lui, il n'allait pas se montrer déprimé pour si peu, elle avait perdu pratiquement toute sa famille, elle devait être forte alors lui aussi.
D'un geste nonchalant il lui tendit un décapsuleur avant d'ajouter :


-Je te conseille de boire ça cul sec, après tu liras ça...

Il lui tendit une lettre déjà ouverte, une expression amère sur le visage.

-J'ai reçu ça peu après l'accident, ta mère me l'avait adressée. Elle a pas dit si tu devais le lire ou pas mais comme c'est important... Tu sais, le genre de chose que tu dois savoir mais qui est pas toujours cool, les vérités qui blessent, tout ça...

En effet le contenu de cette lettre avait été assez traumatisant pour le borgne, si bien qu'il hésitait à la lui donner mais il fallait qu'elle le lise, elle risquait de l'apprendre un jour où l'autre et plus il tarderait pire serait sa réaction. Au moins là il avait l'excuse de l'avoir découvert peu avant elle et donc ne lui avait rien caché du tout.
Il l'avait reçue il y a quelques jours, avec des affaires appartenant à sa belle-sœur, devant en transmettre à Kagame, d'autres étaient à son nom.
Il avait donc lue cette lettre peu après le restaurant avec Yona, la boîte avec les souvenirs ayant été livrée dans la journée.
Voici ce qu'elle contenait :


                   
  Cher Tôga.

Si tu lis ces mots c'est que quelque chose est arrivé. Je crains en effet qu' Akito n'est découvert quelque chose que je vous cachait à tous les deux. Tu t'étais questionné sur la date de conception de l'enfant, je t'ai dis t'avoir trompé, c'était faux. Quand à Akito je lui ai fait croire que j'avais eu une aventure avec lui et qu'il était saoul, il l'a cru...
Le jour où j'ai appris que j'attendais un enfant j'étais déjà dans les griffes de ton frère. Tu sais comme il est persuasif et manipulateur, tu en as souvent fait les frais d'ailleurs.
Cependant il a découvert la supercherie, il a fait un test adn, les vôtres ont beau se ressembler ils ne sont pas identiques.
Depuis j'ai peur qu'il manigance quelque chose pour me faire payer, tu es peut-être rancunier mais lui ne pardonne pas. Il m'empêche d'envoyer du courrier à quiconque, il intercepte tout. Kagame ne se doute de rien bien entendu, tu sais comme elle a un fort tempérament, je n'aimerais pas l'embarquer dans nos histoires d'adultes...
De ce fait, la seule raison qui pourrait te faire parvenir cette lettre serait ma mort. Si tel est le cas prends soin de Kagame, récupère la par tous les moyens et protège la, il pourrait lui faire payer mon mensonge. J'aimerais m'enfuir avec elle et la mettre en sécurité mais je suis piégée, je ne peux pas.
Toi qui a prit soin d'elle même après que je t'ai quitté sans raison valable autre que mon prétendu amour pour ton frère, pardonne moi et surtout fais en sorte qu'il ne lui arrive rien...
Il ne va sûrement rien lui faire, pas en même temps que moi, il va vouloir qu'elle souffre...

En espérant que tu n'ai pas à recevoir cette lettre malgré tout et que je me fais des idées, je t'embrasse.

 Kyouko Yagari



Le papier semblait avoir été mouillé à certains endroit, parfois l'encre s'était étendue, nul doute qu'elle avait pleuré en écrivant cette lettre. Tôga l'avait depuis lue des dizaines fois si bien qu'il connaissait ce texte par cœur et avait retourné ce dernier dans tous les sens, cherchant quelque chose qui erronerait ce qu'elle annonçait mais non, rien de tout ça, elle avait dit la stricte vérité qu'il avait devinée il y a un temps. Elle lui avait assuré que c'était faux, prétextant l'avoir trompé mais non, c'était bel et bien ça...
En théorie il aurait du le dire directement à Kagame mais ne s'en sentait pas capable alors il lui avait fait lire la lettre, c'était plus simple, plus radical aussi. Et puis au moins elle croirait ce qu'il avait à lui dire puisque c'était sa propre mère qui l'avait écrit, du moins il l'espérait... Posant un regard perdu sur Kagame, attendant le plus calmement dont il était capable sa réaction.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kagame Yagari
Humain
Humain
avatar

Messages : 143
Points d'expérience. : 44

Feuille de Personnage
Double-compte : Kaien Cross

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Dim 14 Fév - 17:04

________________________________
Tôga semblait perturbé, bien plus que d'habitude. Sa nièce se moquait souvent de lui, secrètement du moins pour ne pas trop le vexer, en disant qu'il avait une tête de constipé à toute heure de la journée. Bon, elle exagérait peut être un peu, mais ça la faisait bien rire. Mais aujourd'hui, c'était assez flagrant, et elle détestait ça. Elle n'avait pas le cœur de lui en parler mais lui en voulait d'avoir l'air si perdu sans pour autant lui faire part de ses inquiétudes. Si quelque chose n'allait pas, il n'avait qu'à le partager avec quelqu'un ou alors bien le dissimuler.

-Je sais pas, je l'ai pas revue depuis. Je dois le prendre comment à ton avis ? Toi qui est presque une femme tu dois bien avoir une idée. Elle sèche même mes cours.

Tout s'explique. Il s'inquiète pour sa belle. Bon, ça ne le pardonnait pas pour autant, mais elle ne pouvait s'empêcher d'éprouver une pointe de culpabilité. Ou alors de compassion. Après tout, c'était certainement de sa faute si l'autre vampire évitait son oncle. Tout comme elle-même n'avait pas envie de le voir jusqu'à quelques instants plus tôt. Elle comprenait qu'elle veuille faire un break et laisser couler pendant un moment. Ils s'étaient quittés dans de mauvaises conditions, alors c'était normal qu'elle appréhende le moment où ils se reverraient. Comme quoi, quelle que soit sa race, une femme reste une femme, et, apparemment, un mystère pour les hommes.

Kagame eut un sourire amère en songeant à cela. Si son oncle persistait, il aurait certainement bien du mal avec elle, si on excluait le problème des hunters. Comprendre une femme était, d'après les hommes, déjà bien compliqué, alors comprendre une femme vampire relèverait du miracle !

"-J'sais pas, j'la connais pas, dit-elle en contemplant le ciel tranquille. Si elle sèche, elle a une raison, si elle t'évite, elle a une raison. C'est une femme, elle, elle a besoin de temps. Je suppose. Après, tu le prends comme tu veux, j'pense qu'en ce moment, elle s'en tape un peu."

Étant donné son manque d'intérêt total sur la question, sa réponse ne devait pas être très utile, mais en même temps, c'était pas vraiment son but. Elle était déjà bien gentille de ne pas encore le réprimander sur ça, elle n'allait pas en plus lui donner des conseils en amour ! Qu'il se débrouille. Si il ne savait pas comment réagir maintenant, la jeune fille doutait de la longévité de cette relation.

-Pas la peine je ne t'en veux pas, si ça se passe ainsi c'est que ça aurait fini comme ça un jour ou l'autre.

Ok, lui aussi doutait. Ce qui était compréhensible en soi. Sa nièce, à peine arrivée, venait foutre la merde dans son couple à l'équilibre déjà bien précaire et finalement la vampire de laquelle il était tombé amoureux l'ignorait totalement. N'importe qui se remettrait en question après ça. Ou tomberait dans la dépression. Au choix. De ce qu'elle voyait, l'homme à côté d'elle n'en était pas encore là.

Il lui tendit le décapsuleur qu'elle avait quémandé et la jeune fille entreprit d'ouvrir sa bouteille de bière d'un geste sec. Elle porta le goulot à ses lèvres, laissant sa langue goûter timidement la boisson.

-Je te conseille de boire ça cul sec, après tu liras ça...

Surprise, elle dévisagea Tôga qui lui tendit une petite lettre, apparemment déjà ouverte et lue. Elle s'arrêta de boire, faisant fi du conseil, et s'empara doucement du morceau de papier noirci d'un écriture fine.

-J'ai reçu ça peu après l'accident, ta mère me l'avait adressée. Elle a pas dit si tu devais le lire ou pas mais comme c'est important... Tu sais, le genre de chose que tu dois savoir mais qui est pas toujours cool, les vérités qui blessent, tout ça...

Elle recracha très élégamment la gorgée qu'elle s'apprêtait à avaler, arrosant grassement l'herbe à ses pieds, avant de tousser pour s'éviter de mourir étouffée. Ma mère ?! Mais qu'est-ce qu'elle peut bien lui vouloir, à lui en particulier ?

"-Attend, -tend, -tend ! Depuis quand t'as ça ? S'exclama-t-elle lorsque sa quinte de toux fut calmée."

Kagame, les yeux écarquillés, fixait la feuille entre ses mains comme si elle tenait le trésor ultime ou la tête de quelqu'un. Entre émerveillement et horreur. Une lettre d'une morte, ça fait froid dans le dos quand même, mais c'était sa mère qui l'avait écrite. Elle jeta un bref coup d’œil au borgne avant de revenir sur la feuille entre ses mains. Rien que le ton employé par son oncle lui aurait suffi à savoir qu'elle n'allait pas vraiment apprécier les mots écrits de la main de sa génitrice. Elle l'avouait, elle avait limite peur de la lire, mais elle le fit quand même, sa curiosité dévorante prenant le pas sur tout autre sentiment. Et puis, c'était de sa mère, alors elle ne pouvait pas simplement l'ignorer. Elle avait besoin de se souvenir un peu d'elle, cette lettre tombant à point nommé.

Au fur et à mesure que ses yeux sillonnaient le courrier, que les mots s'imprégnaient dans son esprit et que les phrases lui offraient leur vérité, elle sentit son cœur se serrer. Sa mère évoquait sa mort comme si elle savait que quelque chose arriverait, comme si elle l'avait pressenti au moment où elle écrivait. Elle imaginait sans peine cette femme qui fut comme un ange à ses yeux, penchée au-dessus du papier, la main tremblante et les larmes dévalant ses joues. Elle ne comprenait pas tout, sa mère parlant de son père comme d'un monstre abominable, manipulateur et dangereux alors qu'elle avait passé beaucoup de temps de sa vie avec lui, à l'aimer. La petite fille qu'elle était les voyait tous deux comme le plus beau couple du monde, celui qui lui donna la vie et son amour, celui qu'elle enviait en songeant à son propre prince charmant. Elle passait beaucoup de temps avec son oncle mais il lui arrivait de rester avec son père, comme tout enfant normal, et jamais il ne lui serait venu à l'esprit de le qualifier comme le faisaient l'encre sur ce papier.

Elle crut passer par toutes les émotions possibles et imaginables. Tout d'abord incompréhension, puis colère, tristesse, incrédulité... tout cela pour ne laisser qu'un vide en elle.
Lorsque son regard effleura enfin la signature en bas de la page, elle laissa retomber son bras sur ses cuisses avant de se coucher à même le sol, un bras au-dessus de ses yeux pour la protéger du soleil. Elle dut prendre une profonde inspiration car l'air lui manquait. Elle ne se souvenait pas avoir retenu son souffle, pourtant ses poumons réclamaient de l'oxygène. Elle n'avait pas la force de parler, aussi resta-t-elle silencieuse un bon moment, prenant son temps pour reprendre son souffle et ses esprits.

"-Je comprend pas, souffla-t-elle finalement, plus pour elle-même qu'autre chose. Je... C'est tellement incohérent. 'fin, il était si méchant que ça.. ?"

Et puis, y a quoi avec cet enfant ? C'est qui ? Énormément de questions voletaient joyeusement dans l'esprit en vrac de Kagame, et elle n'avait de réponse à aucune d'entre elle. Elle était perdue, complètement. Certes, la lettre l'avait déstabilisée, elle ne savait plus quoi penser de ses parents ou même de Tôga. Mais l'expression de ce dernier la laissait perplexe. De ce qu'elle comprenait, il avait eu un enfant avec sa mère, chose tout à fait... étrange. Mais beaucoup de zones d'ombre lui empêchait de vraiment savoir avec certitude ce que disait la lettre.

Elle se releva lentement, s'asseyant à nouveau, avant de poser à nouveau ses yeux sur la lettre qu'elle froissait à force de la serrer dans sa main. On aurait dit que sa mère avait tellement de chose à dire que les mots se bousculaient et prenaient place au hasard. Tellement confus. Elle tourna la tête pour fixer son oncle.

"-Tu m'explique ? Nan, 'fin par ce que je crois que je suis un peu paumée, là, tout de suite..."
________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 470
Points d'expérience. : 230

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Mar 16 Fév - 1:36

"-J'sais pas, j'la connais pas. Si elle sèche, elle a une raison, si elle t'évite, elle a une raison. C'est une femme, elle, elle a besoin de temps. Je suppose. Après, tu le prends comme tu veux, j'pense qu'en ce moment, elle s'en tape un peu."

-Mouais, ça doit être ça...

Soupira l'hunter qui décidément ne comprenait vraiment rien aux femmes de manière générale. Et puis de toute façon il avait un problème bien plus important à régler et il s'agissait de Kagame.

"-Attend, -tend, -tend ! Depuis quand t'as ça ?"

-C'est arrivé dans la journée où tu as rejoint la ville, je l'ai vu en rentrant du restaurant, y a aussi quelques unes de ses affaires personnelles, je te laisserais te servir.

Répliqua le brun, tentant de rester le plus calme du monde, la laissant d'abord lire la lettre avant de la déranger plus que ça. Elle aurait bien d'autres idées en tête après l'avoir lue de toue manière, pas la peine de l'embêter parce qu'elle lui posait des questions sans sens particulier.

"-Je comprend pas. Je... C'est tellement incohérent. 'fin, il était si méchant que ça.. ?"

-C'est pas une question d'être méchant. Mon frère a toujours obtenu ce qu'il voulait, se battant pour, n'hésitant pas à manigancer je ne sais quoi pour arriver à ses fins. Tu crois qu'on lui a gracieusement donné la place qu'il occupait à la Guilde ? Non, il l'a arrachée à son prédécesseur, il a toujours fonctionné ainsi.
Il y a vingt ans je sortais avec ta mère, je l'avais croisée lorsqu'elle est venue à la Guilde, à la base elle n'était pas du tout du coin.
Elle s'était perdue, je lui ai servit de guide et puis après je ne pourrais pas expliquer ce qu'il s'est passé mais on est devenus proches.
J'ai essayé de tout faire pour qu'elle ne rencontre pas Akito mais un jour il nous est tombé dessus, elle lui a plu, il a voulu l'obtenir. Bien sûr je ne me suis pas laissé faire mais elle m'a quitté et me repoussait. Après ça elle est tombée enceinte, la date de procréation ne collant pas avec la date où elle s'est mise avec lui je lui ai posé la question, elle a dit m'avoir trompé, je me suis énervé et j'ai envoyé toutes ces conneries de romance sentimentale chier le plus loin possible de moi, et ce pendant une dizaine d'années.
Ça avait été trop frustrant, dès que je voyait mon frère je me retenais de lui péter la gueule. Mais t'étais là, je voulais pas t'emmerder avec tout ça, alors je me suis occupé de toi.
Ta mère n'a eu qu'un seul enfant, toi. Si ce qu'elle dit dans cette lettre est vrai ça veut dire non seulement que tu es ma...


Le mot ne voulait pas franchir ses lèvres, "fille" restait bloqué en travers de sa gorge comme si le monde allait s'effondrer si elle l'entendait.

-Mais ça signifie également que j'ai enterré mon frère trop vite et il est peut-être temps de remplir sa tombe avec son vrai cadavre.

C'était peut-être injuste qu'il parle de son frère ainsi mais il était à bout. Il n'en pouvait plus de toutes ces merdes qui lui tombaient sur le coin de la gueule et ce à chaque instant. C'était comme si un gros s'amusait à le viser, à lui mettre toujours plus de bâtons dans les roues jusqu'à ce qu'il se casse la gueule et ai son compte.

-Ma relation avec ta mère s'est donc finie en fiasco, Hana est morte et maintenant que j'entreprenais à nouveau quelque chose après six autres années d'abstinence ça part encore en couilles. Je crois que je vais finir ma vie seul à aller me taper des putes quand le besoin s'en fera ressentir, c'est moins casse burnes.

Ça pour être franc il était franc. Il était littéralement en train de perdre son calme, comme s'il s'était retenu d'exploser pendant des années et que la soupape allait péter d'un instant à l'autre. Cependant Kagame n'avait pas à subir ça. D'une main fébrile, tremblant par la rage, la déception et tout un tas d'autres sentiments bien négatifs comme ils les aimaient il s'alluma une cigarette qu'il s'empressa de fumer.
Tout ça commençait sérieusement à lui taper sur le système, il n'avait qu'une envie ; qu'on lui foute la paix. Il était à deux doigts de refaire comme dans le passé, tout envoyer chier et retourner vivre en ermite dans ses montagnes. Au moins comme ça il n'aurait pas à voir les têtes de cul de certains et s'éloignera considérablement de l'une de ses faiblesses du moment ; Yona.
Toujours étant qu'il demeurait un problème. La sang-pure étant venue chez lui, le lieu serait sûrement imprégné de son odeur en plus de souvenirs trop agréables mais qui le feraient souffrir.
Grognant comme un vieux loup mécontent, il écrasa sèchement sa cigarette après l'avoir fumée d'une traite et jeta le mégot grâce à un fabuleux panier dans la poubelle la plus proche.
Une fois enfin un tout petit peu calmé il tendit le paquet à sa "nièce", la laissant se servir comme bon lui semblerait. De toute façon ce n'était pas maintenant qu'il allait se comporter comme un père et lui interdire de fumer ça c'est sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kagame Yagari
Humain
Humain
avatar

Messages : 143
Points d'expérience. : 44

Feuille de Personnage
Double-compte : Kaien Cross

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Ven 19 Fév - 21:00

______________________
Comme quoi, des fois, on aurait mieux fait de ne pas se lever le matin. Et encore, là, elle aurait dû hiberner pendant un mois ou deux.

Kagame ne prenait pas mal le fait que sa mère ait voulu contacter son oncle plutôt qu'elle après sa mort, seulement, elle ne pouvait passer à côté du petit pincement qui lui tiraillait le cœur. Ce n'était pas vraiment de la souffrance, juste une pincée amère de désillusion. Les êtres chers partent trop vite, c'est douloureux, et parfois on veut s'en souvenir sans souffrir plus. Après tout, l'humain est fait comme ça, jaloux et égoïste même dans les moments les plus délicats. Elle n'en voulait ni à sa mère, ni à son oncle. De toute façon, si ce qu'elle avait compris de la lettre était vrai, tous deux avaient eu une relation avant sa naissance, alors elle n'avait aucun argument de jalousie. Mais c'était comme ça.

Elle secoua légèrement la tête pour reprendre pied avec la réalité. Son oncle lui devait des explications, elle les attendait et les redoutait à la fois. Ce qui, elle le pensait, était légitime dans ce genre de situation.

-C'est pas une question d'être méchant. Mon frère a toujours obtenu ce qu'il voulait, se battant pour, n'hésitant pas à manigancer je ne sais quoi pour arriver à ses fins. Tu crois qu'on lui a gracieusement donné la place qu'il occupait à la Guilde ? Non, il l'a arrachée à son prédécesseur, il a toujours fonctionné ainsi.
Il y a vingt ans je sortais avec ta mère, je l'avais croisée lorsqu'elle est venue à la Guilde, à la base elle n'était pas du tout du coin.
Elle s'était perdue, je lui ai servit de guide et puis après je ne pourrais pas expliquer ce qu'il s'est passé mais on est devenus proches.
J'ai essayé de tout faire pour qu'elle ne rencontre pas Akito mais un jour il nous est tombé dessus, elle lui a plu, il a voulu l'obtenir. Bien sûr je ne me suis pas laissé faire mais elle m'a quitté et me repoussait. Après ça elle est tombée enceinte, la date de procréation ne collant pas avec la date où elle s'est mise avec lui je lui ai posé la question, elle a dit m'avoir trompé, je me suis énervé et j'ai envoyé toutes ces conneries de romance sentimentale chier le plus loin possible de moi, et ce pendant une dizaine d'années.
Ça avait été trop frustrant, dès que je voyait mon frère je me retenais de lui péter la gueule. Mais t'étais là, je voulais pas t'emmerder avec tout ça, alors je me suis occupé de toi.
Ta mère n'a eu qu'un seul enfant, toi. Si ce qu'elle dit dans cette lettre est vrai ça veut dire non seulement que tu es ma...

Il fit une courte pose, s'arrêtant au beau milieu de sa phrase, et la jeune fille profita de ces quelques minuscules secondes de répit pour remettre un peu d'ordre dans ses pensées, brouillées par ce que venait de déblatérer son oncle. Apparemment, son père avait été une sacrée ordure. Enfin, son père... Pour l'instant elle préférait ne pas trop y penser.

-Mais ça signifie également que j'ai enterré mon frère trop vite et il est peut-être temps de remplir sa tombe avec son vrai cadavre.

Ah ouais, carrément ?! S'étonna-t-elle mentalement en écarquillant les yeux. C'était brutal, vraiment. Il parlait quand même de son propre frère, censé être décédé en même temps que la mère de la jeune fille, en insinuant qu'il faudrait le tuer.

"-T'en fais pas un peu trop ? Grogna-t-elle sombrement. Elle n'aimait pas spécialement qu'on parle ainsi de celui qu'elle considérait encore comme son géniteur. Il est mort, c'est pas cette lettre écrite depuis je sais pas quand, bien avant... l'incident, qui va dire le contraire. Nan, mais faut être réaliste. Ma mère n'était pas voyante non plus, elle pouvait pas prévoir ce qui s'est passé et surtout pas que mon père s'en sortirait. Vraiment... il est mort... et elle aussi. Problème réglé."

Elle ne voulait pas être cassante, juste réaliste, comme elle le disait. C'était clairement improbable sinon impossible qu'il soit toujours en vie. Et puis, même si c'était le cas, elle n'avait certainement pas envie de le voir mourir une seconde fois, une fois suffisait, merci !

La jeune fille mordillait son pouce nerveusement, triant mentalement les nouvelles informations que son cerveau venait de recevoir. D'abord, son père était un enfoiré. Ok, jusque là, elle pouvait accepter, même si c'était déjà gros. En même temps, qui aimerait découvrir qu'en fait, l'homme qu'il appelait « Papa » ou même « Père » était tout le contraire du genre de super-héro qu'il s'imaginait ? Personne. Après, la relation entre sa mère et son oncle. Bon, d'accord c'était très bizarre et assez dérangeant quand on y pensait. Mais elle l'aimait bien, ce vieil homme bourru totalement classe quand il le voulait et qui lui mettait plein d'étoiles dans les yeux, alors s'il avait été heureux avec sa mère, elle ne pouvait que s'en réjouir. Ensuite, son père était un enfoiré psychopathe dangereux. Ça, déjà, c'était totalement incompréhensible. Elle ne se rappelait absolument pas de lui ainsi, juste comme un homme droit, assez occupé et sans pitié. Parfois gentil, parfois irritant et têtu, mais c'est le lot de tout père, alors elle ne s'en était pas étonnée. En même temps, Kagame passait le plus clair de son temps avec Tôga, alors souvent le frère de celui-ci passait après et elle n'avait que peu d'occasions pour vraiment lui parler ou juste le voir. En bref, elle n'arrivait pas vraiment à y croire, mais elle avait deux témoignages, des personnes qui comptaient et comptent le plus au monde pour elle, alors elle se devait de se faire une raison ; il n'avait clairement pas été un super-héro gentil et aimable.

Et enfin, certainement le plus troublant et le plus dur... Son « oncle ». Oui, elle le considérait comme un second père étant petite, voire même parfois comme un grand frère très vieux, mais jamais elle n'avait douté du titre qu'elle lui accordait. Elle ne se voyait pas l'appeler autrement que « Tonton », lorsqu'elle était de bonne humeur. C'était un point d'ancrage, un peu comme une séparation entre eux deux mais qui lui convenait. Elle était à la fois grisée de faire partie de sa famille et heureuse de cet éloignement familial. Elle se disait que comme ça, son modèle pourrait suivre sa route sans se soucier d'elle et donc continuer à s'améliorer, et qu'ainsi elle se donnerait toujours à fond pour ne serait-ce qu'approcher son niveau. Mais là... Ses certitudes s'écroulaient et elle imaginait bien que ça avait sûrement été la même chose pour lui.

-Ma relation avec ta mère s'est donc finie en fiasco, Hana est morte et maintenant que j'entreprenais à nouveau quelque chose après six autres années d'abstinence ça part encore en couilles. Je crois que je vais finir ma vie seul à aller me taper des putes quand le besoin s'en fera ressentir, c'est moins casse burnes.

Ok, pétage de câble. Elle n'avait pas souvent vu le hunter dans cet état, et c'était assez surprenant. Il était prompte à s'énerver, ça oui, mais souvent c'était... doucement si on peut dire. Là, il avait implosé et extériorisait tout ce qu'il gardait depuis pas mal de temps. Enfin, c'est ce qu'elle pensait.

"-T'as raison, tiens, ça f'ra moins d'histoire, murmura-t-elle, à moitié ironique. Si on y repensait, tout ce qui venait la troubler depuis son arrivée était lié d'une manière ou d'une autre à une copine du Yagari. Un sourire amère vint se dessiner sur ses lèvres. M'enfin, c'est pas la solution à mon avis, reprit-elle d'une voix plus forte. Juste une technique carrément lâche d'éviter les problèmes. Après tu fais c'que tu veux."

Elle n'ajouta rien d'autre et but une grande gorgée de sa bière, puis une autre jusqu'à la finir entièrement. Elle ne voulait pas oublier, juste se soulager, juste un peu, de ce poids qui s'était abattu sur ses épaules depuis le début de cette déplaisante conversation. Elle en avait presque oublié la chaleur, qui pourtant s'en donnait à cœur joie pour la faire suer à grosses gouttes, rajoutant à son malaise.

La Yagari jeta un regard furtif et troublé à l'homme fébrile à côté d'elle et se rapprocha légèrement, mue par un instinct dont elle ne connaissait pas la provenance. Elle avait peur d'affronter cette vérité seule. Elle redevenait la petite fille fragile qu'elle avait sûrement été, pour quelques instants au moins, perdue face à l'immensité d'une dure réalité. Elle avait besoin d'un navire, d'une bouée, d'un planche pour s'accrocher et ne pas sombrer.

"-Du coup... commença-t-elle avant de marquer une pause, on fais quoi ? On garde le cul posé par terre à tout ignorer ou... Et puis, on est quoi nous ? Des putains de pantins que tout le monde manipule ? Si c'est vraiment vrai, ma vie entière est basée sur un mensonge. On se croirait dans un putain de bouquin quoi ! Le père qui se révèle être un salaud de première, la mère qui cache bien tout histoire de bien faire chier le monde plus tard, et nous, nous les débiles naïfs, toi encore plus que moi d'ailleurs ! Et maintenant on est comme deux cons. Merci les parents, j'apprécie !"

Elle avait crié les dernières phrases, si bien qu'elle dérangea à peu près tous les êtres vivants à quelques mètres à la ronde, mais elle ne s'en soucia pas. D'un revers de manche, elle essuya rageusement une larme traîtresse qui roulait sur sa joue. Une première larme d'incompréhension, de colère face à son impuissance. Elle fut suivie d'autres, silencieuses comme des ombres, qui vinrent se déposer sur les brins d'herbe fins. Elles humidifièrent ses joues, son menton, sans qu'aucun sanglot ne sorte des lèvres serrées  de la jeune fille.

Elle avait craqué. Pour plusieurs choses. Pour trop de choses en même temps. Elle pleurait pour la mort de sa famille, pour les secrets qui les entouraient, pour son impuissance et sa vulnérabilité, pour son « oncle » qui devait se sentir tout aussi trahi qu'elle. Elle en était à peu près sûre. S'il avait vraiment aimé Kyouko, alors il ne devait pas apprécier cette révélation tardive. Il avait raison, il n'avait pas de chance avec ses « copines », mais ce n'était pas de sa faute. Les femmes sont trop tordues, trop perfides. J'aurais voulu être un mec, tiens...

"-J'suis tellement désolé, murmura-t-elle, ne faisant rien pour stopper les gouttes salées qui continuaient à cascader le long de ses pommettes. Vraiment..."

Elle s'excusait à la place de sa mère, d'Hana, les femmes qu'il eut aimé mais qui étaient mortes, et même pour avoir fait imploser son couple le plus récent. A la place de son soi-disant père, pour lui avoir fait tant de mal. Elle s'excusait aussi de s'effondrer ainsi, alors qu'il n'avait pas besoin de cela, que le coup avait déjà dût être rude. Elle lui demandait pardon pour un million de choses en même temps. Mais elle avait besoin qu'il soit là. Près d'elle. Une personne pour partager et son chagrin, et sa colère. Une rive où s'échouer. Son père.
______________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 470
Points d'expérience. : 230

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Sam 20 Fév - 10:49

"-T'en fais pas un peu trop ? Il est mort, c'est pas cette lettre écrite depuis je sais pas quand, bien avant... l'incident, qui va dire le contraire. Nan, mais faut être réaliste. Ma mère n'était pas voyante non plus, elle pouvait pas prévoir ce qui s'est passé et surtout pas que mon père s'en sortirait. Vraiment... il est mort... et elle aussi. Problème réglé."

-Si je le souhaite demain on pourrait t'annoncer que je suis mort. Y a rien de plus simple. Tu tue un humain et tu t'en sers pour remplacer ton corps. Et y a rien de tel qu'un accident de voiture pour dissimuler ce genre de choses car ça prend souvent feu. Mais quand j'y pense il s'agissait d'une attaque massive de level E, d'une embuscade. Ce n'est pas courant. Je vois que trois solutions. Il s'est allié avec quelqu'un qui a plus ou moins dressé ces créatures et a joué la comédie. T'étant évanouie tu ne sais pas ce qui s'est passé ensuite, il a très bien pu tout arrêter et mettre un ou deux cadavres suffisamment déchiquetés pour que l'on ne puisse pas reconnaître les victimes. La Guilde ne s'attarderait pas là-dessus, elle connaissait les propriétaires de la voiture et les hunter qui meurent à cause de vampires y en a des tas. Deuxième solution, il n'a pas eu le temps de mettre son plan en oeuvre et s'est fait attaqué par malchance. Enfin troisième solution il s'est fait trahir par son allié. Dans tous les cas je vais enquêter un peu là-dessus, je t'apprendrais à disparaître ainsi plus tard si tu veux. Pas tout de suite, sinon tu vas le faire et je vais devoir te retrouver.

Il avait expliqué ses pensées de manière méthodique, c'était peut-être toujours aussi brutal mais il ne voyait pas comment faire autrement. S'il avait le moindre doute il devait lui en parler, sinon elle allait lui reprocher qu'il lui cache des choses, or ce n'était pas du tout ce qu'il voulait.

-Avoir des réponses nous aidera tous les deux à faire notre deuil, je te parlerais de mes trouvailles si tu le souhaite, mais ça va prendre du temps.

Il le pensait sincèrement. C'était à ses yeux impossible d'en faire autrement. Comment pouvait-on accepter la mort de quelqu'un si un doute que cette personne soit toujours en vie persistait ? Et le hunter détestait avoir le moindre doute, la moindre hésitation à un quelconque sujet. Il suivait son instinct et aujourd'hui ce dernier lui criait que quelque chose n'allait pas. Si son frère était toujours en vie, il ne lui ferait rien tant qu'il reste dans son coin. Mais s'il s'en prenait à Kagame d'une quelconque manière que ce soit il devra s'attendre à des représailles amères de la part de l'hunter. S'il y avait bien une chose que tous savaient c'est que s'en prendre à quelqu'un qu'il apprécie est tout simplement suicidaire. Heureusement, ces personnes se comptaient sur les doigts tant elles étaient peu nombreuses. Il y avait ses disciples, Kaien, son meilleur ami et Yona, même si cette dernière s'effaçait péniblement ces derniers jours.

"-T'as raison, tiens, ça f'ra moins d'histoire. M'enfin, c'est pas la solution à mon avis. Juste une technique carrément lâche d'éviter les problèmes. Après tu fais c'que tu veux."

-Tiens c'est une bonne idée ça. J'ai jamais vraiment été lâche, mis à part un moment où j'ai tout envoyé chié mais je devrais peut-être essayé. Vu les emmerdes que je m'attire à ne pas l'être, ça m'éviterait peut-être de crever à 40 ans.

Il venait de lâcher ça avec un ton largement ironique. De toute manière la vie l'était pas mal avec lui. Il avait beau essayer de protéger ce à quoi il tenait, les personnes qu'il appréciait il n'y parvenait pas. Il ne lui restait alors que la vengeance, douce amie qu'il côtoyait maintenant depuis trop longtemps, à un point même que parfois il pouvait la sentir regarder ce qu'il faisait par dessus son épaule. C'était une sensation étrange, comme si elle attendait qu'il fasse une connerie. Il avait du pas mal la rassasier à ce niveau-là d'ailleurs. Malheureusement pour lui il n'avait pas forte tendance à s'attacher mais une fois que c'était fait, que la machine était en route, bon courage pour l'arrêter. Là elle s'était relancée après six années, inutile de dire que non seulement c'était un peu rouillé, moins qu'avec Hana, mais tout de même et que donc il galérait quand à la manière dont il devait s'y prendre. Il pouvait donc parfois sembler pataud, maladroit, mais ce n'était jamais volontaire, uniquement causé par un stress de mal faire qu'il dissimulait tant bien que mal.

"-Du coup... On fais quoi ? On garde le cul posé par terre à tout ignorer ou... Et puis, on est quoi nous ? Des putains de pantins que tout le monde manipule ? Si c'est vraiment vrai, ma vie entière est basée sur un mensonge. On se croirait dans un putain de bouquin quoi ! Le père qui se révèle être un salaud de première, la mère qui cache bien tout histoire de bien faire chier le monde plus tard, et nous, nous les débiles naïfs, toi encore plus que moi d'ailleurs ! Et maintenant on est comme deux cons. Merci les parents, j'apprécie !"

-Boarf, je suis habitué à être le con de service, faut bien des gens pour encaisser toute la merde que les autres se prennent pas au visage.

Lâcha l'hunter en soupirant. Il allait p'tet sembler misanthrope mais bon, avec lui la vie a toujours été une grosse salope, il s'attendait pas à bien mieux...

-Je veux pas aller dans le pessimisme mais la vie pue et c'est euphémisme... M'enfin bon. On a pas trop le choix... Même le chat de Kaien avec trois pattes il a l'air plus heureux que moi alors...

Ajouta-t-il en grognant avant de lâcher un rire nerveux. Entre les fois où il sétait réveillé et qu'une voix lui murmurait "c'est quoi ton nom déjà ?" à l'oreille. Qu'il sentait un truc qui collait dans le lit et se rendait compte que c'était son propre vomit... A force il avait beau, même sans voir la vie en noir, encore cette fois en apprenant quelque chose qu'il aurait peut-être jamais du savoir, finir par voir la mort en rose. Au moins celle-là ne ment pas sur ce qu'elle propose.
Il repensa alors à cette période de débauche qu'il avait pu avoir, c'était une sorte de transition après Kyouko où il avait pas mal abusé de l'alcool et des femmes. Il ne le regrettait pas, y avait pas non plus de quoi en faire un drame. Le pire c'était qu'il n'était même pas amoureux, d'aucune d'entre elles, c'était juste qu'il voulait se vider l'esprit, ne penser à rien. L'arrivée de la petite Yagari l'avait justement calmé à ce sujet, il devait la garder souvent, prendre soin d'elle alors il avait rapidement arrêté ses bêtises, ces dernières avaient donc duré moins d'un an. Est-ce qu'il parlerait de ça à Kagame ? Sûrement pas, c'était le genre de chose qu'un adulte n'ira pas raconter à un gamin. D'autant plus qu'il savait pertinemment ne pas être un bon exemple à ce sujet, ayant recommencé à la mort d'Hana, sans les femmes cette fois mais avec une obsession de vengeance à la place. Il lui fallait quelque chose pour se raccrocher de toute manière, alors il avait tendance à prendre le premier truc venu. Est-ce qu'il aurait besoin d'en faire autant pour Yona ? Il ne savait pas trop. Leur relation n'avait pas été aussi longue que les précédentes, ce serait peut-être plus simple pour lui de s'en remettre. Et puis il n'était plus seul. Maintenant il y avait Kagame et Kaien même s'il n'en parlerait pas à ce dernier pour cause de jalousie évidente.


"-J'suis tellement désolée... Vraiment..."

-C'est pas grave, j'ai fais pire que pleurer en étant désorienté, t'as pas a t'excuser.

Dans un geste tendre, oui, tendre, il plaça une main d'un côté de la tête de Kagame et l'amena vers elle, la calant contre lui.

-Lâche-toi, pleure un bon coup et après on ira se changer les idées. Tu préfère un gigolo ou aller à la fête foraine du coin ?

Question rhétorique, il espérait tout de même qu'elle ne choisirait pas la première réponse, auquel cas il ne saurait probablement pas comment réagir. De toute manière elle était trop jeune pour ça. C'est pas parce qu'elle a dix huit ans qu'elle devait s'intéresser aux garçons ou aux filles, ou les deux, c'était pas lui qui irait la juger sur sa sexualité de toute manière. Toutefois en bon protecteur il tenta de la tester doucement.

-Tu sais le prof d'histoire de la Day Class est pas mal, il est un peu vieux mais du coup il doit être expérimenté.

Il souriait, content de lui, ravi de la taquiner, songeant que si elle s'énervait contre lui au moins elle cesserait de pleurer. Et puis il n'avait pas réellement menti, ce professeur faisait craquer ses élèves, entrant en concurrence avec Yagari, les jeunes filles se battant pour savoir lequel des deux était le plus beau. Quand à si il lui plaisait vraiment il n'en ferait rien, ce n'est pas lui qui irait critiquer par rapport à l'âge, il avait fait la même chose. En y réfléchissant il avait vraiment une sexualité compliquée, m'enfin, passons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kagame Yagari
Humain
Humain
avatar

Messages : 143
Points d'expérience. : 44

Feuille de Personnage
Double-compte : Kaien Cross

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Dim 21 Fév - 22:47

______________
-Si je le souhaite demain on pourrait t'annoncer que je suis mort. Y a rien de plus simple. Tu tue un humain et tu t'en sers pour remplacer ton corps. Et y a rien de tel qu'un accident de voiture pour dissimuler ce genre de choses car ça prend souvent feu. Mais quand j'y pense il s'agissait d'une attaque massive de level E, d'une embuscade. Ce n'est pas courant. Je vois que trois solutions. Il s'est allié avec quelqu'un qui a plus ou moins dressé ces créatures et a joué la comédie. T'étant évanouie tu ne sais pas ce qui s'est passé ensuite, il a très bien pu tout arrêter et mettre un ou deux cadavres suffisamment déchiquetés pour que l'on ne puisse pas reconnaître les victimes. La Guilde ne s'attarderait pas là-dessus, elle connaissait les propriétaires de la voiture et les hunter qui meurent à cause de vampires y en a des tas. Deuxième solution, il n'a pas eu le temps de mettre son plan en oeuvre et s'est fait attaqué par malchance. Enfin troisième solution il s'est fait trahir par son allié. Dans tous les cas je vais enquêter un peu là-dessus, je t'apprendrais à disparaître ainsi plus tard si tu veux. Pas tout de suite, sinon tu vas le faire et je vais devoir te retrouver. Avoir des réponses nous aidera tous les deux à faire notre deuil, je te parlerais de mes trouvailles si tu le souhaite, mais ça va prendre du temps.

Alors là, il l'avait soufflée avec son discours. Bien sûr, Kagame avait tout écouté et à peu près tout compris, mais bon. Elle n'était pas étrangère au meurtre, elle même tuait sans aucune once de pitié les Level E qui passaient sous le canon de ses pistolets, mais cela lui paraissait un peu extrême de tout de suite penser que son père avait programmé l'accident, ou même simplement tué quelques personnes. Malgré le monde dans lequel ils vivaient, rempli d'intrigues sanglantes, de traques éprouvantes et de tueries en bonne et due forme, elle n'osait imaginer les humains comme une race aussi meurtrière et dépourvue de code d'honneur comme leurs ennemi.

"-T'as pas le droit de penser que chaque être humain sur cette pauvre planète est un meurtrier sans âme, s'exclama-t-elle sans trop de conviction. Elle protestait car elle voulait garder foi, encore une bribe d'espoir en l'humanité. J'veux pas faire ma philosophe, mais c'est vrai quoi. J'veux dire, il est peut être simplement comme moi et maman, juste un pauvre type qui a eu le malheur de croiser un groupe de Level E. Je dis pas que y a personne derrière tout ça, et je veux pas écarter une possibilité. C'est juste que là, là maintenant, ça me paraît un peu gros. Tout ce que t'as dit, ça tiens debout, mais franchement, pour moi, il est mort en même temps qu'elle."

Elle ne mentait pas. Son esprit était comme bloqué depuis qu'ils avaient commencé à en parler, et si elle avait eu une infime once de naïveté stupide en pensant que songeant que ses parents avaient peut être miraculeusement réchappé de l'accident, désormais elle était intimement convaincue qu'il n'en était rien. Et même, elle priait de tout son cœur pour qu'ils soient vraiment partis rejoindre l'endroit où vont les morts, quel qu'il soit, et qu'il ne reviendraient pas sous forme de mort-vivant ou autre. Elle n'avait pas envie que les paroles de Tôga se révèlent être vraies et de devoir affronter son père comme un ennemi. Pourtant, elle ne pouvait ignorer la petite flamme vacillante que les mots de l'homme allumaient dans sa poitrine. Elle supposait que c'était une étincelle d'espoir, mais elle préféra tenter de l'étouffer sous le sentiment inconfortable d'appréhension qui lui enserrait la gorge.

-Tiens c'est une bonne idée ça. J'ai jamais vraiment été lâche, mis à part un moment où j'ai tout envoyé chié mais je devrais peut-être essayé. Vu les emmerdes que je m'attire à ne pas l'être, ça m'éviterait peut-être de crever à 40 ans.

La jeune fille grimaça à ces mots. Ils abordaient un sujet sur lequel elle n'aimait pas spécialement s'aventurer. C'était une mer d'eau gelée, tellement glissante qu'elle savait qu'elle tomberait forcément au moindre geste brusque ou faux pas. Alors elle faisait souvent en sorte de patiner en dehors de cette étendue dangereuse pour vite changer de sujet. Mais elle ne voulait pas encore froisser le Yagari ou le laisser seul dans ses idées noires. Ce serait franchement dommage qu'il ne profite pas encore un peu de sa vie, avant de devenir tout à fait vieux, et renonce à toute relation sérieuse. Quitte à ce qu'il se remette avec l'autre imbécile rousse.

Il n'était plus tout jeune, quoi qu'il en dise, et elle doutait sincèrement que s'il traînait trop, il retrouve un jour un amour durable. Elle détesterait qu'il vive en ermite, se contentant de plaisirs passagers de temps à autres.

"-40 ans, déjà ? C'est qu'tu t'fais vieux, mon pauvre, sourit-elle d'un air goguenard avec une perle de lassitude au coin des lèvres. Elle n'avait pas le cœur à montrer ses dents, mais elle faisait de son mieux pour ne pas avoir l'air trop déprimée, autant pour son amour-propre que pour Tôga. Plus sérieusement, tu devrais pas. Elle t'aime vraiment, t'sais. Si tu te pointes au bon moment avec un bouquet de fleur, un peu de sang et ton sourire de pervers, y a moyen d'avoir un truc intéressant, tu crois pas ? Elle te laissera pas tomber, pas tout de suite du moins. 'fin, si elle est comme je l'pense."

Là, elle venait de faire l'effort suprême. Elle n'aimait vraiment pas l'idée qu'il soit tombé amoureux d'une de ces ordures de chauve-souris, mais elle ne voulait le malheur de personne et elle devait avouer qu'elle avait vu l'amour inconditionnel qui les liait tous deux. Ils s'aimaient du plus profond de leur petit cœur, ça se reflétait dans leurs paroles lorsqu'ils parlaient l'un de l'autre, dans leurs gestes quand ils étaient ensembles, dans leurs yeux même. Kagame avait fait semblant de passer à côté, mais il était impossible de le rater. C'était beau mais en même temps tellement rageant ! Du coup, ils ne se lâcheraient pas avant un bon moment et elle ne pouvait rien pour cela. Elle avait réussi à les séparer, d'une façon un peu brutale, certes, mais elle se doutait que ce ne serait que temporaire. Ils étaient les deux côté d'un aimant. Aussi différents que complémentaires.

"-T'en fais c'que tu veux après, marmonna-t-elle, regrettant déjà un peu ses paroles. Si t'en prend pas compte, ça m'va aussi, hein."

Et puis, elle était tombée dans sa colère, s'affalant misérablement dans ce sentiment qui lui enflammait le cœur depuis le début de tous ces événements, et elle avait hurlé, pleuré et juré comme un diable.

-Boarf, je suis habitué à être le con de service, faut bien des gens pour encaisser toute la merde que les autres se prennent pas au visage. Je veux pas aller dans le pessimisme mais la vie pue et c'est euphémisme... M'enfin bon. On a pas trop le choix... Même le chat de Kaien avec trois pattes il a l'air plus heureux que moi alors...

Ce fut comme un déclic. Tôga avait lui aussi traversé de dure épreuve, sans doute plus qu'elle. Il avait perdu toutes les femmes qu'il aimait, son œil lui avait été ravi, son frère semblait lui avoir fait plus de crasses qu'on n'en trouve dans une poubelle, et maintenant, cette histoire lui explosait à la figure. Kagame n'y avait pas vraiment songé, mais maintenant, elle se sentait même gênée de s'être plainte à ce point alors que lui encaissait presque paisiblement. Lui plus que quiconque devrait hurler, pleurer, jurer et frapper tout ce qui bouge, même si elle avait du mal à se l'imaginer, et pourtant, il restait simplement assis là. Comme spectateur du film que la vie lui passait.

Elle ne dit rien, plantant son regard dans l'herbe et tentant de juguler ses émotions, par égard pour lui, mais les larmes ne cessaient de dévaler ses joues.

-C'est pas grave, j'ai fais pire que pleurer en étant désorienté, t'as pas a t'excuser. Lâche-toi, pleure un bon coup et après on ira se changer les idées. Tu préfère un gigolo ou aller à la fête foraine du coin ? Tu sais le prof d'histoire de la Day Class est pas mal, il est un peu vieux mais du coup il doit être expérimenté.

A travers le rideau d'eau salée qui lui brouillait la vue, elle dévisagea l'homme qu'elle ne savait plus vraiment comment nommer, les yeux écarquillés, bouche bée. Elle devait se tordre le cou car il l'avait rapprocher de lui, mais elle put voir son regard pétillant de malice. Un mince sourire s'étala sur les lèvres de la jeune fille qui ravala ses larmes et laissa échapper un petit rire presque inaudible. C'était tout lui ça, détourner les conversations importantes et graves sur une plaisanterie ou une phrase tout à fait incongrue, le tout dans une finesse qui n'avait rien à envier à de la dentelle. Mais c'était réconfortant, en un sens, de voir qu'au moins, une chose n'avait pas changé. De pouvoir se raccrocher à quelque chose de familier quand sa vie est chamboulée.

Elle enfonça gentiment son poing dans le ventre de l'homme avant de se redresser, quittant la chaleur du corps. Sans se départir de son sourire, elle se laissa tomber dans l'herbe grâce, sa vue protégée du soleil par l'ombre des feuilles de l'arbre. Elle croisa les bras derrière sa nuque et resta un instant silencieuse, les paupières fermées, appréciant simplement l'instant présent.

"-Tu sais que tu serais un très mauvais père ? C'était une question purement rhétorique, posée sur le ton de la confidence mais pleine de sarcasme. Sans rire, tu serais le pire... Tu te rend compte que tu essaye de me débaucher, là ? Concrètement, ça me dérange pas, mais t'as pas intérêt à garder cette habitude. Et puis, et toi dans cette histoire ? Tu te contenterais de regarder ? Nan, attend, c'est glauque là..."

Un autre rire léger comme un papillon s'envola de sa bouche, accrochant un courant d'air et dérivant dans le parc. Il était sans doute le meilleur père qu'elle avait eu, aimant, attachant, toujours prêt à détourner d'un malaise et surtout, il n'avait pas imposer ces barrières ridicules que tout parent installe, soi-disant pour assurer la protection, mais qui freinaient les progrès de la personne. Elle l'en remerciait chaleureusement en pensée d'ailleurs.

"-Hé, Tôga ? Le héla-t-elle doucement après un moment. Elle marqua une pause, juste pour laisser un oiseau trop proche s'envoler lorsqu'elle bougea la jambe. T'as pas intérêt à changer, même pour tes futurs gosses. J't'en voudrais toute ma vie. Nouvelle pause. Elle hésitait à poser la question qui lui brûlait la langue mais jugea qu'elle manquerait cruellement de tact en  la posant maintenant. T'avais pas des disciples à un moment ? Ils sont devenus quoi ?"

Elle ne les avait jamais connus, juste entendu parler d'eux à certains moments, lorsque le Yagari lui racontait d'une voix empreinte de fierté mal contenue les exploits qu'ils effectuaient, mais ils lui étaient d'un seul coup venus à l'esprit. Elle ne connaissait même pas leur nom d'ailleurs. Comme quoi, à l'époque, elle en avait strictement rien à foutre de tout.
______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 470
Points d'expérience. : 230

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Lun 22 Fév - 9:59

"-T'as pas le droit de penser que chaque être humain sur cette pauvre planète est un meurtrier sans âme. J'veux pas faire ma philosophe, mais c'est vrai quoi. J'veux dire, il est peut être simplement comme moi et maman, juste un pauvre type qui a eu le malheur de croiser un groupe de Level E. Je dis pas que y a personne derrière tout ça, et je veux pas écarter une possibilité. C'est juste que là, là maintenant, ça me paraît un peu gros. Tout ce que t'as dit, ça tiens debout, mais franchement, pour moi, il est mort en même temps qu'elle."

-Je comprends ta manière de voir les choses, mais je peux pas me contenter de ce que la Guilde me dit, surtout lorsque j'ai le moindre doute. Il a beau ne pas avoir été cool avec moi il reste mon frère. S'il a merdé j'aimerais le savoir, ça peut te paraître stupide mais même si la vérité est souvent dure à entendre je préfère la connaître que tout ignorer. On est bien moins manipulable quand on est suspicieux, même si les autres peuvent trouver ça chiant.

Et lui était extrêmement suspicieux, du genre à toujours remettre en question ce qu'on lui disait, à ne jamais croire les dires d'une personne, et les vérifier constamment. Il l'avait même fait à Yona, bien qu'à présent elle soit entré dans la club privilégié de ceux à qui il fait confiance.

"-40 ans, déjà ? C'est qu'tu t'fais vieux, mon pauvre. Plus sérieusement, tu devrais pas. Elle t'aime vraiment, t'sais. Si tu te pointes au bon moment avec un bouquet de fleur, un peu de sang et ton sourire de pervers, y a moyen d'avoir un truc intéressant, tu crois pas ? Elle te laissera pas tomber, pas tout de suite du moins. 'fin, si elle est comme je l'pense."

-Oh, je t'en prie, je vais seulement avoir trente sept ans ! Je suis pas si vieux que ça !

Il écouta ensuite ce qu'elle lui disait alors qu'un léger sourire vint se dessiner sur ses lèvres. Il repensait à ce soir où il avait croisé la route de Yona, la prenant pour un vampire venu attaquer l'école il avait menacé de la tuer et s'était énervé contre elle quand elle avait osé lui reprocher de trop fumer. Malgré ce départ tumultueux c'était pour lui un bon souvenir. Lui qui avançait trop vite avec ses grandes jambes, elle qui trottinait derrière pour le suivre et éviter de se perdre à nouveau. En y repensant même là elle était attachante. Enfin de toute manière maintenant qu'elle lui plaisait elle pourrait bien éternuer qu'il trouverait ça mignon. C'était le cas d'ailleurs, ses petits éternuements ressemblaient au bruit que pourrait faire un hamster enrhumé, c'était trop chou.

Quand on s'est rencontrés je l'ai mise en joue, j'ai même hésité sur son sexe avant d'entendre sa voix, elle portait une cape, pas ma faute. Ce qui m'a surprit c'est qu'elle se laissait faire, j'aurais pu la tuer elle aurait pas réagit. Y avait un truc dans son regard, c'était plus que de la tristesse, elle avait perdu un être cher qui s'était sacrifié pour elle. Comme on était dans le même bateau j'ai complètement zappé qui elle était et je l'ai emmenée chez moi, la montagne ça fait toujours du bien. Je crois que je lui ai rendu le sourire, elle a fait pareil avec moi.

Bon, il passerait sous silence les détails sexuels, ça la regardait pas plus que ça, c'était pas comme si il y aurait des conséquences, songeait l'hunter. Il trouvait néanmoins important de lui en parler, il lui avait raconté cette histoire en espérant qu'elle comprenne un peu plus qui était la jeune femme en dehors du vampire. Elle avait une personnalité, des sentiments, était émotive. Toutes ces choses il les avait réfutées pendant des années, convaincu que ces créatures sanguinaires n'avaient rien d'humain. A présent il reconnaissait que la différence était simplement due à leur sang, qu'ils étaient comme des cousins mais tout de même dangereux. Il restait bien entendu méfiant à leur égard mais était tout de même un peu plus conciliant.

"-T'en fais c'que tu veux après, marmonna-t-elle, regrettant déjà un peu ses paroles. Si t'en prend pas compte, ça m'va aussi, hein."

-J'en prends note, tes conseils sont rares après tout.

Pour ne pas dire inexistant, d'habitude c'était lui qui conseillait, pas l'inverse, mais il appréciait cette situation aussi.

"-Tu sais que tu serais un très mauvais père ? Sans rire, tu serais le pire... Tu te rend compte que tu essaye de me débaucher, là ? Concrètement, ça me dérange pas, mais t'as pas intérêt à garder cette habitude. Et puis, et toi dans cette histoire ? Tu te contenterais de regarder ? Nan, attend, c'est glauque là..."

-Le gigolo c'était une blague, après je t'ai juste conseillé une relation avec un homme qui doit avoir pas loin de mon âge.

Il se retenait de rire mais pouffa en entendant la suite de sa phrase, il l'avait changée tant que ça ?

Tu vas pas me dire que c'est l'éducation que je t'ai donnée qui te fais dire des trucs pareils, je suis certain que t'as pas eu besoin de beaucoup d'aide pour te pervertir. Et puis chez les Yagari la débauche, c'est comme une bonne bouteille de vin rare, ça se transmet ~

"-Hé, Tôga ? T'as pas intérêt à changer, même pour tes futurs gosses. J't'en voudrais toute ma vie. T'avais pas des disciples à un moment ? Ils sont devenus quoi ?"

-Ah parce que tu veux des frères et sœurs ?

Il la fixait, son sourcil droit haussé avant d'ajouter d'un ton plus amer en repensant à ce qu'elle lui avait dit lorsqu'ils étaient ensembles, Yona et lui.

Ça risque pas vraiment d'arriver. Même si je me remet avec Yona on a jamais vu un vampire et un hunter procréer, ou alors ça s'est passé y a très longtemps ou dans un autre pays. En plus elle est trop jeune pour ça, j'aurais sûrement la soixantaine bien passée quand elle en saura apte, mais comme je suis un hunter on retourne au problème numéro un.

Il sourit néanmoins quand elle demanda des nouvelles de ses disciples. C'était juste pour meubler où elle s'y intéressait vraiment ?

Y avait Kaito, je l'ai pas gardé longtemps, il était juste venu le temps que son maître qui était blessé guérisse, une forte tête ce gamin. Je les avais emmenés lui et Zero à une chasse au level e mais on s'est rendus compte que le level e était son frère, il m'en a voulu un moment, je pouvais pas savoir mais ça l'a soulagé de le tuer, que ça soit lui et pas un autre. Je comprends ça. Après Zero, enfin lui et son jumeau, Ichiru. Je les prenais souvent chez moi, j'étais ami avec sa famille. Mais y a six ans ils ont été attaqués par Shizuka Hio, la mère de Yona dont ils avaient tué l'amant. Ils ont été massacrés, il ne reste que Zero qui se change lentement en level e, je suis là pour le tuer s'il franchit la limite, il se bat depuis cinq ans avec ça si je me trompe pas. Enfin Yoko, je connaissais aussi sa famille. J'ai été son maître pendant plusieurs années, elle est à l'académie tu la loupera pas, elle porte des habits victorien, ça lui va bien.

Il marqua une pause et sourit, songeant à un détail qu'il trouvait amusant.

N'empêche entre moi qu'on surnomme le cow boy, le prof d'histoire qui s'habille comme un pirate et les deux trois autres personnes avec des fringues de style victorien c'est vraiment carnaval ici !

Il fallait avouer que c'était surprenant, en croiser plusieurs à la suite serait un moyen de devenir fou, de se questionner sur l'époque actuelle à en perdre les pédales. Enfin ça ne le dérangeait pas, il était du genre à porter ce qu'il voulait et à envoyer les autres se faire voir.

-D'ailleurs c'est lui que Yona a bousculé la dernière fois au resto. J'étais stressé du coup je lui ai sifflé son verre de rhum alors qu'il était parti pisser. T'aurais vu la tête qu'il a tiré. Tu l'as pas vu d'ailleurs ? Il était à la table d'à côté.

Et Tôga, père indigne jusqu'au bout qui n'hésitait pas à lui raconter les bêtises qu'il faisait. Bah, c'était rien de grave après tout, il lui en avait repayé un après. En y repensant au lieu de se promener avec un pack de bières après que tout soit parti en couilles il aurait pu le rejoindre pour picoler. Après c'était pas vraiment la manière la plus glorieuse pour faire connaissance, mais bon, entre alcoolo on se comprend.
Comparé à quelques minutes plus tôt Yagari c'était calmé, plus posé il s'était à nouveau adossé contre un arbre, avait fini sa clope et mangeait maintenant une glace, un cornet goût rhum raisin, l'un de ses parfums préférés tout en ayant à nouveau une pensée pour le prof d'histoire et son verre de rhum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kagame Yagari
Humain
Humain
avatar

Messages : 143
Points d'expérience. : 44

Feuille de Personnage
Double-compte : Kaien Cross

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Mer 24 Fév - 21:35

____________________
-Je comprends ta manière de voir les choses, mais je peux pas me contenter de ce que la Guilde me dit, surtout lorsque j'ai le moindre doute. Il a beau ne pas avoir été cool avec moi il reste mon frère. S'il a merdé j'aimerais le savoir, ça peut te paraître stupide mais même si la vérité est souvent dure à entendre je préfère la connaître que tout ignorer. On est bien moins manipulable quand on est suspicieux, même si les autres peuvent trouver ça chiant.

En soi, c'était compréhensible. Il n'était pas devenu ce qu'il était juste en claquant des doigts. Mais, d'un autre côté, c'était triste pour lui. Vivre sans croire aucune parole ou aucune personne devait être éprouvant et surtout, amener à la paranoïa. Ce que Tôga était très certainement, comme le prouvaient toutes ses paroles. Mais il était aussi surtout très réaliste, et ses propos avaient un peu calmé les ardeurs de Kagame.

"-Mouais, n'empêche que j'aime pas ça et que je reste sur mes positions, grommela-t-elle."

Certes, mais elle n'en était plus aussi convaincue, notamment par ce qu'elle ne l'avait jamais vraiment été. On a tous cette lueur débile d'espoir que ce soit une blague de mauvais goût, que la personne concernée va un jour surgir de derrière une porte ou d'un arbre en criant « Surprise ! J't'ai manqué ? ». Cette étincelle qui persiste et qui pousse les hommes à croire en la vie après la mort, la résurrection, la réincarnation ou même le Paradis. Personne n'aime voir sa famille, ses amis, ou même une simple connaissance partir pour toujours, alors on s'arrange pour faire comme si ce n'était pas le cas, pour soulager le cœur d'un poids qui aurait été trop lourd. Qui l'est encore pour certaine personnes d'ailleurs. Seulement, dans ce cas-là et avec les soupçons de Tôga, elle ne pouvait pas se permettre de garder ses petites convictions bornées et pleines de réalisme cru. Elle ne le pouvait plus depuis qu'elle avait appris l'existence des vampires, en fait.

Sauf que, Kagame restant une Yagari, elle était plutôt têtue. Et pleine de fierté, bien que ce ne soit pas toujours évident. Rien que pour son amour-propre, elle ne pouvait tout de même pas admettre juste avec quelques paroles, en un seul battement de cils qu'elle avait tort.

-Oh, je t'en prie, je vais seulement avoir trente sept ans ! Je suis pas si vieux que ça !

"-Bah si, en gros, t'es vieux, railla-t-elle, un sourire mutin aux lèvres."

Oh, ça va, lui taquinait tout le monde, partout, à toute heure du jour ou de la nuit, elle avait bien le droit de lui rendre un peu !

-Quand on s'est rencontrés je l'ai mise en joue, j'ai même hésité sur son sexe avant d'entendre sa voix, elle portait une cape, pas ma faute. Ce qui m'a surprit c'est qu'elle se laissait faire, j'aurais pu la tuer elle aurait pas réagit. Y avait un truc dans son regard, c'était plus que de la tristesse, elle avait perdu un être cher qui s'était sacrifié pour elle. Comme on était dans le même bateau j'ai complètement zappé qui elle était et je l'ai emmenée chez moi, la montagne ça fait toujours du bien. Je crois que je lui ai rendu le sourire, elle a fait pareil avec moi. J'en prends note, tes conseils sont rares après tout.

En écoutant cette histoire, Kagame détourna les yeux, pas très à l'aise. Elle voyait bien le bonheur sur le visage de Tôga quand il en parlait, et elle n'aimait pas spécialement. C'était touchant en soi, de découvrir le tenant de leur rencontre et du début de leur relation totalement inattendue. Ça le serait certainement plus si c'était pas une histoire d'amour et de guimauve entre un hunter et un vampire. De Sang-Pur. Tellement chiant... Ce mec a le don de me faire chier, concrètement. Il était en train de la faire culpabiliser d'avoir briser son couple.

"-Ouais, bon, c'est trop mignon, machin, quoique, même pas en fait, t'as failli la buter, dit elle, les yeux dans le vague, mais bref, c'est pas qu'ça m'intéresse pas mais rend toi compte que c'est l'histoire d'un interdit. Avec un vampire. Donc, m'en veux pas mais j'ai pas vraiment envie d'entendre ça."

Il devait certainement s'attendre à ce genre de réponse. Elle espérait, du moins, ne pas avoir déçu une quelconque attente de sa part. En même temps, qu'est-ce qu'il espérait en lui vomissant à la tête le début de son idylle, courte et ce certainement par sa faute ? Qu'elle s'attendrirait comme n'importe qui devant un chaton ou un chiot et l'encouragerait à grand renfort de gesticulations et de larmes d'émotion à voler à nouveau le cœur de sa belle ? Faut pas non plus exagérer. Il avait le droit de rêver, hein, elle ne l'en empêcherait pas, mais si c'était vraiment ce qu'il attendait d'elle, il la connaissait assez mal.

"-Et puis, quoi encore ? Gronda-t-elle, surjouant l'irritation. C'est un reproche ? Mes conseils sont rares, et alors ? Au moins, ils sont précieux, pertinents et utiles, eux !"

Croisant les bras sur sa poitrine, Kagame se remit sur ses pieds, comme si elle boudait, sauf qu'elle voulait juste détendre un peu ses jambes. Elle n'aimait pas vraiment passer des heures assise sans rien faire, elle avait l'impression de passer à côté de plein de choses et un sentiment d'impuissance tout à fait désagréable la prenait dans ces moments-là.

-Le gigolo c'était une blague, après je t'ai juste conseillé une relation avec un homme qui doit avoir pas loin de mon âge. Tu vas pas me dire que c'est l'éducation que je t'ai donnée qui te fais dire des trucs pareils, je suis certain que t'as pas eu besoin de beaucoup d'aide pour te pervertir. Et puis chez les Yagari la débauche, c'est comme une bonne bouteille de vin rare, ça se transmet ~

"-Tu rigoles ? S'exclama-t-elle, amusée. Avec toi à côté presque H24, mes pauvres oreilles de mignonne petite fillette ont dû en entendre des bonnes ! Tu t'en rends p't'être pas compte, mais toutes les trois phrases tu me sors un truc salace, j'en penserais presque que t'es en manque si je te connaissais pas ! N'empêche que tu manque cruellement de tact. Imagine si j'avais été une p'tite timide toute rougissante ! Tu m'aurais choquée à vie et j'oserais même plus te fréquenter."

Elle accentua ses dires en apposant une main sur son cœur et l'autre sur ses yeux, mimant le choc. Puis elle éclata d'un rire franc, se tordant en deux et se couvrant la bouche. Elle n'avait plus pris le temps de rire, ces temps-ci, entre son transfert précipité, sa mission de surveillance, ses nouvelles rencontres bonnes ou mauvaises et ces mésaventures avec la Sang-Pur. Cela la libérait d'un poids dont elle n'avait pas pris conscience plus tôt.

Son fou rire incontrôlé lui faisait monter les larmes aux yeux et faisait tressauter tout son corps. Il ricochait sur la surface du lac pour se perdre dans la multitude d'autres bruits. Elle n'avait aucun moyen de s'arrêter, ne sachant même pas vraiment pourquoi elle riait autant, mais cela lui faisait un grand bien. Elle finit pourtant par retrouver son calme, secouée de quelques hoquets et les yeux larmoyants.

-Ah parce que tu veux des frères et sœurs ? Ça risque pas vraiment d'arriver. Même si je me remet avec Yona on a jamais vu un vampire et un hunter procréer, ou alors ça s'est passé y a très longtemps ou dans un autre pays. En plus elle est trop jeune pour ça, j'aurais sûrement la soixantaine bien passée quand elle en saura apte, mais comme je suis un hunter on retourne au problème numéro un.

Kagame haussa un sourcil. Alors là, elle n'en était pas si sûre que lui. Les vampires buvaient du sang humain, leur corps était donc différent, et de fil en aiguille... Après, il était vrai que hunter et vampire, c'était pas très répandu, ni très bien vu. Mais bon, un hunter reste un humain avant tout, et humain et vampire, c'était pas nouveau, même si pas non plus très répandu.

"-Oh, ça nan, j'veux pas de morveux qui me collent aux jambes quand je voudrai te voir, répliqua-t-elle, acerbe. Ça bave partout, ça pleure pour rien et ça sent mauvais. Si tu passe ton tour, j'en serais plus que ravie ! Mais comme je sais que t'es du genre imprévisible, j'me prépare au pire. Pas forcément avec elle, d'ailleurs."

Et si ça pouvait être de quelqu'un d'autre, ça serait au moins supportable, ajouta-t-elle en pensée, ne voulant pas le vexer. Elle n'aimait pas spécialement les enfants, encore moins les bébés, mais elle pouvait éventuellement se montrer gentille avec ceux de ses proches. S'ils ne lui vomissaient pas dessus.

-Y avait Kaito, je l'ai pas gardé longtemps, il était juste venu le temps que son maître qui était blessé guérisse, une forte tête ce gamin. Je les avais emmenés lui et Zero à une chasse au level e mais on s'est rendus compte que le level e était son frère, il m'en a voulu un moment, je pouvais pas savoir mais ça l'a soulagé de le tuer, que ça soit lui et pas un autre. Je comprends ça. Après Zero, enfin lui et son jumeau, Ichiru. Je les prenais souvent chez moi, j'étais ami avec sa famille. Mais y a six ans ils ont été attaqués par Shizuka Hio, la mère de Yona dont ils avaient tué l'amant. Ils ont été massacrés, il ne reste que Zero qui se change lentement en level e, je suis là pour le tuer s'il franchit la limite, il se bat depuis cinq ans avec ça si je me trompe pas. Enfin Yoko, je connaissais aussi sa famille. J'ai été son maître pendant plusieurs années, elle est à l'académie tu la loupera pas, elle porte des habits victorien, ça lui va bien. N'empêche entre moi qu'on surnomme le cow boy, le prof d'histoire qui s'habille comme un pirate et les deux trois autres personnes avec des fringues de style victorien c'est vraiment carnaval ici !-D'ailleurs c'est lui que Yona a bousculé la dernière fois au resto. J'étais stressé du coup je lui ai sifflé son verre de rhum alors qu'il était parti pisser. T'aurais vu la tête qu'il a tiré. Tu l'as pas vu d'ailleurs ? Il était à la table d'à côté.

"-Holà, attends un peu ! S'écria-t-elle. Tu m'en dis trop à la fois là, j'suis pas un robot non plus ! Alors, déjà, c'est toi le boulet sentimental à qui on avait filé ma mission à la base mais qui en fait aurait pas le courage de tuer le Level E, là, Zero ?! Mais t'as pas fini de t'attendrir devant chaque vampire qui te fais un p'tit clin d’œil ? Nan, sérieux, ça commence à faire beaucoup ! Tu sais que tu vas perdre ton statut officiel de hunter si tu continue ? Voire même pire. Ces mecs sont des vautours, des hyènes, ils peuvent bien te le faire regretter ! Et puis franchement, t'as pas trouvé plus débile comme anecdote ? Nan, je m'en fous pas, juste un peu. Même c'est ce mec qui t'as tapé dans l’œil, qui a le même âge que toi et que tu me destinais. Vous êtes juste deux fétichistes des déguisements pour enfants, mais tu devrais peut être l'inviter à boire un coup."

Elle s'arrêta en voyant que l'autre s'était réinstallé et mangeait tranquillement sa glace. A la vue de cette gourmandise gelée, la chaleur lui retomba brusquement dessus, lui faisant presque ployer les épaules sous le choc. Elle avait complètement oublié qu'elle mourait de chaud et cet imbécile venait de le lui rappeler douloureusement. Elle en baverait presque.

Elle empoigna le bas de son pull et le rabattit plusieurs fois sur son ventre, créant des courants d'air qui s'engouffraient entre le tissu et son corps, le rafraîchissant à peine. Elle se réfugia à nouveau à l'ombre bienfaitrice des feuilles de l'arbre, s'écroulant à nouveau dans l'herbe en remontant un peu son pull pour laisser son ventre goûter à un peu plus de fraîcheur. Si elle avait pu se déshabiller entièrement, elle l'aurait fait volontiers, mais elle n'était pas sûre que toutes les personnes présentes dans le parc approuveraient.

"-'tain, fait trop chaud, grommela-t-elle. Tiens ta parole et passe-moi une glace, que j'meure pas à cause de ce soleil. Je suis en train de cuire, c'est un truc de fou... Je sais pas comment tu fais pour pas t'en plaindre. T'es une sorte d'extraterrestre ? Je vois que ça."
____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 470
Points d'expérience. : 230

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Mar 1 Mar - 14:52

"-Mouais, n'empêche que j'aime pas ça et que je reste sur mes positions."

-M'étonne pas.

Il avait lâché ça d'une voix blasée, il la connaissait par cœur et qu'elle ait ce genre de réaction n'avait clairement rien de surprenant. A vrai dire c'était la réponse à laquelle il s'attendait. C'était une Yagari, réussir à lui faire changer d'avis serait un vrai exploit mais le lui faire avouer était quasi impossible.

"-Bah si, en gros, t'es vieux."

-Mais t'arrêtes oui ?

Il grognait, il avait rien d'un vieux, ok il avait bientôt la quarantaine, et alors ? Il se sentait jeune lui et débordait d'énergie, surtout avec les quantités de café qu'il ingurgitait ! De toute façon avec les journées qu'il avait il n'avait pas vraiment d'autres choix. Il travaillait tout le temps, dormait peu, si son ami le café n'existerait pas il serait déjà en plein burn out. Arriva enfin la conversation qui gêne, le sujet dérangeant, Yona.

"-Ouais, bon, c'est trop mignon, machin, quoique, même pas en fait, t'as failli la buter, dit elle, les yeux dans le vague, mais bref, c'est pas qu'ça m'intéresse pas mais rend toi compte que c'est l'histoire d'un interdit. Avec un vampire. Donc, m'en veux pas mais j'ai pas vraiment envie d'entendre ça."

-Bah d'un côté une sang pure qui traîne dans l'académie sans que je sois au courant... Faut pas s'étonner qu'elle ai faillit se prendre une bastos... Je sais bien que tu t'en fous, je m'en doutais même avant de t'en parler, mais j'ai trop envie de te faire chier.

Il afficha un de ses fameux sourires en coins, les moqueurs, ce qui énervent bien comme il faut. A vrai dire il ne s'attendait à rien de positif en lui parlant de ça. Il voulait juste insister sur le côté inoffensif de la vampire, ce côté sentimental aussi qui la rapprochait tant des humains. Elle n'en avait rien à faire, tant pis, elle avait le droit de savoir alors il le lui avait dit. De toute manière il la savait curieuse, même si ce sujet ne lui plaisait pas il se doutait qu'elle devait tout de même se demander comment deux personnes pareilles avaient pu se rencontrer, elle avait maintenant sa réponse.

"-Et puis, quoi encore ? Gronda-t-elle, surjouant l'irritation. C'est un reproche ? Mes conseils sont rares, et alors ? Au moins, ils sont précieux, pertinents et utiles, eux !

-Ce n'est pas un reproche, d'ailleurs, si je le note c'est qu'ils sont utiles. Et comment ça "eux" ? Les miens ne le sont pas ? Je veux dire, mes conseils sérieux, pas ceux que je lâche pour me moquer de toi !

La pauvre Kagame. Il lui avait fait croire des tas de choses. Il la revoyait essayer de surprendre les oiseaux, de leur mettre du sel sur la queue pour qu'ils ne puissent pas s'envoler et les attraper. Il lui donnait vraiment des conseils stupides parfois mais malgré tout essayer de saler un piaf c'était pas facile, elle leur courrait après, devait être discrète, silencieuse, essayer de cacher son odeur en ne se plaçant pas dans le sens du vent et devait même parfois grimper aux arbres. Et mine de rien ça lui avait appris des trucs. Grâce à ça il l'avait ensuite initiée à l'étape suivante lorsqu'elle avait grandit, la chasse. Lapins, sangliers, cerfs, la montagne et plus particulièrement la forêt était l'endroit parfait pour ce genre de choses.

"-Tu rigoles ? Avec toi à côté presque H24, mes pauvres oreilles de mignonne petite fillette ont dû en entendre des bonnes ! Tu t'en rends p't'être pas compte, mais toutes les trois phrases tu me sors un truc salace, j'en penserais presque que t'es en manque si je te connaissais pas ! N'empêche que tu manque cruellement de tact. Imagine si j'avais été une p'tite timide toute rougissante ! Tu m'aurais choquée à vie et j'oserais même plus te fréquenter."

-Qu'est-ce qui te dit que c'est pas le cas ?

Il avait dit ça avec un sourire joueur, bien sûr il parlait du fait d'être en manque. Y avait toutefois un fond de vérité là-dedans, il avait des relations bizarres, c'était pas nouveau. Surtout avec une personne et là il ne s'agissait pas de Yona. Enfin bref, oui il était peut-être vulgaire, oui il disait souvent des trucs pas très recommandables mais bon, c'était sûrement grâce à ça qu'elle en savait un peu plus sur la reproduction humaine et ses déviances.
Il afficha soudainement un sourire plus sincère en la voyant rire. Il aimait la voir joyeuse, elle n'avait pas vraiment l'occasion d'être heureuse alors s'il pouvait lui offrir quelques instants de bonheur, lui permettre de se sentir bien pendant une heure ou deux, il était ravi.


"-Oh, ça nan, j'veux pas de morveux qui me collent aux jambes quand je voudrai te voir. Ça bave partout, ça pleure pour rien et ça sent mauvais. Si tu passe ton tour, j'en serais plus que ravie ! Mais comme je sais que t'es du genre imprévisible, j'me prépare au pire. Pas forcément avec elle, d'ailleurs."

-C'est marrant parce que cette description me rappelle toi quand t'étais bébé. Un jour je voulais te faire prendre un bain, je t'avais dans les bras toute nue le temps que l'eau coule et tu m'as pissé dessus. Je pense pas qu'ils te feraient des câlins en plus, avec ton caractère de merde tu leur ferais peur.

Il éclata d'un rire moqueur. C'était de la méchanceté gratuite mais elle l'avait cherché ! Surtout qu'elle n'avait pas fait que lui pisser dessus, nan, elle avait aussi régurgité pas mal de fois son repas sur la chemise du hunter. Vu comme il l'avait supportée elle lui devait bien quelques moqueries sympathiques ! En y pensant il s'était tellement occupé des mômes des autres, façon de parler pour Kagame, que maintenant il savait comment y faire. Et ça avait beau dater de presque vingt ans, c'était pas le genre de trucs qu'on oubliait facilement !

"-Holà, attends un peu ! Tu m'en dis trop à la fois là, j'suis pas un robot non plus ! Alors, déjà, c'est toi le boulet sentimental à qui on avait filé ma mission à la base mais qui en fait aurait pas le courage de tuer le Level E, là, Zero ?! Mais t'as pas fini de t'attendrir devant chaque vampire qui te fais un p'tit clin d’œil ? Nan, sérieux, ça commence à faire beaucoup ! Tu sais que tu vas perdre ton statut officiel de hunter si tu continue ? Voire même pire. Ces mecs sont des vautours, des hyènes, ils peuvent bien te le faire regretter ! Et puis franchement, t'as pas trouvé plus débile comme anecdote ? Nan, je m'en fous pas, juste un peu. Même c'est ce mec qui t'as tapé dans l’œil, qui a le même âge que toi et que tu me destinais. Vous êtes juste deux fétichistes des déguisements pour enfants, mais tu devrais peut être l'inviter à boire un coup."

-Oy, déjà je suis pas un boulet sentimental. Il se bat et il tient le coup, je vois pas pourquoi je lui tirerait une balle, je lui laisse sa chance et profiter du peu de temps qu'il lui reste tant qu'il peut. La Guilde je m'en branle, leurs ordres pourris aussi, je fais ce que je veux. Je dois le surveiller, c'est un hunter, le fils de l'une des plus grandes familles de chasseurs, même eux savent que c'est un élément important alors qu'ils arrêtent de me casser les couilles. Je suis et resterait seul juge de son état, si je vois qu'il devient dangereux je l'éliminerais sur le champ.

Tôga ? Vexé ? A peine. S'il y avait une chose qu'il n'aimait pas que l'on critique c'était sa manière de travailler. Pourquoi l'emmerder alors qu'elle était efficace ? Merde à la fin, il obtenait toujours le résultat souhaité et protégeait les humains, qu'est-ce qui leur fallait plus ? Qu'il se foute à poil et danse une samba ? Qu'ils aillent se faire foutre, cordialement.

"-'tain, fait trop chaud, grommela-t-elle. Tiens ta parole et passe-moi une glace, que j'meure pas à cause de ce soleil. Je suis en train de cuire, c'est un truc de fou... Je sais pas comment tu fais pour pas t'en plaindre. T'es une sorte d'extraterrestre ? Je vois que ça."

-J'ai chaud aussi, c'est juste que j'ai pas tendance à me plaindre. Si tu te posais un peu plus t'aurais moins chaud et au pire va faire trempette dans le lac.

Il lui tendit gentiment la glacière, la laissant choisir son parfum. Y avait de tout à vrai dire, une vraie caverne d'ali baba. Faut dire qu'il faisait grave chaud et que manger une vingtaine de glaces à la suite ne le rendrait même pas malade alors il ne s'était pas gêné pour prendre du choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kagame Yagari
Humain
Humain
avatar

Messages : 143
Points d'expérience. : 44

Feuille de Personnage
Double-compte : Kaien Cross

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Lun 21 Mar - 20:58

_________________________
Ils arrivaient à plaisanter, à se taquiner mutuellement et à avoir des discussions calmes et plus ou moins normales pour deux Yagari. Finalement, la situation n'avait pas tellement tourné en catastrophe, si ce n'étaient les quelques éclats de voix qui s'étaient élevés dans les airs. Mais ça avait été inévitable, au vu des révélations faites et du tenant de leurs débats. En fait, c'était compréhensible. Chacun connaissait l'autre, ce qui facilitait le dialogue, en un sens.

-M'étonne pas.


Plus blasé, tu meurs, songea-t-elle sans répliquer. Un grognement à peine compréhensible sortit des lèvres de Tôga, certainement pour montrer son mécontentement quant à leur discussion sur son âge. Kagame exagérait, elle ne le trouvait pas si vieux que ça. Au contraire, elle le trouvait plutôt bien conservé si on prenait en compte l'état d'un trentenaire moyen. Remarque, avec la vie qu'il menait, il avait à peine le temps de se ramollir pour lambiner. Du moins, c'était ce qu'elle supposait. Par ce que là, franchement, on dirait un morceau de jambon qui attend de sécher, s'amusa-t-elle intérieurement.

-Bah d'un côté une sang pure qui traîne dans l'académie sans que je sois au courant... Faut pas s'étonner qu'elle ai faillit se prendre une bastos... Je sais bien que tu t'en fous, je m'en doutais même avant de t'en parler, mais j'ai trop envie de te faire chier.

"-C'est trop gentil, mais te donne pas cette peine, l'académie le fait déjà, encore mieux que toi même, ironisa-t-elle, amère."

Elle balaya l'air de sa main, apportant un peu d'air à ses joues qu'elle gonfla légèrement, comme le ferait un enfant contrarié. Elle avait beau se dire « C'est ton travail, alors ferme-là et endure. », elle n'arrivait pas à ne pas se plaindre. C'était comme ça, elle avait besoin de râler un peu. La faute à qui ?

-Ce n'est pas un reproche, d'ailleurs, si je le note c'est qu'ils sont utiles. Et comment ça "eux" ? Les miens ne le sont pas ? Je veux dire, mes conseils sérieux, pas ceux que je lâche pour me moquer de toi !
"-Alors là, ils doivent être tout aussi rares que le miens, répliqua-t-elle, tout sourire. Je me rappelle pas un seul conseil qui m'aura été utile de ta part !"

Pour une fois que la jeune fille pouvait se lâcher en étant à peu près sûre que l'autre ne se vexerait pas, elle envoyait pique sur pique. De gentilles moqueries, rien de bien méchant, juste de quoi s'amuser et un prétexte pour se chamailler. Pas se frapper ou se battre hein. Elle en profitait pour se vider l'esprit et dire tous les mots qui venaient se loger sous sa langue, sans réfléchir, ni tourner sa langue sept ou dix fois dans sa bouche.

-Qu'est-ce qui te dit que c'est pas le cas ?
"-Et après ça dit que c'est moi qui me pervertis, grogna-t-elle, à peine embarrassée."

Après tout, avec tout ce qu'elle entendait avec lui à ses côtés, elle ne pouvait plus qu'avoir un peu honte quand il parlait aussi crûment, même si, à ça aussi, elle s'était habituée. Surtout que les autochtones ne semblaient pas vraiment aussi ouverts que le Yagari, de ce qu'elle avait pu voir et entendre. Elle les qualifierait même de coincés. Presque. Au moins de prudes. Des ados rougissants ou des adultes indignés et tout aussi embarrassés.

-C'est marrant parce que cette description me rappelle toi quand t'étais bébé. Un jour je voulais te faire prendre un bain, je t'avais dans les bras toute nue le temps que l'eau coule et tu m'as pissé dessus. Je pense pas qu'ils te feraient des câlins en plus, avec ton caractère de merde tu leur ferais peur.
"-Merci de me rappeler de bons souvenirs ! Je m'en souvenais plus, ça aurait été dommage que je perde cet épisode de ma vie... Le pire, c'est que je suis même pas désolé !"

Un petit clin d'oeil et un grand sourire suivirent cette réplique. Oeil pour œil, dent pour dent. Comme quoi, même gosse elle avait pu embêter Tôga !
"-Et puis, t'enflamme pas, les seuls câlins que je distribue, c'est à mon oreiller. Quand je le vois, continua-t-elle. Les effusions de joie avec des gamins, j'm'en passerai tu vois."

Une petite grimace écœurée pour accentuer ses dires et elle retrouvait un visage à peu près neutre, si ce n'étaient les commissures de ses lèvres qui se relevaient timidement vers ses joues. Elle étira ses bars et ses jambes, s'allongeant de toute sa longueur, jusqu'à sentir des tiraillements désagréables provenant de ses muscles qui protestaient. Un soupir de contentement s'échappa de ses lèvres. Et attention, voici un nouveau sujet houleux qui débarque : la Guilde ! Ou Zero, à voir.

-Oy, déjà je suis pas un boulet sentimental. Il se bat et il tient le coup, je vois pas pourquoi je lui tirerait une balle, je lui laisse sa chance et profiter du peu de temps qu'il lui reste tant qu'il peut. La Guilde je m'en branle, leurs ordres pourris aussi, je fais ce que je veux. Je dois le surveiller, c'est un hunter, le fils de l'une des plus grandes familles de chasseurs, même eux savent que c'est un élément important alors qu'ils arrêtent de me casser les couilles. Je suis et resterait seul juge de son état, si je vois qu'il devient dangereux je l'éliminerais sur le champ.
"-Ow, déjà tu vas t'calmer un coup ! Moi aussi j'peux faire chier le monde en braillant comme un gamin ! Ça t'plaît pas qu'on touche à ton p'tit Zero ? Bah va le leur expliquer à eux, moi j'y peux rien. J'exécute les ordres comme on me les dictes, même si ça me fait chier, alors plutôt que de t'en prendre à moi, t'as qu'à aller leur redire ça ! Moi j'suis pas comme toi, moi j'suis un p'tit mouton, un clébard qui fait tout ce que son maître veut ; si on m'dit de l'buter, j'le ferai sans aucune pitié. Tu peux être un rebelle, si ça te fais plaisir, si ça peut te faire te sentir plus fort que tout le monde, mais viens pas me faire chier dès que j'te parle de la Guilde ! Nan mais sérieux, redescends d'un cran ! C'est bien joli ton histoire de « seul juge de son état », mais à par flatter ton ego, ça sert à rien, t'es plus tout seul là-dessus, faudra t'y faire ! Moi j'le connais pas, je serai pas mamie gâteaux avec lui, et t'as pas intérêt à m'embrouiller si je fais mon taff' correctement."

Kagame termina sa tirade en inspirant un grand coup. Sous l'effet de la colère, elle avait tout débiter d'un trait, sans prendre le temps de respirer, si bien que son visage s'échauffait sous le manque d'oxygène. Les poings serrés, elle fulminait encore mais n'ajouta rien de plus, de peur d'encore plus s'emporter. Il exagérait là, la situation avait été stable jusque là, et il trouvait le moyen de la refaire partir comme elle avait commencé ! Top la journée... Si encore le soleil n'avait pas été si présent, elle aurait pu être un minimum supportable. Mais là, elle avait juste envie de rentrer ou de se caler quelque part, n'importe où, et de dormir jusqu'au lendemain, histoire de faire passer cette pourriture de journée.

-J'ai chaud aussi, c'est juste que j'ai pas tendance à me plaindre. Si tu te posais un peu plus t'aurais moins chaud et au pire va faire trempette dans le lac.

Elle jeta un regard méprisant aux gourmandises dans la glacière et renifla, montrant très élégamment sa rancune. Elle avait chaud, certes, mais là, maintenant, elle n'avait plus aucune envie de manger une glace en compagnie de Tôga.
"-Ouais, finalement, laisse tomber, lâcha-t-elle en se relevant. Elle épousseta son pantalon. J'vais pas tarder à me casser, j'ai rien à faire ici."

Pour le caractère de cochon, c'était réussi. Mais les rebondissements de cette journée l'avaient épuisée et elle ne se sentait plus de continuer à discuter comme ça avec lui. Trop de bouleversements s'enchaînaient, et ils ne lui laissaient pas assez de temps pour souffler. Ok, l'autre aussi devait être à cran, mais ça ne lui donnait pas le droit de se défouler sur elle ! Ils étaient tous deux dans la même galère, peut être lui plus qu'elle sur plusieurs points, mais Kagame n'avait plus le cœur de le soutenir. Pas maintenant alors que leur relation venait de connaître plus de chamboulements en quelques heures qu'en toute une vie.
_________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 470
Points d'expérience. : 230

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Mar 22 Mar - 17:53

"-C'est trop gentil, mais te donne pas cette peine, l'académie le fait déjà, encore mieux que toi même."

-De toute manière tu n'as jamais vraiment aimé l'école, n'est-ce pas ? Tu passais ton temps à te faire virer d'école en école. Ton tempérament était impossible à canaliser pour aucun de tes professeurs, en revanche tu étais la meilleure en sport !

Kagame, tête brûlée qui passait plus de temps à se battre contre les garçons qu'à étudier. Combien de fois Yagari s'était retrouvé dans le bureau du proviseur, appelé car les parents de la brunette étaient au travail, le directeur lui faisait alors la liste de tout ce qu'avait fait la jeune fille. Si Yagari ne disait rien lorsque l'on parlait de bagarre, elle avait bien le droit de mettre une droite à ce gamin s'il avait essayé de soulever sa jupe, il la grondait néanmoins lorsqu'elle était insolente envers ses professeurs. Il comprenait cependant qu'elle puisse ne pas aimer l'école. Pourquoi y aller et étudier lorsque notre futur métier est tout tracé ? Ce serait tellement mieux si elle pouvait commencer son travail dès maintenant, elle en avait les compétences après tout. Malgré ces soucis, elle avait tout de même des notes respectables dans presque toutes les matières malgré quelques difficultés dans certaines. Il fallait dire que la demoiselle était intelligente et surpassait tous les élèves en sport que ce soit pour sa rapidité, son agilité ou son endurance.

"-Alors là, ils doivent être tout aussi rares que le miens. Je me rappelle pas un seul conseil qui m'aura été utile de ta part !"

-Vraiment ? Même en cherchant bien ? Ça me désole...

Et pourtant c'était pas faute de lui en donner comme par exemple comment bloquer son bras si elle ne voulait pas se prendre le pistolet en pleine tête après avoir tiré, etc. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle soit reconnaissante, à vrai dire ce n'était même pas ce qu'il voulait. La seule chose qui importait pour le borgne c'est qu'elle les mette en pratique et reste en vie. Les dangers et risques de ce métier étaient trop présent pour qu'elle mette sa vie en second plan.

"-Et après ça dit que c'est moi qui me pervertis."

-Oh non, je suis fautif, je pense simplement qu'à présent tu n'as pas besoin de moi pour aggraver ton cas.

Oui il avait probablement déclenché ce côté de la personnalité de la jeune fille, permis à ce qu'il s'installe peu à peu mais ça faisait déjà un bon moment qu'elle avait prit la relève toute seule et l’entraînait par elle-même, c'était trop facile de lui mettre tout sur le dos tout le temps, non mais. Même si peu de temps après il prouva dans ses propos l'existence de son côté pervers bien à lui.

"-Merci de me rappeler de bons souvenirs ! Je m'en souvenais plus, ça aurait été dommage que je perde cet épisode de ma vie... Le pire, c'est que je suis même pas désolé !"

-M'étonne pas, je l'ai toujours su que t'étais une pisseuse.

Et il lâcha ces mots avec un sourire amusé, presque taquin. Il semblait fier de son petit jeu de mot et attendait avec impatience la réaction qu'il allait procurer à la jeune femme alors que cette pique venait de lui être adresser. Allait-elle s'enflammer ? Se vexer ? Grogner ? Ou bien encore lui rendre la pareille ? C'était devenu un jeu pour eux d'embêter l'autre, de le pousser dans ses retranchements. Bien sûr parfois ça dérapait et finissait en dispute, enfin, disons plutôt Tôga se faisait engueuler mais il faisait ça pour une bonne raison ; il l'entraînait. Le travail dans lequel elle entrait était majoritairement masculin. Si elle voulait y avoir sa place elle allait devoir s'affirmer et résister aux méchancetés qu'on pourrait lui dire. Car ce que Tôga pouvait lui sortir n'était rien par rapport à ce qu'on lui dirait. Il voulait la protéger en la rendant insensible à ce genre de choses, tout comme la chasse aux vampires il suffisait de s'entraîner.

"-Et puis, t'enflamme pas, les seuls câlins que je distribue, c'est à mon oreiller. Quand je le vois. Les effusions de joie avec des gamins, j'm'en passerai tu vois."

-Je ne savais pas que tu étais une adepte de la masturbation au coussin... Enfin chacun ses goûts, je ne te juge pas.

S'il s'était amusé à l'embêter à ce sujet, tout content à l'idée de pouvoir la gênée, ce qui étais difficilement réalisable pour lui, il tentait d'ailleurs d'ores et déjà de deviner comment elle allait réagir, peut-être allait elle avoir l'air outrée mais rirait-elle intérieurement comme elle le faisait souvent. La curiosité de l'inconnu, c'était une des choses qu'il le poussait à faire ce jeu avec elle.
Malheureusement le sujet de la conversation dériva vite et un conflit éclata, le visage du borgne se décomposa quand la colère l'envahit, réduisant la joie à néant. Perdre son statut en tant qu'hunter, ça ne le gênait pas. Il sacrifierait tout ce qu'il avait pour la protéger elle ou ses élèves. Pourquoi ne le comprenait-elle pas ? Ou peut-être bien qu'elle le savait déjà mais refusait de l'admettre car ça ferait d'elle quelqu'un de cruel à cause de ses mots.
Seulement il ne pourrait jamais la voir comme ça et l'entendre s'énerver encore plus commença à chasser sa colère, la tristesse prenant eu à peu la place. Lui qui n'était pas habitué à subir de tels torrents d'émotions était mit à rude épreuve ces derniers temps. Pourquoi ne le laissait-on pas être glacial comme à son habitude, ne rien ressentir ? Il aimerait pouvoir se détacher de tout ça, retirer son âme, la mettre ailleurs pour ne plus éprouver de colère, de rancœur et de douleur mais c'était impossible.


"-Ow, déjà tu vas t'calmer un coup ! Moi aussi j'peux faire chier le monde en braillant comme un gamin ! Ça t'plaît pas qu'on touche à ton p'tit Zero ? Bah va le leur expliquer à eux, moi j'y peux rien. J'exécute les ordres comme on me les dictes, même si ça me fait chier, alors plutôt que de t'en prendre à moi, t'as qu'à aller leur redire ça ! Moi j'suis pas comme toi, moi j'suis un p'tit mouton, un clébard qui fait tout ce que son maître veut ; si on m'dit de l'buter, j'le ferai sans aucune pitié. Tu peux être un rebelle, si ça te fais plaisir, si ça peut te faire te sentir plus fort que tout le monde, mais viens pas me faire chier dès que j'te parle de la Guilde ! Nan mais sérieux, redescends d'un cran ! C'est bien joli ton histoire de « seul juge de son état », mais à par flatter ton ego, ça sert à rien, t'es plus tout seul là-dessus, faudra t'y faire ! Moi j'le connais pas, je serai pas mamie gâteaux avec lui, et t'as pas intérêt à m'embrouiller si je fais mon taff' correctement."

-Calme toi, aucun de mes mots ne t'était destiné, je me suis énervé sur la Guilde, pas sur toi malgré que tu ais parlé de moi comme un "boulet sentimental qui n'a pas le courage de le tuer et qui se laisse attendrir par les vampires." Si je perds mon statut d'hunter je m'en moque, je sais bien que tu ne veux pas être méchante quand tu me parles, même si c'est comme ça alors je t'en veux pas et j'ai aucune raison de te crier dessus.
Ce que je viens de te dire ils le savent déjà, j'irais leur répéter autant de fois qu'il le faudra. Et ne dis pas que tu es un chien ou un mouton, ne te rabaisse pas, tu vaut mieux que les autres.
De même que je ne suis pas un rebelle sinon je ne serais pas bloqué comme ça. Cesses de tout prendre pour toi, de te sentir agressée, tu sais parfaitement que je ne désire pas dire quoi que ce soit qui pourrait te blesser.
Et oui je tiens à Zero tout comme je tiens à toi et si quelqu'un avait le malheur de te faire du mal, que tu te change en level E ou nonn je le traquerais probablement encore plus que j'ai traqué pour Hana, je détruirais tout, ma propre vie s'il le faut et je le torturais plus que je n'ai jamais torturé qui que ce soit.
Tu comptes pour moi, plus que tu ne le penses... Tu m'es précieuse et je suis fier de chaque chose que tu accomplis, que j'ai lu cette lettre ou non ne change rien, c'était déjà le cas avant...


Yagari qui s'était redressé lorsqu'elle a commencé à lui hurler dessus s'était rapproché d'elle au moment où il avait baissé le ton et caressait sa joue avec une tendresse inhabituelle. Il s'en voulait d'avoir cité ce qu'elle avait dit car en faisant ça il lui montrait qu'elle l'avait blessé et ce n'était pas ce qu'il voulait. Il devait être fort pour elle, la laisser s'énerver sur lui, lui dire tout ce qu'elle ressentait sur tout, même si ses mots devenaient atroces. Il sentait cette responsabilité, celles d'apaiser ses maux, il voulait qu'elle puisse se laisser aller sans regretter par la suite, il savait comme elle souffrait et voulait juste être là pour la soutenir, pour l'aider à rester debout aussi longtemps que possible.

-Ne crois pas que le fait que je refuse que tu élimine Zero remette en cause tes compétences, j'ai simplement confiance en sa capacité à se battre. Il a le droit de vivre jusqu'au bout, on ne peut pas lui enlever ça. Tout comme toi il vient d'une puissante famille d'hunter, sa perte serait considérable. Tant qu'il résiste au sang et qu'il remplit ses missions je ne l'abattrait pas.

Ne voulant pas l'embêter plus il se rassied et prit sa tête entre ses mains, dépité. Encore une fois les barrières infranchissables qu'il s'entêtait à dresser étaient tombée et il avait avoué ce qu'il avait sur le cœur : Il tenait à Kagame plus que tout. Elle était la seule famille qui lui restait, ça pouvait semblait infime pour certain mais ce lien était extrêmement important aux yeux du brun et il ne voulait pas le détruire ou l'abîmer. On a beau retirer les clous que l'on enfonce dans une porte il y aura toujours des trous, le bois restera fragilisé. Lui même avait reçu déjà beaucoup de clous mais là n'était pas la question, il irait bien, il est solide. C'était elle qu'il devait préserver même si cela signifiait être encore blessé. Il encaisserait pour elle autant qu'il pourra le supporter et peut-être plus s'il le faut.

-Tu es tout ce qu'il me reste...

Lâcha-t-il d'une voix inhabituelle, emplie d'émotions habituellement dissimulés derrière un ton sévère ou joueur. Elle pouvait s'énerver sur lui, le frapper, l'insulter rien ne changerait, il ne lui en voudrait pas, il ne pouvait pas. Sans vraiment lui demander la permission il la prit dans ses bras et la câlina comme on le ferait avec un coussin. Oui, le fameux coussin, fallait bien qu'il revienne celui-là. Même si à en juger par la douceur du hunter on aurait plus dit qu'il cherchait à protéger une poupée fragile, un diamant qui se briserait s'il était heurté une fois de plus

(Faut que j'arrête d'écouter les musiques de Shigatsu wa Kimi no Uso quand j'écris xD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kagame Yagari
Humain
Humain
avatar

Messages : 143
Points d'expérience. : 44

Feuille de Personnage
Double-compte : Kaien Cross

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Sam 2 Avr - 18:50

_______________________
-De toute manière tu n'as jamais vraiment aimé l'école, n'est-ce pas ? Tu passais ton temps à te faire virer d'école en école. Ton tempérament était impossible à canaliser pour aucun de tes professeurs, en revanche tu étais la meilleure en sport !

Kagame sourit en se remémorant ces moments passés dans cette prison pour mineurs appelée « École ». On y avait pas le droit de se battre, de crier et on était obligé d'écouter le baratin de professeurs intimement convaincus que ce qu'ils disaient était passionnant. Pour la Yagari, ç'avait été le plus puissant somnifère qu'elle aurait pu trouver. A l'époque, elle était violente, bien plus que maintenant. Quand quelque chose ne lui plaisait pas, elle cognait aussi fort que ses petits bras mal-entraînés le lui permettaient, ce qui laissait tout de même un souvenir amère à ses opposants. Bien évidemment, elle avait entraîner son oncle dans tout ça, sinon, ça aurait été moins drôle. Elle revoyait le directeur vociférer en énumérant toutes les « bêtises » qu'elle avait pu faire et son oncle, grand comédien, la disputer pour faire bonne figure. Le seul sujet sensible, ç'avait été les prof's. Sûrement que, les considérant inconsciemment comme futur collègue, son instinct le poussait à les protéger, à défendre le poste qu'il n'occupait pas encore. En y repensant, peut être savait-il déjà qu'il serait amené à jouer le gentil maître d'école et qu'il cherchait par tous les moyens à s'assurer une classe sans « Kagame Yagari Junior/Senior » parmi les élèves.

"-En même temps, qu'est-ce que vous trouver de bien à votre boulot sérieux ? Répliqua-t-elle. Y a rien d'intéressant dans ce que vous dites, on s'en tape, on veut juste rentrer et pioncer jusqu'au mois prochain ! C'est de l'esclavage de nous faire lever à six heures du mat' juste pour écouter un vieil imbu de lui même qui aime s'écouter parler quoi !"

Elle avait gardé le souvenir de ces nuits trop tôt interrompue, où elle se levait comme un mort-vivant sortirait de sa tombe. Maintenant, elle se rattrapait en dormant jusqu'à pas d'heure, quand on voulait bien la laisser tranquille.

-Oh non, je suis fautif, je pense simplement qu'à présent tu n'as pas besoin de moi pour aggraver ton cas. 


Kagame lui tira la langue dans un geste très élégant et mature. Quand les rouages sont en marche, difficile de les arrêter. Il avait été le déclencheur, il avait donné de la vitesse, et du coup, elle faisait le reste, elle l'admettait. Mais bon, elle était encore loin du niveau de son oncle quand même.

-M'étonne pas, je l'ai toujours su que t'étais une pisseuse.

"-Sympa, grogna-t-elle, presque vexée. Elle ne pouvait pas être sûre qu'il rigolait mais elle s'en doutait. Sérieux, tes blague c'est de la merde... Merdeux."

Tu voulais jouer ? Bah moi aussi. Elle n'était pas fière de cette « blague », si on pouvait appeler ce jeu de mot ainsi, mais elle avait voulu se mettre au niveau de Tôga pour cette fois. Elle avait son sang qui coulait dans ses veines, elle devait bien s'en montrer digne un jour ou l'autre !

-Je ne savais pas que tu étais une adepte de la masturbation au coussin... Enfin chacun ses goûts, je ne te juge pas.

Kagame aussi un sourcil, une expression presque blasée sur le visage. Il parlait toujours sans réfléchir, disant ce qu'il voulait, n'en déplaise à autrui, mais franchement, même si elle avait l'habitude, il sortait parfois des phrases beaucoup trop débiles pour elle. Malgré le fait que cette phrase totalement incongrue la faisait presque rire par son idiotie, elle garda un visage désabusé même si elle décida d'entrer dans son jeu.

"-Sérieusement ? Soupira-t-elle en croisant les bras. C'est toi qui me désole, là... T'as pas trouvé mieux ? Nan, mais déjà, y avait rien dans ce que j'ai dit qui aurait pu éventuellement t'amener à dire ça. Mais en plus, tu te moques de mon histoire d'amour ? Je donnerais beaucoup pour savoir ce qu'il se passe dans ta tête avant que tu n'ouvres la bouche pour me sortir de pareilles conneries. Ça en devient blessant, tu sais. Voire gênant de savoir qu'on est de la même famille."

Un petit clin d'oeil ponctua ses paroles, histoire qu'il ne se méprenne pas sur son réel ressenti. C'était un jeu, et ils le savaient tous deux, mais Kagame avait parfois peur que des paroles trop véhémentes le fassent douter. Après-tout, elle l'aimait bien, ce vieux grincheux et pervers. Seulement, il y avait des fois où il allait trop loin et elle ne se contrôlait plus, laissant tomber ses mots comme autant de bombes.

-Calme toi, aucun de mes mots ne t'était destiné, je me suis énervé sur la Guilde, pas sur toi malgré que tu ais parlé de moi comme un "boulet sentimental qui n'a pas le courage de le tuer et qui se laisse attendrir par les vampires." Si je perds mon statut d'hunter je m'en moque, je sais bien que tu ne veux pas être méchante quand tu me parles, même si c'est comme ça alors je t'en veux pas et j'ai aucune raison de te crier dessus.
Ce que je viens de te dire ils le savent déjà, j'irais leur répéter autant de fois qu'il le faudra. Et ne dis pas que tu es un chien ou un mouton, ne te rabaisse pas, tu vaut mieux que les autres.
De même que je ne suis pas un rebelle sinon je ne serais pas bloqué comme ça. Cesses de tout prendre pour toi, de te sentir agressée, tu sais parfaitement que je ne désire pas dire quoi que ce soit qui pourrait te blesser.
Et oui je tiens à Zero tout comme je tiens à toi et si quelqu'un avait le malheur de te faire du mal, que tu te change en level E ou nonn je le traquerais probablement encore plus que j'ai traqué pour Hana, je détruirais tout, ma propre vie s'il le faut et je le torturais plus que je n'ai jamais torturé qui que ce soit.
Tu comptes pour moi, plus que tu ne le penses... Tu m'es précieuse et je suis fier de chaque chose que tu accomplis, que j'ai lu cette lettre ou non ne change rien, c'était déjà le cas avant...


Ces paroles laissèrent Kagame bouche-bée, la colère qui bouillonnait dans ses entrailles soufflée par les mots de Tôga. Ils avaient eu des hauts et des bas, mais jamais encore les deux en même temps. En quelques minutes, peut être quelques heures, elle avait arrêté de s'en soucier, ils étaient passés par plus d'émotions que leur cœur ne pouvait en supporter, passant d'un extrême à l'autre en quelques secondes. C'était éprouvant et tous deux le ressentaient, elle en était sûre. Lui se laissait de plus en plus aller à se livrer, chose qu'il ne faisait pas souvent, elle explosait à la moindre perturbation, ce qui ne lui ressemblait pas non plus. Un ton trop haut et ils perdaient le contrôle pour regretter ensuite.

Ses paroles plongèrent droit au cœur de la jeune fille qui se fendit. Elle se rendait enfin compte de la bonté infinie de cet homme prêt à risquer sa vie pour les êtres chers à son cœur. Il la protégeait au mépris de lui-même, et ce depuis bien longtemps. Elle se rendit compte de son égoïsme sans bornes. Elle n'avait jamais vu cette facette fragile de Tôga et le regrettait amèrement aujourd'hui. La carapace qu'il s'était forgée au cours du temps se brisait, morceaux par morceaux, et elle en était coupable.

C'était certainement l'être le plus gentil qui lui ait été donné de connaître et elle était en train de le briser, même si c'était involontaire. Elle le voyait dans ses yeux d'habitude si rieurs et malicieux.

-Ne crois pas que le fait que je refuse que tu élimine Zero remette en cause tes compétences, j'ai simplement confiance en sa capacité à se battre. Il a le droit de vivre jusqu'au bout, on ne peut pas lui enlever ça. Tout comme toi il vient d'une puissante famille d'hunter, sa perte serait considérable. Tant qu'il résiste au sang et qu'il remplit ses missions je ne l'abattrait pas.

Elle était bouleversée de voir Tôga ainsi. Il ne lui avait pas souvent montré ce côté si sensible de lui-même, mais elle aurait dû se douter de son existence. Chaque être humain, qu'il soit fort comme un demi-dieu, insensible comme une pierre ou même aussi populaire qu'une star, chacun a, au fond de lui, logée derrière son cœur, une âme bien vivante et bien humaine. Si l'erreur est humaine, les sentiments le sont aussi. Elle se leurrait en se bornant à la face joueuse et enjouée du Yagari, en pensant qu'il resterait ainsi pour toujours, sans montrer la moindre faille, et si jadis elle l'admirait pour ça, aujourd'hui elle en comprenait les conséquences et le lourd fardeau.

Il avait implosé, avait arraché ses sentiments les plus lourd de son cœur et les déposait maintenant à ses pieds, inoffensifs, et pourtant, qu'est-ce qu'ils faisaient mal !

-Tu es tout ce qu'il me reste...

A ces mots, ses bras vinrent l'entourer, et elle se laissa faire, sous le choc. Elle en avait presque des hauts-le-cœur tant ses entrailles se tordaient de culpabilité. Elle l'aimait profondément mais n'avait jamais vraiment fait attention à son malheur. Comme il exposait toujours sa bonne humeur, elle n'avait vu de lui qu'un homme heureux et bien dans sa peau. Sans voir la tempête émotionnelle qui faisait rage derrière les sourires et les piques qu'il lançait à tout va.

Ses bras, hésitants, se posèrent sur le dos de l'homme, lui rendant timidement son étreinte. Elle avait l'impression qu'elle n'avait pas le droit, vu le mal qu'elle lui faisait inconsciemment. Elle n'avait pas les mots pour dire ce qu'elle ressentait, pas les bons. Elle aurait voulu lui dire que tout irait bien, qu'il n'avait pas à s'en inquiéter et que tout rentrerait dans l'ordre. Mais qu'est-ce qui rentrera dans l'ordre ? Qu'est-ce que je pourrais faire pour qu'il aille mieux ?

"-Je... J'ai pas été très cool avec toi, désolé. Je me suis emportée pour rien."

Ok... C'était pas vraiment ce que je pensais dire. C'est tellement minable !

"-J'essayerai de... d'être plus là pour toi. Je sais pas si ça t'aidera, mais..."

Je voix pas ce que je peux faire d'autre pour toi... ajouta-t-elle en pensées. Elle passait maladroitement ses doigts dans le dos de Tôga, espérant que ça puisse le calmer un peu.

"-Tu... Tu peux pleurer, si ça peut te soulager."
_______________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 470
Points d'expérience. : 230

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Mer 13 Avr - 0:34

"-En même temps, qu'est-ce que vous trouver de bien à votre boulot sérieux ? Y a rien d'intéressant dans ce que vous dites, on s'en tape, on veut juste rentrer et pioncer jusqu'au mois prochain ! C'est de l'esclavage de nous faire lever à six heures du mat' juste pour écouter un vieil imbu de lui même qui aime s'écouter parler quoi !"

-Hum... Merci pour moi...

Il ne savait pas si elle avait songé au fait qu'en disant cela elle l'incluait automatiquement dans l'équation mais se doutait bien toutefois qu'elle en était parfaitement au courant et l'avait possiblement dis volontairement dans le but de l'emmerder.
Heureusement il ne le prit pas mal et se contenta pour seule réponse de la bouder d'une façon plus ou moins réaliste. A vrai dire lui-même n'avait jamais été quelqu'un qui appréciait l'école, ses professeurs avaient tous été des têtes de cons et ils les avait détestés cordialement. Enfin sauf cette jeune professeur d'éthique qui ne semblait en avoir que pour ses cours, si vous voyez à quoi il pense. Toujours est-il que cette charmante femme avait poussé le jeune garçon à suivre cette voix puisqu'il avait étonnamment d'excellentes notes avec elle et ce même si, de toute évidence, il n'appliquait pas non plus ces leçons.
Il fallait dire que déjà à l'époque il était un véritable Don Juan et s'amusait de l'effet qu'il produisait aux personnes du sexe opposé le tout sans non plus être un de ces odieux connards qui séduit une femme, fait ce qu'il veut d'elle puis la jette comme une serviette sale. Ce qui est plutôt amusant car ces eux-mêmes qui les salissent avec leurs mains poisseuses et leur manque cruel d'honneur, de courtoisie ou de quoi que ce soit qui y ressemble.


"-Sympa. Elle ne pouvait pas être sûre qu'il rigolait mais elle s'en doutait. Sérieux, tes blague c'est de la merde... Merdeux."

-... Hahaha ?


Oui il était complètement ironique et le savait très bien mais sincèrement, qui avait-il de drôle là dedans ? Elle était capable de beaucoup mieux et il le savait très bien ! S'il l'encourageait ? C'était évident. Il espérait qu'elle se vexerait facilement et qu'ainsi elle trouverait quelque chose de mieux, de plus cinglant peut-être ou simplement de plus pertinent. Il la savait après tout capable de grandes choses, seulement parfois la jeune Yagari avait besoin d'un petit coup de pouce afin de révéler l'étendu son talent.
Malgré tout il fit la même erreur plus tard, l'une de ses vannes faisant à son tour un flop.


"-Sérieusement ? C'est toi qui me désole, là... T'as pas trouvé mieux ? Nan, mais déjà, y avait rien dans ce que j'ai dit qui aurait pu éventuellement t'amener à dire ça. Mais en plus, tu te moques de mon histoire d'amour ? Je donnerais beaucoup pour savoir ce qu'il se passe dans ta tête avant que tu n'ouvres la bouche pour me sortir de pareilles conneries. Ça en devient blessant, tu sais. Voire gênant de savoir qu'on est de la même famille."

-Que veux-tu, je ne peux pas être parfait tout le temps, ça deviendrait vite ennuyeux.

Répliqua l'hunter avec un sourire. Evidemment que c'était stupide, même si ça ne l'étonnerais pas plus que ça si plusieurs des filles de la Day pratiquaient ce genre de choses, c'était de leur âge après tout et puis les garçons de la Night devaient probablement faire exploser leurs hormones, non ? Enfin bref, là n'était pas la question, d'un côté il se demandait si Kagame avait déjà commencé à partir à la découverte de ses secrets corporels ou non, mais d'un autre côté cela ne le regardait pas et il pensait que savoir pourrait s'avérer choquant autant pour lui que pour elle d'en parler ce qui le poussa à dévier ses pensées ailleurs. Nom de Dieu, ce que c'était épuisant de penser autant et comme ça pouvait lui filer mal au crâne. Une fois quand il était ado il n'avait pas pu s'empêcher d'imaginer un de ses profs à poil. Pourquoi ? Parce qu'un de ses gentils camarades avait eu le malheur de prononcer "je me demande à quoi il ressemble sans ses vêtements." Ni une ni deux l'esprit du jeune garçon fit le reste et il dut quitter le cours en urgence pour aller vomir aux toilettes. Il avait l'estomac solide, oui. Il pouvait d'ailleurs supporter la vue du sang sans aucun problème mais ça, ça avait été trop pour le pauvre Tôga qui mit un bon moment pour s'en remettre.

"-Je... J'ai pas été très cool avec toi, désolé. Je me suis emportée pour rien. J'essayerai de... d'être plus là pour toi. Je sais pas si ça t'aidera, mais... Tu... Tu peux pleurer, si ça peut te soulager."

-Hey, ne t'excuse pas, ce n'est rien, tu as la fougue des Yagari, c'est dans notre sang d'être parfois un peu brusque ou blessant, ce n'est pas la dernière fois que ça t'arriveras, crois moi.

Il lui adressa un sourire amical, il ne lui en voulait pas, combien de fois il avait fait pleurer ou hurler des gens à cause de paroles blessantes ? Il ne les comptait plus. Le pire étant que souvent il ne s'en rendait même pas compte, il ne faisait que dire le fond de sa pensée...

-Et puis tu sais, la sincérité a plus de valeur pour moi que l'hypocrisie, même si tu l'exprime d'une manière un peu exagérée, qu'au final tu dis des choses que tu ne penses pas vraiment sans le vouloir, je préfère que l'on me dise ce qui ne va pas plutôt que l'on m'adresse un sourire faux.

Il la serra tendrement dans ses bras puis son visage se décomposa lorsqu'elle parla de pleurer.

-C'est gentil mais j'ai déjà presque épuisé toute ma réserve pour Hana, je dois en garder si je veux pouvoir verser quelques larmes le jour où tu te marieras ou auras des enfants.

Il lui fit un grand sourire, visiblement content de sa réponse. De toute façon il ne s'en sentait pas capable, non, il aurait pu craquer, bien sûr, mais il sentait que la vase n'était pas encore plein, qu'il tiendrait le coup cette fois encore. Et puis elle était déjà bien assez embarrassée et s'était excusée. Il n'allait pas la gêner encore plus alors qu'elle n'avait fait qu'exprimer son ressentit, c'était déjà assez rare qu'elle se livre à lui...
Oh et oui il venait de parler du mariage de la jeune fille et même d'enfants, c'était prématuré, bien entendu mais il préférait ressortir sur une note joyeuse plutôt que de déprimer même s'il savait bien que mademoiselle serait récalcitrante.


(Ce n'est rien, pour ma part je profite que j'ai internet pour te répondre, mon ordi n'en fait vraiment qu'à sa tête >.<)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kagame Yagari
Humain
Humain
avatar

Messages : 143
Points d'expérience. : 44

Feuille de Personnage
Double-compte : Kaien Cross

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Mar 19 Avr - 22:10

____________________
-Hum... Merci pour moi...

Un sourire malicieux, voire victorieux, prit place sur les lèvres de Kagame avant qu'elle ne tire légèrement la langue. C'était agréable de renvoyer la balle à Tôga, de lui clouer un peu le bec. Il parlait beaucoup et savait répliquer avec véhémence, ce qui pouvait être agaçant à la longue, mais cela rendait ces moments d'autant plus appréciés qu'ils étaient rares. On pouvait se sentir fier lorsque cela arrivait. Même si c'était comme se badigeonner de miel devant un ours. C'est osé, c'est courageux, mais au final, on se fait bouffer. Bon, pas au sens littéral, certes, mais on pouvait s'attendre à de terribles représailles.

Un rire ironique du hunter mit vite fin à son moment de gloire. Kagame se rembrunit, croisant les bras et faisant une moue vexée. Si elle avait été une enfant, elle aurait gonflé ses joues pour montrer son irritation. Comment osait-il se moquer d'elle alors que lui même n'avait pas fait mieux ? Comment pouvait-il se montrer si hautain alors que sa propre blague avait fait un bide total ?

"-Te moques pas trop, c'est ta faute, grommela-t-elle en grinçant des dents. Déjà, c'est toi qui a commencé, avec ta vanne pourrie. J'y peux rien si y a tes gènes qui s'agitent et qui me font faire n'importe quoi. Faut croire qu'ils réagissent quand tu fais des blagues nulles. (Elle poussa un soupir en plaçant théâtralement sa main sur son front ). L'hérédité est d'un ennui !"

Un sourire ponctua ses paroles. Elle avait oublié qu'elle boudait quelques instants auparavant, plutôt fière de sa tirade. Elle s'était certes sentie un peu (juste un peu) vexée, mais après tout, son humour égalait celui de Tôga. Et certainement qu'elle l'avait hérité de lui. Un héritage dont elle se serait passé mais bon. On fait avec ce qu'on a.

-Que veux-tu, je ne peux pas être parfait tout le temps, ça deviendrait vite ennuyeux.

Kagame leva les yeux au ciel, amusée sans vraiment le montrer.

"-Apprends la modestie avec Tôga Yagari ! Ironisa-t-elle en mimant l'exaspération d'un soupir. T'es vraiment le pire dans ce domaine ! Je sais même pas si tu connais le sens du mot « modestie » !"

Depuis qu'elle avait appris à parler et à comprendre ses interlocuteurs, la jeune hunter l'avait toujours entendu se vanter, se jeter des fleurs, et c'était devenu, même si c'était bien souvent ironique, un trait distinctif de l'homme pour elle. S'il ne pavanait pas comme un paon au moins une fois par discussion, ce n'était pas lui. Ou du moins, quand il avait une discussion normale avec une personne qu'il appréciait un tant soit peu, sans éclaboussure de sang qui viendrait s'infiltrer entre les mots.

-Hey, ne t'excuse pas, ce n'est rien, tu as la fougue des Yagari, c'est dans notre sang d'être parfois un peu brusque ou blessant, ce n'est pas la dernière fois que ça t'arriveras, crois moi. Et puis tu sais, la sincérité a plus de valeur pour moi que l'hypocrisie, même si tu l'exprime d'une manière un peu exagérée, qu'au final tu dis des choses que tu ne penses pas vraiment sans le vouloir, je préfère que l'on me dise ce qui ne va pas plutôt que l'on m'adresse un sourire faux.

Kagame n'osa pas répondre, de peur de dire encore une bêtise. Elle se contenta de refermer ses bras sur Tôga, le serrant dans ses bras avec toute la douceur dont elle était capable. C'était tellement dégoulinant de vérité, on sentait dans ses paroles qu'il avait déjà vécu tout ça, autant dans le rôle de celui qui profère de mauvaises paroles que dans le rôle de celui qui les reçoit. La culpabilité de Kagame ne s'en renforçait que plus. Elle avait vraiment l'impression qu'il s'effondrait. Que le mur qu'elle avait connu s'était fissuré sans qu'elle le remarque, et à trop s'appuyer dessus, elle avait fini par le faire s'écrouler son son poids. Elle avait peur d'avoir creusé sur une blessure qui ne parvenait pas à cicatriser et d'avoir laisser un trou béant dans le cœur de l'homme. Elle le pensait sans faille, invincible, mais il venait de lui laisser apercevoir un visage strié de blessures émotionnelles recousues par quelques fils d'impassibilité et de nonchalance qui menaçaient de se casser sous la pression.

-C'est gentil mais j'ai déjà presque épuisé toute ma réserve pour Hana, je dois en garder si je veux pouvoir verser quelques larmes le jour où tu te marieras ou auras des enfants.

Un maigre sourire répondit à celui, éclatant, de Tôga qui s'était redressé. Elle n'était encore pas très à l'aise ; les sentiments qui s'étaient mélangés plus tôt l'avaient déroutée, elle n'avait pas su comment réagir et maintenant encore. Si lui semblait plus ou moins remis de ses émotions, Kagame était encore perdue. Elle appréhendait. Elle ne voulait pas qu'il se retrouve à nouveau dans cet état par sa faute. Elle l'avouait, elle détestait cette partie si bien cachée du Yagari, elle en avait peur. Cela l'avait tellement prise de court que son cœur s'était tétanisé.

Elle se haïssait de l'avoir forcé à réagir ainsi, à lui montrer pendant un bref instant son côté le plus « humain ». C'était horrible de dire ça, elle en avait conscience. Mais elle avait tellement peu eu affaire aux sentiments des autres que leurs extrêmes l'effrayaient. En vérité, elle s'en fichait. Elle n'avait seulement pas eu l’honnêteté de se dire qu'elle avait simplement fui, en déplaise au monde extérieur. Et maintenant que Tôga, celui qui lui avait toujours semblé si fort, si sûr de lui, craquait devant ses yeux, elle s'en trouvait déstabilisée.

"-Je pense que je vais devoir le faire en premier, alors, dit-elle en tentant tant bien que mal de ne pas gâcher les efforts du hunter pour rétablir une situtation « normale »."

Elle inspira un bon coup, tentant de juguler la vague de frayeur qui bouillonnait dans ses entrailles, et s'appliqua à laisser son regard divaguer sur l'eau du lac, incapable de regarder ailleurs que cette étendue bleue. S'il refaisait ce coup-là, elle n'était pas sûre qu'elle arriverait à ne pas s'enfuir en courant. Lâche.

"-T'as le temps de t'économiser. Si tu meurs pas avant, tu devrais en avoir un bon stock d'ici à ce que je me marie."
____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 470
Points d'expérience. : 230

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Mer 20 Avr - 0:39

"-Te moques pas trop, c'est ta faute. Déjà, c'est toi qui a commencé, avec ta vanne pourrie. J'y peux rien si y a tes gènes qui s'agitent et qui me font faire n'importe quoi. Faut croire qu'ils réagissent quand tu fais des blagues nulles. L'hérédité est d'un ennui !"

Elle était pas si pourrie, déjà. Il s'arrêta un moment, semblant réfléchir. Bon, ok, oui c'était nul mais... Mais j'ai pas d'argument... Nom de Dieu je suis malade ? Ah, si, j'y peux rien si t'as mes gênes ! Ah... Bah si j'y peux un truc... Non oublies...

Il cligna de son œil valide plusieurs fois, hallucinant complètement. Lui, ne pas trouver de réponses, de choses à répliquer, de moyen de retourner la conversation ? Bon sang quelque chose n'allait pas avec lui, ça devait être la chaleur, c'était pas possible autrement. Comment pouvait-il perdre sa répartie ainsi ? Impossible ! Il y avait un truc, une tricherie quelconque, anguille sous roche comme dit ! Il ne trouvait pas d'autre solution, d'autre raison qui le pousserait à être au pied du mur de la sorte, bloqué dans le cul de sac du manque d'idée au plus profond de l'espace. Bon, c'était p'tet un peu abusé mais voilà l'idée quoi. Il se sentait bizarre quoi qu'il en soit, avoir un manque pareil de connerie à dire c'était totalement inhabituel pour le pauvre borgne.
D'un regard un peu vague, il fixa la glacière, semblant hésiter à mettre sa tête dedans. Rafraîchir ses idées seraient peut-être une bonne solution... Non ? Enfin ça ne lui ferait pas de mal en tous cas, il avait la tête douloureuse à force de réfléchir à une réponse potentielle et encore plus au fait qu'il n'en trouvait pas !.


"-Apprends la modestie avec Tôga Yagari ! T'es vraiment le pire dans ce domaine ! Je sais même pas si tu connais le sens du mot « modestie » !"

-Je connais bien modesprit, je m'entends bien avec lui mais modestie... Nan.

Aaaaaah... Ça commence à revenir on dirait, son cerveau n'était donc pas cassé ? Ouf ! Il avait eu une peur bleue pendant un instant ! Enfin, tout allait bien, c'était le principal ! Aller, il devait se reprendre et faire en sorte que ça ne se reproduise pas ! De quoi il aurait l'air sinon s'il devait remettre un de ces nobles suceurs de sang en place et qu'il ne trouvait rien ? Je vais vous le dire moi, il aurait l'air d'un con, point. Et là pas le con négatif, le con méchant que l'on appelle aussi connard, non ! Le con idiot, ce qui est pire que tout !
Il avait beau essayé aussi fort qu'il voulait il ne pouvait envisager cette possibilité, bien sûr il s'était considéré comme con tout un tas de fois et ce à chaque fois qu'il faisait une connerie, après tout si ces deux mots ont la même racine, c'est pas pour rien ! Mais imaginer que quelqu'un qu'il déteste en plus puisse le voir comme ça... Jamais ! C'était pourquoi il ne devait pas se laisser aller, son honneur était en jeu, pas un honneur glorieux, certes, mais tout de même !


"-Je pense que je vais devoir le faire en premier, alors."

-Euh j'ai pas tout compris... Tu veux dire que tu pleureras en première quand je me marierais et que j'aurais des enfants ? Non parce que si c'est ça bon courage hein ! L'attente va être longue !

Il lui sourit l'air amusé. Elle était donc aussi peu douée que lui en amour ? Voilà qui promettait pour la lignée des Yagari ! A croire qu'elle allait s'éteindre après eux... C'était triste mais que pouvait-il y faire ? Si aucun des deux ne trouvait la bonne personne avec qui la perpétuer ça ce terminerait là-dessus et c'est tout. Il eut l'air pensif, une si grande famille, rayée de l'histoire de la sorte... En un sens ça lui faisait même de la peine, non pas qu'il accordait un grand sens à un nom, là n'était pas la question. Il avait plutôt l'impression d'être un véritable déshonneur pour sa famille avec tout ce qu'il avait fait et faisait encore. C'était mal il le savait, que ce soit son amourette avec la sang-pur ou la folie vengeresse qui l'avait envahie ces dernières années. Il avait mal agit, se comportait d'une manière qu'aucun Yagari n'accepterait, même son père devrait se retourner dans sa tombe. Enfin, c'était pas comme s'il les avait connu plus que ça, son frère était leur fierté, lui passait son temps chez ce vieux chercheur, c'était d'ailleurs là qu'il avait rencontré Kaien la première fois. Il était un sale gosse arrogant et curieux d'une dizaine d'année même pas acquises. Il avait d'ailleurs déjà son caractère de merde, à croire que certaines choses ne changent pas...
Soudain il se redressa un peu et s'alluma une cigarette. A quoi bon faire des efforts pour tous ces enfoirés d'ancêtre dont il ignorait tout et se foutait pas mal ? Ouais il ne serait pas là sans eux mais il s'était démerdé sans leur aide alors qu'ils aillent au diable.
Il se contenterait de suivre son instinct et de se moquer des conséquences, il n'avait qu'une vie, elle était courte et en péril chaque jour, il n'avait aucune envie de perdre son temps à s'emmerder avec toutes ces futilités. Alors qu'il revenait peu à peu à la réalité il entendit Kagame lui répondre.


"-T'as le temps de t'économiser. Si tu meurs pas avant, tu devrais en avoir un bon stock d'ici à ce que je me marie."

-Oh mais non ! Je vais t'organiser des rendez-vous jusqu'à ce que t'en trouves un qui te plaise. On commencera par les profs, j'ai comme l'impression que les jeunes de ton âge ne t'intéresse pas, et si ça marche pas j'irais chercher en ville des hommes avec quelques années de plus ! Ah moins que... Est-ce que tu préfères les femmes...? Non parce que si c'est ça y a une nouvelle très mignonne avec des gros... atouts ! Tu sais, l'albinos !

S'il était sérieux ? Peut-être bien ! Enfin dans tous les cas il se servirait de cette discussion pour se renseigner discrètement sur elle comme il en avait l'habitude depuis... Depuis des années. Après tout elle n'avait jamais été très ouverte et s'il voulait obtenir des informations il devait presque tout le temps le faire à son insu et au fond ça ne le gênait pas plus que ça, c'était amusant ces petites enquêtes, comme un jeu. Elle aimait garder ses secrets enfouis, sa vie privée cachée, il ne lui en voudrait pas pour ça, non, pas alors qu'il avait tendance à faire la même chose. En revanche il ne se gênait pas pour trouver les informations dont il avait besoin. Alors que son esprit s'égarait à nouveau il recommença à se demander si elle portait maintenant des dessous féminins, après tout, elle était devenue une femme maintenant, adieu la petite fille dépendante, même si, en y regardant bien, elle n'avait jamais vraiment été dépendante à qui que ce soit... Son style de vêtement avait un peu évoluer, elle avait cessé de couper ses cheveux, et ça lui allait mieux ainsi. Que pouvait-il trouver d'autre pour son petit jeu des différences ? Mis à part sa poitrine qui s'était développée, mon Dieu, ça grandit vite ces trucs là. Pas les seins hein, les gosses. Il ne se souvenait pas qu'elle en avait la dernière fois qu'il l'avait vue, c'était impressionnant. Et même en taille, elle avait prit quoi ? Il ne pouvait pas le dire précisément mais elle avait bien grappillé quelques centimètres ! Il se demandait si elle ferait sa taille un jour ou l'autre, non, c'était impossible, il était bien trop grand pour ça, il frôlait les deux mètres après tout et avait tendance à devoir se baisser pour ne pas se manger le haut des portes trop basses. Elle avait au moins prit une pointure aussi, ses pieds étaient vraiment minuscules quand elle était petite. Il afficha un sourire niais sans même savoir pourquoi, elle était adorable quand elle était bébé, une petite bouille aux yeux bleus sous ses cheveux noirs bouclés avec ses petites mains qui s'amusaient à tirer ses cheveux et sa cravate les rares fois où il en mettait une, vous savez, ce fameux foulard bleu ou violet qu'il porte pour faire cours. Pour lui c'est plus élégant qu'une simple cravate alors il aime bien mettre ça, ça le démarque un peu en plus.
Il tourna le regard vers Kagame, elle devait se demander ce qui lui prenait à force, surtout avec un sourire pareille mais il n'en fit rien, se contentant de lui faire des petits "pat pat" sur le sommet de la tête l'air heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kagame Yagari
Humain
Humain
avatar

Messages : 143
Points d'expérience. : 44

Feuille de Personnage
Double-compte : Kaien Cross

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Lun 9 Mai - 20:16

____________________________
-Elle était pas si pourrie, déjà. Bon, ok, oui c'était nul mais... Mais j'ai pas d'argument... Nom de Dieu je suis malade ? Ah, si, j'y peux rien si t'as mes gênes ! Ah... Bah si j'y peux un truc... Non oublies...

Kagame jubilait. Si elle ne se contenait pas, elle aurait pu se mettre à sautiller de joie, un immense sourire narquois aux lèvres. A nouveau, son parent se trouvait démuni de sa répartie. A nouveau, c'était elle qui avait les cartes en main. C'était sa victoire.

Ces rares et brefs moments où les rôles étaient échangés étaient à savourer. Les plus téméraires pouvaient tenter de renchérir tout de suite pour que la gloire soit plus grande, mais les plus sages se taisaient et profitaient. Elle, elle n'était ni tout à fait téméraire, ni tout à fait sage. Elle adressa une œillade victorieuse à l'homme, le minuscule sourire qu'elle tentait d'enfermer dans son esprit se prélassant sur ses lèvres.

-Tu perds tes mots ? La vieillesse peut être. Ou alors c'est moi qui te fait cet effet-là ? (Un petit clin d’œil malicieux ponctua ses paroles.) Je vais y prendre goût, moi, à ces moments de faiblesse, fait gaffe !

La Yagari était, disons, d'humeur charitable. Elle lui donnait un petit coup de pouce, tentait de le remettre sur le droit chemin, de l'aider à se reprendre en le provoquant un peu. Le miracle devait connaître sa fin, elle l'avait seulement un peu précipitée. Du moins, elle espérait que ça avait marché.

Mais apparemment, Tôga avait plus ou moins repris ses esprits. Et finalement, elle ne savait pas si c'était bon ou mauvais signe.

-Je connais bien modesprit, je m'entends bien avec lui mais modestie... Nan.

Un haussement de sourcil dubitatif lui répondit. Elle n'était pas sûre de la réaction à avoir, mais lorsqu'elle vit le visage sous le chapeau de cow-boy s'éclairer après cette phrase, elle ne put retenir un rire moqueur, presque attendri. A son esprit s'imposa l'image d'un petit garçon venant juste d'apercevoir le lapin en peluche tout usé qu'il ne retrouvait plus.

-C'était si effrayant que ça de ne plus rien dire de drôle ou juste de pertinent ? S'amusa-t-elle gentiment . Le garçon et sa peluche ne voulaient pas sortir de son esprit.

Elle se moquait, mais peut être avait-ce été vraiment apeurant de se retrouver ainsi. Lui qui avait toujours quelque chose à dire, un petit commentaire tranchant, une remarque narquoise ou une blague de sa confection, venait d'expérimenter le quotidien de personnes normales, ne se triturant pas le cerveau à chaque instant pour trouver quelque chose à répliquer à chaque phrase. Ç’avait dû être traumatisant.

-Euh j'ai pas tout compris... Tu veux dire que tu pleureras en première quand je me marierais et que j'aurais des enfants ? Non parce que si c'est ça bon courage hein ! L'attente va être longue !


Galère, il se rend pas compte qu'il est vieux, et que le temps, bah il s'en est déjà écoulé pas mal pour lui, s'amusa intérieurement la brune. Si elle lui disait ça, elle était sûre qu'il allait encore partir dans un débat sur son âge, affirmer avec véhémence qu'il était plus capable que n'importe quel blanc-bec de vingt ans et que de toutes façons, c'était pas son âge qui lui dicterait quoi faire. Ou une tirade du genre. Alors elle confina sa moquerie derrière les barrières de ses pensées, bien à l'abri, et ne laissa transparaître qu'un immense sourire innocent.

-Hé ben, on est mal barrés alors !

En un sens, ça la soulageait de savoir qu'ils étaient dans la même galère de ce côté là. Même si elle-même y pensait à peine, une chaleur paradoxalement glacée se répandait parfois dans sa poitrine quand elle croisait une femme pendue au bras de son mari, un jeune couple enlacé sur un banc d'un parc s'observant d'un même regard énamouré ou une greluche et son mec s'embrasser fougueusement. Bien que, souvent, ce genre de comportement la dégoûtait profondément, surtout celui de la greluche d'ailleurs, une vague de pensées amères balayait de temps à autres son esprit pour ne lui laisser qu'une sorte de vide. Mais si Tôga était dans la même situation, bien qu'en ce moment-même, elle en était sûre, une « femme » occupait son esprit, alors tout allait bien.

La discussion prit aussitôt une autre tournure, assez... inattendue, voire embarrassante au possible s'ils n'étaient pas des Yagari.

-Oh mais non ! Je vais t'organiser des rendez-vous jusqu'à ce que t'en trouves un qui te plaise. On commencera par les profs, j'ai comme l'impression que les jeunes de ton âge ne t'intéresse pas, et si ça marche pas j'irais chercher en ville des hommes avec quelques années de plus ! Ah moins que... Est-ce que tu préfères les femmes...? Non parce que si c'est ça y a une nouvelle très mignonne avec des gros... atouts ! Tu sais, l'albinos !

Les filles de l'âge de Kagame deviendraient toutes rougissantes et bégayeraient tout en essayant de changer de sujet si elles avaient une discussion pareille avec leur propre père. Elle, elle se contenta d'un micro-sourire devant la bêtise de l'homme. Son esprit tordu devait trouver amusant ce jeu de la chasse aux trésors qu'il menait discrètement en récoltant par-ci par-là des informations sur elle, et elle devait avouer que jusque là, elle n'y avait pas fait attention.

-Tu me parles des gens de l'académie comme si c'était mes meilleurs amis, mais j'les connais pas et j'ai pas spécialement envie de faire connaissance, donc bon. Sinon, j'ai déjà essayé, les profs, déclara-t-elle nonchalamment, tentant d'être aussi crédible que possible, et c'est pas la meilleure idée que j'ai eue. Ils sont aussi barbants que leurs cours, je te les déconseille. Et les femmes, mon dieu ! trop compliqué ! Imagine la galère s'il fallait que je la couvre de cadeaux, que je l'attende pendant des heures parce que « Je suis pas encore maquillée ! » ou autre connerie du genre ! Je tiendrais pas trois minutes. Je comprends que tu galère tant avec elles, tu devrais tenter les mecs un jour.

Un sourire de trois kilomètres s'étalait sur ses joues. Il voulait des infos ? Ben qu'il se débrouille avec ça. S'il n'arrivait pas à démêler le vrai du faux, tant pis pour lui, elle, elle s'amusait bien comme ça.

Une main sur sa tête la perturba momentanément et elle faillit dégainer un des pistolets qui se cachaient dans sa ceinture, assez petits pour ne pas être trop voyants. Elle se détendit progressivement quand elle ne sentit aucun danger émaner de ces phalanges chaleureuses qui lui caressaient les cheveux. Son geste, qu'on pourrait considérer comme paternel si ce n'était pas Tôga, et sa symbolique lui avaient fait pensé à nouveau à l'incident. Un bref instant, elle avait aperçu ses parents couchés en travers de la route et sentit le souffle rauque d'une des bêtes monstrueuses responsables. Elle avait, durant une seconde, eut terriblement peur. Peur de ne pas être assez forte, de ne pas pouvoir, à nouveau, protéger un être cher. Peur de le perdre, lui.

A la manière d'un chat, elle s'appuya contre cette main rugueuse, sa respiration se calmant pour se calquer sur celle de Tôga.
____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 470
Points d'expérience. : 230

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Mar 17 Mai - 11:01

Lorsque Yagari voulu répondre à Kagame, il du faire face à quelque chose dont il n'avait pas l'habitude, il ne trouvait rien à lui répondre, pas le moindre jeu de mots intéressant ou même ridiculement nul, rien ne lui venait à l'esprit alors qu'il fonctionnait à plein régime. La panne, oh pas la gênante qui survient lorsque l'on est au lit avec son compagnon ou sa compagne, non, la fameuse feuille blanche, ce moment où l'on a beau tourner, voir tordre son cerveau dans tous les sens, rien n'en sort. Rien de bon tout du moins... Yagari se faisait intérieurement violence pour trouver un truc à dire, n'importe quoi, il détestait que quelqu'un ai le dernier mot sur lui, question d'honneur aussi masculin que virile... Bien que cela n'ait aucun sens pour beaucoup d'autres hommes que lui. Mais voilà, les cow-boy borgnes ça ne court pas les rues et il avait sa propre façon de voir les choses, que ça plaise ou non.

-Tu perds tes mots ? La vieillesse peut être. Ou alors c'est moi qui te fait cet effet-là ? Je vais y prendre goût, moi, à ces moments de faiblesse, fait gaffe !

-Mais je ne suis pas vieux ! Je suis même plus en forme que les gamins de ton âge, fais les courir et au bout de cent mètres ils sont raides, essaies avec les pompes, ils en feront pas plus de dix avant que les bretzels qui leur servent de bras ne rendent l'âme !

Et voilà, il se plaignait de la jeunesse, de ces bons à rien et scandait ne pas être vieux, du Yagari tout craché. De toute manière ces gamins ne savent même pas comment chevaucher, lui il a de l'expérience dans le domaine, c'est l'un des bons points à être plus âgé. Et puis même à bientôt quarante ans il était toujours aussi bon cavalier, demandez à une certaine sang-pure si vous ne le croyez pas ! Bon, il avait un peu perdu la main au fil des années en solitaire, ou presque solitaire... Mais quoi qu'il en soit, monter une jument c'était comme le vélo, pas le genre de chose qu'on oublie !

(désolée c'était plus fort que moi xD)

-C'était si effrayant que ça de ne plus rien dire de drôle ou juste de pertinent ?

-Tu n'as pas idée à quel point...

Ah, ce petit discours lui avait permis de retrouver son "état normal" et à présent le Yagari se sentait beaucoup mieux ! Il allait pouvoir dégommer des idiots à coup de cynisme bien placé ! De blagues et de jeux de mots nuls qui en feraient pâlir d'effroi l'auteur des blagues de toto avant d'en caler un bien trouvé pour montrer que non, il n'était pas si con, seulement il faisait très bien l'idiot et le tout sans prendre aucun cours de théâtre !

-Hé ben, on est mal barrés alors !

-Je te le confirme, t'es la seule à pouvoir sauvegarder la lignée Yagari, bon courage !

Lâcha-t-il sur un ton beaucoup trop sérieux pour que ça le soit réellement, justement. Ah s'il savait ce qui l'attendait, l'honteuse confession de Yona, enfin, pas si honteuse que ça, pas du tout même mais qu'elle a laissé traîné beaucoup trop longtemps... Les décisions fortes de conséquences qu'il devra prendre et tout ces ennuis qu'il récoltera probablement plus tard... Quelle histoire, allait-il en sortir vivant ? Il n'en avait aucune idée mais ce qui était sûr c'est que le fait que sa vie soit en danger lui donnerait encore plus de hargne. Essayez de vous mettre entre un loup et sa femelle en gestation pour voir, vous n'en ressortirez probablement pas vivant. L'hunter était semblable à ce loup, il protégerait Yona au péril de sa vie si c'était nécessaire, il tuerait si elle était en danger, que ses ennemis soient hunters ou vampires, lorsque la famille est en jeu, le reste à côté n'a plus vraiment d'importance.

-Tu me parles des gens de l'académie comme si c'était mes meilleurs amis, mais j'les connais pas et j'ai pas spécialement envie de faire connaissance, donc bon. Sinon, j'ai déjà essayé, les profs, et c'est pas la meilleure idée que j'ai eue. Ils sont aussi barbants que leurs cours, je te les déconseille. Et les femmes, mon dieu ! trop compliqué ! Imagine la galère s'il fallait que je la couvre de cadeaux, que je l'attende pendant des heures parce que « Je suis pas encore maquillée ! » ou autre connerie du genre ! Je tiendrais pas trois minutes. Je comprends que tu galère tant avec elles, tu devrais tenter les mecs un jour.

-Bah les mecs ça peut être cool mais il faut pas perdre le rôle du dominant quoi, j'ai un minimum de fierté.

Pour ce qui est de démêler le vrai du faux avec Tôga c'était tout aussi compliqué et il venait de le lui montrer. Il lui adressa alors un signe de tête, comme pour lui dire "amuses toi bien avec ça" tout en affichant un sourire satisfait et empli de cynisme. Il aurait aimé rajouter quelque chose du genre "et le mieux c'est quand je le fais avec Kaien dans ma salle de classe avant les cours et qu'on salit le tableau ~" mais ça aurait été "too much" comme disent les jeunes et cette petite chipie, une fois le choc, s'il y en aurait eu un, passé ne se serait pas gênée pour aller vérifier si c'était vrai ou non, et ce n'était pas du tout ce qu'il désirait. Il l'imaginer déjà attendre en embuscade dans un coin, cachée et regarder avant chaque cours si quelqu'un entrait dans la salle, ce serait juste horrible, une vraie stalkeuse.
Non, lui laisser de maigres indices restait le plus amusant à faire, qu'elle se triture l'esprit à démêler le vrai du faux si elle voulait, il s'en moquait complètement et s'en amusait même !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kagame Yagari
Humain
Humain
avatar

Messages : 143
Points d'expérience. : 44

Feuille de Personnage
Double-compte : Kaien Cross

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Mer 6 Juil - 15:42

_________________________
C'était extrêmement plaisant de le voir tenter, en vain très certainement, de trouver quelque chose à rétorquer. Il faisait souvent le malin lorsqu'il sortait réplique sur réplique, ses mots transpirant un cynisme à toute épreuve, alors qu'il soit aussi désemparé et inoffensif dans ses mots qu'un chaton était à la fois attendrissant et une immense fierté. S'il pouvait exister un trophée pour immortaliser ce moment... Et pouvoir le taquiner avec jusqu'à la fin de sa vie.

-Mais je ne suis pas vieux ! Je suis même plus en forme que les gamins de ton âge, fais les courir et au bout de cent mètres ils sont raides, essaies avec les pompes, ils en feront pas plus de dix avant que les bretzels qui leur servent de bras ne rendent l'âme !

Et aller... La tirade du vieux qui veut pas admettre qu'il l'est... Combien de fois je l'ai entendue.. ? Il fallait vraiment qu'un jour il se rende compte que le temps filait et qu'il n'était plus ce "fringant jeune homme fougueux". On lui donnait déjà du "monsieur" et du "vous", quelle autre preuve voulait-il ?

-Franchement, c'est ridicule là. Je sais pas si t'as remarqué, mais les "gamins de mon âge" t'appellent "professeur"... Même ça, ça te fout pas un coup de vieux ?! Ok, ils t'égalent pas pour ce qui est de l'endurance, mais eux sont jeunes. Ils ont tout le temps d'apprendre et ils seront vieux eux aussi quand ils arriveront enfin à te battre sur ce terrain-là.

Ça n'avait rien de méchant, absolument pas. Elle se rendait juste compte qu'elle aimait bien l'enfoncer et ne plus lui laisser l'occasion de remonter à la surface. Surtout sur ce genre de sujets délicats pour Tôga. Après-tout, il faisait la même chose, si ce n'est bien pire, il fallait bien que quelqu'un lui rende la monnaie de sa pièce !

Mais cette petite "indignation" à propos de son statut de "vieux" semblait l'avoir remis sur pieds et lui avoir redonné la pleine possession de ses moyens. Malgré sa blague douteuse, la machine de son ironie cynique redémarrait enfin.

-Je te le confirme, t'es la seule à pouvoir sauvegarder la lignée Yagari, bon courage !

Kagame pouffa discrètement devant l'air beaucoup trop sérieux qu'il avait pris pour dire ça. Déjà, ça ne lui allait pas du tout, surtout dans ce contexte, mais en plus, c'était absurde. Même si elle avait un jour un enfant, il ne prendrait pas son nom, mais celui de son père. Donc elle n'était pas la garante de la survie de cette "lignée". Bien qu'un possible descendant sauvegarderait le sang de sa famille, il ne serait pas vraiment un Yagari. Mais elle n'avait pas vraiment envie de penser plus à ça, elle en avait tout le temps et l'idée d'avoir un bambin pleurant toutes les larmes de son corps en hurlant à plus de 110 décibels dans les bras sans aucune possibilité de le faire taire n'était pas des plus plaisantes.

-C'est trop d'honneur mais je me vois contrainte de vous détromper. Cette lourde tâche vous revient, vous seul pourrez donner votre nom à votre descendance future ! C'est à moi de vous souhaiter bonne chance.

Elle posa une main compatissante sur son épaule, son sourire moqueur contrastant avec son acte. Entre eux, c'était un jeu tacite permanent qui se jouait, qu'il fallait gagner par tous les moyens, les coups bas, s'ils n'étaient pas trop violents, étant autorisés.

Ici, c'était une chasse à l'information qui se déroulait. Il s'était écoulé bien du temps depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vus, des années mêmes. De longues années et chacun tentait d'apprendre discrètement ce que l'autre avait pu faire et était devenu durant celles-ci. Celui qui en saurait le plus gagnerait. Jeu que beaucoup n'arriverait pas à détecter, la subtilité étant reine dans cet affrontement.

-Bah les mecs ça peut être cool mais il faut pas perdre le rôle du dominant quoi, j'ai un minimum de fierté.


Aveu ou mensonge ? C'était l'étape la plus compliquée ; deviner si l'information était vraie ou fausse. Il y avait plusieurs façons de dissimuler un mensonge. Soit on en disait trop, soit trop peu. Ici, la confession était trop bien camouflée, quelqu'un d'honnête n'aurait pas fait autant de mystère ou alors n'aurait même pas répliqué. Même si elle savait Tôga assez fourbe pour utiliser ce raisonnement contre elle et ainsi réussir à se dissimuler.

Dans ce cas là, venait-il de faire une confidence camouflée ? Elle en serait sûrement perturbée. Non pas que l'orientation sexuelle de Tôga l'intéressait vraiment, elle l'avait seulement toujours connu comme un homme à femmes, en témoignait sa dernière conquête -qu'elle n'approuvait toujours pas, rappelons le-. Mais après-tout, pourquoi pas ? Elle n'était pas sa mère et sa vie amoureuse ne la regardait pas. Presque pas.

-Des fois, je me dis qu'être une fille, c'est pas si mal. Au moins, j'ai pas ce genre de préoccupations.

Mais le jeu continuait et elle n'allait pas se laisser dépasser par ça. Elle pourrait toujours épier ses interactions avec d'autres hommes pendant qu'elle attendrait que l'autre vampire ne daigne sécher les cours, comme il le faisait souvent, pour le filer et le surveiller. C'était un des avantages de ce "job" ; elle avait tout le temps qu'elle voulait lorsqu'il était en cours. Alors là, elle ne laisserait pas le Yagari s'enfuir avec cette information.
_________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 470
Points d'expérience. : 230

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Jeu 7 Juil - 9:34

Kagame avait toujours eu un fort caractère et même lorsqu'elle était "calme" il y avait toujours un risque qu'elle s'échauffe rapidement, ce qui rendait leurs petites joutes verbales compliquées car délicates, après tout, le spécimen qu'elle avait en face de lui avait tendance à exploser assez facilement, d'une rage contrôlée, certes, mais tout de même ! Et cette dernière était partie sur un sujet plutôt raide, l'âge du hunter, ou plutôt, le fait qu'il soit vieux. Evidemment Tôga se sentait en pleine forme et pas du tout vieux, qu'il disait. Mais les nœuds qui parcouraient son dos à force de stress et de trop en faire prouvaient le contraire. Oui il avait encore de la force, de la fougue et tout le tralala qui va avec mais quand même, il devait reconnaître que parfois il avait du mal à se lever le matin, plus si fringuant que ça, donc.

-Franchement, c'est ridicule là. Je sais pas si t'as remarqué, mais les "gamins de mon âge" t'appellent "professeur"... Même ça, ça te fout pas un coup de vieux ?! Ok, ils t'égalent pas pour ce qui est de l'endurance, mais eux sont jeunes. Ils ont tout le temps d'apprendre et ils seront vieux eux aussi quand ils arriveront enfin à te battre sur ce terrain-là.

-Ils m'appellent professeur parce qu'ils sont idiots et moi intelligent, voilà tout. Ça n'a aucun rapport avec l'âge, il s'agit de supériorité. Et pour ce qui est de leurs capacités physiques, ils pourraient s'entraîner tous les jours qu'ils n'atteindraient jamais les miennes !

S'il se ventait ? Evidemment. En revanche il savait pertinemment que le temps commençait à avoir un effet néfaste pour lui et le pire dans cette histoire c'est que qu'il n'y a pas si longtemps, lorsqu'il était seul dans sa chambre il priait pour que les aiguilles du temps s’accélèrent afin de revoir sa rouquine plus vite. Enfin, cette histoire était maintenant du passé, du moins, il essayait de s'en persuader, elle lui avait d'ailleurs donnée au passage un sacré coup de vieux, comme s'il en avait besoin !

-C'est trop d'honneur mais je me vois contrainte de vous détromper. Cette lourde tâche vous revient, vous seul pourrez donner votre nom à votre descendance future ! C'est à moi de vous souhaiter bonne chance.

-Mais non voyons ! Tu es une Yagari, à toi de t'imposer ! Tu le forces à prendre ton nom de famille, et si tu es bien couillue comme il faut, tu lui fait porter la robe !

Oui, bon il exagérait, mais que deviendrait Kagame si elle perdait son nom ? Peut-être même condamnée à prendre un nom idiot ou bien trop connu... Au moins Yagari c'est original, et puis c'était le nom de ses ancêtres après tout, les Yagari ont toujours été une famille d'hunters et en tant que telle, ce serait bien si la brunette se battait pour garder son nom si un événement pareil arrivait. Même s'il ne comptait pas la forcer à quoi que ce soit, ses choix n'ont toujours appartenu qu'à elle seule après tout et il savait très bien que la forcer à une chose c'était l'encourager à faire l'inverse juste par esprit de contrariété !

-Des fois, je me dis qu'être une fille, c'est pas si mal. Au moins, j'ai pas ce genre de préoccupations.

-Vraiment ? Moi qui te voyait déjà fouetter tes partenaires et leur ordonner de t'appeler maman...

Lâcha le borgne sur un ton faussement maussade. Il exagérait, comme d'habitude mais avec le tempérament de la jeune fille rien ne l'étonnerait ! Petite phrase glissée au passage pas si subtilement que ça afin de tenter d'en apprendre plus sur ses habitudes intimes même s'il tentait de se persuader qu'elle était encore prude vu son aversion pour les garçons de son âge. Après tout elle était sage non ? Enfin, sage dans le sens qui arrangeait l'hunter, il espérait bien que ça continue d'ailleurs, il ne la voyait pas avec un petit ami, elle était trop jeune pour ça ! Et puis nul doute que si cela venait à arriver, le garçon en question passerait un interrogatoire en béton sous la poigne de fer du chasseur qui ne lui laisserait pas un seul instant de répit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kagame Yagari
Humain
Humain
avatar

Messages : 143
Points d'expérience. : 44

Feuille de Personnage
Double-compte : Kaien Cross

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Ven 12 Aoû - 15:36

____________________________________
Il était toujours agréable d'avoir une discussion avec un membre de sa famille, surtout quand on n'avait pas vu celui-ci depuis longtemps. Mais avec Tôga, cette affirmation vacillait. Quoiqu'il en dise, il était juste un homme dont les yeux avaient vu trop de choses et dont l'esprit avait vieillit trop vite. D'après Kagame, ça expliquait son tempérament et son caractère bien souvent enfantin lorsqu'il se relâchait. Il n'avait pas eu assez de temps pour être un gamin insupportable et capricieux, alors il se rattrapait maintenant, que ce soit consciemment ou inconsciemment. Ce qui faisait que les calmes discussions tournaient bien trop souvent et rapidement en affrontements verbaux suite à une moquerie bien placée ou à un énième caprice du cow-boy sur les quelques sujets futiles qui lui tenaient particulièrement à cœur, comme par exemple, sa vieillesse. Et, bien évidemment, Kagame n'avait su se retenir d'appuyer légèrement sur ce point, seulement pour le taquiner gentiment, et il était partit au quart de tour.

-Ils m'appellent professeur parce qu'ils sont idiots et moi intelligent, voilà tout. Ça n'a aucun rapport avec l'âge, il s'agit de supériorité. Et pour ce qui est de leurs capacités physiques, ils pourraient s'entraîner tous les jours qu'ils n'atteindraient jamais les miennes !

Elle ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel. Quand elle parlait de son incroyable modestie... Ça l'amusait autant que ça la désespérait de le voir si imbu de lui-même, surtout dans ce genre de situation, là où il savait qu'il était en tort mais ne voulait pas le reconnaître. Un gamin capricieux, c'était exactement l'image qui se superposait au visage de Tôga en cet instant, même si, en un sens, il n'avait pas tout à fait tort. Mais ça, elle ne l'avouerait pas. Elle avait raison, il était vieux, point.

Elle ne répondit même pas, son quota de patience s'étant écoulé au fil de cette conversation de sourds qu'ils venaient d'avoir sur un sujet qu'elle jugeait des plus ridicules. Surtout qu'elle avait totalement raison et lui tort.

La foule dans le parc se renouvelait, de nouveaux enfants courraient autour du lac, effrayant les poissons et les canards qu'ils tentaient d'attraper de leurs petites mains en hurlant hystériquement, tandis que de nouveaux parents les surveillaient avec amour, de nouveaux couples se tenaient la main et se jetaient des regards timides en rougissant brusquement, de nouvelles personnes âgées prenaient place sur les bancs en couvant la population d'un regard soit nostalgique, soit désapprobateur, mais eux deux restaient là, à l'abri du soleil sous leur toit de feuilles vertes, se fichant tout à fait du monde alentour.

Ils embrayèrent sur un autre débat peut être tout aussi ridicule que le précédent mais qui pourrait avoir son importance le jour et le moment venu.

-Mais non voyons ! Tu es une Yagari, à toi de t'imposer ! Tu le forces à prendre ton nom de famille, et si tu es bien couillue comme il faut, tu lui fait porter la robe !

Si elle fut d'abord surprise par ce conseil inattendu et tordu, Kagame ne put retenir un sourire en imaginant la scène.

-Ouais, ça peut être une bonne idée. Remarque, il aurait plus aucune dignité, et un homme sans dignité, à quoi ça sert ?

Pour le nom, ce serait encore plus compliqué. Elle n'avait pas l'intention de perdre son nom sans se battre, mais le faire prendre au pauvre bougre qu'elle aurait choisi risquait d'être mission impossible. Le nom d'un homme fait sa fierté, y avait qu'à voir les Yagari, fervents protecteurs de ce nom.

-Fait gaffe à toi alors, tu pourrais te retrouver en robe blanche avec une immense traîne et un bouquet dans les mains sans avoir le temps de comprendre ce qu'il t'arrive, vu les femmes de caractère qui t'attirent !

L'image qui s'imposa dans sa tête manqua la faire s'étouffer de rire tant elle était improbable. Le "viril" Yagari Tôga, drapé d'une robe de satin blanche lui couvrant les pieds et dont la traîne était portée par une portée de gamins en costume, trébuchant sur l'allée centrale, le visage voilé et un bouquet de fleurs blanches et roses dans les bras. Hilarant, vraiment. Elle doutait que ça arrive un jour mais payerait cher pour voir ça dans la réalité.

-Vraiment ? Moi qui te voyait déjà fouetter tes partenaires et leur ordonner de t'appeler maman...

Là, ils déraillaient complètement. Si ça avait put ressembler à une discussion sérieuse entre deux adultes tout à fait sains d'esprit et matures, là, leur rencontre prenait un tour des plus étranges. Si quelqu'un avait put saisir quelques bribes de leur conversation, il se serait certainement interrogé sur leur santé mentale.

-Fouetter quelqu'un qui t'appelle "Maman" ? Ce serait pas un peu glauque ? Déjà, rien que le "Maman", c'est perturbant. Après, je dis ça, je dis rien, chacun son délire, mais je pensais pas que t'étais ce genre de mec... C'est légèrement flippant.

Elle lui adressa un regard faussement écœuré avant de sourire malicieusement. Même si, à l'intérieur, elle cogitait. Déjà, où avait-il trouvé ça ? Si c'était dans ses habitudes de faire ce genre de choses, elle plaignait sincèrement les femmes qui retenaient l'attention du hunter. Et en même temps, elle les admirait. Réussir à ne pas partir en hurlant en apprenant ses drôles de hobbies devrait relever du miracle. Sauf s'il avait juste balancé ça au hasard. Mais bon, c'était un Yagari, il chassait les vampires et sortait avec l'un d'eux. Ce qui, pour une personne normale, était peut être bien la définition de "fou à lier". Donc au final, c'était possible qu'il apprécie ce genre de pratiques... Même si c'était assez déroutant.
____________________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 470
Points d'expérience. : 230

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   Lun 15 Aoû - 14:20

Dire que Tôga aimait passer du temps avec sa "nièce" était un euphémisme. Il l'appréciait énormément et tenait à elle bien plus qu'elle ne pourrait le croire. Elle était sa dernière famille, tout ce qu'il lui restait de cette femme qu'il avait aimé avant qu'il ne se croit trahi par cette dernière. Vraiment, les femmes étaient trop compliquées, il faudrait des encyclopédies détaillées, un roman aussi long qu'Artamène ou le Grand Cyrus, Des dizaines et des dizaines de bouquins aussi gros que d'énormes grimoires pour y noter toutes les nuances de ces êtres envoûtants, aussi étranges qu'incompréhensibles...
Enfin, toujours était-il qu'il s'était ouvert une autre bière et en tendit une à Kagame. Les gens allaient et venaient à l'intérieur du parc mais eux restaient là, dans leur bulle, comme si le reste autour n'existait pas. Mouais, le reste était tout de même bien trop bruyant pour l'hunter qui grommela de mécontentement. Ne pouvaient-il pas tout simplement baisser d'un ton ou fermer définitivement leurs grandes gueules ? Encore plus grognon que d'habitude, c'est dire, il s'alluma une nouvelle cigarette, trouvant que la précédente était déjà bien trop loin. Et oui, encore. Sur ce, il poursuivit sa discussion mouvementée avec la jeune femme.


-Ouais, ça peut être une bonne idée. Remarque, il aurait plus aucune dignité, et un homme sans dignité, à quoi ça sert ?

-Un homme sans dignité ça sert à être mené à la baguette ! En revanche s'il refuse de prendre ton nom et de se marier en robe mais qu'il te laisse garder ton nom c'est qu'il est assez bien pour toi car ça voudra dire que même s'il ne cède pas totalement à tes lubies, il prend note de tes désirs et de ce que tu ressens pour éviter de te blesser ou que tu te sente mal à l'aise. En résumé il prendra soin de toi sans diriger ta vie car il aura compris ton besoin d'indépendance.

Voilà que Yagari lui expliquait comment les hommes corrects fonctionnaient. Il avait intérêt à faire gaffe car ça pourrait vite être suspect qu'il s'y connaisse autant sur les relations avec les hommes... Enfin il n'aurait qu'à dire qu'étant lui-même un homme il connaît le sujet, et voilà. Quoi qu'il en soit après avoir lâché tout ça très vite et d'une traite, il espérait qu'elle arriverait à comprendre là où il voulait en venir. Bien qu'il ne s'inquiétait pas trop pour ça, elle était intelligente et au fond il voyait cette méthode comme une sorte de test à celui qu'elle choisira. Malgré qu'il ne faisait que la conseiller, cette petite peste s'empressa de saisir cette opportunité pour se moquer à nouveau de lui. Il l'avait si bien éduquée, qu'est-ce qu'il en était fier !

-Fait gaffe à toi alors, tu pourrais te retrouver en robe blanche avec une immense traîne et un bouquet dans les mains sans avoir le temps de comprendre ce qu'il t'arrive, vu les femmes de caractère qui t'attirent !

-Tout de suite, tu sais c'est pas parce que les femmes qui me plaisent ont du caractère que je vais me laisser bouffer !

Et ça c'était réellement hors de question ! Faire entendre raison à ce cow-boy bougon ? Il fallait être fou pour essayer ! Cependant, de ce fait, il devait reconnaître avoir un certain respect envers les gens qui lui tenaient tête. Pas ceux qui usent de stratagèmes ridicules du genre "je sais où tu habite", non. Ceux qui imposent le respect de diverses manières, comme en se montrant pertinents avec des paroles justes qui tombent au bon moment. Hey, je vous l'avais dit que ce n'était pas simple de gagner son estime? Ceux qui y parviennent on donc énormément de chance d'en faire partie.
Chose rare, en ce moment précis Yagari souriait. Il était amusé, à vrai dire, pensant à la connerie qu'il allait sortir la seconde d'après. C'était tellement absurde qu'il devait se retenir de rire ou elle ne le prendrait pas au sérieux et ça c'était hors de question. Ce ne serait plus un jeu si elle arrivait trop facilement à démêler le vrai du faux !


-Fouetter quelqu'un qui t'appelle "Maman" ? Ce serait pas un peu glauque ? Déjà, rien que le "Maman", c'est perturbant. Après, je dis ça, je dis rien, chacun son délire, mais je pensais pas que t'étais ce genre de mec... C'est légèrement flippant.

-Rah mais je parlais pas pour moi espèce de baka des montagnes ! Déjà je suis un homme alors le terme "maman" n'est pas physiquement compatible ! Et puis merde, j'espère que t'as pas imaginé ça comme moi à l'instant parce que ce serait franchement dégueulasse ! Tu me verrais porter une tenue en latex noir hyper moulante ? Pour une nana ça peut limite être sexy, enfin, quand il y a des formes à mouler, n'est-ce pas, Kagu-chan ? ~

S'il se moquait d'elle ? Evidemment ! Il avait après tout à nouveau insinué que des formes, bah elle en avait pas. Ce qui n'était pas si vrai que ça, elle n'avait sans doute pas encore terminé ses changements corporels, ceux qui feraient d'elle une femme. Non pas qu'il faille obligatoirement avoir une poitrine plantureuse pour en être une, pas de sous entendu cette fois! Après tout Yona était aussi plate que si elle était passée sous un rouleau compresseur... Bon, c'était certes un peu exagéré mais quoi qu'il en soit ça ne le gênait pas du tout. Il n'avait jamais été du genre macho après tout et ce n'était pas demain la veille qu'il le deviendrait. Voyant que les poissons n'avaient pas l'air attirés par ce qu'il leur avait mit il remonta la ligne et constata avec stupeur qu'ils avaient dévorés l'appât sans mordre l'hameçon et fronça les sourcils.

-Bande d'enfoirés...

Voilà que les poissons se foutaient de sa gueule ! Il aura tout vu ! Il irait les pêcher à la main rien que pour leur prouver sa supériorité ! Ce qui serait probablement mission impossible, du moins dans un lac sale et dont on peine à voir ce qu'il y a dans l'eau... Inutile d'aller se ridiculiser de la sorte, non ? Il se contenta donc de grommeler, canne à pêche en main et de jeter un regard furieux sur l'eau verdâtre. Ces saloperies allaient lui payer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Partie de pêche au grand air   

Revenir en haut Aller en bas
 
Partie de pêche au grand air
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» Partie de plaisir
» Nouveau lac formé par le séisme en Haïti menace d'inonder Grand-Goâve

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Knight RPG :: VILLE :: Parc-
Sauter vers: