Bienvenue à l‘Académie Cross, incarne un vampire ou un humain et viens vite nous rejoindre. Seras-tu la prochaine légende ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un professeur bien trop inquiet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 498
Points d'expérience. : 233

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Un professeur bien trop inquiet   Ven 29 Jan - 0:54

Après avoir reçu le message du jeune artiste, le professeur fut plus secoué qu'il n'y pensait. Au fond il s'y attendait. Il ne savait guère pourquoi mais son instinct le lui hurlait, tout comme il avait scandé dès le début que c'était une très mauvaise idée de fréquenter cette jeune fille.
Il ne l'avait alors pas écouté est-ce qu'il l'avait regretté ? Non. Est-ce que c'était réellement une maivaise idée ? Peut-être. Du moins c'était ce qu'il pensait jusqu'à cette nouvelle.
À présent il regrettait. Tout était de sa faute et à cause de cette soirée stupide où il avait plus que merdé. Il regrettait amèrement chacune de ses paroles, chacun de ses gestes et la moindre de ses émotions car sans tout ça elle n'en serait pas là.
Ce n'était qu'une gamine, j'espère ado comme les autres et il l'avait fait souffrir comme le ferait n'importe lequel de ces enfoirés qu'il méprise.

Mais voilà il ne pouvait s'empêcher de penser à elle, son inquiétude lui créant de plus en plus de moments d'absence gênants lors de ses cours.
Aussi il demandait des nouvelles à Adrian après chaque cours, voulant savoir si elle avait quitté sa chambre, avalé quelque chose...
Mais elle ne sortait pas, elle qui aimait tant être dehors. Elle ne mangeait pas, elle qui avait tant d'appétit. Le professeur s'inquiétait de plus belle et un soir comme tous les autres depuis la nouvelle, alors qu'il faisait encore les cents pas chez le directeur en vidant un à un ses paquets de cigarettes il se décida. La night class avait terminé ses cours, il était déjà bien tard dans la nuit mais il ne dormait pas, il n'arrivait plus à dormir.
Il restait sur le dos, l'oeil valide grand ouvert et fixait le plafond jusqu'au matin.

Mais pas cette nuit là. Il avait décidé d'agir mais comment ? Il n'allait tout de même pas passer par l'entrée principale et ainsi éveiller des tas de soupçons ? Oh et puis merde ! Il réfléchirait après ! Il était hors de question qu'il la laisse ainsi une nuit de plus puisque visiblement la laisser seule n'est pas la bonne solution.
Il se releva, enfila son manteau, son chapeau et ses chaussures et y alla. Il n'avait volontairement pas pris son fusil mais un pistolet plus discret à la ceinture.

Une fois devant la bâtisse il hésita sur la manière d'entrer puis décida d'y aller franco, de toute manière Kaname devait déjà savoir qu'il était là,  vouloir être discret ne rendrait la chose que plus suspecte.
Il ouvrit alors la porte, salua les vampires d'un signe de tête avant de leur demander l'air calme :  


-Je ne vous dis pas bonsoir, je cherche la chambre de mademoiselle Hio, je vous prie.

Il les regarda un à un, affichant un air le plus calme possible alors qu'il attendait sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yona Hio
Vampire de sang pur
Vampire de sang pur
avatar

Messages : 223
Points d'expérience. : 131

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Ven 29 Jan - 22:35

Et si Kaname avait sentit la présence du hunter dans les parages, c'était aussi le cas de la seconde sang-pure du campus.
Et peut-être même l'avait-elle perçu avant son puissant cousin..

Roulée en boule dans son lit, protégée par ses draps qui formaient une boule autour d'elle, la jeune femme avait enfin réussit à trouver le sommeil après de dures heures de combat pour plonger dans l'inconscience. L'assoupissement même lui échappait, tout comme le contrôle de son propre corps. La vampire ne pouvait mettre un pied en dehors de sa chambre sans percevoir l'odeur de ses congénères comme une agréable flagrence de nourriture. Elle entendait les coeurs battre, incessamment, de manière ininterrompue et insistante. Chaque pulsion de ce muscle vitla lui demandait un effort de concentration intense pour ne pas céder à l'appel de la soif.
Cette dernière était devenue persistante, ne la quittant désormais plus, la rongeant petit à petit. Sa gorge était constamment en flamme et son corps crispé au possible la faisait souffrir.
Si tout cela n'était que courbature passagère...
Mais non. Les battements de son propre coeur devenaient insupportables, résonnant impitoyablement dans sa tête. Les échos amplifiaient la douleur qui lui étreignait les tempes alors que le sang qui circulait dans ses veines lui semblaient être de l'acide. Le simple fait de respirer se révélait peu agréable, chaque goulée d'air asséchait un peu plus sa gorge et nourrissait alors le brasier qui sévissait au niveau de ses poumons.
La rouquine avait l'impression de devenir folle, la faiblesse physique et son état mental n'arrangeant pas les choses. Comment se présenter à Tôga dans de pareilles conditions ? Si elle représentait un danger pour ceux de son espèce, ne risquait-elle pas d'être plus néfaste encore pour un humain et surtout la personne qu'elle aimait ?
Car le liquide vital de l'être le plus chéri était le plus délicieux des nectars pour les enfants de la nuit.

Et la rouquine le constata une nouvelle fois, encore, à ses dépends.
A peine Tôga se fit-il plus présent dans les lieux qu'elle ouvrit soudainement les yeux, halentante. Une fulgurante douleur à l'estomac la prit et elle dût se redresser, une main posée sur le ventre, pour ne pas rendre le peu qu'elle parvenait à ingérer. Tremblante de tous ses membres, la Hio se saisit maladroitement du téléphone qu'il lui avait offert quelques temps plus tôt, lors de cette fatidique soirée.

"N'approche pas."

Voilà le premier message que la demoiselle lui envoya avec précipitation. Elle qui avait duré des heures à fixer l'écran et le numéro du chasseur qui y était inscrit.
Un sentiment de panique se saisit alors de son esprit déjà bien torturé, tordant alors ses entrailles d'une angoisse naissante. Proie à la terreur, Yona pensa d'abord à s'échapper, mais cela était inutile. Sang-pure ou non, elle était trop faible et lui trop expérimenté pour pister les suceurs de sang.
Si ils se lançaient dans une chasse, il la trouverait.
Alors la rouquine opta pour ce qu'elle faisait depuis longtemps déjà : l'attente. Une fois qu'il serait devant sa porte, elle le congédirait. Oui, c'était exactement ça, elle ne lui ouvrirait pas et bloquerait l'entrée avec ses pouvoirs pour qu'il ne passe pas.
Sa respiration était devenue sifflante alors que ses iris rougeoyaient toujours d'une lumière écarlate et menaçante.
Résister sera plus dur que jamais...

Pendant ce temps, les quelques vampires qui entouraient le chasseur eurent un mouvement de recul pour la plupart tout en le fixant avec méfiance. Aucun ne lui répondit, les plus calmes feignant littéralement d'être désintéressé. Pourtant, une petite masse argentée s'approcha timidement.
Maria Kurenai.
De tous les pensionnaires, amoureuse d'Ichiru et donc d'un hunter, elle était la plus encline à aider leur enseignant. Surtout en sachant que la Hio en question était la fille de celle avec qui elle avait partagé son corps durant quelques années. Maria ne pouvait détester Shizuka et se sentait donc en quelque sorte responsable de cette rousse débarquée de nulle part. Et pensant que cette dernière était malade, tout comme la belle aristocrate avait une santé fragile, Maria pensait qu'il était là pour s'occuper de la sang-pure anciennement en fuite. Qui sait, peut-être savait-il des choses qu'eux-mêmes les vampires ignoraient sur le compte de la rouquine ?

-Je vais vous y amener...

D'un pas léger et gracieux, la demoiselle lui indiqua alors le chemin sans oour autant s'approcher de la porte une fois qu'ils furent dans le couloir menant à l'antre de Yona.

-Elle semble perturbée, vous devriez faire attention... Et veiller à ne pas la contrarier, nous ne voulons pas que le Président intervienne. Il a déjà beaucoup de travail...

À vrai dire, tous craignaient depuis quelques jours que le chef de dortoir n'intervienne pour le cas Yona, bien sue cette dernière n'ait pas causé plus de problème qu'être absente de cours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 498
Points d'expérience. : 233

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Ven 29 Jan - 23:43

L'hunter attendait la réponse de l'un de ses élèves la boule au ventre, craignant d'être repoussé, ce qui au fond ne l'étonnerait pas plus que cela. Il sentit soudainement une vibration dans sa poche et en tira son téléphone, le nom de l'expéditeur lui fit écarquiller son œil valide, Yona.
Il se hâta de l'ouvrir et soupira intérieurement en voyant son contenu :
"N'approche pas."
Que pouvait-il faire ? Faire demi-tour sans rien expliquer ? Ça ne ferait qu'amplifier les suppositions, augmenter la suspicion chez les jeunes vampires et il ne pouvait pas prendre ce risque. Quand bien même, si elle lui envoyait ce message c'était parce qu'elle cachait quelques chose et il comptait bien le découvrir car après tout il savait pertinemment qu'il ne pourrait rien pour elle s'il restait dans l'ignorance et il lui paraissait évident qu'elle avait besoin d'aide.
Rangeant son téléphone le plus naturellement possible, il posa à nouveau son regard sur ses élèves quand il vit la jeune Maria approcher.

-Je vais vous y amener...

A cet instant il afficha... Nooooon ?! Mais oui ! C'est bien un sourire ! Et un sourire reconnaissant qui plus est ! Le Yagari extraterrestre suivit alors gentiment la jeune élève et lorsqu'elle s'arrêta l'écouta plus ou moins patiemment.

-Elle semble perturbée, vous devriez faire attention... Et veiller à ne pas la contrarier, nous ne voulons pas que le Président intervienne. Il a déjà beaucoup de travail...

-Je viens justement pour qu'il n'ai pas à intervenir...

Lâcha doucement l'hunter avant de continuer sa route et de toquer doucement à la porte.

-Mademoiselle Hio ? Le directeur s'inquiète, il m'envoie prendre des nouvelles, je dois entrer.

Déclara Yagari alors qu'il tentait de garder son calme et d'avoir l'air le plus détaché possible. En réalité son rythme cardiaque s'était considérablement accéléré et il mourait d’inquiétude. Que ferait-il si elle n'ouvrait pas ? Il eut alors une idée qu'il espéra brillante et toqua à nouveau.

-Mademoiselle, j'ai la clé de la chambre, le double en cas d'urgence, si cette porte n'est pas ouverte dans les minutes qui suivent je l'ouvrirais moi-même. C'est une entorse au règlement de ne pas obéir à un professeur.

Ah, le bon vieux Tôga, toujours à utiliser le règlement quand ça l'arrangeait mais il n'avait pas vraiment le choix cette fois-ci, c'était important. Il ne pouvait pas fermer les yeux là-dessus, il devait l'aider. C'était non seulement son devoir en tant que professeur mais aussi en tant que l'homme qui l'avait probablement mit dans cet état. Etat qu'il ne connaissait pas d'ailleurs, et qui commençait à sérieusement l'inquiéter.
Attendant alors que la jeune femme vienne ouvrir la porte, il rapprocha son visage du bois de cette dernière et écouta, tentant d'entendre le moindre bruit indicateur de sa présence ou de mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yona Hio
Vampire de sang pur
Vampire de sang pur
avatar

Messages : 223
Points d'expérience. : 131

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Sam 30 Jan - 20:55

Quand ils virent le chasseur sortir son portable, de nombreux avaient froncé les sourcils en fixant l'appareil avec une méfiance doublée. Pour eux l'émetteur du message que leur professeur venait de recevoir était évident : la Guilde. Seuls quelques esprits plus calmes pensèrent au directeur. Pourtant, confiante, Maria s'êtait avancée et lui avait indiqué le chemin, le laissant gérer par la suite. Il était sans doute préférable que personne ne s'en mêle temps que le chasseur avait la situation en main, raison pour laquelle la vampire regagna le hall afin de ne représenter aucune gène. Cependant, elle eut droit à quelques regards à la fois curieux et suspicieux, beaucoup des autres élèves ne comprenant son geste.
Ni le sourire que Yagari avait affiché.
Lui, exprimer autre chose que son habituelle ironie et provocation envers eux ? Difficile à croire...
Pourtant c'était ce qui s'était produit et aucun des jeunes vampires n'étaient en mesure d'expliquer cet étrange phénomène qui était encore plus rare qu'une éclipse.

-Mademoiselle Hio ? Le directeur s'inquiète, il m'envoie prendre des nouvelles, je dois entrer.

Elle l'avait entendu et sentit approcher mais Yona se figea en entendant sa voix. Un sonqu'elle n'avait pas entendu depuis cette fameuse nuit et qui provoqua un bondissement joyeux dans sa poitrine. Dans l'élan d'une brève euphorie, la vampire recroquevillee sur elle-même avait amorcé le mouvement pour se lever mais une douleur aigüe la poussa à se replier à nouveau dans sa carapace invisible.
Refermant un peu plus ses bras, qui enserraient ses jambes, sur son corps frêle, la rouquine chercha à se faire plus petite encore. Pourrait-elle se fondre dans le mur avec quelques efforts ?
Bien sur que non, c'était impossible. Disparaître ainsi serait bien trop facile.

-Mademoiselle, j'ai la clé de la chambre, le double en cas d'urgence, si cette porte n'est pas ouverte dans les minutes qui suivent je l'ouvrirais moi-même. C'est une entorse au règlement de ne pas obéir à un professeur.

La concernée serra les dents à la fois d'agacement et prise d'une légère colère à l'entente de ces mots. Pourquoi pensait-il toujours à tout ? La piégeant quelque soit la situation.
La bouche pateuse et la voix plus rauque que jamais, sa gorge étant totalement dessechée et à vif à cause la soif, Yona émit un petit grognement désapprobateur.

-Laissez-moi tranquille...

Elle qui s'était voulue tranchante n'avait réussi qu'à prononcer ces mots d'une voix faible. En vérité, la volonté lui manquait, proie à une soudaine lassitude. La demoiselle désirait que tout cesse, qu'il tourne les talons et reparte. Elle ne se sentait pas capable de l'affronter. Un grand froid avait gagné ses membres gelés alors qu'elle avait pourtant l'impression de consumer entière sur un bucher.

-Partez. Il en vaut mieux pour vous comme pour moi...

Cette fois, la Hio fut presque suppliante alors qu'elle parvint néanmoins à se redresser en s'appuyant contre le mur derrière elle. Chaque mouvement était une torture et le plus difficile à supporter était d'entendre le coeur du chasseur battre d'un rythme irrégulier mais hypnotique.
Qu'est-ce que cela lui couterait au fond de goûter juste à quelques gouttes de son sang ? Une seule ou deux gorgées de ce liquide au parfum si enivrant, ce n'était rien, non ? Une simple petite morsure à peine visible...
Parcourue par un frisson de rage intense, à la fois contre elle-même et cet homme entêté qui empiétait sur son territoire et la rendait folle, au sens propre, Yona ne se rendit pas compte qu'elle avait franchit la distance qui la séparait de la porte à une vitesse inhumaine. D'un geste violent, l'adolescente ouvrit la porte à la volée en l'arrachant presque de ses gonds. Elle ne contrôlait plus sa force, mais à vrai dire, elle ne contrôlait plus rien. Sans prendre le temps de le regarder, la jeune femme l'attrapa par le col de son manteau, bien trop proche de lui.

-Je ne voulais voir personne, c'est trop demandé que de rester seule ? Je veux juste la paix. La paix, mais ça aussi on va me le refuser ?!

La respiration rapide, fixant son interlocuteur dans l'oeil avec résignation, elle sembla finalement perdre de sa superbe au bout de quelques instants silencieux. Sa prise se deserra et, le temps que son cerveau analyse les faits, sa main remonta sur la joue du hunter qu'elle effleura avant de reculer précipitamment. Les yeux fermés, marchant à reculons, la demoiselle sentit son dos heurter la surface dure du mur et se laissa glisser, à bout de force, pour se replier dans un coin de sa chambre. Ses sens étaient maintenant à l'affut, guettant la moindre occasion qui se présenterait à elle pour s'enfuir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 498
Points d'expérience. : 233

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Dim 31 Jan - 2:06

-Laissez-moi tranquille...

-Malheureusement je ne peux pas, pas quand il y a autant d'absentéisme. C'est aussi mon travail de savoir ce qui ne va pas chez un élève afin d'aider en cas de besoin.

Le professeur avait lâché ça d'une traite, avec une facilité qui le surprenait lui-même.
Il n'arrivait en effet pas à croire qu'il pouvait être si calme extérieurement alors que son âme était sans dessus dessous.
D'accord, en tant qu'hunter il était habitué à cacher ses émotions, mais pourtant il savait bien qu'avec Yona s'était impossible.
Il avait le plus grand mal à se contrôler, à garder son calme en sa présence et devait faire des efforts considérables afin de ne pas la fixer lors de ses cours.
S'il en était accroc ? La réponse est incontestablement oui et il suffisait de savoir à quel point elle occupait ses pensées pour en avoir la preuve.


-Partez. Il en vaut mieux pour vous comme pour moi...

L'hunter n'eut pas le temps de répondre quoi que ce soit qu'un éclar rouge le saisit durement par le col. Il écarquilla les yeux de surprise tout en prenant le temps de la regarder. Elle était incroyablement faible et la voir reculer pantelante pour aller se laisser aller contre un mur ne fit qu'affirmer ses pensées.

-Je ne voulais voir personne, c'est trop demandé que de rester seule ? Je veux juste la paix. La paix, mais ça aussi on va me le refuser ?!

Elle avait tenté de jouer la dure en prononçant cette phrase, espérant sûrement qu'il la repousse mais au lieu de ça il entra en douceur dans la chambre dont il ferma la porte derrière lui, n'hésitant pas à verrouiller la serrure.
Il s'approcha ensuite d'elle, d'un pas qui se voulait lent et rassurant avant de s'abaisser sans brusquerie aucune, afin de se mettre à son niveau.


-Tiens...

Il lui tendit une poche de sang tout en affichant un sourire néanmoins parsemé d’inquiétudes diverses et variées.
Le sang à l'intérieur de cette poche, c'était le sien, il savait très bien qu'elle le reconnaîtrait au goût ou à l'odeur légère qui émanait de l'intérieur de son coude gauche et ce malgré un pansement posé à cet endroit.


-Tu en as besoin, n'est-ce pas ? C'est pour ça que tu es si pâle, que tu m'a évité, tout d'abord, mais maintenant que l'envie est trop forte tu ne peux plus aller en cours, tu es à peine capable de te mouvoir...
Ce n'est pas grave tu sais et au cas où tu en douterais je vais te dire pourquoi. Ce n'est pas grave car cela veut dire que tu tiens à moi et ça me rend heureux. Je me moque de te donner du sang de temps à autres tant que cela prouve que tu m'aimes.


Il lui adressa un sourire angélique et caressa doucement la joue de la jeune vampire, remettant une de ses mèches rebelles en place par la même occasion.

-Tu vas peut-être me mentir, me dire que c'est faux mais sache que moi je vais être sincère.
Je tiens énormément à toi au point que je suis près à ruiner ma carrière si ça peut me permettre d'être à tes côtés. Ces deniers jours je n'ai pas cessé de penser à toi, depuis cette nuit où j'ai eu un comportement stupide et maladroit. Même la pêche n'a pas permit de te sortir de mon esprit car tu y es incrustée bien plus que tu ne le crois. A présent si tu ne veux pas accepter mes sentiments ce n'est pas grave. Tu peux aussi refuser mon sang si tu le souhaite, j'avais simplement envie de te dire ça en face mais si tu veux que je parte et ne revienne plus je le ferais. Je ferais tout ce que tu désire si ça peut te rendre un peu de couleur et tes magnifiques sourires.


Il lui murmura la fin d'une voix douce et apaisante tout en lui caressant le visage. Pas la moindre colère, rage, sentiment de vengeance ne se lisait sur son visage ou dans son œil, seule de l’inquiétude pouvait y être décelée.
La peur de la perdre définitivement, son état inquiétant, ses réactions semblables à celles d'une bête blessé, toutes ses choses ne faisait qu'agrandir son inquiétude qui commençait à prendre sérieusement de la place dans son esprit.
Il la regardait, lui adressant un sourire tendre, attendant patiemment sa réponse, sachant pertinemment qu'il ne bougerait pas tant qu'elle n'aurait rien dit, quitte à pisser dans les plantes en cas d'envie pressante.
Vous trouvez ça dégueux ? C'est ce qu'on appelle la détermination !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yona Hio
Vampire de sang pur
Vampire de sang pur
avatar

Messages : 223
Points d'expérience. : 131

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Dim 31 Jan - 20:07

-Malheureusement je ne peux pas, pas quand il y a autant d'absentéisme. C'est aussi mon travail de savoir ce qui ne va pas chez un élève afin d'aider en cas de besoin.

Lui, en professeur parfait ? Elle aurait sans doute rit dans d'autres circonstances, mais seul un gémissement pitoyable de ses lèvres. Comment pouvait-il être si professionnel dans ce genre de situation ? Comment parvenait-il à jouer aussi bien son rôle d'enseignement. A vrai dire, Tôga ne cesserait jamais de l'étonner, là n'était plus la question. Mais cela n'empêchait que Yona se sentit incroyablement inférieure. Alors qu'il avait eut un désaccord avec sa nièce, que sa compagne le fuyait depuis quelques temps sans donner d'explications, il parvenait à garder bonen figure et faire en sorte que rien de sa vie privée ne ressorte en publique, ne se devine.
Elle, au contraire, ne pouvait assumer et se cachait misérablement dans l'espoir de fuir ses problèmes, de les taire. De les étouffer pour ne plus sentir cette soif et cette faim entêtantes qui ne cessaient de l'assallir.

Recroquevillée, le front posé sur ses bras croisés, la jeune femme ne le vit pas approcher. En sentant sa présence si proche, elle leva cependant les yeux, la rousse le découvrit à sa hauteur. Elle le fixa, silencieuse, pendant quelques instants avant que son regard violet ne glisse sur ce qu'il lui tendait.
Du sang.
Son sang plus précisément.
En voyant la poche contenant le liquide vitale, Yona sentit une violente crampe dans son ventre et se replia sur elle-même, ne semblant pas en vouloir. Respirer devenait un fardeau si bien qu'elle eut l'envie de bloquer l'air, elle qui n'avait pas forcément bessoin de faire ainsi fonctionner ses poumons qui la brûlaient cruellement.

-Pas... Veux pas...

Ses mots égaient hachés et la douleur se lisait dans ses iris améthystes. Lentement, elle secoua la tête en repoussant doucement la main qui lui donnait ce que son corps désirait plus que tout. Ses membres étaient tremblants, renoncer n'était pas sans une longue hésitation et déception mais moralement, elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait pas accepter aussi simplement après l'avoir fuit durant autant de jours. Elle ne pouvait pas se servir de lui pour se nourrir sans rien lui rendre en retour.

-Tu en as besoin, n'est-ce pas ? C'est pour ça que tu es si pâle, que tu m'a évité, tout d'abord, mais maintenant que l'envie est trop forte tu ne peux plus aller en cours, tu es à peine capable de te mouvoir...
Ce n'est pas grave tu sais et au cas où tu en douterais je vais te dire pourquoi. Ce n'est pas grave car cela veut dire que tu tiens à moi et ça me rend heureux. Je me moque de te donner du sang de temps à autres tant que cela prouve que tu m'aimes.


-Oui, je t'aime... Et c'est justement ça le problème.

Yona le regardait à présent dans les yeux, du moins l'œil étant donné que l'autre était malheureusement caché. Ses propres prunelles brillaient anormalement, remplies de larmes contenues tant bien par la douleur physique que sentimentale. Néanmoins, sur le moment l'enfant de la nuit ne rajouta rien, ne s'expliqua pas, écoutant simplement l'hunter.

-Tu vas peut-être me mentir, me dire que c'est faux mais sache que moi je vais être sincère.
Je tiens énormément à toi au point que je suis près à ruiner ma carrière si ça peut me permettre d'être à tes côtés. Ces deniers jours je n'ai pas cessé de penser à toi, depuis cette nuit où j'ai eu un comportement stupide et maladroit. Même la pêche n'a pas permit de te sortir de mon esprit car tu y es incrustée bien plus que tu ne le crois. A présent si tu ne veux pas accepter mes sentiments ce n'est pas grave. Tu peux aussi refuser mon sang si tu le souhaite, j'avais simplement envie de te dire ça en face mais si tu veux que je parte et ne revienne plus je le ferais. Je ferais tout ce que tu désire si ça peut te rendre un peu de couleur et tes magnifiques sourires.


Ces mots, le contact de sa main sur sa joue, le sourire qu'il adressa eut raison de sa retenue et la barrière qu'elle tentait d'instaurer entre ses émotions et sa raison s'effondra brutalement, laissant des larmes transparentes glisser sur sa peau pour mouiller les doigts de son amant. À la sécheresse de la soif dans sa gorge, s'allia la douloureuse étreinte des sanglots.

-Ce... Ce n'est pas de ta faute si je suis comme ça. Tu es tout pour moi, aussi bien mon amour que ma Némésis. Je veux me serrer contre toi et planter mes crocs dans ta chaire. Je veux m'éloigner et rester à tes côtés. Je veux te détester mais je ne le peux pas... Les sang-purs sont si fiers de leurs pouvoirs et de leur puissance, mais je donnerai tout pour avoir un peu de sang humain dans les veines. Je donnerai tout pour que mes morsures ne soient pas si condamnables. Si mes canines rentrent une fois en contact avac ta peau, je te condamnerai à la pire des existences. Être vampire n'est pas une vie, c'est porter le fardeau d'une soif éternelle qui nous poursuit jusqu'à la mort. Quelle éternité vaut-elle un prix si important ?

La Hio fit une pause, sa voix se cassant. Elle contempla alors son interlocuteur en silence. Pourquoi était-il si gentil malgré les apparences ? Peu importe la décision qu'elle prendra, il en souffrira irrémédiablement... Un beau jour, elle le brisera cet homme si fort et si doux.
Et ce jour-là, la vampire ne pourra que sombrer dans la plus accueillante des folies, comme sa mère.

-Mes sentiments ne changent pas le fait que je suis un monstre. Kagame a entièrement raison de me voir d'un mauvais œil. Je ne suis pas humaine, la bête dort. Du jour au lendemain je pourrai ne plus résister à mes instincts et t'attaquer. Je lutte, comme aujourd'hui je fais tout pour résister à la tentation que tu es mais le temps n'arrangera rien. Je ne supporte plus les blood tablets ni la nourriture humaine que mon corps rejette entièrement. J'ai constamment l'envie de te dévorer. Et résister est plus douloureux qu'entrer en contact avec du métal anti-vampire. Et en parlant de ça...

Yona se saisit d'une des pointes de flèches anti-vampire qu'il lui avait donné lors de leur court séjour au chalet. Au lieu de grésiller dangereusement, d'émettre des étincelles blessantes ou de la bruler, rien ne se produisit. Pas même la moindre petite inflammation dans sa paume.

-Si ils l'apprennent, si le Conseil est au courant, ils vont essayer de nous tuer. Si tu renonces à ta carrière d'hunter, ils te t'élimeront car tu en sais trop. Et on ne peut pas fuir, pas dans mon état. Plus les semaines, les mois vont passer, plus la soif et la faim prendront le pas sur moi. Ce n'est pas un mal qui se calmera avec quelques litres de temps en temps. Je vais sombrer de plus en plus, il m'en faudra toujours une quantité plus importante encore. Te vider même ne suffira pas...

C'était impossible, elle n'arrivait pas à le lui dire clairement. Tout cela la dépassait. User de détours, encore et toujours... Tout cela pour déclarer une vérité qui pouvait être révélée en quelques mots.
Son estomac se serrant un peu plus, l'envie de vomir lui faisant tourner la tête, Yona le laissa tomber sur le sol, fiévreuse. La pression de la pièce se faisait plus lourde au fil des secondes et quelques fissures se creusèrent dans les murs, dans le bois du plancher. Les paupières closent, la vampire serra les dents alors qu'un nouveau flot de larmes franchissaient l'obstacle qu'étaient ses cils.

-D-deux... Ils sont deux... Des faux-jumeaux... Avec la malédiction des hunters qui pèse sur eux...
Mes sourires ne sont pas magnifiques mais empoisonnés. Et moi le vampire que ma nature veut que je sois.. Je charme et je piège. Comme une plante carnivore. Izumi, toi, maintenant eux... J'attire mon mieux condamner, que je le veuille ou non. Un sang-pure et un chasseur peuvent finalement bien avoir une descendance... Mais elle ne peut être que maudite et actrice d'une existence misérable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 498
Points d'expérience. : 233

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Mar 2 Fév - 1:12

-Pas... Veux pas...

-Très bien.

Il remit alors le liquide dans sa poche dans une sorte de sac en tissus sur lequel il avait pulvérisé un peu de son parfum pour brouiller l'odorat des vampires. Puis il reposa son regard sur elle, il essayait tant bien que mal de rester calme alors qu'au fond il paniquait et mourait d'inquiétude pour elle mais elle avait besoin de lui, elle était dans un état de faiblesse alors il devait être fort pour elle.

-Oui, je t'aime... Et c'est justement ça le problème.

-Je ne te demanderais pas pourquoi car au fond s'en est un pour moi aussi mais il faut passer outre et savoir surmonter les épreuves.

Lui dit le brun calmement. S'en était un pour lui aussi car si ce genre de relation s'apprenait il aurait probablement d'énormes problèmes. Un hunter et une vampire, il n'y a rien de plus mal vu, surtout quand la vampire en question est une sang pure et l'hunter l'élément le plus important de la Guilde. Au fond c'était comme un couple entre deux personnes de religions différentes, ou bien un policier et un "criminel", dans tous les cas il y aurait des personnes pour les montrer du doigt. Il savait bien que certains les encouragerait mais combien ? Y en aurait-il assez pour éviter qu'ils ne se fassent tuer ? Probablement pas. Mais au fond il savait que si leur relation était découverte il risquaient d'être chassés et avait pour cela endurcit son entraînement ces derniers temps. Il était donc prêt à réagir, à défendre son point de vue et à éliminer quiconque tenterait de s'en prendre à eux.

-Ce... Ce n'est pas de ta faute si je suis comme ça. Tu es tout pour moi, aussi bien mon amour que ma Némésis. Je veux me serrer contre toi et planter mes crocs dans ta chaire. Je veux m'éloigner et rester à tes côtés. Je veux te détester mais je ne le peux pas... Les sang-purs sont si fiers de leurs pouvoirs et de leur puissance, mais je donnerai tout pour avoir un peu de sang humain dans les veines. Je donnerai tout pour que mes morsures ne soient pas si condamnables. Si mes canines rentrent une fois en contact avec ta peau, je te condamnerai à la pire des existences. Être vampire n'est pas une vie, c'est porter le fardeau d'une soif éternelle qui nous poursuit jusqu'à la mort. Quelle éternité vaut-elle un prix si important ?

-Je sais bien, je comprends tout ça mais qu'attends-tu de moi ? Tu veux que je mette fin à tes jours ?
J'en suis capable si tu me le demande, si c'est vraiment ce que tu souhaites mais à présent que je suis attaché à toi je ne sais pas si je pourrais surmonter ça.


De son pouce il essuya une larme de la vampire et lui sourit comme il put. Il ne pouvait s'empêcher d'être inquiet pour elle, il savait bien qu'il lui faisait de l'effet mais n'avait jamais songé que ça pouvait être à ce point et que ça la ferait autant souffrir. S'il avait su qu'elle souffrirait à cause de lui il ne l'aurait sans doute jamais approchée... Il serait resté distant, dédaigneux, hautain, grossier et tout ce qui va avec juste pour qu'elle n'ai pas à avoir mal.

-Mes sentiments ne changent pas le fait que je suis un monstre. Kagame a entièrement raison de me voir d'un mauvais œil. Je ne suis pas humaine, la bête dort. Du jour au lendemain je pourrai ne plus résister à mes instincts et t'attaquer. Je lutte, comme aujourd'hui je fais tout pour résister à la tentation que tu es mais le temps n'arrangera rien. Je ne supporte plus les blood tablets ni la nourriture humaine que mon corps rejette entièrement. J'ai constamment l'envie de te dévorer. Et résister est plus douloureux qu'entrer en contact avec du métal anti-vampire. Et en parlant de ça...
Si ils l'apprennent, si le Conseil est au courant, ils vont essayer de nous tuer. Si tu renonces à ta carrière d'hunter, ils te t'élimeront car tu en sais trop. Et on ne peut pas fuir, pas dans mon état. Plus les semaines, les mois vont passer, plus la soif et la faim prendront le pas sur moi. Ce n'est pas un mal qui se calmera avec quelques litres de temps en temps. Je vais sombrer de plus en plus, il m'en faudra toujours une quantité plus importante encore. Te vider même ne suffira pas...


L'hunter hallucina en voyant qu'elle était devenue insensible au métal anti vampire et la fixa d'un air circonspect. Comment était-ce possible ? Il n'avait jamais entendu parler de vampire insensible, ou ne s'en souvenait plus mais dans tous les cas c'était complètement improbable.
Mais étant un homme de logique autant que d'instant, il réfléchis alors à une hypothèse dont il lui fit part immédiatement.


-C'est parce que tu as bu mon sang que tu y résiste ?

Demanda-t-il étonné, se souvenant de cette fois où il lui en avait donné dans un verre comme s'il servait un cocktail.
C'était peut-être étrange mais il s'agissait de la solution la plus rationnelle qu'il ai trouvée en si peu de temps et d'ailleurs il fallait savoir garder son calme car un truc pareil ne se voyait pas tous les jours. Qu'arriverait-il si les vampires devenaient insensibles aux armes prévues pour les tuer ? Ce serait inévitablement la grosse merde et un bordel sans nom déclenchant une nouvelle guerre inévitable et sans doute la fin totale des humains.


-D-deux... Ils sont deux... Des faux-jumeaux... Avec la malédiction des hunters qui pèse sur eux...
Mes sourires ne sont pas magnifiques mais empoisonnés. Et moi le vampire que ma nature veut que je sois.. Je charme et je piège. Comme une plante carnivore. Izumi, toi, maintenant eux... J'attire mon mieux condamner, que je le veuille ou non. Un sang-pure et un chasseur peuvent finalement bien avoir une descendance... Mais elle ne peut être que maudite et actrice d'une existence misérable...


-Attends, quoi ? Je ne comprends rien Yona, calme toi...

Il la prit doucement dans ses bras, la laissant se blottir contre lui et caressa le haut de sa tête et son dos avec tendresse.

-Sèche d'abord tes larmes, ça peut attendre, calme toi et dis moi ce qui ne va pas. Je vais t'aider, je ne vais pas te laisser seule alors que tu vas mal... Je t'aiderais peu importe ce qu'il y a...

Il se balança doucement d'avant en arrière dans un geste lent, voulant la bercer, ralentir le rythme effréné du cœur de la jeune femme, calmer sa respiration, apaiser son corps si fragile, si frêle qui n'arrêtait pas d'être parcourut de soubresauts à cause de sa tristesse.
Il détestait la voir ainsi alors avant toute chose il voulait qu'elle cesse de pleurer, qu'elle reprenne son calme et lui dise tout, lui fasse confiance sans avoir peur de quoi que ce soit. Il ne lui ferait aucun mal peu importe ce qu'elle avait à lui dire, même si c'était qu'elle ne voulait plus jamais le voir à cause de la soif ou quoi que ce soit d'autre, il ne comptait pas la juger, ne pourrait sûrement pas lui en vouloir ou la détester car il avait après tout sans aucun doute participé à ce qui la rendait ainsi.


-Là... Tout va bien... Il n'y a que toi et moi dans cette pièce, tu peux tout me dire... Tu peux même t'endormir dans l'instant si tu veux, je resterais jusqu'à ton réveil... Je céderais au moindre de tes désirs si ça peut t'aider à te sentir mieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yona Hio
Vampire de sang pur
Vampire de sang pur
avatar

Messages : 223
Points d'expérience. : 131

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Mar 2 Fév - 23:08

-Très bien.

La vampire fixa la pochette de sang avec envie jusqu'à ce que cette dernière disparaisse de son champs de vision. Un instant, un frisson de haine parcourut son échine. Elle lui en voulut d'avoir obéit à son refus. Les yeux brillants de cette lumière si singulière, sous l'emprise de son instinct, la rousse lança au chasseur un regard noir mais se reprit très vite et se colla un peu plus contre le mur, horrifiée de sa propre réaction et de ses pensées.

-Je ne te demanderais pas pourquoi car au fond s'en est un pour moi aussi mais il faut passer outre et savoir surmonter les épreuves.

-Je... Je ne sais pas si c'est surmontable... Quelque soit la décision que nous prenons...

Peut-être pour Tôga ces mots étaient utilisés pour qualifier leur relation, mais pour la créature nocturne cela était plus complexe. Quels que soient le choix qu'ils feront, se sera insupportable. Ils en souffriront irrémédiablement. D'une part par les autres qui voudront s'emparer de ce qu'ils cacheraient alors, et ils risquaient fortement de se détruire eux-mêmes et de vivre dans les regrets jusqu'à leur mort respective si il prenait la seconde option.
Un amour entre le numéro 1 de la Guilde et l'une des dernières représentantes des sang-purs, déjà fiancée à l'un de ces être puissants de surcroit, n'était-il pas condamnable par la société vampiriques ? Mais si ces sentiments aboutissaient à quelque chose de concret de... matériel et vivant, quel sort les attendait-il alors ? Une vie de fuite comme Yona l'avait toujours connu, être séparés ou alors éliminés.

-Je sais bien, je comprends tout ça mais qu'attends-tu de moi ? Tu veux que je mette fin à tes jours ?
J'en suis capable si tu me le demande, si c'est vraiment ce que tu souhaites mais à présent que je suis attaché à toi je ne sais pas si je pourrais surmonter ça.


La jeune femme ne pouvait dire ce qu'elle désirait, proie elle-même au doute, à des questions qui se répétaient sans cesse dans son esprit durant toute la durée de son enfermement. Mourir ou vivre ? Lui dire ou rester silencieuse ? Rester muette, tout faire pour ne pas qu'il en vienne à découvrir la vérité aurait été la meilleure solution.
Une personne humaine aurait put le faire, pas une vampire.
Sa nature exacerbait ses sentiments pour les faire passer au rang de choses vitales. À la passion s'étaient désormais liés les besoins primaires. Là était la chose qui faisait toute la différence entre les enfants du jour et de la nuit.
Le sang.
Lui qui répulse les humains et attire les vampires. Dans tout cela, Yona était devenue totalement dépendante du professeur d'éthique, que ce soit mentalement parlant en raison de ses émotions ou physiquement à cause de l'appel du liquide écarlate qui coulait dans ez veines de l'hunter. Au final, à se ressasser toujours les mêmes questions, elle s'était perdue en chemin et en devenait presque folle, étant bien trop indécise.

-Je... Je n'ai pas envie de te faire souffrir, c'est la seule chose que je sais. Mais dans quel état je te ferai le moins de mal, morte ou vivante ?

Mais d'un autre côté, il était assez fort pour survivre si jamais elle venait à disparaitre. Du moins, temps que ce ne soit pas lui-même qui l'exécute... Mais si elle périssait sous des mains étrangères, ne chercherait-il pas se venger donc vivre dans le passé et en souffrir aussi ?
Yona gémit faiblement, parvenant de moins en moins à garder des idées claires.

-C'est parce que tu as bu mon sang que tu y résiste ?

-Non, ce n'est pas ça. Ce n'est pas moi qui peut résister aux armes. Mon corps ne les supporte que temporairement... souffla t-elle, la culpabilité germant dans son esprit et lui tordant les tripes.

A vrai dire, il existait un cas de vampire pouvant manier des armes anti-vampire sans rien craindre et c'est pour cette raison que James était aussi hargneux à protéger ses fils. En tant que descendant direct d'un chasseur et d'une "suceuse de sang", le fils aîné du Baskerville, Kaien, pouvait les toucher sans problème. Mais bien sûr ce secret était très bien gardé.
Et peut-être que cette information aurait rassuré Yona si elle l'avait su. Malheureusement les circonstances étaient telles que ses nerfs venaient de lâcher définitivement et qu'elle avoua tout en bloc dans les pleurs, rendant ses propos incompréhensibles. Tous s'embrouillaient, aussi bien Izumi que Tôga, le passé et le futur, le présent devenant trop flou pour elle.
A croire que son état faible lui faisait perdre la tête dans le mauvais sens du terme.

-Attends, quoi ? Je ne comprends rien Yona, calme toi...

La demoiselle balbutia quelques propos confus et tenta d'abord de s'écarter, puis finit par s'abandonner totalement à lui, se blotissant et s'accrochant comme si sa vie en dépendait, qu'il était sa dernière attache.
La Hio nicha son visage dans le cou de son amant, réconfortée par son odeur, sa présence qui lui avait tant manqué. Pourquoi s'était-elle ainsi privée quand il était clair qu'elle avait besoin de lui ? La peur d'être rejetée ? De ce qui arriverait ?

-Sèche d'abord tes larmes, ça peut attendre, calme toi et dis moi ce qui ne va pas. Je vais t'aider, je ne vais pas te laisser seule alors que tu vas mal... Je t'aiderais peu importe ce qu'il y a...


Abattue, Yona s'affaissa dans ses bras et n'opposa plus aucune résistance. Elle sanglota longuement en silence, n'émettant que de petits hoquets qui paraîtraient pathétiques aux yeux des autres élèves du dortoir. Il lui fallut longtemps avant de se calmer, de fermer les yeux et d'écouter simplement les battements de coeur de Yagari et de calquer sa respiration sur celle de ce dernier.
Ironiquement, cette proximité qu'elle craignait était ce qui lui était le plus bénéfique.
Les douces caresses de Tôga, sa voix avaient eut raison de sa panique et de sa folie naissante. De sa soif même qui ne se manifesta pas alors que leur deux corps étaient au plus près.
A bout de force, soudainement lasse après tant d'émotions fortes, la vampire était en effet proche du sommeil. Mais bien que ses paupières soient closes, elle ne pouvait trouver la paix réconfortante de l'inconscience, ses pensées la gardant sadiquement éveillée.
Elle devait lui dire, clairement, distinctement. En tant que premier concerné il devait savoir.

-Là... Tout va bien... Il n'y a que toi et moi dans cette pièce, tu peux tout me dire... Tu peux même t'endormir dans l'instant si tu veux, je resterais jusqu'à ton réveil... Je céderais au moindre de tes désirs si ça peut t'aider à te sentir mieux...[/quote]

Après une profonde inspiration, la rouquine prit la parole mais n'eut le courage de faire aucun mouvement bien que l'angoisse tordit à nouveau ses entrailles et qu'un lourd poids pesait sur son estomac.

-Si je ne supporte plus aucune nourriture, que j'en deviens presque folle et que je peux prendre les armes anti-vampire, c'est normal. Et aussi normal que mon état empirera sans doute durant une periode de deux à cinq ans maximum. Quand une vampire est enceinte, c'est ce qui se passe... Encore plus quand elle attend des jumeaux dont le père est un chasseur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 498
Points d'expérience. : 233

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Mer 3 Fév - 2:45

-Je... Je ne sais pas si c'est surmontable... Quelque soit la décision que nous prenons...

-Rien n'est insurmontable Yona, je suis certain qu'ensemble on y arrivera, même si c'est difficile...

Et ça il le savait parfaitement car des épreuves, il s'en était prit dans la face à répétition, comme si quelqu'un s'était mit en tête de le tester et ce, à chaque instant de sa vie. Enfin, il s'y était fait et se contentait alors de faire des pieds de nez à son destin, se débattant, refusant catégoriquement que le hasard ne décide de sa vie ou du chemin qu'il aurait à emprunter.

-Je... Je n'ai pas envie de te faire souffrir, c'est la seule chose que je sais. Mais dans quel état je te ferai le moins de mal, morte ou vivante ?

-Si tu venais à mourir j'en souffrirais énormément. Si c'est de ma main j'aurais du mal à le supporter... Si tu allais te faire tuer par un autre, j'ai bien peur de recommencer ce que j'ai fais par le passé... Je ne veux pas que le sort s'acharne et que je continue de perdre tout ce à quoi je tiens...

Oh ça non, il ne le voulait pas. La perdre serait sûrement la pire chose qu'il pourrait lui arriver. Il s'était attaché, il n'avait rien vu venir, rien pu prévoir et c'était déjà trop tard, les faits étaient là ; il l'aimaient. Et quand l'hunter était accroché à quelqu'un, bon courage pour l'en détacher. Il n'était pas du genre à se lier facilement, toujours méfiant, suspicieux, distant, mais cette fois ci tout s'était passé beaucoup trop vite pour qu'il ait le temps de réagir. A présent qu'il tenait à elle, que ce constat accablant et troublant avait était fait, il ne la laisserait pas, la suivrait jusqu'au dernier instant.
Il était comme ces loups qui une fois leur compagne trouvée n'avait d'yeux que pour elle, mais un problème venait se poser. L'amitié étrange qu'il avait avec Kaien, pourrait-elle seulement l'accepter ? Que ferait-il à ce sujet ? Il y réfléchissait depuis longtemps déjà et la nouvelle qui suivit n'arrangea pas les choses d'un iota.


-Non, ce n'est pas ça. Ce n'est pas moi qui peut résister aux armes. Mon corps ne les supporte que temporairement...

-Temporairement ? Comment ça ?

L'hunter eu finalement sa réponse après s'être trituré les méninges en se demandant ce qui pourrait lui permettre de ne pas les craindre temporairement tant ce fait était illogique. Nul doute que la réponse n'arrangea pas son état, le pauvre hunter étant malmené par la situation, secoué de tout les côtés comme un navire en pleine tempête.

-Si je ne supporte plus aucune nourriture, que j'en deviens presque folle et que je peux prendre les armes anti-vampire, c'est normal. Et aussi normal que mon état empirera sans doute durant une periode de deux à cinq ans maximum. Quand une vampire est enceinte, c'est ce qui se passe... Encore plus quand elle attend des jumeaux dont le père est un chasseur...

-A-Attends... Quoi ?!

Si l'on devait décrire la tête du chasseur s'en serait amusant tellement la surprise y était ancrée. La bouche entrouverte, l'oeil gauche écarquillé, il la fixa sans vraiment comprendre ainsi pendant un long moment. En fait si, il comprenait, il comprenait même trop bien mais il n'arrivait pas à savoir comment tout ça avait pu arriver.

-Je pensais que c'était impossible ! Surtout que c'est pas comme si on avait fait que ça !

L'esprit du chasseur était confus, pourquoi ça tombait sur lui ?Quand il s'agissait de réussir un truc tout simple il foirait toujours quelque chose mais quand il fallait faire un truc quasi impossible d'un coup il se posait là ! C'était n'importe quoi, impensable ! D'autant plus qu'à quelques années près elle aurait pu être sa fille !
Non pas que ça le dégouttait, l'âge il s'en fichait ; dans la mesure du raisonnable, entendons-nous là-dessus, mais tout de même ! Elle était son élève et maintenant elle attendait son enfant ! Deux qui plus est !
Des centaines de questions fusaient dans sa tête : comment allaient-ils faire ? Il y aura la malédiction des jumeaux en plus, ce qui signifie que s'ils s'attachent trop il vont en souffrir et il ne voulait pas qu'elle souffre mais tout arrêter et s'en "débarrasser" serait sûrement encore pire que ce soit pour elle ou lui qui au fond adorait les enfants et avait hâte que ce soit son tour.
Ils étaient vraiment dans la panade, si le Sénat ou la Guilde apprenait ça ils étaient finis mais ils l'apprendraient bien un jour ou l'autre alors ils n'avaient pas le choix. Ils auraient besoin d'un soutien dans chaque camp afin d'être défendus le jour où tout ça serait découvert.
Mais qui ? Soudain, le brun se mit à réfléchir à voix haute.


-Il nous faut des alliés, un dans chaque camp mais si je le dis à Kaien il va être mort de jalousie, ma nièce ou Zero péteraient un câble, quant à Yoko... Non, ils n'auront pas assez d'influence, il ne reste que Kaien... Fait chier.
Quant au côté des vampires... Je ne vois que "lui"...


Il parlait bien entendu de Kaname et ça ne le réjouissait pas du tout, le visage de l'hunter se crispa à la simple pensée du jeune Kuran. Non, il ne l'aimait pas, ce vampire était bien trop prétentieux et manipulateur, comme la plupart de ceux de son espèce, bien sûr, de ceux qu'il détestait.

Lorsque son regard se posa sur la jeune femme il sembla se détendre, elle était différente, si proche d'une humaine, de cette femme qui pourrait être comme toutes les autres mais qui a ce petit truc en plus. Ses cheveux rougeoyants, ses yeux violets emplis autant de malice que de tourments, son corps frêle et son caractère enfantin. Elle était simple, il ne lui en fallait pas plus pour l'aimer.
Semblant doucement se reprendre, il la serra dans ses bras, voulant à tout prix qu'elle se calme. Il attendit, d'une patience qui semblait à toute épreuve et lorsqu'elle sembla plus apaisée, décida d'aborder doucement le problème, sans la brusquer ou risquer de la bloquer.


-Détends toi Yona... On va trouver une solution et prendre soin d'eux, d'accord ? Je vais devoir en parler à Kaien et Kaname, ça ne m'enchante pas mais au cas où les choses dégénèrent ils pourront nous aider car après tout ils peuvent tous les deux comprendre notre situation, ne serait-ce que Kaien qui était amoureux de Juri Kuran. Pour le reste ce doit être un secret, si ma nièce, Yoko ou Zero l'apprenaient, je ne pense pas qu'ils auraient une réaction positive...
Quant à ce que nous allons faire, j'en parlerais avec eux et nous décideront de la meilleure solution, Kaname étant le président de la Night Class, c'est à lui de gérer ton cas...
Le mieux vu que ton état est instable serait bien sûr que tu vienne chez Kaien, tu serais près de moi et si tu avais une sorte de crise je pourrais te calmer, de la manière douce ou forte si la situation devient incontrôlable...


Il soupira, il n'avait pas d'autre choix. S'ils venaient à disparaître tous les deux les deux organisations ne mettraient pas longtemps à faire un rapprochement et la partie serait terminée or il ne souhaitait pas que tout cela se termine en effusion de sang, que ce soit de leur côté ou de l'autre.
Il ne lui restait donc que la diplomatie, technique qu'il n'aimait pas trop, trouvant que bien souvent une balle bien placée vaut mieux qu'un long discours, mais à situation désespérée, solution désespérée...
Il posa un regard doux sur elle, attendant sa réponse. Pour l'instant il était stressé, elle espérait sûrement le voir radieux suite à cette nouvelle, même si elle pensait qu'il allait réagir autrement, peut-être même se mettre en colère, au fond, il savait qu'elle l'espérait.
Malheureusement pour l'instant il ne pouvait pas l'être, pas avant que la situation ne soit plus stable, qu'elle soit hors de danger, ne serait-ce qu'un temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yona Hio
Vampire de sang pur
Vampire de sang pur
avatar

Messages : 223
Points d'expérience. : 131

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Mer 17 Fév - 0:09


-Rien n'est insurmontable Yona, je suis certain qu'ensemble on y arrivera, même si c'est difficile...

Yona ne releva pas. Comment pouvait-elle ? Izumi avait tenu des propos similaires par le passé, ne cessant de lui murmurer à l'oreille que tout s'arrangerait un jour, qu'ils pourraient vivre enfin en paix. Que l'avenir ne serait pas pire que ce que le présent leur faisait subir. Qu'ensembles ils parviendront à se sortir de cette houleuse tempête pour s'épanouir tranquillement sous une ère plus favorable.
Mais cela n'avaient été que mensonge et naïve, la princesse y avait crut.
Parce qu'Izumi était parti, que les promesses s'étaient envolées avec ses cendres. Parce que dès lors, les ennuis n'avaient cessé de la poursuivre alors qu'elle était désespérément seule, manquant de retomber plusieurs fois dans les mains d'avides aristocrates. Pour toutes ses raisons, Yona ne pouvait le croire, lui faire confiance.
Elle était une enfant désillusionnée depuis trop longtemps pour laisser les douceurs de l'espérance adoucir ses craintes.

-Si tu venais à mourir j'en souffrirais énormément. Si c'est de ma main j'aurais du mal à le supporter... Si tu allais te faire tuer par un autre, j'ai bien peur de recommencer ce que j'ai fais par le passé... Je ne veux pas que le sort s'acharne et que je continue de perdre tout ce à quoi je tiens...

-Alors je dois vivre.

Ces mots, prononcés par sa propre voix avaient sonné pour elle comme une sentence. Elle se devait de prolonger sa misérable existence pour ne pas planter d'autres douleurs dans le coeur du hunter. Mais pour d'autres raisons, avait-elle l'envie d'affronter ce futur qui s'annonçait impitoyable ?
Trop d'épreuves, elle s'était trop de fois relevée en s'accrochant au moindre rayon d'un avenir plus clément. Elle avait crut à l'Académie, en Tôga, à leur histoire. Elle s'était laissé bernée par ses propos, par son odeur, sa douceur et même parfois ses petits pics qui faisaient qu'elle l'aimait. Le chasseur était loin d'être le responsable de cette situation, au contraire il était aussi victime qu'elle, mais ils étaient tous deux esclaves d'une volonté qui les dépassait. Une chose, un être, un coup du sort qui s'amusait cruellement à les faire sombrer un peu plus dans la complexité que peut créer la vie.
La rouquine était désormais incapable de faire la moindre chose qui le blesserait réellement. Cela était hors de portée pour elle. Les dès étaient jetés, la Hio était totalement dépendante de Yagari, que ce soit son regard ou son touché. Ses manières parfois désintéressées ou la face tendre qu'il ne révélait que difficilement.

-A-Attends... Quoi ?!

Mais au lieu de répéter ses précédentes paroles, Yona s'était murée dans le silence. Il fallait laisser le temps au hunter d'assimiler la nouvelle, de digérer cette information qui devait lui tomber dessus avec la probabilité qu'une comète ne s'écrase sur l'Académie. Cependant, la créature nocturne s'était reprise. Les larmes ne coulaient plus et son visage était stoïque. Elle le fixait, simplement, sans trahir la moindre émotion. C'était la même résignation que le jour de leur rencontre, alors que le fusil du professeur de la Night Class la pointait.
Car comme ce jour là, en cet instant, elle se remettait tout à lui.

-Je pensais que c'était impossible ! Surtout que c'est pas comme si on avait fait que ça !

-Sache que je ne pensais pas cela possible non plus. Déjà pas entre nos deux espèces car je n'ai jamais entendu parlé d'enfants nés d'un hunter et d'un vampire. Et encore moins d'une sang-pure. Normalement on ne tombe pas enceinte si jeune, le plus souvent c'est vers cinquante ans au minimum... Mais plus quand l'on a plusieurs siècles.

Yona paraissait beaucoup plus calme en cet instant, si bien que s'en était presque effrayants. Elle avait contenue ses larmes d'une manière trop brutale pour être réaliste, se tournant instinctivement vers le jeu de la comédie. Tenir un rôle, avoir l'air parfaite et imperturbable en toutes circonstances, voilà ce qu'on lui avait apprit durant toute son enfance. Être une gentille sang-pure, délicate poupée de porcelaine que les aristocrates habillaient à leur guise et mettaient en valeur par mille et une façons différentes afin de montrer qu'ils tenaient entre leurs mains viles l'un des joyaux les plus précieux de la société de la nuit.
Pour une fois, cet enseignement hypocrite lui sera utile.

Quant elle s'était réellement rendue compte que ce n'était pas son coeur qui était défaillant mais que ce n'étaient que des petits battements qui venaient le parasiter, Yona avait eut une période de déni, mettant cela sur le coup de la fatigue et du manque de sang. C'était logique, en tant que sang-pure, elle avair besoin du sang de son aimée mais n'en avait malheureusement pas assez.
Puis d'autres signes avant coureurs vinrent troubler ses si belles résolutions.
La nourriture humaine lui était devenue fade et sang goût avant que des nausées violentes ne l'obligent à tout rendre. Puis il en fut de même pour les blood-tablets. Elle ne les supportait plus. Les cachets lui irritaient désagréablement la gorge, puis la faim et la soif lui donnaient de profondes crampes à l'estomac...
Déjà, ce fameux soir, elle le savait. Quand il l'avait invité au restaurant, sa retenue face à l'odeur humaine se voyait déjà fort compromise. Au final, Kagame lui avait offert une occasion parfaite pour prendre la fuite et échapper à la torture à la fois physique et mentale qu'était la douce flagrance du chasseur. Une odeur pourtant sauvage, protectrice, mais qui lui paraissait bien trop alléchante...
C'était alors que la vampire avait commencé par sécher les cours qu'il enseignait, puis les autres, et au final s'enfermer totalement dans sa chambre, ce qui les mena à cette situation.
-Il nous faut des alliés, un dans chaque camp mais si je le dis à Kaien il va être mort de jalousie, ma nièce ou Zero péteraient un câble, quant à Yoko... Non, ils n'auront pas assez d'influence, il ne reste que Kaien... Fait chier.
Quant au côté des vampires... Je ne vois que "lui"...


En l'entendant parler ainsi, Yona fut saisit d'un élan de panique et recula, sentant son propre coeur s'accélérer et sa respiration devenir irrégulière. Parler au Directeur, assumer son regard accusateur, voir Tôga et ce dernier en conflit à cause d'elle alors que l'ancien chasseur était l'ami le plus proche de son amant. Affronter Kaname et tout faire pour que le sang-pur ne prenne pas la décision de l'éradiquer ou la faire avorter pour sauver la société vampirique du chamboulement que représentaient ces jumeaux presque maudit. Devoir faire face aux autres sang-purs peut-être, et surtout les aristocrates qui n'eurent de cesse de la poursuivre et guettaient la moindre occasion pour la récupérer. Voir une guerre se déclencher entre les deux camps...
Son imagination, ses pensées lui échappaient, faisant défiler dans son esprit affolé des scénarios pire les uns que les autres qui la firent frissonner d'effroi.
Jusqu'à ce que le corps inanimé de Tôga ne se mêle aux cendres éparpillées d'Izumi et elle ne retint cette fois pas un cri d'horreur en se prenant la tête dans les mains. Presque simultanément, les vitres et toutes autres choses fragiles à portée explosèrent. Une fois ce fracas passé, les morceaux brisés tombèrent sur le sol avec un bruit cristalin et désorganisé. Une cacophonie à l'image des pensées de la fille de Shizuka.

-Détends toi Yona... On va trouver une solution et prendre soin d'eux, d'accord ? Je vais devoir en parler à Kaien et Kaname, ça ne m'enchante pas mais au cas où les choses dégénèrent ils pourront nous aider car après tout ils peuvent tous les deux comprendre notre situation, ne serait-ce que Kaien qui était amoureux de Juri Kuran. Pour le reste ce doit être un secret, si ma nièce, Yoko ou Zero l'apprenaient, je ne pense pas qu'ils auraient une réaction positive...
Quant à ce que nous allons faire, j'en parlerais avec eux et nous décideront de la meilleure solution, Kaname étant le président de la Night Class, c'est à lui de gérer ton cas...
Le mieux vu que ton état est instable serait bien sûr que tu vienne chez Kaien, tu serais près de moi et si tu avais une sorte de crise je pourrais te calmer, de la manière douce ou forte si la situation devient incontrôlable...


Il la prit dans ses bras et elle s'abandonna à cette étreinte, désespérée. Les paupières fermées avec force, Yona sentait néanmoins les larmes couler tandis qu'elle contenait difficilement les sanglots qui serraient sa gorge. Elle ne prononça pas la moindre parole ni laissa échapper le moindre son durant un moment. Il n'y avait que lui pour la rassurer, lui permettre de sortir de cette folie latente. Emprisonnée dans ses bras musclés, elle se sentait aussi bien en sécurité sur coupable.
Coupable de lui infliger ça alors qu'il lui avait donné bien plus que ce qu'elle avait put lui offrir...
Au bout d'un moment, la rousse parut retrouver quelques moyens et une fois tremblante sous le flot d'émotions trop forte.

-Je ne veux pas... Pas qu'ils sachent qu'ils sont de toi... Ils n'en sauront rien si on se tait. Je peux les faire passer pour les enfants d'Izumi, personne ne pourra remettre cela en cause... Et je ne veux pas avorter. J'ai déjà tout perdu alors pas eux...

Encore frissonnante de peur, Yona s'écarta cependant, séchant ses larmes avec ses manches comme une enfant. A vrai dire, n'en était-elle pas encore une au fond ? Adulte par bien des aspects mais forcée de mûrir trop vite...

-Je suis une sang-pure... Je vais faire valoir mes droits en tant que telle. Ils vont vouloir mon sang, ma vie, je jouerai leur jeu mais je les manipulerai. Je vais me faire des alliés et protéger mes enfants. C'est trop risqué, je ne veux pas que tu meures en endossant un rôle qui te condamnera. C'est fini ça... Je ne veux plus être inactive. J'ai perdu ce qui se rapprochait le plus de ma famille, ma maison s'est faite détruire par les flammes de ces chiens assoiffés de pouvoir et ils m'ont prit aussi mon premier amour, mon meilleur ami, mon frère... Je refuse qu'ils te prennent toi aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 498
Points d'expérience. : 233

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Mer 17 Fév - 0:56

-Alors je dois vivre.

-Tu n'as pas à t'en sentir forcée, j'ai simplement répondu à ta question. Mais je suis sûr que quelque soit le problème il peut être arrangé.

S'il avait su ce qu'elle allait lui annoncer il n'aurait peut-être pas été aussi certain mais elle avait besoin de soutien, ces mots étaient donc sortis tout naturellement.

-Sache que je ne pensais pas cela possible non plus. Déjà pas entre nos deux espèces car je n'ai jamais entendu parlé d'enfants nés d'un hunter et d'un vampire. Et encore moins d'une sang-pure. Normalement on ne tombe pas enceinte si jeune, le plus souvent c'est vers cinquante ans au minimum... Mais plus quand l'on a plusieurs siècles.

-Je te crois, ne t'en fais pas, tu es trop bête pour me manipuler de toute manière...

Ces mots qui pourraient paraître méchants étaient en fait plus une boutade et une façon de lui assurer qu'il lui faisait confiance. En passant du temps avec elle il avait découvert une fragilité, une humanité qu'il n'avait jamais vu chez les autres vampires. C'est ce qu'il l'avait séduit, pour ne pas dire rendu fou. Maintenant c'est cette même fragilité qu'il voulait protéger. C'est cette même humanité qu'il voulait préserver. Car il ne voulait pas qu'elle change, sous aucun prétexte. Il voulait garder près de lui celle qu'il a connu, pas une autre. Il avait peur qu'elle ne change trop à cause de ces petits, il était inquiet à ce sujet. Il l'aimait maladroite, paresseuse, enquiquinante, boudeuse, naïve et enfantine.
Non, au fond il était certain qu'elle resterait la même, peut-être serait-elle simplement plus mature mais il ne pouvait pas le lui reprocher.


-Je ne veux pas... Pas qu'ils sachent qu'ils sont de toi... Ils n'en sauront rien si on se tait. Je peux les faire passer pour les enfants d'Izumi, personne ne pourra remettre cela en cause... Et je ne veux pas avorter. J'ai déjà tout perdu alors pas eux...

Il la laissa continuer, dans un silence religieux. Elle ne disait que la triste et sombre vérité, malheureusement il avait fallu que leurs races soient différentes et se détestent. Parfois il enviait les humains dont la vie était beaucoup plus simple alors qu'eux se plaignaient de leurs relations amoureuses trop compliquées ! Il échangeait les places quand ils voulaient ! Ainsi ils sauraient ce que c'est qu'une relation compliquée, pour ne pas dire impossible à la Roméo et Juliette. Même s'il trouvait que Juliette n'était pas un beau prénom et que Roméo... Bah comme prénom ça pue carrément du fion quoi...

-Je suis une sang-pure... Je vais faire valoir mes droits en tant que telle. Ils vont vouloir mon sang, ma vie, je jouerai leur jeu mais je les manipulerai. Je vais me faire des alliés et protéger mes enfants. C'est trop risqué, je ne veux pas que tu meures en endossant un rôle qui te condamnera. C'est fini ça... Je ne veux plus être inactive. J'ai perdu ce qui se rapprochait le plus de ma famille, ma maison s'est faite détruire par les flammes de ces chiens assoiffés de pouvoir et ils m'ont prit aussi mon premier amour, mon meilleur ami, mon frère... Je refuse qu'ils te prennent toi aussi.

-Bien, je vais faire ce que tu décideras et accessoirement faire en sorte que la Guilde me colle à ta protection. S'ils apprennent pour ta grossesse ils voudront forcément te garder à l’œil et sachant mon expérience et ma proximité à l'académie me choisiront naturellement.

Lâcha l'hunter après une légère réflexion tout en jouant avec une mèche de cheveux de la jeune femme. Il espérait que la Guilde ne choisirait pas quelqu'un d'autre comme Zero, Yoko ou Kagame. Mais s'il ne montrait pas l'envie de le faire, si ça avait l'air de le faire chier, il l'en chargerait juste pour lui casser les burnes.
Fallait dire aussi qu'avec son insolence constante et sa tendance à se rebeller et envoyer chier facilement il s'était attiré les foudres de ses supérieurs. Ces derniers ne pouvaient pas réfuter son talent et ne le viraient donc pas. En revanche à la moindre occasion ils essayaient de l'emmerder pour se venger.
Si cette méthode a fonctionné le temps qu'il se rende compte qu'ils le faisaient exprès ; c'est à dire pas longtemps. Il l'a ensuite utilisé à son avantage afin de récupérer les missions qui l'intéressaient le plus. Quand on vous dit qu'il est malin le Tôga !


-Cette fois c'est toi qui tient les rênes, je me chargerais simplement d'éloigner la vermine de toi. Oh et... Ca fait un moment que j'ai ça sur moi. J'hésitais, je trouvais ça trop précipité mais au fond c'est le cas pour tout avec toi, ça ne me gêne pas particulièrement rassure toi.

Doucement il sorti une boîte en velours de sa poche et l'ouvrit, dévoilant une bague en argent avec un papillon dont les ailes étaient des améthystes, rappelant les yeux de la sang-pure.

-Je veux que tu sois mienne... Même si l'on doit se cacher, s'embrasser entre les cours comme des collégiens, c'est ce que je souhaite si c'est avec toi...

Il lui souriait, affichant une expression douce et sincère, rougissant même un peu. Il avait du tourner la phrase plusieurs fois dans sa tête afin d'éviter de bégayer comme un ado qui voit une nana nue pour la première fois.
Il n'était pas particulièrement fier de ce qu'il avait dit d'ailleurs, mais si ça pouvait lui rendre le sourire, lui donner un peu d'espoir alors il avait fait le bon choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yona Hio
Vampire de sang pur
Vampire de sang pur
avatar

Messages : 223
Points d'expérience. : 131

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Mer 17 Fév - 23:41

-Tu n'as pas à t'en sentir forcée, j'ai simplement répondu à ta question. Mais je suis sûr que quelque soit le problème il peut être arrangé.

Cette remarque avait en effet redonné un peu de confiance à la jeune femme qui avait réussit, après une première fois difficile et ratée, à s'exprimer plus clairement et lui expliquer le fameux problème... Qui ne parut soudainement plus surmontable. Ou beaucoup moins...

-Je te crois, ne t'en fais pas, tu es trop bête pour me manipuler de toute manière...

Loin d'offenser la concernée, cette dernière sentit ses propres lèvres s'étirer en un minuscule sourire. Sa panique commençait peu à peu à se calmer alors que cette boutade lui rappela leurs précédentes "disputes" dans lesquelles Yagari ne cessait de la narguer en la rabaissant gentiment afin de la faire bouder.

-Je ne suis pas plus bête qu'un certain chasseur qui prend le risque de titiller une sang-pure enceinte ~

Cette réplique n'était sans doute pas très cherchée ni originale, Yona n'étant pas encore d'âme à plaisanter réellement, mais elle était la preuve que la vampire faisait des efforts pour se calmer et alléger l'atmosphère.
Au fond, bien qu'elle en faisait souvent les frais puisqu'elle lui tendait toujours des perches involontaire, la Hio aimait cette manie du professeur de toujours tout tourner en dérision. Une manie parfois énervante, qui pouvait se révéler réellement humiliante quand Tôga était de mauvaise humeur et qu'on le cherchait, mais qui permettait aussi dans certaines situations, comme celle-là, d'adoucir les tensions quand les deux partis acceptaient de se prendre au jeu.

-Bien, je vais faire ce que tu décideras et accessoirement faire en sorte que la Guilde me colle à ta protection. S'ils apprennent pour ta grossesse ils voudront forcément te garder à l’œil et sachant mon expérience et ma proximité à l'académie me choisiront naturellement.

Yona ne put ouvrir que de grands yeux surprit face à cette déclaration. Elle s'était attendue à ce qu'il réfute ses paroles, insiste sur la dangerosité d'une telle démarche et fasse tout pour rester officiellement le père des enfants. Qu'il la conteste, lui dise qu'elle était trop innocente pour affronter cette bande de chacals qui attendaient le moindre faux pas par lui sauter à la gorge et la vider de son précieux liquide vital. Or, pour que Tôga la laisse faire, lui qui avait plus d'expérience en la matière et la corrigeait quant elle prenait de mauvaises résolutions, c'était que cette décision était juste.
Un véritable sourire illumina alors le visage de la rousse qui se sentit à la fois heureuse et soulagée. Il ne la laisserait pas seule, resterait derrière elle si elle venait à trébucher et faire les mauvais choix. Et la vampire pourrait faire son maximum librement pour le protéger.
Au lieu de se sentir oppressée et stressée par le poids de ces responsabilités, de ce que cela représentait, la sang-pure se sentait au contraire plus légère. La société vampirique était un domaine qui lui était familier, dans son enfance on lui avait donné les armes pour ne pas se noyer dans le milieu après tout.
Izumi l'avait épaulé, expliqué les choses durant de longues heures...
Aujourd'hui, c'était comme si une part de lui était encore présente pour l'aider à défendre la nouvelle personne qui lui était la plus chère désormais. Sans doute ces pensées, cette manière de voir les choses étaient causées par la fatigue mais ce dur futur qui s'annonçait ne lui faisait plus tellement peur.
Du moins, pour l'instant...

-Cette fois c'est toi qui tient les rênes, je me chargerais simplement d'éloigner la vermine de toi. Oh et... Ca fait un moment que j'ai ça sur moi. J'hésitais, je trouvais ça trop précipité mais au fond c'est le cas pour tout avec toi, ça ne me gêne pas particulièrement rassure toi.

-Précipité ? Je sais que notre relation l'a été et que les... eux aussi... Je suis désolée... s'excusa t-elle en baissant la tête alors que ses épaules s'affaissèrent sous le poids de la responsabilité.

Les yeux rivés sur le sol, la jeune femme sentit des larmes piquer le coin de ses paupières mais elle n'en rien dit. Après tout, c'était en partie sa faute si ils en étaient à une telle situation. Ils auraient dû se protéger, mais la sang-pure était tellement persuadée de ne jamais pouvoir engendrer... Mais les jumeaux étaient bel et bien là maintenant et elle ne pouvait se résoudre à s'en débarrasser même si l'idée d'être mère ne la secouait pas de joie.

-Tu peux me laisser les élever seule si tu veux... Je sais que je te les ai presque imposé, que c'est dangereux... Je peux comprendre et c'est normal, pleinement ton droit même...

Il était qu'évident que la rouquine ne voyait absolument où il voulait en venir.
Aussi, quand le chasseur sortit l'écrin de sa poche, la Hio de figea de stupeur. Ce sentiment outrepassait totalement la surprise ou l'étonnement. Aussitôt, dans son esprit embrouillé, la rousse sentit une lueur d'espoir pousser son coeur à rater un battement mais le réprima rapidement et presque inconsciemment.

-Je veux que tu sois mienne... Même si l'on doit se cacher, s'embrasser entre les cours comme des collégiens, c'est ce que je souhaite si c'est avec toi...

-C'est ce que je... C'est vrai ? ... Dans le sens où c'est ce je pense... ?

Si Tôga avait eut le temps de réfléchir à ses paroles, ce n'était pas le cas de la princesse qui bégaya dans un premier temps, totalement secouée. Puis la jeune adulte se mura dans le silence pour éviter de paraître encore plus cruche qu'elle n'en avait l'air et pour se donner quelques secondes de répit.
Il lui fallait comprendre.
Était-ce réellement une demande en mariage ? La bague, les mots prononcés... Ça en avait tout l'air. Puisque tout doute était écarté, Yona sentit ses joues prendre feu et s'emprouprer. Sa gorge était devenue sèche alors qu'elle ouvrit la bouche pour dire quelque chose et la referma. Son esprit lui paraissait irrémédiablement vide et tous leurs problèmes étaient passés à la trappe. Y compris les bébés.

-Mais que je suis déjà... A Lord Toma... Même si on ne se plait pas...

Si elle s'était attendu à ça...
Honteuse, la vampiresse ferma les yeux un instant, prit une inspiration et détourna le regard. Il lui fallut avaler plusieurs fois sa salive, réfléchir intensément puis balayer toutes ses pensées d'un revers la main pour s'approcher de lui. Loin de s'attarder sur la bague malgré la beauté évidente de cette dernière, Yona se blottit contre lui, appuyant son front contre son torse. Puis, dans un élan de courage, elle releva la tête et fixa l'unique oeil du chasseur, à la fois résignée et craintive.

-Evidemment que je veux... Je ne peux plus aimer que toi et j'en suis totalement dépendante, idiot... Je veux t'appartenir entièrement. Et même si tu n'es pas vampire, sache que mon sang aussi est tiens. Ca ne reprédente sans doute pas grand chose pour toi mais c'est le serment le plus important pour ceux de mon espèce...

En effet, cela revenait à dire que personne d'autres que Tôga n'aurait le droit de la mordre ou de faire couler son sang sans quoi, selon les règles vampiriques, le fiancé ou mari en question avait le droit de se venger sans que l'on puisse le lui reprocher. C'était là une règle ancienne pour dissuader justement tout vampire adverse de se servir comme il l'entendait sur le sang de ses congénères. Une règle qui avait prit d'autant plus d'importance depuis la chute du nombre des sang-purs. Car combien étaient-ils à présent ? Moins d'une vingtaine éparpillés dans le monde, et la plupart se trouvaient au Japon. Les paroles de Yona gagnaient donc en valeur en sachant qu'elle faisait partie des derniers sang-purs encore en vie et surtout éveillée, la plupart des autres dormant tels que la famille Hanadagi ou encore Izaya Shoto.

-Tu pourrais narguer tous les vampires que tu détestes, et même les membres corrompus de la Guilde, tu viens de gagner ce qu'ils désirent le plus. La longévité que mon sang confère, mes pouvoirs même si je les réprime, le droit de vie ou de mort sur moi... Tout cela maintenant, ce n'est qu'à toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 498
Points d'expérience. : 233

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Jeu 18 Fév - 0:27

-Je ne suis pas plus bête qu'un certain chasseur qui prend le risque de titiller une sang-pure enceinte ~

-Qu pourrait-il bien m'arriver ? Puis-j avoir une démonstration ? ~

Bah quoi, quitte à la titiller autant y aller à fond ! Surtout que les choses pourraient devenir intéressantes. Il se mit alors à sourire d'un air provocateur mais effaça ensuite cette expression. Non, pas ici, c'était vraiment la pire idée qu'il pourrait avoir. Surtout qu'il savait parfaitement qu'ils avaient tendance à sacrément s'emporter alors il valait mieux éviter s'il ne voulait pas imprégner les élèves de l'académie d'images dont ils auraient aimés, ou pas, se passer.

-Précipité ? Je sais que notre relation l'a été et que les... eux aussi... Je suis désolée...
Tu peux me laisser les élever seule si tu veux... Je sais que je te les ai presque imposé, que c'est dangereux... Je peux comprendre et c'est normal, pleinement ton droit même...


-Wow, je t'arrêtes tout de suite, oublies cette idée. En plus j'adore les enfants... Je leur apprendrais à regarder discrètement les filles ou les garçons sous la douche, à cacher leur magazines coquins et faire disparaître les preuves d'actes de type PEGI 18 ~

Lâcha-t-il alors qu'un large sourire étirait ses lèvres. S'il la cherchait ? Absolument ! Elle risquait cependant de le prendre pour un père indigne, ce qui le poussa à continuer, jouer avec le feu était dans ses habitudes après tout.

-Je les oublierais dans le coffre de la voiture, y a pas de place dans ma deux chevaux, je les nourrirais exclusivement de poissons avec pleins d'arrêtes et d'épinards, ils auront pas de goûter et je leur ferais faire deux cents pompes tous les soirs avant d'aller se coucher, s'ils les font pas ils dormiront par terre, sous le porche du chalet.

Le pire c'était qu'il racontait tout ça avec un sérieux effrayant, affichant même un sourire rêveur en pensant à ce "futur merveilleux". Il fixa alors Yona, cherchant une réaction, cet éternel sourire sur les lèvres comme s'il attendait qu'elle approuve. Puis, ne pouvant plus se retenir, éclata de rire, devant se contenir pour ne pas être entendu par les autres élèves.

-T'aurais vu ta tête ! Si j'étais Kaien je t'aurais prise en photo !

Se faisant plus sérieux il lui fit alors sa demande, d'une manière toutefois moins solennelle que ce que désirait la coutume, mais au fond, qui s'en souciait de la coutume en cet instant présent ? Sûrement pas lui en tous cas...

-C'est ce que je... C'est vrai ? ... Dans le sens où c'est ce je pense... ?

-Non, non, c'est pour te mettre un anneau au téton droit et y passer une corde. Petite écervelée.

Ah, la douceur d'un homme ~~ C'était de sa faute aussi, si elle ne s'était pas empressée à vouloir dire quelque chose, elle n'aurait pas bégayer une chose pareille qui lui permettait de répondre aussi cyniquement. Il avait hésité à ne pas rajouter le "petite sotte" et à la regarder avec un air pervers mais pensait que ce n'était pas le moment idéal et avait donc oublié cette idée.

-Mais que je suis déjà... A Lord Toma... Même si on ne se plait pas...

-Je me moque de lui, je me battrai contre lui pour t'avoir. Et accessoirement je suis certain de gagner ~

Aussi étrange que cela puisse paraître il était sérieux et le pensait réellement. Ses capacités n'étaient déjà plus vraiment à prouver, mais il était certain de pouvoir se surpasser s'il était sérieux et embarqué dans quelque chose qui lui tenait à coeur. Il n'y avait qu'à voir la manière avec laquelle il avait traqué les vampires en relation avec ce qu'avait subit Hana. C'était méthodique, à vous glacer le sang, mêlé de pulsions meurtrières et de vengeance. Il n'était pas du genre à laisser passer cela, déjà qu'il a tendance à s'emporter facilement...

-Evidemment que je veux... Je ne peux plus aimer que toi et j'en suis totalement dépendante, idiot... Je veux t'appartenir entièrement. Et même si tu n'es pas vampire, sache que mon sang aussi est tiens. Ça ne représente sans doute pas grand chose pour toi mais c'est le serment le plus important pour ceux de mon espèce...
Tu pourrais narguer tous les vampires que tu détestes, et même les membres corrompus de la Guilde, tu viens de gagner ce qu'ils désirent le plus. La longévité que mon sang confère, mes pouvoirs même si je les réprime, le droit de vie ou de mort sur moi... Tout cela maintenant, ce n'est qu'à toi...


-Je connais la valeur de cette promesse. Je ne narguerais toutefois personne puisque notre relation restera secrète. Tant que ton cœur m'appartient c'est tout ce qui compte. Et ton corps aussi parce que... Voilà... Hum...
Quoi qu'il en soit ! Je n'ai pas besoin de ça pour tuer ceux qui oseront t'approcher de trop près, compte sur moi là-dessus. Ils le savent très bien, s'ils le font ils ne viendront pas se plaindre des conséquences.


Et ils ne le savaient que trop bien, que ce soit chez les vampires ou les hunters, ceux qui avaient osés essayer de s'en prendre à Zero l'avaient senti passer. Personne n'avait le droit de s'approcher d'une proie qui appartenait à Yagari. Aujourd'hui encore le message sembait avoir du mal à passer, mais il ferait en sorte de se faire entendre un peu plus si nécessaire. S'il était bel et bien collé à la protection de Yona, il plaignait déjà le moindre crétin qui ne ferait que la frôler. En donnant ce devoir de protection au hunter la Guilde n'avait aucune idée du pouvoir qu'elle lui donnerait et il n'hésiterait pas à en abuser autant qu'il le désirerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yona Hio
Vampire de sang pur
Vampire de sang pur
avatar

Messages : 223
Points d'expérience. : 131

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Jeu 30 Juin - 16:53

-Qu pourrait-il bien m'arriver ? Puis-j avoir une démonstration ? ~

La jeune femme réfléchit un instant. Non pas sur comment s'y prendre mais si elle lui répondait ou non. Ne pas donner de réponse à ce chasseur joueur serait lui donner une victoire, mais ouvrir la bouche risquait de ne pas arranger les choses, surtout aux vues du sourire qu'il affichait. Leurs joutes verbales lui avaient manqué, la demoiselle se devait bien de l'avouer...

-Oh mais je pourrai très bien te lancer un sort de malchance ou alors ordonner à toutes les chauves-souris du coin de venir te rendre une petite visite. Et peut-être même que si elles t'adorent, elles s'accrocheront à tes affaires ou même toi directement pour ne plus te lâcher ~

Un sourire plus léger éclairait à présent les traits de la jeune femme avant que son expression ne soit rongée par une inquiétude passagère que le chasseur eut tôt fait de balayer.

-Wow, je t'arrêtes tout de suite, oublies cette idée. En plus j'adore les enfants... Je leur apprendrais à regarder discrètement les filles ou les garçons sous la douche, à cacher leur magazines coquins et faire disparaître les preuves d'actes de type PEGI 18 ~

Cette remarque eut le don de faire déchanter la demoiselle de ses naïves croyances. Le voilà déjà en train de souiller l'esprit des petits êtres innocents avec les cochonneries d'adultes ? Certainement pas ! La rouquine ne voulait pas que ses enfants deviennent des petits pervers à peine entré dans l'adolescence.

-Si tu fais ça je me verrai aussi dans l'obligation de te punir comme eux et tu regretteras de m'avoir choisi comme compagne ~

Ses menaces étaient en réalités bien plus amusées que véridiques alors que ses iris violettes brillaient à présent d'engouement face à cette idée. L'espace d'un instant fugace, la vampire se vit en train de fouiller sous les matelas pour dénicher les fameux objets de délits et de courir après leur fils pour s'assurer qu'il ne trainait pas les rues en quête de jeunes demoiselles. A moins que ce ne soit leur fille qui leur posera des problèmes sur ce point ? Ou pire... Les deux.

-Je les oublierais dans le coffre de la voiture, y a pas de place dans ma deux chevaux, je les nourrirais exclusivement de poissons avec pleins d'arrêtes et d'épinards, ils auront pas de goûter et je leur ferais faire deux cents pompes tous les soirs avant d'aller se coucher, s'ils les font pas ils dormiront par terre, sous le porche du chalet.

-Si ils tiennent de toi, ou même de moi quand j'étais petite, il risque de vouloir se rebeller tu sais. J'avais un tempérament assez sanguin et étais une véritable peste, je suppose que même toi tu n'aurais pas pus me dresser et m'inculquer quoique ce soit. Alors tu devrais peut-être prier pour que la génétique ne nous donne pas deux petites terreurs rousses ! Et puis je leur donnerai de la meilleure nourriture dans ton dos et je m'arrangerai pour qu'ils n'aient pas à faire toutes ces pompes. Quand à la deux-chevaux... Tu me laisseras la modifier ~ ?

La fille de Shizuka jouait le jeu, prenant clairement le parti de l'opposition pour le contrer dans son programme tyrannique. Non mais, était-ce une manière de traiter ainsi de pauvres petits bouts ? Ils seront certes des vampires mais tout de même, ce n'était pas non plus la peine de les fatiguer avec autant d'efforts physiques à fournir ! Mais même si elle doutait fortement des paroles du chasseur, cela ne n'empêcha pas une petite voix dans sa tête de lui souffler que le professeur disait peut-être la vérité, si bien que son sourire qu'elle voulait provoquant était quelque peu crispé car son air rêveur ne semblait pas feint. A croire que la sang-pure était constipée... Une réplique que Tôga pourrait très bien sortir. Du moins, Yona le suspectait d'être capable de lui sortir pareilles paroles.

-T'aurais vu ta tête ! Si j'étais Kaien je t'aurais prise en photo !

-Goujat ! Ne te moque pas de moi de la sorte, surtout que tu joues bien la comédie !

Et voilà, monsieur allait le prendre comme un compliment...
Faussement remontée, la rouquine lui tira la langue comme une gamine et il la surprit par sa demande. Prise totalement au dépourvu, la pauvre vampires se bégaya, confondant ses mots pour faire une déclaration des plus... risibles. Chose que le Yagari ne manqua pas de faire en lui répliquant des paroles à sa sauce.

-Non, non, c'est pour te mettre un anneau au téton droit et y passer une corde. Petite écervelée.

-Écervelée ? J'ai bien entendu ? Vous savez ce que la petite écervelée en question va vous répondre Monsieur Yagari ? Que vous pouvez aller offrir cet anneau au directeur histoire de vous marier avec et évidement, mourir empoisonné à cause de ses petits plats si bons~ Railla t-elle d'un ton piquant et avec un sourire mécontent.

Puis, cette petite phase de rébellion passée, la concernée se replia à nouveau sur ses positions habituelles et gonfla ses joues telle une mongolfière. Un jour un coup de vent passerait et elle finirait par s'envolée à cause d'une trop forte brise...
Ils dérivèrent sur un sujet plus sérieux et le chasseur ne se priva pour clamer qu'il serait capable de vaincre un sang-pur.

-Je me moque de lui, je me battrai contre lui pour t'avoir. Et accessoirement je suis certain de gagner ~

-Je t'en crois capable mais tu seras dans un sale état. Il y a bien un chasseur qui a réussi à tuer Lord Alistair. D'après les rumeurs on ne sait pas si il est encore vivant ou pas.

Ces derniers mots n'avaient été qu'un faible souffle. Rien ne lui garantissait que Tôga n'en vienne pas un jour à devoir se battre contre les partis adverses qui voudront récupérer leurs enfants pour en faire d'aussi précieux joyaux que leur mère. Parcourue d'un frisson né de l'appréhension, la vampire rejeta sa tête en arrière pour fixer le plafond. Si à l'acceptation de son amant la Hio avait ressenti un élan de soulagement, ce dernier prenait fin dès à présent. La réalité la rattrapait cruellement et lui faisait prendre conscience des problèmes qui risquaient de se poser. Et dans tous, sa sécurité comme celle du Yagari était remise en cause...

-Je connais la valeur de cette promesse. Je ne narguerais toutefois personne puisque notre relation restera secrète. Tant que ton cœur m'appartient c'est tout ce qui compte. Et ton corps aussi parce que... Voilà... Hum...
Quoi qu'il en soit ! Je n'ai pas besoin de ça pour tuer ceux qui oseront t'approcher de trop près, compte sur moi là-dessus. Ils le savent très bien, s'ils le font ils ne viendront pas se plaindre des conséquences.


Le regard de la rouquine se posa alors sur lui et un sourire doux étira ses lèvres, révélant ses canines sans que cela ne soit une menace, simplement un geste involontaire.

-Je ne doute pas que tu me protégeras de la meilleure façon, mais est-ce que ma vie et celle de nos enfants vaut plus que celle des autres ? Je ne veux pas causer des morts, que ce soit volontaire ou non. Directement ou indirectement. Qui sait si les gens envoyés par le Conseil pour me capturer le veuillent vraiment ? Qu'ils ont réellement le choix ? Les gens comme Ichijo n'hésitent pas à user de toutes les bassesses pour parvenir à leurs fins, mais ils sont plus doués dans la manipulation que dans l'action en elle-même. Les chasseurs qu'ils corrompent me chassent-ils pour l'argent ? Certains oui, assurément. D'autres non.
Si je fuis, c'est par égoïsme, pas parce que je suis maltraitée. Les humains qui tombent entre les mains des sangs-purs, offerts en cadeau par les nobles, souffrent plus. Tu sais qu'ils nous envoient des orphelins qui ont un sang pur et délicieux ? Pas de parents, de famille pour les réclamer... Aucune trace au gouvernement. De parfaits appats à vampire pour s'attirer les faveurs de ceux de mon rang. Alors si ils mènent consciemment des enfants à la mort, ils ne doivent pas hésiter à faire pression de manière horrible sur les chasseurs qu'ils ont entre les mains.
Je ne veux pas que tu viennes à te salir les mains en tuant un innocent obligé d'agir pour ne pas perdre les siens...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 498
Points d'expérience. : 233

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Jeu 7 Juil - 8:53

A peine s'étaient-ils retrouvés et la sang pure rassurée plus ou moins par le chasseur sur leur avenir, les voilà déjà en train de s'amuser à nouveau à se taquiner l'un l'autre comme ils le faisaient déjà au chalet il y a quelques temps. A vrai dire ces jeux lui avaient manqués, moins que la jeune femme, certes, mais l'un découle de l'autre non ?

-Oh mais je pourrai très bien te lancer un sort de malchance ou alors ordonner à toutes les chauves-souris du coin de venir te rendre une petite visite. Et peut-être même que si elles t'adorent, elles s'accrocheront à tes affaires ou même toi directement pour ne plus te lâcher ~

-Me lancer un sort alors que tu ne veux pas utiliser tes pouvoirs ? Voyons Yona, je sais que tu peux être plus convaincante ~

Il avait l'air de clairement s'amuser de la situation ainsi que des dires de la jeune vampire et à vrai dire il ne comptait pas la lâcher de si tôt ! C'était de sa faute, si ses réactions n'étaient pas aussi adorables ils n'en seraient pas là ! Elle le faisait craquer, avec ses grands yeux améthystes. Si bien que l'hunter se souvient encore avoir eu du mal à cacher ses regards langoureux qu'il adressait à son élève aux cheveux cerises pendant ses cours. De même qu'il ne pouvait s'empêcher de sourire en la voyant se hâter de prendre des notes, ou de la gronder lorsqu'elle s'endormait mollement sur la table. Dans ces cas là il aurait préféré laissé ce petit rongeur dormir mais il ne devait montrer aucune préférence et tapait donc du poing sur la table pour la réveiller. Et son regard hagard, sa tête tournant dans tous les sens comme un écureuil à l’affût alors que ses joues devenaient rosies par la gêne... Elle était vraiment trop craquante pour qu'il lui résiste.

-Si tu fais ça je me verrai aussi dans l'obligation de te punir comme eux et tu regretteras de m'avoir choisi comme compagne ~

-Et quel genre de punition compte-tu m'infliger ? Là encore, je réclame un avant-goût, pas de simples paroles, c'est important de savoir dans quoi l'on s'engage après tout ~

Le chasseur lui adressa l'un de ses fameux sourires en coin tout en approchant son visage du sien, de ceux qui faisait fondre les femmes et rager les hommes, enfin sauf un qui trouverait ça excitant... Il voulait jouer, la tester un peu aussi, voir si elle avait toujours les mêmes réactions ou alors si cette séparation causée par ce qu'elle avait découvert l'avait changée. Fort heureusement pour l'instant rien ne venait confirmer ses doutes. Elle avait l'air naturelle, plus joyeuse auprès de lui comme c'était le cas avant. Il était rassuré mais restait tout de même sur ses gardes, il ne voulait pas qu'elle lui mente ou lui cache ses craintes. Il avait décidé de prendre soin d'elle, ils ne devaient pas avoir de secrets l'un pour l'autre ou tout risquerait de voler en éclat.

-Si ils tiennent de toi, ou même de moi quand j'étais petite, il risque de vouloir se rebeller tu sais. J'avais un tempérament assez sanguin et étais une véritable peste, je suppose que même toi tu n'aurais pas pus me dresser et m'inculquer quoique ce soit. Alors tu devrais peut-être prier pour que la génétique ne nous donne pas deux petites terreurs rousses ! Et puis je leur donnerai de la meilleure nourriture dans ton dos et je m'arrangerai pour qu'ils n'aient pas à faire toutes ces pompes. Quand à la deux-chevaux... Tu me laisseras la modifier ~ ?

-J'en ai élevé des terreurs tu sais, Kagame par exemple, ne crois pas que c'était simple, les Yagari ont toujours eu un fort caractère. Et puis elle était garçon manqué quand elle était jeune, pas du genre à jouer à la poupée... Je me demande si ça a changé maintenant qu'elle a grandie... Ah non Yona, c'est très mauvais pour l'éducation de remettre en question les décisions de l'autre, c'est le meilleur moyen pour qu'ils en profitent et essaie de te manipuler. Non, il faut être ferme ou c'est se faire bouffer, crois moi ! Et personne ne touche à ma voiture, pas même toi

Elle avait tellement changé de sujet en une phrase que les réponses du brun était confuses et se suivaient sans aucune suite logique, elle étaient sorties comme ça, c'est tout. Quoi qu'il en soit c'est vrai qu'il avait eu du mal avec Kagame. Elle avait le sang chaud, se moquait bien des règles et était la reine des bêtises. Le côté bougon de Zero c'était du pipi de chat comparé à elle.

-Goujat ! Ne te moque pas de moi de la sorte, surtout que tu joues bien la comédie !

-Oh arrêtes tu vas me faire rougir ~ !

Voir Yagari prononcer cette phrase avec un geste de la main efféminé en aurait fait pâlir plus d'un mais cela ne le gênait pas du tout, il s'en amusait même. Il posa à nouveau son regard bleuté sur l'adorable créature blottie dans ses bras et la serra instinctivement un peu plus contre lui. Il avait perdu l'habitude des moments de tendresse depuis bien longtemps et ce n'était pas Kaien qu'il irait étreindre amoureusement ! Il était donc plutôt perturbé et avait peur de la casser s'il serrait trop fort, comme une fragile poupée en porcelaine, même s'il la savait plus vivace.

-Écervelée ? J'ai bien entendu ? Vous savez ce que la petite écervelée en question va vous répondre Monsieur Yagari ? Que vous pouvez aller offrir cet anneau au directeur histoire de vous marier avec et évidement, mourir empoisonné à cause de ses petits plats si bons~

-Si mademoiselle réfléchissait avant de parler nous n'en serions pas là, n'est-ce pas ? Oh, et navré pour cette idée particulièrement alléchante mais cet anneau convient mieux à votre poitrine, qui est petite d'ailleurs, qu'à un autre téton plus viril !

Et l'hunter continuait d'enfoncer le clou ! Elle l'avait cherché après tout, il lui offrait une bague qu'il avait mit un temps fou à choisir et à se décider de lui donner et elle répondait aussi bêtement ! Bien sûr ça la rendait encore plus adorable que d'habitude, mais elle méritait ces taquineries pour avoir répondu sans réfléchir ! Evidemment il ne lui en voulait pas, ses petits balbutiements dans sa réponse, son hésitation quant au sens même de ce cadeau lui avaient fait poser les armes depuis un bon moment déjà mais il ne s'avouerait pas vaincu pour autant et lui ferait payer cet affront en la gênant encore plus !

-Je t'en crois capable mais tu seras dans un sale état. Il y a bien un chasseur qui a réussi à tuer Lord Alistair. D'après les rumeurs on ne sait pas si il est encore vivant ou pas.

-Je ne suis pas ce chasseur, je suis meilleur !

Heureusement que ses chevilles n'enflaient pas à chaque fois qu'il sortait ce genre de répliques ou il se promènerait déjà pieds nus ! Bien entendu il était ironique, ce type, peu importe son nom devait avoir une sacré bonne raison pour s'attaquer à un sang-pur ! Mais bon il l'avait tué, s'il est mort c'est qu'il n'était pas assez prudent, s'il n'a eu que quelques séquelles, il s'en est bien tiré.

-Je ne doute pas que tu me protégeras de la meilleure façon, mais est-ce que ma vie et celle de nos enfants vaut plus que celle des autres ? Je ne veux pas causer des morts, que ce soit volontaire ou non. Directement ou indirectement. Qui sait si les gens envoyés par le Conseil pour me capturer le veuillent vraiment ? Qu'ils ont réellement le choix ? Les gens comme Ichijo n'hésitent pas à user de toutes les bassesses pour parvenir à leurs fins, mais ils sont plus doués dans la manipulation que dans l'action en elle-même. Les chasseurs qu'ils corrompent me chassent-ils pour l'argent ? Certains oui, assurément. D'autres non.
Si je fuis, c'est par égoïsme, pas parce que je suis maltraitée. Les humains qui tombent entre les mains des sangs-purs, offerts en cadeau par les nobles, souffrent plus. Tu sais qu'ils nous envoient des orphelins qui ont un sang pur et délicieux ? Pas de parents, de famille pour les réclamer... Aucune trace au gouvernement. De parfaits appâts à vampire pour s'attirer les faveurs de ceux de mon rang. Alors si ils mènent consciemment des enfants à la mort, ils ne doivent pas hésiter à faire pression de manière horrible sur les chasseurs qu'ils ont entre les mains.
Je ne veux pas que tu viennes à te salir les mains en tuant un innocent obligé d'agir pour ne pas perdre les siens...


-Je refuse que quiconque te blesse et je me suis déjà bien salit les mains, un peu plus ne me gêne pas.

L'hunter était sérieux dans ses propos, il n'avait pas peur de ce qui l'attendait, il appréhendait juste que l'on s'en prenne à Yona. Il serait donc son bouclier, il la protégerait des autres autant que possible, il ne laisserait personne la blesser impunément et si par malheur quelqu'un osait le faire, nul doute qu'il lui ferait regretter son geste tout sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yona Hio
Vampire de sang pur
Vampire de sang pur
avatar

Messages : 223
Points d'expérience. : 131

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Lun 11 Juil - 18:33

Ces jeux leurs permettaient en quelque sorte de chasser cette atmosphère lourde qui s'était installée après la révélation de la jeune femme. Mais avant tout un moyen de retrouver leur complicité, de se retrouver, après les deux mois consécutifs durant lesquels la vampire n'avait eut de cesse d'éviter son amant.

-Me lancer un sort alors que tu ne veux pas utiliser tes pouvoirs ? Voyons Yona, je sais que tu peux être plus convaincante ~

-Je ne veux pas utiliser mes pouvoirs en cas de panique ou pour assoir une quelconque autorité sur les autres. Je veux être la plus humaine possible... Mais parfois il y a bien quelques sorcières humaines qui lancent des sorts comme faire perdre les cheveux par exemple. Je peux très bien me limiter à quelques petites machinations de ce genre. Sans compter qu'au final les chauves-souris ne me demandent pas beaucoup d'énergie, puisqu'elles m'écoutent et me sont dévouées ! En fait, à la réflexion, je n'aurai qu'à leur parler pour que mon plan soit mit à exécution~

La rouquine lui adressa un sourire innocent, faisant gentiment tourbillonner l'un de ces petits animaux autour de sa main. L'animal était gracile et n'avait qu'à suivre ses indications pour ne pas pousser de petits ultrasons que les autres vampires pourraient repérer. Puis, l'adorable bestiole se glissa derrière le chasseur et s'accrocha à une mèche un peu trop longue, la tête en bas. Yona posa ensuite un doigt sur ses lèvres pour signifier au Yagari de ne pas râler.

-Ne chasse pas Jeanine, elle est restée avec moi durant tout ce temps et n'a pas dormi beaucoup pour faire le guet. Et elle dit que c'est un honneur de dormir sur un perchoir qui sent aussi bon !

Était-elle sérieuse ? Là était toute la question...

-Et quel genre de punition compte-tu m'infliger ? Là encore, je réclame un avant-goût, pas de simples paroles, c'est important de savoir dans quoi l'on s'engage après tout ~

-...

Cette proximité eut pour effet de lui couper le sifflet alors que ce dernier osa même s'approcher au plus près, comme pour la narguer. En réalité, il devait sûrement la mettre au défi de faire quelque chose. De tous les hommes du Japon, la rouquine avait choisi ce chasseur borné et tête-brûlée qui n'hésitait pas à se lancer dans un défi quitte à en perdre quelques plumes.
Seulement, le fait qu'il soit si proche ne pouvait que la distraire. Le souffle chaud de Tôga se mêlait désormais au sien et seuls une poignée de malheureux centimètres les séparaient, ce qui s'apparentait presque à une torture pour la vampire qui se sentait irrémédiablement attirée et peinait à lutter. Ce goujat, il prévoyait tout et savait comment la destabiliser. Un instant, elle avait voulu soutenir le regard du chasseur mais il n'avait fallu qu'un simple coup d'œil rapide vers l'iris bleue du hunter pour qu'elle sente ses joues s'empourprer. La demoiselle avait dut se rétracter et baissa les yeux alors qu'un frisson des plus agréables l'avait fait frémir pour se loger définitivement au creux de ses reins.

-Je vais te lancer un sort pour t'enlaidir, comme ça tu ne me feras plus craquer de la sorte... Menaça la perdante sans grand enthousiasme.

En sentant la sensation familière d'un picotement dans sa gorge, la sang-pure tourna vivement la tête pour inhaler l'air frais qui entrait par la fenêtre ouverte. Plusieurs inspirations furent nécessaires pour éviter que la soif ne prenne de l'ampleur. Si ils continuaient ainsi, ils ne risquaient pas de passer la soirée sans incident.

-Tôga... La pochette de sang que tu m'as donné tout à l'heure... Je peux l'avoir... ?

Cette demande lui coûtait, et c'était évident à comprendre quand on voyait sa manière de buter sur les mots. Elle devait presque les cracher pour les sortir. Rien de plus normal puisque cette demande était la première du genre. Jamais auparavant elle ne s'était abaissée à le lui demander clairement, le laissant simplement deviner.
Mais les choses allaient changer de plus en plus au fur et à mesure que les petits grandissaient. Une grossesse d'un seul vampire était déjà difficile, mais une grossesse de deux ? En plus quand ces derniers possédaient à moitié le patrimoine génétique d'un hunter ?
Elle préférait ne plus y penser pour le moment.

-Kagame ?

Le regard de la vampire s'assombrit un instant. Elle n'avait de la jeune fille qu'un mauvais souvenir. Celui d'avoir causé la zizanie entre son oncle et elle. Avec un peu de chance, les deux s'étaient rabibochés, mais au vu de la détermination et de l'entêtement que l'adolescente tenait sans doute des Yagari, la vampire avait peur de la réponse. La rousse ne pouvait en vouloir à la demoiselle. D'ailleurs, qu'avait-elle fait si ce n'est surprendre le dernier membre de sa famille avec l'un des êtres les plus abjects de la race ennemie ? Yona savait qu'elle n'avait rien d'une level A menaçante, mais n'était pas naïve au point d'ignorer et de comprendre les doutes que l'on pouvait avoir à son égard. Encore plus quand elle portait le nom de Hio. Ces derniers étaient réputés pour être les plus agressifs et manipulateurs, et Shizuka n'avait pas démentit ces rumeurs par ces actions de l'année passée.
Et maintenant la fille de la princesse de la folle effleurescence avait séduit un hunter puissant afin de porter sa progéniture et créer des armes contre les hunters. Pour les parer.
C'était sans doute le type de ragots et de croyances qui risquaient de courir sur leurs dos si la vérité était découverte. Et peut-être la première chose que Kagame pourrait croire en découvrant les faits.
Un instant, Yona ferma les yeux et secoua doucement la tête pour changer de pensées.

-Parle-moi quand elle était petite. Enfin... Si ça ne te gène pas évidement. C'est que tu ne parles jamais de ta famille... Pas que tu ne me suffises pas, mais je suis curieuse de voir dans quelle atmosphère tu as grandis avec les tiens... Les moments heureux, pas ceux qui impliquaient la chasse. Dit-elle plus doucement pour ne pas l'effaroucher.

On ne savait jamais. Le sujet était des plus sensibles, notamment par le massacre de l'aîné des Yagari et de sa belle-soeur. Mais la Hio n'avait jamais eut de définition exacte de ce qu'était une famille. Une réelle famille, pas seulement les amis qui viennent composés une partie de l'entourage. Les moments doux, intimes, la complexité avec un membre du même sang lui étaient inconnus. Outre Tôga aujourd'hui, elle n'avait eut qu'Izumi.
Et quelque part, mieux connaitre la nièce du chasseur l'aiderait à trouver une manière correcte de présenter ses excuses à cette dernière sans qu'elle ne prenne cela pour de l'audace ou de la moquerie typiquement vampirique.
Mais ce dernier coupa cours à ses pensées en faisant un geste et prenant une voix totalement inédits qui poussèrent la vampire à écarquiller les yeux.

-Oh arrêtes tu vas me faire rougir ~ !

-Tôga... Tu es sérieux ?

Mais une fois l'étonnement passé, la princesse se surprit à rire et se blottit volontier contre le torse de son compagnon. Ce contact lui avait manqué. C'était simple mais réconfortant et la prise ferme du professeur ne la dérangeait pas. La jeune femme aimait cette tendresse autant que leurs ébats passionnés. Même si pour des raisons de sécurité durant les prochaines années, ils allaient devoir y aller plus doucement au risque qu'elle ne le morde accidentellement.
Mais aussi indispensable lui était ce personnage tout en couleur, il savait se révélait des plus énervants.

-Si mademoiselle réfléchissait avant de parler nous n'en serions pas là, n'est-ce pas ? Oh, et navré pour cette idée particulièrement alléchante mais cet anneau convient mieux à votre poitrine, qui est petite d'ailleurs, qu'à un autre téton plus viril !

-Ma PETITE poitrine ? Fais attention à ce que tu dis goujat, tu pourrais très bien ne plus avoir le droit de la toucher cette petite poitrine ! Tu pourras toujours te contenter de traversin à mon effigie si ça te chante mais le coton sera tout ce que tu toucheras en pensant à ma personne.

Vexée ? Peut-être bien... Après tout, ce n'est pas comme si elle était l'une des donzelles qui était le moins pourvue de ce côté là de toute la Night-Class. Ça, Aido l'avait très bien fait remarquer en tentant de la charrier avant de se prendre un cahier dans la figure et d'être reprit par son cousin. Ce jour-là avait un peu abusé de l'autorité de son rang en lui ordonnant de danser la polka durant toute la soirée.
Juste vengeance à ses yeux. Ne jamais critiquer son buste.

-Je ne suis pas ce chasseur, je suis meilleur !

-Meilleur ou pas, mon cher chasseur, interdiction d'aller faire la chasse au sang-pur pour maintenant, je tiens à te garder vivant et entier. Déclara l'étudiante en promenant ses doigts sur le torse de l'enseignant d'éthique par dessus sa chemise pour redessiner ses muscles à travers le tissus.

Elle arrêta cependant son geste quand la conversation prit un tournant plus sérieux encore.

-Je refuse que quiconque te blesse et je me suis déjà bien salit les mains, un peu plus ne me gêne pas.

-Je veux un amant, pas d'un outil. Il est hors de question que tu sois pour moi une arme dont j'use pour assurer ma sécurité. Tu n'es pas un bouclier, tu es celui que je veux pour partager ma vie. Que tu veuilles me protéger, soit. Mais accepte aussi que je te protège en retour...

Dans les premiers mots, son ton avait été catégorique, puis ses paroles devinrent des suppliques vers la fin. Elle connaissait l'entêtement du chasseur, savait qu'aussi bien par fierté, par devoir ou simplement par amour il chercherait à la protéger par tous les moyens.
Mais c'était justement ce qui lui avait arraché Izumi. Et elle se battra cette fois aussi pour ne pas perdre Tôga.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 498
Points d'expérience. : 233

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Mar 12 Juil - 15:01

-Je ne veux pas utiliser mes pouvoirs en cas de panique ou pour asseoir une quelconque autorité sur les autres. Je veux être la plus humaine possible... Mais parfois il y a bien quelques sorcières humaines qui lancent des sorts comme faire perdre les cheveux par exemple. Je peux très bien me limiter à quelques petites machinations de ce genre. Sans compter qu'au final les chauves-souris ne me demandent pas beaucoup d'énergie, puisqu'elles m'écoutent et me sont dévouées ! En fait, à la réflexion, je n'aurai qu'à leur parler pour que mon plan soit mit à exécution~


-Ça ne me gêne pas, j'ai du très bon répulsif contre les chauves-souris !

Comme si ces quelques bestioles allaient suffire à l'emmerder, ça le ferait un peu chier mais c'est tout. Il ne comptait pas la laisser gagner à ce jeu, il aurait plus de répartie qu'elle, après tout c'était lui qui lui avait apprit les règles, il ne se laisserait pas battre à son propre jeu, c'était hors de question !  

-Ne chasse pas Jeanine, elle est restée avec moi durant tout ce temps et n'a pas dormi beaucoup pour faire le guet. Et elle dit que c'est un honneur de dormir sur un perchoir qui sent aussi bon !

-Jeanine ? C'est quoi ce nom ridicule ? Et puis je ne suis pas un perchoir, mais soit...

Jeanine, il fallait vraiment être un idiot pour donner un tel nom à une chauve-souris. Pour donner un nom à une chauve-souris tout court d'ailleurs, mais Yona était une petite idiote, c'est ce qu'il le faisait craquer. Mais Jeanine... Il n’appellerait même pas son pire ennemi comme ça ! Et pourtant il en avait des ennemis mais visiblement « connard » et autre « enfoiré » semblait plus lui correspondre.

-Je vais te lancer un sort pour t'enlaidir, comme ça tu ne me feras plus craquer de la sorte...

-On avait dit pas de sorts Yona, et tu sais très bien que même comme ça tu ne pourras pas me résister ~

Il afficha un sourire taquin, il n'allait pas la laisser en paix si facilement et si se la jouer ventard était une des solutions pour arriver à ses fins il n'hésiterait pas un instant ! L'enlaidir, quelle mauvaise idée ! Il faisait déjà craquer les femmes avant mais depuis qu'il avait perdu son œil, qu'il s'était enlaidit, elles lui trouvaient un côté mystérieux alors... De toute manière il n'avait jamais rien compris à ces créatures étranges et ça n'était probablement pas prêt de changer !
Repensant à ce fameux passé où il avait encore ses deux yeux, il passa sa main droite sur son visage et effleura son bandeau du bout des doigts. Ce morceaux de cuir cachait son visage depuis plusieurs années déjà et puis il y avait cette blessure en dessous, si désagréable et qui lui brûlait douloureusement à chaque fois que ses malheureuses pensées se tournaient vers Hana... Il soupira, il n'aimait pas voir son visage ainsi défiguré, c'était pour cela qu'il portait son bandeau autant qu'il pouvait, désirant cacher le plus possible ces cicatrices immondes, ces souvenirs de ce passé dont la douleur ne s'était pas effacée.  


-Tôga... La pochette de sang que tu m'as donné tout à l'heure... Je peux l'avoir... ?

-Bien sûr, tu dois avoir soif avec eux... Il n'est pas chaud comme tu l'aurais probablement préféré mais j'espère que ça suffira.

Elle l'avait tiré de sa torpeur, de ses rêveries malsaines. Il lui tendit doucement la poche après l'avoir récupérée de là où il l'avait rangée. Elle était encore plus pâle que d'habitude et il était responsable... Il ne voyait aucun problème à lui donner son sang si ça pouvait l'aider à aller mieux, elle en avait besoin après tout, seulement il espérait que sa soif ne grandirait pas trop vite, il ne se sentait pas capable de lui donner cinq litre par jour, même si le cœur y était. Il se contenterait donc de se prélever un peu de sang chaque jour et de le mettre de côté tout en évitant l’anémie, son travail réclamait d'être au mieux de sa forme, il ne pouvait pas se permettre de prendre de risques. Peut-être qu'il trouverait une solution pour que son corps produise à nouveau du sang plus vite, il y réfléchissait déjà d'ailleurs et avait lu deux trois trucs là-dessus après s'être sentit patraque suite à la dernière prise de sang. Il avait donc acheté des compléments de fer et de vitamine C qu'il prenait afin d'augmenter sa production de globules rouges. Ça et une alimentation à base de produits contenant du fer, du cuivre, de vitamine A, C et d'acide folique devrait suffire.
Il était aussi indiqué de faire du sport tous les jours, ce point n'était pas un problème mais... Il fallait aussi qu'il arrête le tabac et l'alcool... Le pauvre Yagari ne s'en sentait pas capable, pas alors qu'il était encore plus stressé qu'habituellement... Yona allait devoir faire avec, pas le choix, il ne se voyait vraiment pas arrêter de fumer maintenant, il ralentirait sur l'alcool, du moins il essayerait mais le tabac... Tout simplement impossible.


-Kagame ? Parle-moi quand elle était petite. Enfin... Si ça ne te gène pas évidement. C'est que tu ne parles jamais de ta famille... Pas que tu ne me suffises pas, mais je suis curieuse de voir dans quelle atmosphère tu as grandis avec les tiens... Les moments heureux, pas ceux qui impliquaient la chasse.

-Kagu... Elle a toujours débordé d'énergie, une vraie pile électrique ! Elle a également ce sale caractère depuis un bon moment, même si elle était beaucoup plus adorable quand elle était petite. Elle refusait de manger des légumes et m'appelait tonton Gari. D'ailleurs, il faut que je te parle de quelque chose... Quelque chose que j'ai appris il y a peu en recevant une lettre de la mère de Kagame avec ses affaires... Bien sûr je lui en ai parlé mais... Il vaut mieux que tu le lise toi-même...

Il lui donna alors la lettre qu'il avait précautionneusement rangée dans une poche intérieure de son manteau, contre sa poitrine. Dire qu'il était stressé était un putain d'euphémisme, il appréhendait la réponse de la vampirette, priant simplement pour qu'elle ne le prenne pas mal même si il savait au fond que Yona comprendrait sa position et le soutiendrait probablement. Elle n'ignorait pas à quel point la jeune fille avait de l'importance pour lui, il y tenait énormément et hésitait même à lui parler de ce qu'il venait d'apprendre. Il ne se voyait pas lui cacher que sa relation avec la sang-pure avait reprise et encore moins ce qu'il résidait de ce jour où il avait perdu le contrôle avec Yona. Mais comment lui en parler ? Elle allait probablement lui en vouloir à un point indescriptible mais s'il ne disait rien, s'il gardait tout pour lui et lui mentait elle verrait cela comme un manque de confiance de l'hunter envers elle et n'aurait pas tord, ce serait encore pire à ses yeux alors il allait devoir être sincère, ne pas lui faire de secrets.

-Du coup je vais devoir lui parler de nous deux... Et d'eux... Je ne veux pas lui mentir, pas à elle...

Il décida ensuite de calmer le jeu et de détendre l'atmosphère en faisant un geste idiot avec une voix ridicule.

-Tôga... Tu es sérieux ?

-Roh ! Si on peut plus déconner !

Elle avait pouffé de rire, il avait réussi et c'était le principal. Il l'avait fait bien assez déprimé pour aujourd'hui et partie donc sur une nouvelle partie de taquinerie, critiquant sans la moindre vergogne la poitrine de la sang-pure tout en affichant un sourire moqueur dont il avait le secret.

-Ma PETITE poitrine ? Fais attention à ce que tu dis goujat, tu pourrais très bien ne plus avoir le droit de la toucher cette petite poitrine ! Tu pourras toujours te contenter de traversin à mon effigie si ça te chante mais le coton sera tout ce que tu toucheras en pensant à ma personne.

-Ah non, les traversins c'est juste des gros boudins, je te préfère toi et ta magnifique chute de reins ~

Il avait murmuré la fin de sa phrase, s'approchant d'elle, cette fois un sourire charmeur aux lèvres. Son corps dégageait une douce chaleur qui semblait augmenter au fur et à mesure des secondes.

-Qui est d'ailleurs encore plus excitante lorsque tu te cambre ~

Cette phrase quant à elle fut susurrée à son oreille alors qu'il la dénudait du regard. Il pourrait la dévorer s'il ne se contenait pas, il ne pouvait pas faire ça ici, il le savait bien mais il la désirait beaucoup trop pour pouvoir rester de marbre. Le corps de la jeune femme semblerait banal pour bien des personnes mais pour lui il regorgeait de secrets, de zone érogènes qu'elle tentait de dissimuler et quand il les trouvait, l'empêcher d'y accéder. Quand il y parvenait malgré tout elle se retrouvait à lâcher des petits « moan » adorables qui le faisaient craquer, le poussant à aller plus loin. En fait en y pensant c'était de sa faute s'il perdait les pédales, elle avait qu'à ne pas réagir ainsi et peut-être qu'il ne céderait pas à ses envie si facilement !

-Meilleur ou pas, mon cher chasseur, interdiction d'aller faire la chasse au sang-pur pour maintenant, je tiens à te garder vivant et entier.

-Promis maman je serais sage !

S'il se moquait d'elle ? Carrément ! Il était grand depuis un bon moment, il savait comment s'y prendre. Il avait beau être une vraie tête brûlée et se mettre régulièrement en danger, il savait également quand rester en retrait et n'irait probablement pas chasser ce sang-pur à moins que ce soit lui qui le pousse à le faire en essayant de récupérer Yona.

-Je veux un amant, pas d'un outil. Il est hors de question que tu sois pour moi une arme dont j'use pour assurer ma sécurité. Tu n'es pas un bouclier, tu es celui que je veux pour partager ma vie. Que tu veuilles me protéger, soit. Mais accepte aussi que je te protège en retour...

-Yona, c'est déjà ce que je fais en te laissant gérer le côté politique de la chose. Si la Guilde me confie ta surveillance je te protégerai aussi, c'est normal. Et je ne suis pas un outil, tu le sais aussi bien que moi, tu n'es pas comme eux, tu ne m'utiliseras pas.

Il lui faisait réellement confiance sur ce point, il savait qu'elle n'était pas capable de se servir de lui pour arriver à ses fins, il n'avait qu'à regarder l'état dans lequel elle s'était mise pour éviter de l'entraîner là-dedans pour en avoir la certitude. Bien qu'il aurait préféré qu'elle ne dise pas qu'ils sont d'Izumi il savait qu'elle n'avait pas le choix et la laissait donc faire malgré tout. Eux il saurait la vérité et il en prendrait soin le plus naturellement possible. Il n'aurait qu'à faire semblant de s'entendre comme chien et chat devant les autres et tout devrait bien se passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yona Hio
Vampire de sang pur
Vampire de sang pur
avatar

Messages : 223
Points d'expérience. : 131

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Ven 15 Juil - 20:57

-Ça ne me gêne pas, j'ai du très bon répulsif contre les chauves-souris !

-Ah parce que tu te promènes avec du répulsif à chauves-souris sur toi ? Je suis curieuse de voir ça~ déclara t-elle sur le ton du défi mais avec une pointe de malice.

Son regard brillait agréablement, parcourut par des petites lueurs enjouées qui témoignaient de sa bonne humeur. Une bonne humeur qui avait été quasiment inexistante durant les derniers mois, sauf quand elle feignait d'être interessée par quelque chose en cours afin de ne pas éveiller les soupçons du chasseur sur son état. Cependant cette technique de dissimulation n'avait pas pleinement fonctionné puisque le hunter en question était devant en elle en cet instant.
Mais cette fois, l'engouement et les sourires de la rousse étaient sincères.

-Jeanine ? C'est quoi ce nom ridicule ? Et puis je ne suis pas un perchoir, mais soit...

-Je lisais un roman historique français dont l'héroïne portait ce prénom quand elle est apparue. J'ai trouvé ça amusant et elle avait l'air d'aimer alors je l'ai appelé comme ça. Et tu sais, j'ai tellement de chauves-souris qu'il faut bien que je trouve un moyen pour les distinguer, et à la fin je suis en panne de prénom. J'ai déjà fait toutes les dynasties égyptiennes... Tu veux que je te montre Ramsès ?

Oui, elle était sérieuse.
Mais durant des années, en l'absence d'Izumi, elle n'avait eut que ces adorables créatures pour lui tenir compagnie. On pouvait en conclure que c'était presque un moyen pour la Hio de ne pas sombrer dans la folie de la solitude en se créant une illusion de lien social avec le monde.
Oui, avec des chauves-souris...

-On avait dit pas de sorts Yona, et tu sais très bien que même comme ça tu ne pourras pas me résister ~


-Ne me crois pas si faible que cela ! Même dans ton état actuel je pourrai très bien te résister si j'étais vraiment en colère contre toi ! Ne me sous-estime pas, je ne suis pas comme toutes ces Day et ces Night sans cervelle qui te courent après. D'ailleurs j'ai brûlé toutes les photos qu'elles avaient de toi et qui trainaient dans leur casier. Zéro et Yuki ne font pas assez leur travail contre les paparazzis.

Comment afficher sa jalousie, l'avouer volontairement sans même se rendre compte de son erreur ? Yona tout simplement. Elle qui s'était voulue fière se contredisait dans ses propres phrases, se trahissant elle-même.
Plongée dans une profonde réflexion, l'étudiante se repassa son petit discours dans l'esprit avant de rougir légèrement en remarquant sa bévue. Mais son attention se porta aussitôt sur Tôga, dont la paume s'était furtivement posée sur son bandeau de cuir. Comprenant rapidement quel sujet pouvait bien hanter son amant, la vampirette le héla innocemment en abrodant un autre sujet afin de le tirer des pensées sombres qui devaient commencer à peupler son cerveau.
Yona n'aimait pas qu'il pense. Non pas par jalousie envers Hana, cette femme qu'il avait tant aimé avant elle, mais uniquement car avec le souvenir de sa défunte fiancée était aussi une profonde douleur. Au fond, la fille de Shizuka savait que jamais cette plaie béante ne pourrait se refermer. Il y aurait toujours le manque, la souffrance, la culpabilité... Le temps réussira peut-être à amoindrir ce mal qui le rongeait, mais jamais il ne disparaitra totalement.
Comme pour Izumi...

-Bien sûr, tu dois avoir soif avec eux... Il n'est pas chaud comme tu l'aurais probablement préféré mais j'espère que ça suffira.

La demoiselle hocha la tête avec humilité en se saisissant sans empressement de la pochette de sang. Déjà l'odeur douceâtre vint chatouiller ses narines alors que ses iris prirent une couleur rouge lumineuse quelques instants. Tentant de garder un certain contrôle de soi, la rousse apaisa plus ou moins ses instincts et commença à boire avec la paille qu'il lui avait donné. Doucement, presque timidement de peur de passer pour une bête assoiffée. Un de ces monstres sanguinaires qu'elle haïssait tant.
Cependant, à la première gorgée, l'élève de la Night-Class ne put retenir une petite grimace indisposée. A la douceur et l'arôme sucré, un gout amer et charbonneux vint parasiter sa dégustation.

-C'est à cause de moi que ta consommation a considérablement augmenté, n'est-ce pas ? demanda Yona d'une voix brisée et d'un ton faible.

La dernière fois le tabac n'était pas aussi présent, elle le savait. La dose de la nicotine et des toxines chimiques n'étaient pas si forte la dernière fois. A cette pensée, la vampire se referma à nouveau sur elle-même, un peu plus, et sentit le poids de la culpabilité lui enserrer la gorge. Si ils n'avaient pas dérapé autant, rien ne serait arrivé et le chasseur ne mettrait pas ainsi sa santé en jeu. Si elle avait sut se montrer plus habile, elle aurait put lui cacher la vérité sans le stresser d'avangage.
La jeune femme savait que sa soif ne cesserait de croître avec le temps jusqu'à en devenir totalement incontrôlable. Elle savait que dans un an tout au plus elle se jetterait sur le moindre humain passant.
Si ce n'était juste pas quelques mois...

-Kagu... Elle a toujours débordé d'énergie, une vraie pile électrique ! Elle a également ce sale caractère depuis un bon moment, même si elle était beaucoup plus adorable quand elle était petite. Elle refusait de manger des légumes et m'appelait tonton Gari. D'ailleurs, il faut que je te parle de quelque chose... Quelque chose que j'ai appris il y a peu en recevant une lettre de la mère de Kagame avec ses affaires... Bien sûr je lui en ai parlé mais... Il vaut mieux que tu le lise toi-même...

Dans les premiers mots, la vampire se sentit attendrie et un doux sourire vint étirer ses lèvres avec délicatesse, avant de disparaitre avec la même lenteur au fur et à mesure des paroles du professeur. La candeur des débuts laissa place à un ton sérieux qui n'était pas pour rassurer la vampire. Aussi, ce fut avec angoisse qu'elle se saisit de la lettre d'une main déjà tremblante. Qu'est-ce qui été si dur à avouer ? L'adolescente était souffrante d'une maladie incurable ?
Mais la vérité était tout autre, Yona était réellement loin du compte.
Elle s'était attendue à tout. Tout... Sauf à ça.
Ses yeux s'étaient longuement attardé sur la lettre, relisant plusieurs ces phrases inscrites pour bien les saisir.
Kagame était sa fille.
Cette nièce qui comptait tant aux yeux du hunter était la fille biologique de ce dernier comme la grossesse et les supposés test ADN le supposait. Pas étonnant qu'elle ressemblait à Tôga... Cette adolescente qui ne devait avoir que quelques mois de moins qu'elle était la soeur des jumeaux que Yona portait. Elle avait quasiment son âge et était la fille de son amant...
Qui prouvait que Tôga pouvait être son père en année humaine, si l'on exceptait les cinq années qui avaient été nécessaire pour qu'elle grandisse dans le ventre de Shizuka.
Yagari avait eut donc plus d'une relation sérieuse avant elle, mais pourquoi la vampire s'en étonnait-elle ? C'était évident. Et non le plus important. Car rapidement, le chasseur confirma ses craintes.


-Du coup je vais devoir lui parler de nous deux... Et d'eux... Je ne veux pas lui mentir, pas à elle...


-Tu es conscient de ce que tu dis... ?

La colère vibrait dans la voix de la sang-pure, bien que cette dernière essayait de la contenir. Pourquoi ce soudain excès de sentiments ? La jeune femme elle-même ne saura le dire. Sans doute une réaction naturelle et défensive face à la situation pour ne pas perdre pied, une manière de ne pas penser à toutes les conséquences que cette nouvelle impliquait.

-Elle doit digérer la mort de ses parents par des vampires, avoir une mission dans la foulée dans l'Académie où tu te trouves... pour apprendre quoi ? Que tout ce qu'elle croyait était totalement mensonger. Que sa mère lui a menti des années et que son père n'était pas l'homme qu'elle s'imaginait. Parce que pour que sa mère ait si peur de son mari à ce point, c'était qu'il de ne devait pas être un ange... Et tu veux lui rajouter une belle-mère sang-pure et des jumeaux vampiriques capables de manier les armes anti-vampires... C'est trop Tôga, beaucoup trop !

Yona était clairement perturbée par le contenu de la lettre et comme un poison, la panique s'insinua peu à peu dans ses vaines. Elle n'était plus capable de rire, de répondre à ses boutades et avait déjà mal à la tête sous la profusion de pensées qui se bousculaient sous son crâne déjà malmené depuis des semaines

-Je ne sais pas ce qu'il s'est passé entre vous ni comment elle a prit la nouvelle, mais le souvenir que j'ai d'elle la première et dernière fois que je l'ai vu est justement qu'elle était perdue et avait besoin de toi. Maintenant, elle en a encore clairement plus besoin vu le contenu de la lettre. Si malgré ça tu as réussi à sauver les meubles, c'est tant mieux, mais dans tous les scénarios possibles qu'on peut imaginer, je doute que ta nièce soit heureuse d'apprendre que la sang-pure qui te tourne autour est enceinte. De jolis bébés vampires contre qui les armes anti-vampire n'auront aucun effet. Alors que certains salauds de mes congénères se sont grandement amusés à éradiquer sa famille. Elle peut encore se rassurer en se disait que les armes la protégeront... Mais si tu lui apprends ça, comment elle va réagir d'après toi ? Surtout qu'ils seront tout du moins Level B, donc encore moins faciles à tuer... Aux yeux des hunters Tôga, les jumeaux vont paraître comme des monstres. Une véritable menace pour leur communauté. Mais tu dois le savoir mieux que moi... Et si jamais elle vient à les accepter... Ils sont jumeaux. Avec une malédiction qui pèse sur eux et des instincts qui les rendent d'autant plus violents l'un envers l'autre...

Après ce petit monologue, aussi cruel cela soit pour elle de dire de telles choses, la nocturne laissa planer le doute de la suite.
Un des deux pourrait ne pas survivre.

-Alors non, ne lui dis pas pour eux. Pas maintenant... Nous avons deux ans au minimum avant qu'ils ne naissent, peut-être plus avec un peu de chance, alors laisse-la déjà digérer ce qu'elle a apprit ces derniers temps... S'il te plaît... Je retarderai l'annonce auprès de la société vampirique de quelques mois si il le faut, mais je ne veux pas l'amener à douter de toi encore une fois...

Puis, après un instant sans qu'aucune parole ne fuite dans l'air, la conversation se fit légèrement plus douce et elle en vint même à rire, encourageant cet idiot sur sa lancée.

-Ah non, les traversins c'est juste des gros boudins, je te préfère toi et ta magnifique chute de reins ~[/b]
-Qui est d'ailleurs encore plus excitante lorsque tu te cambre ~

-Calme tes hormones mon cher, après ta gentille remarque sur mon buste, tu peux toujours te gratter pour que je te laisse me faire cambrer sous toi~

Soutenant son regard, et n'étant plus d'humeur badine, la jeune femme n'eut aucun scrupule à lui adresser un sourire plein de défi voire même froidement insolent. Une personnalité têtue qui ne se manifestait que peu chez la demoiselle. Une personnalité à l'image d'une sang-pure décidée qui ne montrait que peu de ses émotions et jouait avec ses adversaires.
Et bon dieu que Yona avait besoin de cette façade pour ne pas craquer alors que son esprit tout entier était bousculé par de violentes tempêtes.

-Yona, c'est déjà ce que je fais en te laissant gérer le côté politique de la chose. Si la Guilde me confie ta surveillance je te protégerai aussi, c'est normal. Et je ne suis pas un outil, tu le sais aussi bien que moi, tu n'es pas comme eux, tu ne m'utiliseras pas.

-Je pense que tu as raison, je vais en avoir bien assez avec la politique. Si je veux que ces chacals restent aveugles et se tiennent à leur place, je vais devoir attaquer la première. Comment ? Quand ? Je n'ai encore aucun plan justement... Mais tout commence par Kaname. Je ne vais pas avoir le choix. Et Akira, mon oncle et chef de famille des Hio. Le frère de Shizuka... Enfin, c'est mon affaire, n'y pensons pas maintenant.

Malgré elle, la vampire s'était reculée du chasseur après lui avoir rendu la lettre en main propre et avec précaution. Contrairement aux Yagari qui laissait leur désarroi éclater pour s'en libérer, la Hio n'avait pas été élevée dans cet état d'esprit. Elle gardait ses émotions les plus violentes dans un coffre fermé à double-tour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 498
Points d'expérience. : 233

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Lun 18 Juil - 18:40

-Ah parce que tu te promènes avec du répulsif à chauves-souris sur toi ? Je suis curieuse de voir ça~

-Pour l'instant non mais des demain j'en prendrais avec moi, simple précaution. ~

Il avait déjà tout un tas d'objets dans ses poches et il allait devoir les alourdir encore plus avec du répulsif. Il aurait mieux fait de se taire. Le problème c'est qu'avec Yona il lui était impossible de savoir si elle comptait passer à l'action ou non alors il n'aurait pas le choix que d'aller en acheter, juste au cas où elle déciderait de lui faire subir cette si terrible sanction ! Bien sûr il n'y croyait pas trop mais bon, il comptait bien ne pas se laisser prendre au dépourvu par la jeune femme, cette traîtresse !

-Je lisais un roman historique français dont l'héroïne portait ce prénom quand elle est apparue. J'ai trouvé ça amusant et elle avait l'air d'aimer alors je l'ai appelé comme ça. Et tu sais, j'ai tellement de chauves-souris qu'il faut bien que je trouve un moyen pour les distinguer, et à la fin je suis en panne de prénom. J'ai déjà fait toutes les dynasties égyptiennes... Tu veux que je te montre Ramsès ?

-Mon Dieu, non, ça ira, pas besoin de me le présenter.

Manquait plus que ça, qu'elle lui présente ses amies les chauves-souris une à une. Il comprenait qu'elle se sentait seule, mais même comme ça c'était quand même tiré par les cheveux. Lui aussi il été seul, il l'est même encore pas mal maintenant, mais il n'avait pas eu un comportement pareil. Enfin, c'était une femme et en plus elle était vampire, un vrai ovni pour lui en quelque sorte... Il faisait malgré tout de sérieux efforts pour la comprendre, essayant de se montrer le plus patient possible mais parfois il fallait admettre qu'elle lui retournait littéralement le cerveau.

-Ne me crois pas si faible que cela ! Même dans ton état actuel je pourrai très bien te résister si j'étais vraiment en colère contre toi ! Ne me sous-estime pas, je ne suis pas comme toutes ces Day et ces Night sans cervelle qui te courent après. D'ailleurs j'ai brûlé toutes les photos qu'elles avaient de toi et qui traînaient dans leur casier. Zéro et Yuki ne font pas assez leur travail contre les paparazzis.

-Serais-tu jalouse Yona-Chan ~ ?

Yagari était devenu taquin, la voir admettre qu'elle jalousais les élèves de l'académie ne faisait que la rendre encore plus craquante aux yeux du hunter. Elle était vraiment trop adorable pour qu'il puisse ne serait-ce qu'essayer d'y résister. Alors comme ça mademoiselle avait récupéré les photos que ces adolescentes avaient prises de lui et avait tout brûlé ? Au fond ça ne l'étonnait même pas, mais tout de même...  Il l'avait connue moins jalouse, plus timide, mais au fur et à mesure du temps, en voyant peut-être l'effet qu'il faisait à ces jeune filles ou tout simplement en entendant certaines d'entre elles parler de lui, une jalousie c'était doucement développée, comme une envie d'écrire qu'elle lui appartenait sur le visage du hunter. Seulement voilà, comme leur relation devait rester secrète il continuerait à leur plaire tout comme elle à être courtisée par tous ces vautours. L'un et l'autre y était perdant rien après tout mais c'était pour leur sécurité, à eux et aux jumeaux...

-C'est à cause de moi que ta consommation a considérablement augmenté, n'est-ce pas ?

-Tu n'en est pas responsable, j'étais inquiet, c'est tout. Et puis j'étais stressé aussi, enfin bref... Ce n'est pas bon à cause de ça ? Je vais essayer de ralentir sur le tabac alors, mais ce n'est vraiment pas si simple...

Pas si simple, c'était peu dire. C'était à la limite de l'impossible, même pour lui. Enfin, surtout pour lui. Il fumait depuis trop longtemps et était beaucoup trop stressé pour pouvoir arrêter. C'était d'ailleurs bien pour cela qu'il n'avait parlé que de ralentir et non de s'arrêter totalement. C'était un vice bien trop installé en lui, un réflexe anti stress, un dernier recours pour se calmer lorsqu'hurler sur son interlocuteur/trice (rayer la mention inutile) n'avait pas suffit à le calmer. Ses nerfs tout comme son corps avaient été mis à si rudes épreuves qu'il avait l'impression de s'être fait roulé dessus par un rouleau compresseur, plusieurs fois. Enfin, s'il voulait se prétendre jeune il n'avait d'autres choix que de supporter tout ça et de se débrouiller.

-Tu es conscient de ce que tu dis... ?

-Oui, tu es en colère...?

A vrai dire ce n'était même pas une question mais plutôt une constatation. Seulement il n'avait pas l'habitude de la voir comme ça et était un peu troublé pour ne pas dire choqué. Il suffisait d'écouter sa voix ou de contempler son regard afin de comprendre que oui, elle était en colère et tentait de le dissimuler et soit dit entre nous, elle n'a jamais été douée pour ça. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi, il essayait de se dépatouiller tant bien que mal de la merde dans laquelle il s'était fourré, attention, phrase à double sens ; et devait donc trouver des solutions pour ça, en parler à Kagame en faisait partie. Qu'espérait Yona ? Qu'en lui cachant ça elle ne le découvrirait pas ? C'était une Yagari bon sang, pas la première idiote du village qui passe ! Non seulement elle allait le découvrir mais en plus elle risquerait d'être violente en se rendant compte qu'on lui avait consciemment dissimulé ça, ne serait-ce que dans ses mots. Et encore, heureusement qu'il avait un lien de parenté avec elle et qu'elle l'apprécie où elle aurait pu être capable de le balancer à la Guilde pour une trahison pareille !

-Elle doit digérer la mort de ses parents par des vampires, avoir une mission dans la foulée dans l'Académie où tu te trouves... pour apprendre quoi ? Que tout ce qu'elle croyait était totalement mensonger. Que sa mère lui a menti des années et que son père n'était pas l'homme qu'elle s'imaginait. Parce que pour que sa mère ait si peur de son mari à ce point, c'était qu'il de ne devait pas être un ange... Et tu veux lui rajouter une belle-mère sang-pure et des jumeaux vampiriques capables de manier les armes anti-vampires... C'est trop Tôga, beaucoup trop !

-Yona, lui cacher la vérité ce serait m'abaisser à leur niveau, elle a déjà perdu toute confiance envers les autres, je ne veux pas m'ajouter à la liste. Lui cacher ça ce serait la trahir.

Il ne pouvait pas lui cacher une chose pareille, vraiment pas. Ce serait la trahir et c'était bien la dernière chose qu'il ferait. Elle avait déjà du en subir beaucoup trop, ne serait-ce que par ses parents. Heureusement pour lui elle avait compris qu'il n'y était pour rien, s'étant même lui aussi fait avoir dans cette histoire, mais cela ne voulait pas dire qu'elle lui pardonnerait cette énième cachotterie, ça avait même peu de chances d'arriver. On lui avait après tout déjà caché la véritable identité de son géniteur et voilà qu'en plus on devrait rajouter la présence de jumeaux en construction chez la nouvelle copine de ce dernier ? Ce serait sans nul doute la goutte d'eau qui ferait péter la carafe, elle ne supporterait pas qu'on ai pu lui cacher un truc pareil. D'autant plus qu'elle était déjà au courant de ce que l'hunter ressentait pour elle, elle comprendrait même si ça prendrait du temps.

-Je ne sais pas ce qu'il s'est passé entre vous ni comment elle a prit la nouvelle, mais le souvenir que j'ai d'elle la première et dernière fois que je l'ai vu est justement qu'elle était perdue et avait besoin de toi. Maintenant, elle en a encore clairement plus besoin vu le contenu de la lettre. Si malgré ça tu as réussi à sauver les meubles, c'est tant mieux, mais dans tous les scénarios possibles qu'on peut imaginer, je doute que ta nièce soit heureuse d'apprendre que la sang-pure qui te tourne autour est enceinte. De jolis bébés vampires contre qui les armes anti-vampire n'auront aucun effet. Alors que certains salauds de mes congénères se sont grandement amusés à éradiquer sa famille. Elle peut encore se rassurer en se disait que les armes la protégeront... Mais si tu lui apprends ça, comment elle va réagir d'après toi ? Surtout qu'ils seront tout du moins Level B, donc encore moins faciles à tuer... Aux yeux des hunters Tôga, les jumeaux vont paraître comme des monstres. Une véritable menace pour leur communauté. Mais tu dois le savoir mieux que moi... Et si jamais elle vient à les accepter... Ils sont jumeaux. Avec une malédiction qui pèse sur eux et des instincts qui les rendent d'autant plus violents l'un envers l'autre... Alors non, ne lui dis pas pour eux. Pas maintenant... Nous avons deux ans au minimum avant qu'ils ne naissent, peut-être plus avec un peu de chance, alors laisse-la déjà digérer ce qu'elle a apprit ces derniers temps... S'il te plaît... Je retarderai l'annonce auprès de la société vampirique de quelques mois si il le faut, mais je ne veux pas l'amener à douter de toi encore une fois...


-J'ai plutôt bien rattrapé la situation, elle l'a accepté doucement, elle s'est même foutu de moi en me disant que j'étais vieux et que je risquais de finir tout seul si je me bougeais pas le cul. Elle a même parlé de frères et sœurs, elle a dit qu'elle détestait les gosses mais que j'étais tellement imprévisible qu'elle s'y préparait...

Yagari essayait de ne pas s'énerver mais ne pu s'empêcher de tiquer à la suite des paroles de Yona. Il décida alors de lui répondre sans pour autant hausser le ton, ne voulant pas entrer dans la spirale de la colère virale.

-Et si quand elle l'apprendra elle me demande depuis quand je sais ça, je lui réponds quoi ? Que ça fait plusieurs mois mais que je ne voulais pas la brusquer ? Elle verra ça comme un manque de confiance en elle de ma part. Elle pensera que je ne la pense pas assez forte pour encaisser, ce sera une insulte pour elle. Et si je lui dis que je viens de l'apprendre c'est à toi qu'elle en voudra, maladivement.

Yagari était soudain désespéré, non seulement elle lui refusait quelque chose d'aussi simple qu'essentiel mais en plus il y avait cette malédiction... Il espérait que le côté vampire de leur mère prendrait le dessus sur le côté hunter et ainsi que la malédiction ne se déclencherait pas.

-Calme tes hormones mon cher, après ta gentille remarque sur mon buste, tu peux toujours te gratter pour que je te laisse me faire cambrer sous toi~


-Qui a dit que ce serait dessous ~ ?

Répondit l'hunter, redevenu taquin après cette discussion difficile, voulant apaiser la tension ambiante afin de pouvoir poursuivre plus calmement voir changer complètement de sujet. Malheureusement pour lui vint alors la question de la politique, ce qui n'arrangea pas les choses. C'était le genre de discussion désagréables, de celles qui laissent un goût amer en bouche, comme lorsque l'on mange un bon poisson et que d'un coup une putain d'arrête se plante dans notre gorge, c'est chiant hein ? De quoi dégoûter définitivement quelqu'un du poisson !

-Je pense que tu as raison, je vais en avoir bien assez avec la politique. Si je veux que ces chacals restent aveugles et se tiennent à leur place, je vais devoir attaquer la première. Comment ? Quand ? Je n'ai encore aucun plan justement... Mais tout commence par Kaname. Je ne vais pas avoir le choix. Et Akira, mon oncle et chef de famille des Hio. Le frère de Shizuka... Enfin, c'est mon affaire, n'y pensons pas maintenant.

-Je te laisse gérer ça, je pensais simplement que tu me ferais suffisamment confiance pour me laisser gérer Kagame plutôt que de m'interdire de le lui dire... Je sais que ça ne part pas d'un mauvais sentiment, que tu as peur, que tu veux les protéger et elle aussi... Seulement... Elle est grande, le monde n'est pas rose, elle le sait, elle n'aimerait pas se sentir préserver de la sorte, elle qui veut montrer qu'elle est aussi forte que les hommes... Et je suis sûr qu'elle finira par t'accepter un jour ou l'autre, c'est une personne attentionnée même si elle ne le montre pas, elle a un peu trop prit exemple sur moi je pense...

D'un côté l'hunter se sentait peiné qu'elle décide de ça de la sorte, mais d'un autre il comprenait ce que tout ça représentait. Elle voulait protéger leurs enfants, il n'avait nullement le droit de lui reprocher ça, ce serait même cruel mais toutefois il estimait avoir le droit d'en parler à sa propre fille. Oui elle serait choquée et oui ça ne lui plairait pas, mais elle était adulte, elle finirait par comprendre, tout comme elle a compris qu'il tenait à Yona et que c'était réciproque. Il savait qu'elle ne l'appréciait pas, mais il se doutait aussi qu'elle ferait un effort, après tout, ils avaient parlés de petits frères et sœurs, il n'aura qu'à prétendre que Dieu a vu ça comme une demande et lui en a gracieusement donné...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yona Hio
Vampire de sang pur
Vampire de sang pur
avatar

Messages : 223
Points d'expérience. : 131

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Ven 19 Aoû - 0:58

En l'entendant déclarer que dès le lendemain il se munirait d'une protection adéquate contre ses petites amies, la vampire ne chercha pas à cacher une petite grimace déçue qui tordit son visage en une moue adorable. Cependant, sachant qu'essayer de lui faire changer d'idée était une peine perdue d'avance, la rouquine se contenta de le fixer avec innocence dans l'espoir d'adoucir tous soupçons et lui faire oublier cette menace sans importance.
Histoire de mieux pourvoi attaquer un autre jour.
Oui, Yona était une fourbe créature derrière'ses airs angéliques et inoffensifs.
Puis, voyant son manque d'enthousiasme pour une éventuelle rencontre avec Ramsès la chauve-souris, l'élève rit d'un son léger dénué de toute moquerie. Au final, cette petite peste rouge n'était pas faîte que de vice manipulateur.
Cependant, quand son compagnon lui demanda si elle était jalouse, la demoiselle se figea avant que son expression ne devienne plus hésitante. L'incertitude se lut alors dans son regard améthyste qui devint fuyant, tandis que ses joues prenaient une délicate couleur rosée.

-Non, je ne le suis pas. Si je l'étais réellement, elles n'auraient plus envie de te voir. Je leur raconterai des choses horribles ou salaces pour les dégoûter et elles te fuiront sans que je n'ai à faire le moindre efforts. Les menacer ne ferait que rendre leur amour interdit à sens unique plus romantique et elles se morfondront en me traitant de tous les noms. Et puis c'est enfantin d'être jaloux. C'est croire que la personne nous laissera tomber pour une autre. Je ne le suis pas. Je ne suis pas une écervelée paranoïaque.

Fière, Yona tenta de mettre toute la conviction possible dans sa voix. Néanmoins, en glissant un coup d'œil en direction de son amant, la jeune femme remarqua aussitôt la lueur joueuse qui brillait dans la prunelle bleue de ce dernier. Le sang lui monta aux joues à nouveau et un élan vif la fit réagir aussitôt.

-Tu t'amuses ! Tu t'amuses de mes réactions, goujat ! Et c'est moi la vampire entre nous deux ? C'est le fourbe ! Vieux renard. Tu n'es qu'un vieux renard rusé.

Croisant les bras, l'étudiante baissa un peu le menton, leva les yeux vers le haut pour l'affronter et gonfla ses joues à la manière d'un enfant.
Yona lance "boudage".
La vérité cependant était qu'en effet, les regards langoureux ou rêveurs posés sur le professeur lors des cours faisaient naître au fond de son esprit une colère froide, viscérale. Indéniablement, sa personnalité s'en trouvait changée alors que l'envie de montrer les crocs la saisissait dans ces moments précis. C'était un instinct animal profondément encré dans sa génétique. La possessivité et la peur de se voir arracher ce à quoi elle tenait véritablement. Tôga était sien désormais, sang, corps comme âme et la pensée que n'importe quelle femme puisse le désirer  -humaine comme vampire- la faisait frémir désagréablement jusqu'à la rendre un brin irascible. C'était sa nature, ce qu'elle était. Le monstre derrière le visage d'ange, l'agressivité bestiale cachée par son désir et ses illusions d'humanité...
Ses traits se détendirent par la suite quand ils abordèrent le sujet plus sérieux de la cigarette. Mais rapidement, elle fronça les sourcils à cause de l'inquiétude.

-Je sais bien que c'est impossible. Et ça l'est d'autant plus avec ce que tu as appris aujourd'hui. Ce serait égoïste de te demander de réduire ta consommation quand tu en as le plus besoin. Non, en fait ce serait réellement sadique. Ne change pas pour mon bon plaisir, je ne compte d'ailleurs pas te pomper de ton sang. Si je me tourne vers Akira il saura plus ou moins m'aider dans cette situation, au moins pour ma soif. dit-elle pensive, d'un ton presque apaisé alors que certaines perspectives se dessinaient dans son esprit, plus rassurantes.

Non, elle n'était pas seule au final, livrée à elle-même.
Il y avait certes Yagari, mais les choses risquaient de mal tourner si la fille de Shizuka restait uniquement avec lui. Peu à peu, la soif allait la ronger à petit feu jusqu'à la mettre au supplice. Elle deviendrait folle, soumise à des pulsions qu'elle déteste tant, cette envie irrépressible de planter ses crocs dans la chair tendre de son compagnon et père des enfants. Malheureusement, ce serait commettre l'irréparable et condamner le professeur à une existence qui le répugnait.
Sa haine envers les vampires n'était certes plus si vivace, mais cela ne signifiait en rien que le hunter changerait son fusil d'épaule.
Alors il ne restait qu'une solution, se tourner vers sa propre famille. Son oncle Akira du moins. Le doyen des Hio était trop à cheval sur la notion de clan pour permettre que l'on s'empare de deux de ses membres. Izumi avait même avoué au détour d'une dispute qui les avait opposé que le patriarche refusait de coopérer dans la traque de sa nièce. Et que par conséquent, parfois il les aidait plus ou moins indirectement à s'échapper quand ils étaient dans une bien mauvaise situation.

-En colère... ?

En voyant la mine déstabilisée de son amant, la rouquine s'arrêta un instant, elle-même troublée par son soudain emportement. Était-elle en colère ? Bien que silencieuse et prête à le réfuter à voix haute à la moindre occasion, la jeune femme devait avouer l'être d'une certaine manière. Mais la princesse avait surtout peur.
Peur que Kagame le prenne mal et les dénonce.
Peur que l'on se serve de ces petits pour leur faire du chantage.
Ou simplement peur à l'idée d'être mère ? Mettre quelqu'un dans la confidence revenait à l'assumer officiellement sans possibilité de marche arrière.
Indirectement, Yona se sentait prise dans le piège des responsabilités et de ce que tout cela impliquait. L'avouer devant son espèce était un fait qui ne la derangeait pas outre mesure puisque personne ne viendrait remettre en cause une quelconque décision prise promptement, mais face à Kagame la demoiselle n'avait aucune influence, aucun pouvoir de rang pour éviter les remarques de la chasseuse. La vampire serait totalement offerte aux remarques de Kagame et savait que contre cette dernière, elle ne réussirait pas à opposer de résistance ou à se justifier. Déjà que la rousse ressentait un profond sentiment de culpabilité vis à vis de l'adolescente, ce fossé entre elles allaient d'autant plus se creuser.
Et ça l'effrayait.

-Je ne t'ai pas empêché d'en parler juste... Juste d'attendre un peu. S'il te plaît... Elle sera la seule à savoir la vérité, avec nous, mais quelque part c'est dangereux. Pour nous comme pour elle. Autant que notre relation l'est d'autant plus pour elle. Si ils viennent à le savoir, ils seront capables de s'en prendre à elle pour m'atteindre en se servant de toi. C'est facile de faire plier les gens quand ils ont des sentiments, et malheureusement si l'on peut dire, j'en ai bien trop pour toi pour pouvoir leur résister.

Pensive, la nocturne s'éloigna de quelques pas pour s'assoier sur son lit et posant ses deux mains contre son visage pour soutenir sa tête et réfléchir plus posément, essayant de reprendre son calme. Les grandes manifestations d'affliction ne ferait que prouver sa faiblesse et sans doute exaspérer Tôga.
Les sentiments appartenaient à l'enfance.
À présent, elle n'était plus seule en jeu et il allait lui falloir brider ses émotions pour ne plus se faire dévorer et offrir son coeur en pâture. Cela signifiait certes perdre une grande partie de sa spontanéité et de son innocence mais il fallait penser en adulte. Tôga le faisait déjà, en aucun cas la rousse voulait l'handicaper et rendre la situation plus difficile.
Alors que ce flot de penser faisait son chemin dans l'esprit de l'enfant de la nuit, ses iris d'un délicat violet brillèrent peu à peu de la lueur dure de la résignation.
Ayant plus d'ordre dans ses idées, Yona releva les yeux vers lui, son faciès abordant à présent une expression plus fermée.

-Ce n'est pas une question de confiance ou non. Je te fais confiance, je ne doute pas de Tôga mais... C'est tôt. Trop tôt. Pour elle comme pour moi. Si elle me demande pourquoi je tiens à garder ces enfants, je ne saurai pas quoi lui répondre pour la simple et bonne raison que je n'en sais rien. Avorter est difficle pour les vampires, surtout des descendants directs de level A avec un sang si concentré, mais ce n'est pas impossible. La vérité c'est que je ne suis pas prête à être mère, je ne sais même pas ce que ça veut dire être parent. Tu crois que ça lui fera plaisir d'apprendre que la femme qui porte les gosses de son géniteur est une incapable qui n'est même pas assez intelligente pour prendre une décision correct vis à vis de ces petits ? Je ne crois pas.[/b]

La Night leva ensuite une main et leva un doigt à chaque argument qu'elle énonça :

-Je les cumule : vampire, sang-pure, soit une double saloperie. Va me tuer ! Une balle anti-vampire dans le coeur n'est pas suffisant, il en faut plusieurs. J'ai essayé... En plus je charme son oncle, la seule personne dont elle a vraiment besoin en ce moment et ajoutons à cela des petits frère et soeur vampires. Si elle parlait que tu ais d'autres enfants, je ne sais pas si elle envisageait qu'ils soient autre chose qu'humains. Elle ne va pas se sentir abandonné dans tout ça ? Personnellement, si l'on me disait que Shizuka avait eut un autre enfant qu'elle aimait et protégeais alors que pas une fois elle n'a accepté de me voir, je ne lui pardonnerai pas. Et je haïrais cet enfant avec, aussi pacifiste je suis. Alors qu'elle soit en colère contre moi quitte à y mettre toute sa haine, mais je ne veux pas prendre le risque qu'elle t'en veuille...

En tenant pareil discours, Yona serra les poings ainsi que les mâchoires, détournant le regard. À jouer les durs, elle ne parvenait pas à étouffer ses sensations qui la prenaient ensuite à la gorge comme un chien enragé sautant sur sa proie. Elle était fatiguée. Épuisée après des jours sans sommeil ni nourriture...

-Je ne sais plus quoi penser. Je divague... Qu'est-ce qui est le mieux ? Le silence ou lui dire ? Tu me dis de te faire confiance... Alors je vais le faire. Fais-le choix concernant Kagame, j'assumerai quoqu'il se passe. Tu es trop buté pour changer d'avis de toute manière...

Cette fois, la vampire osa le fixer dans l'œil. Au fil des secondes, alors qu'elle l'étudiait du regard, la jeune femme sentait sa panique s'éteindre. Pourtant tant de peur alors qu'il était là ? Sa stature imposante la rassurait, son odeur boisée lui rappelait que quoiqu'il se passe, ils auront toujours un endroit où se réfugier.
Il était certes un grand loup solitaire mais elle demeurait une brebis isolée et égarée.
Tôga serait toujours son point d'encrage. Par lui sa nouvelle vie avait débuté, avec lui elle continuerait.
Un discret soupir glissa des lèvres de la nocturne et elle se rapprocha à nouveau, timidement, craignant que son angoisse qui frôlait presque la folie ne l'ait mit en colère ou rebuté.

-Tu as raison, je ne te fais pas assez confiance. Je ne veux pas me reposer sur toi parce que j'ai déjà perdu Izumi en agissant de la sorte. Mais tu n'es pas lui, je le sais. Seulement... J'ai encore du mal à compter sur les autres. J'ai toujours été seule au final, indépendante. À part Izumi, les autres n'étaient que des masques. Des hypocrites. Et aujourd'hui tout recommence. Je suis entourée des miens qui sont aussi faux que le restant de la race. Alors j'ai peur que le scénario se reproduise. Que tout se termine par ta mort. Voilà quelque part pourquoi je panique à l' idée que tu en parles à Kagame, c'est parce que je n'ai pas confiance en l'avenir.. Mais je veux croire en nous, en elle, en eux... Alors dis-lui, c'est d! d'accord. Seulement.. Attends quelques jours... Juste quelques jours que nous ayons tous deux le temps d'assimiler leur existence...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 498
Points d'expérience. : 233

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Ven 19 Aoû - 17:28

-Non, je ne le suis pas. Si je l'étais réellement, elles n'auraient plus envie de te voir. Je leur raconterai des choses horribles ou salaces pour les dégoûter et elles te fuiront sans que je n'ai à faire le moindre efforts. Les menacer ne ferait que rendre leur amour interdit à sens unique plus romantique et elles se morfondront en me traitant de tous les noms. Et puis c'est enfantin d'être jaloux. C'est croire que la personne nous laissera tomber pour une autre. Je ne le suis pas. Je ne suis pas une écervelée paranoïaque.

-Ah oui ? Moi je pense que tu n'as pas dis des choses pareilles car tu n'es pas capable de dire du mal de moi, que ces jeunes filles me l'aurait sûrement répété en t'accusant de diffamation et que tu n'as pas envie que je me sens blessé, non ? ~

Il souriait l'air amusé comme à son habitude lorsqu'il se prenait à ce jeu et la regardait du coin de l’œil, ne me demandez pas lequel, il n'en a qu'un... Elle était si crédule, c'était un jeu d'enfant de la faire tourner en bourrique de la sorte et accessoirement très amusant car avec son caractère de feu elle avait tendance à s'emballer et à réagir au quart de tour ce qui rendait leur discussion bien plus intéressante qu'avec quiconque. De toute manière il n'irait perdre son temps dans une conversation qui ne lui plaisait pas, au contraire. Il aurait plutôt l'habitude d'y couper court et de passer à autre chose rapidement. Et si son interlocuteur lui était désagréable il n'aurait aucune hésitation à le briser mentalement avec des paroles acides jusqu'à ce qu'il se décide enfin à abandonner.

-Tu t'amuses ! Tu t'amuses de mes réactions, goujat ! Et c'est moi la vampire entre nous deux ? C'est le fourbe ! Vieux renard. Tu n'es qu'un vieux renard rusé.


-Premièrement Yona-chan je ne suis pas vieux et deuxièmement... J'ai vraiment l'air d'un renard ? Non, les renards c'est pas mon truc. Je ne suis pas de ceux qui chassent les poules, je préfère les plus gros gibiers.

Répondit l'hunter en faisant allusion non seulement à son travail mais aussi à sa vie amoureuse. Allait elle rougir ? Il l'espérait, elle était si adorable lorsque ses joues prenaient ces teintes rosées si distinctives. Il fallait dire qu'avec sa peau de porcelaine, c'était difficile de le louper !

-Je sais bien que c'est impossible. Et ça l'est d'autant plus avec ce que tu as appris aujourd'hui. Ce serait égoïste de te demander de réduire ta consommation quand tu en as le plus besoin. Non, en fait ce serait réellement sadique. Ne change pas pour mon bon plaisir, je ne compte d'ailleurs pas te pomper de ton sang. Si je me tourne vers Akira il saura plus ou moins m'aider dans cette situation, au moins pour ma soif.

-Yona, je compte bien changer pour toi, du moins je vais essayer... Et je te donnerais autant de sang que possible... Je te laisse te tourner vers lui si tu le souhaites mais... Tu ne vas pas rester avec lui, hein ? Tu vas simplement lui demander de l'aide, n'est-ce pas ?

L'inquiétude se lisait très clairement dans sa voix, il avait peur qu'elle se rende chez lui et ne revienne plus et à vrai dire, ça le paniquait plus qu'autre chose. Il avait peur d'être abandonné, qu'elle ai peur de le blesser et décide alors de rester là-bas, avec cet homme qui prendrait soin d'elle. Mais personne ne prendrait soin d'elle comme lui le ferait, non ? Il priait pour être à la hauteur et réussir à la soutenir autant que possible, elle avait besoin de lui et ce besoin ne cesserait d'augmenter, il serait de plus en plus conséquent jusqu'à peut-être exploser un jour. Il avait peur qu'elle ne le morde aussi, c'était une angoisse qui ne le quittait pas et cela ne s'arrangerait pas maintenant mais ça ne changeait pas les sentiments du hunter à son égard. Il serait prudent, voilà tout.

-En colère... ? Je ne t'ai pas empêché d'en parler juste... Juste d'attendre un peu. S'il te plaît... Elle sera la seule à savoir la vérité, avec nous, mais quelque part c'est dangereux. Pour nous comme pour elle. Autant que notre relation l'est d'autant plus pour elle. Si ils viennent à le savoir, ils seront capables de s'en prendre à elle pour m'atteindre en se servant de toi. C'est facile de faire plier les gens quand ils ont des sentiments, et malheureusement si l'on peut dire, j'en ai bien trop pour toi pour pouvoir leur résister.

-Yona je sais déjà tout ça... Je suis désolé de t'inquiéter autant, je ne voulais pas... Personne ne s'en prendra à nous, ni à elle... Et je vous protégerais si besoin...

Il comprenait qu'elle s'inquiétait mais elle avait l'air de plus en plus perdue ce qui commençait à lui déplaire. Espérait-elle pouvoir tout prévoir, tout gérer ? Au fond elle devait savoir que ce serait impossible, ce qui ne devrait pas arranger son état, d'ailleurs...
Le problème était qu'il voulait l'aider à aller mieux mais ignorait comment il pourrait faire cela. Elle avait besoin de lui mais il ne savait pas de quelle manière il devait l'aider, de quelle façon il pourrait y parvenir.


-Ce n'est pas une question de confiance ou non. Je te fais confiance, je ne doute pas de Tôga mais... C'est tôt. Trop tôt. Pour elle comme pour moi. Si elle me demande pourquoi je tiens à garder ces enfants, je ne saurai pas quoi lui répondre pour la simple et bonne raison que je n'en sais rien. Avorter est difficile pour les vampires, surtout des descendants directs de level A avec un sang si concentré, mais ce n'est pas impossible. La vérité c'est que je ne suis pas prête à être mère, je ne sais même pas ce que ça veut dire être parent. Tu crois que ça lui fera plaisir d'apprendre que la femme qui porte les gosses de son géniteur est une incapable qui n'est même pas assez intelligente pour prendre une décision correct vis à vis de ces petits ? Je ne crois pas. Je les cumule : vampire, sang-pure, soit une double saloperie. Va me tuer ! Une balle anti-vampire dans le coeur n'est pas suffisant, il en faut plusieurs. J'ai essayé... En plus je charme son oncle, la seule personne dont elle a vraiment besoin en ce moment et ajoutons à cela des petits frère et soeur vampires. Si elle parlait que tu ais d'autres enfants, je ne sais pas si elle envisageait qu'ils soient autre chose qu'humains. Elle ne va pas se sentir abandonné dans tout ça ? Personnellement, si l'on me disait que Shizuka avait eut un autre enfant qu'elle aimait et protégeais alors que pas une fois elle n'a accepté de me voir, je ne lui pardonnerai pas. Et je haïrais cet enfant avec, aussi pacifiste je suis. Alors qu'elle soit en colère contre moi quitte à y mettre toute sa haine, mais je ne veux pas prendre le risque qu'elle t'en veuille...


-Vas-tu enfin cesser de te rabaisser constamment ?! S'écria Yagari qui pour la première fois depuis leur rencontre s'emportait. Crois-tu vraiment que je n'aurais ne serait-ce que posé mon regard sur toi si tu n'étais pas unique ? Tu es plus intelligente que tu le crois, tu as juste peur est tu es perdue. Et puis comment ça tu as essayé de te prendre une balle anti-vampire dans le cœur ? Ce qui se passe pour Kagame est différent de ce qui s'est passé pour toi. Je ne l'ai pas abandonnée, je ne l'ai pas repoussée, jamais, même quand j'étais au fond. Sa voix s'était calmée et était devenue mélancolique, pour ne pas dire triste. Est-ce qu'au moins tu t'entends parler...?

Il ne le dirait pas directement mais faisait allusion au fait qu'elle ai parler d'avorter alors que lui avait perdu son premier enfant, réduit en cendre alors qu'il était encore dans le ventre de sa mère, puis le second qui lui a été enlevé et qui a grandi en le voyant certes régulièrement, mais pendant que tous deux ignoraient qui était réellement l'autre. Et maintenant elle parlait d'avorter ? Lui qui adorait les enfants et qui espérait qu'un jour ce soit enfin son tour ? Il ne pourrait pas lui reprocher si jamais elle venait à le faire, il ne le ferait pas... Mais sans se douter, en exprimant simplement le fond de ses pensées elle l'avait blessé.

-Je ne sais plus quoi penser. Je divague... Qu'est-ce qui est le mieux ? Le silence ou lui dire ? Tu me dis de te faire confiance... Alors je vais le faire. Fais-le choix concernant Kagame, j'assumerai quoqu'il se passe. Tu es trop buté pour changer d'avis de toute manière...

-Déjà calme toi, tu n'es pas seule, je suis là... Lui cacher est une mauvaise chose, crois-moi...

Il s'était calmé lui aussi, laissant ses émotions négatives en arrière. Il la regardait alors que l'inquiétude revenait, comme pour lui dire qu'elle n'en avait pas fini avec lui et ce à chaque fois qu'il posait le regard sur la rouquine.

-Tu as raison, je ne te fais pas assez confiance. Je ne veux pas me reposer sur toi parce que j'ai déjà perdu Izumi en agissant de la sorte. Mais tu n'es pas lui, je le sais. Seulement... J'ai encore du mal à compter sur les autres. J'ai toujours été seule au final, indépendante. À part Izumi, les autres n'étaient que des masques. Des hypocrites. Et aujourd'hui tout recommence. Je suis entourée des miens qui sont aussi faux que le restant de la race. Alors j'ai peur que le scénario se reproduise. Que tout se termine par ta mort. Voilà quelque part pourquoi je panique à l' idée que tu en parles à Kagame, c'est parce que je n'ai pas confiance en l'avenir.. Mais je veux croire en nous, en elle, en eux... Alors dis-lui, c'est d! d'accord. Seulement.. Attends quelques jours... Juste quelques jours que nous ayons tous deux le temps d'assimiler leur existence...

-Tu ne me perdras pas Yona... Je te laisse gérer le côté vampirique pour cela alors que je n'ai pas envie qu'ils t'approchent... Je te laisse le faire car je te fais confiance... Moi je vais m'occuper de Kagame et de la guilde. J'attendrais quelques jours, comme promis, le temps aussi que tu sois plus sûre de ce que tu veux car je n'ai pas envie de lui annoncer ça pour ensuite lui dire que tu n'en veux pas... Yona, je comprends ta peur, tu te demande ce qu'il se passerait si tu échouait, s'ils se mettaient à pleurer dès que tu les prendrais dans tes bras... Si l'un deux mourait, si tu les blessait par inadvertance... Je serais là, je t'aiderais. Moi aussi j'étais terrorisé la première fois que j'ai eu un enfant dans les bras... Et quand on me l'a confié pour un week-end... La première fois est toujours effrayante mais ensuite tout ira bien, crois moi...

Il essayait tant bien que mal de la rassurer et espérait simplement que cela fonctionnerait plus ou moins car l'apaiser ne serait-ce qu'un peu lui semblait parfaitement nécessaire en l'instant présent. Elle était rongée par les doutes, par l'incertitude et tout un tas d'autres émotions qui ne l'aidait pas du tout à avancer, il devait l'aider à arranger ça, pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yona Hio
Vampire de sang pur
Vampire de sang pur
avatar

Messages : 223
Points d'expérience. : 131

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Mer 21 Juin - 13:00

-Ah oui ? Moi je pense que tu n'as pas dis des choses pareilles car tu n'es pas capable de dire du mal de moi, que ces jeunes filles me l'aurait sûrement répété en t'accusant de diffamation et que tu n'as pas envie que je me sens blessé, non ? ~

Yona souleva un sourcil dubitatif, l'air peu convaincue. Elle semblait même un brin excédée par de telle parole et poussa un soupir de consternation feinte pour cacher son amusement.

-Je doute que des remarques légères de ma personne puissent réellement t'atteindre, tu as un égo bien trop surdimensionné pour te laisser dégonfler aussi facilement. Et puis ce n'est pas comme si mes paroles ont une importance quelconque pour un chasseur aussi rebelle que toi~

Elle osa soutenir son regard puis lui donna une petite tape sur la tête, se hissant sur la pointe des pieds, quand le professeur ne se priva pas de la traiter de gros gibier.

-Je suis ravie d'apprendre que mon futur poids t'enchante mais sache que ce n'est pas un bon plan de rappeler à une femme que dans quelques mois elle va ressembler à une baleine~

En réalité la demoiselle avait saisi le sens de sa phrase, voire même de sa petite provocation pour la faire rougir, mais la rouquine ne tenait pas à lui donner satisfaction trop facilement.
Cependant la discussion s'orienta sur une discussion nettement plus sérieuse. Mais n'était-ce pas normal dans une pareille situation ? Yona était une sacrée affaire. Une affaire qui pourrait bien coûter la vie de leur progéniture commune si le Sénat en décidait ainsi si la nouvelle venait à leur être apportée.

-Yona, je compte bien changer pour toi, du moins je vais essayer... Et je te donnerais autant de sang que possible... Je te laisse te tourner vers lui si tu le souhaites mais... Tu ne vas pas rester avec lui, hein ? Tu vas simplement lui demander de l'aide, n'est-ce pas ?

Le regard de la rouquine s'affadit, perdit de son aspect scintillant pour se changer en une couleur plus terne et mélancolique.

-Je ne sais pas ce qui se passera Toga. Il est fort probable que je sois isolée dans l'une des demeures secondaires si il venait à juger que je sois à présent trop dangereuse. Ce n'est qu'une question de mois, déjà vu mon état je ne suis plus totalement stable. La soif de sang ne va cesser de grandir et même si nous avons une relation, que je vienne à te mordre risque de creuser de profondes hostilités entre nos espèces. Alors si ils découvrent que tu es le père... Je ne suis pas encore prête à être mère. Je ne sais pas comment je vais faire. Mais ils vont assurément les tuer si ils apprennent pour eux, vampires comme chasseurs.

Yona était effrayée. A la naissance des jumeaux son entourage finira par découvrir la vérité. Ne risquent-ils pas alors de lui arracher les nourrissons avant qu'elle ne puisse les tenir dans ses bras ?

-Je ne veux pas accoucher là-bas cependant. Quand ils sauront, ils les tueront. Il faudra que tu les caches. Je saurai les retarder.

Elle imaginait déjà l'effervescence d'une telle nouvelle, l'horreur qui saisirait la population.

-Je les ferai passer pour morts-nés. Cela arrive quelques fois, prenons le cas d'Isanami-sama de la famille Shoto. Elle était mariée à mon oncle Akira avant d'être répudiée pour infertilité. Elle n'a jamais mis un enfant vivant au monde. Je pourrai jouer sur ce point.

La combine était horrible mais elle n'avait pas le choix. Ils n'avaient pas le choix.
Puis le fil de la conversation s'était étendu, jusqu'à se tordre et casser. Les choses avaient dérapé, immanquablement. Elle avait cédé à la panique, s'était laissé allée à la colère jusqu'à la supplique quand il avait évoqué le sujet de Kagame.

-Vas-tu enfin cesser de te rabaisser constamment ?! Crois-tu vraiment que je n'aurais ne serait-ce que posé mon regard sur toi si tu n'étais pas unique ? Tu es plus intelligente que tu le crois, tu as juste peur est tu es perdue. Et puis comment ça tu as essayé de te prendre une balle anti-vampire dans le cœur ? Ce qui se passe pour Kagame est différent de ce qui s'est passé pour toi. Je ne l'ai pas abandonnée, je ne l'ai pas repoussée, jamais, même quand j'étais au fond. Est-ce qu'au moins tu t'entends parler...?

-Izumi était mort, je sombrais dans la dépression. J'étais tellement en manque de son sang, totalement détruite, je voulais mourir. Alors je me suis allée au canon de quelque chasseur mais il n'a pas réussi à me tuer. Quand je m'en suis rendue compte, je me suis enfuie avant de lui sauter à la gorge pour me régénérer. Je ne voulais pas faire de victime en plus.
Mais en ce qui concerne Kagame, je ne sais pas. Je ne sais plus quoi penser. Je sais que l'idée d'un... Une perte des jumeaux te rebute et ne te semble pas envisageable mais tu saisis que l'on risque nos vies ? Leurs vies ? Qu'une fois en ce monde si on ne parvient pas à les cacher correctement ils vont être découverts et seront chassés durant toute leur enfance et leur jeunesse jusqu'à ce qu'ils soient capables de se défendre de leur propre manière. Ne vont-ils pas nous le reprocher plus tard ? Je ne me sens pas de condamner des innocents à l'Enfer avant même qu'ils ne viennent à penser par eux-mêmes...


Sa voix n'était plus qu'un souffle tandis qu'elle perdit son regard dans le vague. Tenir de tels propos la déchirait, réduisait son propre cœur en lambeau éparpillés que le vent du désespoir emportait avec lui.

-Tu ne me perdras pas Yona... Je te laisse gérer le côté vampirique pour cela alors que je n'ai pas envie qu'ils t'approchent... Je te laisse le faire car je te fais confiance... Moi je vais m'occuper de Kagame et de la guilde. J'attendrais quelques jours, comme promis, le temps aussi que tu sois plus sûre de ce que tu veux car je n'ai pas envie de lui annoncer ça pour ensuite lui dire que tu n'en veux pas... Yona, je comprends ta peur, tu te demande ce qu'il se passerait si tu échouait, s'ils se mettaient à pleurer dès que tu les prendrais dans tes bras... Si l'un deux mourait, si tu les blessait par inadvertance... Je serais là, je t'aiderais. Moi aussi j'étais terrorisé la première fois que j'ai eu un enfant dans les bras... Et quand on me l'a confié pour un week-end... La première fois est toujours effrayante mais ensuite tout ira bien, crois moi...

Sur de telles paroles, la jeune femme sentit ses nerfs la lâcher et fondit en larmes. Elle ne savait plus quoi faire, ne pouvait même pas dire si elle se sentait la force de porter ces petits êtres. Si elle serait un jour capable de les aimer ou non...

-C'est trop cruel... Je ne peux pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 498
Points d'expérience. : 233

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Lun 11 Sep - 19:43

Comme à leur habitude les amants se taquinaient, jouaient à se lancer des piques, à se répondre du tac au tac juste pour le plaisir. Ces deux-là avaient une complicité extrême lors de ces moments que le chasseur chérissait. Ça et les parties de jambes en l'air évidemment ~
Quoi qu'il en soit il n'aurait jamais désiré échanger ces instants pour les passer avec quelqu'un d'autre qu'elle, c'était elle et rien d'autre, elle pour toujours... Dans un sens il ressentait à présent les émotions qu'avait pu éprouver Kaien, un amour sans détour, presque viscéral pour la personne qui a pu réchauffer son cœur gelé.

-Je doute que des remarques légères de ma personne puissent réellement t'atteindre, tu as un égo bien trop surdimensionné pour te laisser dégonfler aussi facilement. Et puis ce n'est pas comme si mes paroles ont une importance quelconque pour un chasseur aussi rebelle que toi~

-C'est vrai qu'il en faudrait plus pour me vexer, j'ai un caractère bien trop trempé pour prendre la mouche aussi facilement !

Répondit le brun en la taquinant, lui adressant un sourire amusé et charmeur à la fois, le genre qui aurait fait s'évanouir les filles de la Day Class dans un "Kyaaaa !" sonore. Il avait toujours eu un don pour faire tourner les têtes des femmes mais ne s'en servait quasiment jamais, trop concentré sur sa tâche d'extermination des vampires pour cela. Et puis faire la conversation à une femme pendant de longues heures n'avait jamais été son truc, il était beaucoup trop bourru, trop grincheux pour ça, même avant de tomber amoureux pour la première fois.

-Je suis ravie d'apprendre que mon futur poids t'enchante mais sache que ce n'est pas un bon plan de rappeler à une femme que dans quelques mois elle va ressembler à une baleine~

-Oh, toute de suite ! Penses aux avantages plutôt, il n'y a pas que ton ventre qui va grossir ! D'ailleurs ça te donnera peut-être l'occasion de porter un soutien gorge ~

Cette fois-ci il prit même le luxe de ricaner, complètement moqueur. Lui qui était persuadé que même à la fin elle serait magnifique ne se gênait pas pour lui rappeler la taille actuelle de sa poitrine. Evidemment que c'était faux, bien sûr que le corps de la rouquine lui convenait tel qu'il était mais on parle de Tôga là, il ne pouvait absolument pas se retenir de lui adresser cette pique.
Malheureusement la discussion changea rapidement de ton, passant de la gaieté à la tristesse.

-Je ne sais pas ce qui se passera Toga. Il est fort probable que je sois isolée dans l'une des demeures secondaires si il venait à juger que je sois à présent trop dangereuse. Ce n'est qu'une question de mois, déjà vu mon état je ne suis plus totalement stable. La soif de sang ne va cesser de grandir et même si nous avons une relation, que je vienne à te mordre risque de creuser de profondes hostilités entre nos espèces. Alors si ils découvrent que tu es le père... Je ne suis pas encore prête à être mère. Je ne sais pas comment je vais faire. Mais ils vont assurément les tuer si ils apprennent pour eux, vampires comme chasseurs.

-Alors enfuies toi avec moi, et puis je ne risque pas de me faire mordre aussi facilement, je suis Tôga Yagari après tout ! Cessant les blagues, il caressa doucement sa joue.  -Je serais là pour toi Yona... Ne t'éloigne pas trop,
tu es en sécurité ici... Kaname pourrait t'aider... Même si je ne l'aime pas il est celui, avec Kaien qui peut le mieux comprendre la situation, après tout il aime Yuki... Pour l'instant gardons tout ça caché, s'il le découvre ce n'est pas si grave... Je pourrais échanger mes services pour la protection de Yuki en échange des siens pour la tienne.
Je te demande juste de ne pas me fuir Yona, j'ai peur que tu fasses des bêtises en voulant t'isoler, ce n'est pas la solution...


Le chasseur la câlina, cherchant avant tout à la rassurer. La pauvre était paniquée, ne savait plus du tout quoi faire et à vrai dire il était tout autant perdu qu'elle. Cependant elle avait besoin de lui et il ferait tout pour l'aider au mieux.

-Je ne veux pas accoucher là-bas cependant. Quand ils sauront, ils les tueront. Il faudra que tu les caches. Je saurai les retarder.

-Ou alors on quittera le pays avant, je trouverais du travail ailleurs, n'importe quoi et on pourra être une famille...

Malgré l'air grave du chasseur une étincelle d'espoir l'animait encore, elle envisageait de les garder... Elle n'avait pas encore fait son choix mais le simple fait que ce soit une possibilité l'avait réjouit l'espace d'un instant. Lui qui aimait tant les enfants, qui chérissait ces vies fragiles mais qui avaient tant de valeur à ses yeux. Tant qu'il pourrait sacrifier sa vie sans hésiter si cela pouvait sauver l'un d'entre eux.

-Je les ferai passer pour morts-nés. Cela arrive quelques fois, prenons le cas d'Isanami-sama de la famille Shoto. Elle était mariée à mon oncle Akira avant d'être répudiée pour infertilité. Elle n'a jamais mis un enfant vivant au monde. Je pourrai jouer sur ce point.

-Yona... Tu es sûre ? Je comprends que ce soit un choc pour toi mais ne commence pas à imaginer des choses pareilles...
Si jamais nous devrions en arriver là ce devra être en dernier recours...


Assura Yagari qui n'aimait vraiment pas la tournure sombre que prenait la conversation. Encore moins lorsqu'elle évoquait le fait de vouloir se débarrasser des vies qui grandissaient en elle. Et les faire passer pour morts nés... Ces mots firent surtout germer dans l'esprit du hunter la possibilités qu'ils ne survivent pas... Eux comme Yona. Après tout il n'avait jamais entendu parler de ça, c'était contre nature et le genre d’événement qui ne devrait jamais avoir lieu. Cependant cette conversation était importante, pour Yona comme pour lui. Ils devaient l'avoir et passer outre ne les mènerait à rien. Il se contenta donc d'assimiler tout ce qu'elle avait à lui dire et décida qu'il y réfléchirait plus tard, à tête reposée.

-Izumi était mort, je sombrais dans la dépression. J'étais tellement en manque de son sang, totalement détruite, je voulais mourir. Alors je me suis allée au canon de quelque chasseur mais il n'a pas réussi à me tuer. Quand je m'en suis rendue compte, je me suis enfuie avant de lui sauter à la gorge pour me régénérer. Je ne voulais pas faire de victime en plus.
Mais en ce qui concerne Kagame, je ne sais pas. Je ne sais plus quoi penser. Je sais que l'idée d'un... Une perte des jumeaux te rebute et ne te semble pas envisageable mais tu saisis que l'on risque nos vies ? Leurs vies ? Qu'une fois en ce monde si on ne parvient pas à les cacher correctement ils vont être découverts et seront chassés durant toute leur enfance et leur jeunesse jusqu'à ce qu'ils soient capables de se défendre de leur propre manière. Ne vont-ils pas nous le reprocher plus tard ? Je ne me sens pas de condamner des innocents à l'Enfer avant même qu'ils ne viennent à penser par eux-mêmes...


-Je suis passé par là aussi Yona... Lorsque j'ai repris le travail je prenais des risques inconsidérés... J'allais même chasser en étant complètement saoul... Mais ce temps là est révolu...
J'ai surmonté la douleur au fil des années et même s'il elle ne partira jamais vraiment, même s'il y aura toujours ce vide, tu m'as aidé à sortir la tête de l'eau, à me débarrasser de cette haine viscérale pour les tiens... Le monde est plus beau depuis que tu es à mes côtés et je refuse de perdre tout ça...
Il soupira face à son hésitation
-J'ai peur aussi, je doute autant que toi... Mais je veux pouvoir construire quelque chose avec toi... Ces jumeaux c'est une chance que je n'aurais qu'une fois dans ma courte vie, pouvoir être père de A à Z, les éduquer, gagner mon pain pour eux... C'est quelque chose que je souhaite et à mon âge ça n'arrivera plus... Si tu décide de les garder je serais là pour t'épauler, je ne t'abandonnerais pas...
Si tu souhaite... Avorter... Je t'aiderais et je te soutiendrais...


Dire ce simple mot lui avait coûté, lui qui avait déjà perdu un enfant. Mais malgré la douleur intense qu'il ressentait dans la poitrine après avoir imaginé cette situation il la serra contre elle, caressant sa chevelure rougeoyante. Il ne pouvait pas lui en vouloir pour ses hésitations, il les comprenait. Elle était si jeune... Et bien qu'elle ai perdu trop tôt sa naïveté et son innocence, elle ne méritait pas ça, pas le moins du monde. Il savait pertinemment qu'il allait la faire souffrir si elle décidait de les garder mais la simple idée d'échouer encore à fonder une famille lui retournait les tripes.

-Je suis doué pour disparaître... Si vous veniez à être en danger j'empêcherais quiconque de nous retrouver...

Le chasseur la gardait là, blottie contre lui. L'entendre pleurer le déchirait, c'était de sa faute si elle était dans un tel état, c'était lui qui l'avait mise dans cette situation délicate et il s'en voulait énormément. Comment pouvait-il lui faire le moindre reproche, se plaindre, lui demander de garder ces enfants alors qu'elle n'avait pas souhaité se retrouver ainsi ? Qui plus est elle était inconsciente des risques au moment des faits, après tout elle n'était pas censée pouvoir tomber enceinte à son âge, encore moins de lui. Et si leur amour était voué à l'échec ? S'ils ne faisaient que se détruire l'un l'autre ? A cette sombre pensée Yagari renforça son étreinte, tremblant.

-Je suis désolé... Tellement désolé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yona Hio
Vampire de sang pur
Vampire de sang pur
avatar

Messages : 223
Points d'expérience. : 131

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Dim 12 Nov - 11:39

Yona appréciait leurs joutes verbales. Elle se plaisait à jouer le rôle de la jeune femme excédée qui essuyait les échecs d'un vieux lourd en drague qui lâchait des blagues désespérantes, mais cela la faisait rire en réalité.
Tôga était malheureusement loin d'être un lourdaud facile à recaler.
Ce chasseur était bien trop séducteur pour le bien de la principale concernée qui en faisait les frais.

-Mais je me demande si ton caractère sera toujours aussi trempé une fois que j'aurai clamé haut et fort mon abstinence et que tu ne pourras dès lors plus m'approcher de la manière que tu aimes tant~ chantonna le diable roux en guise de représailles salées. Quant à mes soutiens-gorges, plus tu continue avec tes plaisanteries salaces, moins tu as une chance de les revoir. Je devrai peut-être envisager de séduire le fiancé que l'on m'a assigné puisque j'aurai de nouvelles formes, je suis certaine de le conquérir plus facilement qu'on ne le pense~[/b]

La princesse aux cheveux rouges véritablement comme une saleté de premier plan. Évoquer Lord Toma éveillait toujours la jalousie maladive du chasseur et le Yagari ne manquait jamais de proférer des déclarations de mort prochaine au nom du sang-pur lors de ces moments.
L'humeur générale était légère, du moins nettement plus que dans la suite de leur conversation. Rapidement la jeune femme sentit un poids maussade peser sur son esprit et corrompre le peu de jovialité qui demeurait en son coeur.

-Je ne sais pas si Kaname comprendra. J'en ai l'espoir mais même si nous sommes liés par le sang, il reste l'un des vampires les plus influents de la société et déjà son intervention pour sauver Zero lui a attiré l'animosité de nombreuses familles. Tout roi n'est pas absolu, si il ne se montre pas prudent, nous pouvons le faire tomber.

La visite surprise du grand-père de Takuma avait suffi à représenter une menace en soit. Heureusement Yona n'avait été présente mais le Conseil était au courant de sa position. Ils savaient qu'elle s'était réfugiée sur le terrain neutre de l'Académie et attendait sans doute dans l'ombre qu'elle la quitte afin de mieux la cueillir à la sortie.
La fille de Shizuka ne savait pas si Kaname serait pret à prendre autant de risques, qui mettraient la vie de Yuki en danger, simplement pour défendre des enfants qui représentaient une menace pour leur espèce.
Se perdant dans toutes ces réflexions silencieuses, la rouquine avait naturellement cherché du réconfort dans les bras de son amant en se blotissant contre lui.

-En aucun cas je ne choisirai la fuite. Ce n'est pas la vie que je désire pour mes enfants comme pour moi. Ils nous retrouveront assurément, ça te sera impossible de cacher une sang-pure enceinte Toga. Pourquoi crois-tu que les level A sont si peu et que nous nous limitons le plus souvent à deux enfants ? Parce que c'est tout une épreuve pour la mère qui peut en ressortir totalement folle. C'est vivre comme un level E durant au minimum deux ans, nous connaissons la même décadence qu'eux. La souffrance constante de la soif, la perte de lucidité puisque le moindre être vivant nous paraît délicieux et un espoir de calmer ce feu intérieur qui nous ronge. Je te sais capable de gérer un vampire mais le pourrais-tu si ses pouvoirs se déchainent ? Si la sang-pure est encadrée des siens, c'est avant tout parce qu'ils sont les seuls capables de canaliser sa puissance. Mon oncle Akira est resté aux cotés de sa femme lors de ses deux grossesses même si ils s'entendent peu. En ce qui concerne Shizuka, c'est ma grand-mère Byakuya qui s'est chargée d'elle.

Cela devait paraître étrange que Yona parle ainsi de sa famille maternelle, elle qui n'abordait que peu le sujet en général. Nombreux Hio étaient encore vivants contrairement aux autres familles mais cela s'expliquait en partie par la rivalité entre les membres qui les poussait à s'isoler et à garder assez de hargne pour s'accrocher à l'existence.
Mais là n'était pas la question, la vampiresse refusait de suivre Toga dans une fugue qui pourrait très bien leur coûter la vie à tous deux. Où le chasseur trouverait la quantité de sang nécessaire pour la satisfaire ? Elle ne savait même pas quelle tournure prendrait sa propre personnalité. Sans doute le manque et la soif la rendraient si folle qu'elle deviendrait agressive. Et qui sait ce qui se cachait dans son sang, elle l'enfant de la princesse de la folle effleurescence et du plus grand traitre dangereux de sa génération ?
Le chasseur sembla éprouver quelques doutes quand aux moyens qu'elle comptait employer pour cacher l'existence de ces enfants si ils venaient à naitre. Le regard qu'elle lui lança plus aussi tranchant que la pointe de ses flèches, une lueur de haine et de détermination s'avivant comme les premières flammes d'un brasier naissant.

-Si ces enfants doivent survivre, je n'aurai aucune hésitation a employer tous les moyens pour les protéger. Peu importe qui se dresse sur ma route. Si j'ai autant de pouvoirs que ceux qui m'ont élevé redoutaient, je m'en servirai si le pacifisme ne marche pas. Je ne possède que mon propre sang pour les défendre. Je hais le Conseil Tôga. Ils m'ont prit mon bonheur une première fois en m'arrachant Izumi, je n'ai pas cédé à mes instincts en essayant de rester la plus humaine possible mais si ils en viennent à me détruire une nouvelle fois la voie que j'essaye d'emprunter, peut-être devraient-ils se méfier de ce que leurs désirs de préservation a engendré.

Les mots suivants du chasseur avaient réussi à apaiser cette colère croissante dans le coeur de la rousse en lui infligeant un autre coup. La jeune femme fut choquée de l'entendre avouer sa peur et regretta ses paroles précédentes qui, si elles étaient vraies, devaient paraître aux yeux de Tôga comme celle d'un vampire du même acabit que celui qui lui avait arraché Hana.
Prendre conscience d'une telle chose fit naitre dans ses iris quelques larmes de regret, de fatigue mais aussi de crainte. La vampire releva les yeux pour affronter le regard de son amant et essaya de trouver un moyen de le rassurer.

-Ne t'excuse pas.

Yona s'était redressée pour lever ses deux mains et poser ses paumes sur les joues du hunter afin que ce dernier la regarde. La gorge serrée, elle ne pouvait ressentir qu'une violente culpabilité et aussi une colère contre ce système qui les faisait souffrir si inutilement.

-Ne t'excuse plus jamais alors que tu n'es pas coupable. Cette situation arrive à tous couples normaux alors pourquoi nous devrions en baver plus que les autres ? Ces enfants ne sont pas une faute, nous n'avons pas commis d'erreur en étant ensemble. Que tu sois humain, que je sois vampire, qu'est-ce que cela change ? Nos enfants seront des hybrides d'un nouvel ordre. Je ne crois pas que les rêves trop utopiques soient réalisables mais les jumeaux sont bien là. C'est une réalité concrète. A défaut de croire à une quelconque force supérieure ou que nos espèces parviendront parviendront à trouver une paix dans l'état actuel des choses, je veux croire en nos enfants. Si ils survivent, ils feront assurément changer les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar

Messages : 498
Points d'expérience. : 233

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   Dim 12 Nov - 20:31

-Yona, tu ne devrais pas me donner des envies de meurtre alors qu'on est tous les deux. Ton corps t'appartiens, certes, mais si je vois ce type s'approcher de toi je t'assure que ça finira mal pour lui et ce peu importe son rang. Quant à ta poitrine tu sais très bien que je préfère quand tu ne mets rien, comme ça je peux les caresser et être sûr que tu ressentiras quelque chose ~

Evidemment Yagari avait cédé immédiatement à la jalousie, aucun autre homme n'avait le droit de l'approcher, encore moins cet enfoiré de sang pur à qui elle était promise. Bon, lui de son côté n'était pas encore au point niveau fidélité mais il faisait des efforts pour s'éloigner petit à petit de Kaien. C'était simplement difficile pour lui de se débarrasser de toutes ces années de vie d'un revers de la main. Cependant il savait que c'était nécessaire et tentait peu à peu de mettre de la distance entre lui et le directeur, même si cela risquait de s'avérer plus difficile que prévu.

-J'ai pensé à ce problème, ne t'en fais pas... Et même si je venais à "travailler pour lui" je ne lui donnerais jamais ma confiance absolue. Je me contenterais de protéger Yuki et ses arrières en cas de besoin. Je sais comment faire disparaître quelques dossiers à la Guilde, s'il a des preuves qu'il souhaite effacer je serais là pour ça.

Yagari était du genre prudent et même s'il savait pertinemment qu'il devrait accepter certaine choses pour protéger Yona, notamment des choses qu'il n'apprécierait pas, il ne laisserait pas tomber ses principes. Et puis être dans le camp de Kaname ne signifiait pas répondre à tous ses caprices ou faire des choses qu'il se refuserait catégoriquement. Non, ce serait simplement un accord tacite entre les deux hommes, une protection contre une protection, voilà tout. Cependant il savait très bien qu'en acceptant ou proposant un tel accord il allait indéniablement devenir un nouveau pion sur l'échiquier du sang-pur, néanmoins si cela lui permettait de protéger ce qui deviendrait sa famille, il était prêt à l'accepter.

-Eh bien si jamais tu vas là-bas je trouverais un moyen de t'accompagner, voilà tout. Je refuse de te laisser seule au milieu des tiens, c'est indiscutable. Et puis peut-être que l'on pourrait trouver un moyen de contenir tes pouvoirs comme ce que j'ai fais à ma cave... Je vais me renseigner là-dessus, on a encore du temps Yona...

Et dire qu'il ignorait que juste à côté vivait un professeur hunter qui avait tout une chambre prête pour ce genre de choses. Le savoir en cet instant présent lui aurait été des plus utiles, surtout qu'il aurait alors pu la rassurer plus convenablement...

-Je t'aiderais... Peu importe tes choix et ce qui se dressera devant toi... Tu es la seule personne que je peux suivre aveuglément...

Même s'il devait franchir un gouffre sur une corde, complètement aveugle il le ferait. Il se laisserait guide par sa voix et avancerait, sans hésitation aucune, bravant le danger et sa peur pour la retrouver.

-C'est certain qu'ils feront changer les choses, après tout ils auront mon sang ~
En y pensant tu as raison sur un point, avoir des enfants c'est quelque chose de courant pour un couple, c'est ce que nous sommes après tout, un couple normal... Viens passer les prochaines vacances chez moi, on pourra être ensembles tous les deux et profiter l'un de l'autre tant que tu n'es pas encore sous l'emprise de ta soif... Je me chargerais de faire des réserves pour toi et tu pourras te détendre un peu... Et puis demain allons au cinéma ensembles, pas forcément dans cette ville, il faut rester discret mais c'est important que nous passons du temps à deux. Garde bien ton téléphone près de toi, comme ça je pourrais le bombarder de message pour te dire combien je t'aime, à tel point qu'il criera "Yamete kudasai", tu verras...


Murmura doucement le chasseur à l'oreille de la rouquine alors qu'il passa doucement sa main rugueuse dans ses boucles rougeoyantes. Elle était encore pleine d'hésitations, de tourments, c'était normal dans l'état actuel des choses... Mais il comptait bien l'aider à aller mieux, à avancer, à voir les choses sous un angle moins dramatique. Vivre en prévoyance de l'avenir était une bonne chose, mais ne plus vivre par crainte de ce dernier ne l'était guère. C'est pour cela qu'il ferait tout son possible pour rendre le quotidien de son amante plus simple, moins effrayante à affronter. Il le ferait pour elle.
Il baissa le regard par inadvertance et croisa quelque chose qu'il adorait critiquer pour l'embêter. Peu importe d'où il la regardait sa poitrine était magnifique, tendant légèrement le tissus qui épousait les pointes avant de retomber en cascade. Alors qu'il avait du mal à en détacher le regard, son esprit s'embruma peu à peu, réveillant des envies jusque-là endormies notamment par le choc de la nouvelle.

-J'ai bien envie que l'on prenne une douche à deux... Là, maintenant, l'un contre l'autre sous l'eau brûlante...

Et voilà que le désir commençait à le gagner mais ce n'était pas de sa faute après tout, elle le rendait complètement fou. Tout en ponctuant ses paroles, il lui mordit le lobe de l'oreille, une main posée sur son ventre qui descendit ensuite pour effleurer ses cuisses. S'il le pouvait il l'aurait déjà mise dans le lit et aurait prit possession de son corps mais il savait que Yona avait du mal à camoufler ce qu'elle ressentait, il fallait donc quelque chose pour dissimuler le bruit, c'est pourquoi il avait pensé à la douche.
Si elle refusait de le faire ici le professeur ne se gênerait pas pour l'inviter chez Kaien et lui proposer la même chose car quand il avait une idée derrière la tête c'était pour ainsi dire impossible de la lui enlever.
Il savait qu'au fond ce n'était pas le moment mais c'était justement pour ça que ça l'était à ses yeux. La rouquine était perdue, ne sachant plus quoi faire, quelle solution choisir, quelle résolution prendre.
Elle ne faisait que penser aux malheurs qui pourraient leur arriver et échappait à l'instant présent, se perdant dans ses inquiétudes au lieu de profiter de lui. Il fallait que cela cesse, ils allaient avoir entre deux à cinq ans pour tout planifier, chaque chose en son temps. Pour l'instant il voulait simplement l'aimer et chasser de l'esprit de celle qui était maintenant sa fiancée toutes ses pensées sombres.
Elle qui l'avait évité pendant si longtemps, qui l'avait repoussé, il savait qu'il lui avait manqué tout comme pour lui. Il avait envie de la sentir contre lui, chair contre chair, d'entendre sa voix adorable lorsqu'elle gémissait et de voir dans ses yeux embués par les sensations le désir qu'elle ressentait.
Cette femme c'était la sienne, il allait la chérir et l'aimer, il allait la posséder et la soutenir, il allait sécher des larmes et protéger son cœur.
D'un geste tendre il déposa un doux baiser sur les lèvres de la belle Hio, plongeant ensuite son regard bleuté dans celui améthyste de Yona.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un professeur bien trop inquiet   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un professeur bien trop inquiet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Ruelles] Une rose avec bien trop d'épines [PV: Chi Yume & Victoria Mccroffed]
» Cela fait bien trop longtemps que je t'attends... {Jacob}
» Je dois te dire quelque chose... [PV]
» (M) Luke Worrall - Un frère bien trop similaire
» Anémone ♣ Mentir, moi, jamais, la vérité est bien trop amusante...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Knight RPG :: PAVILLONS :: Pavillon de la lune :: Dortoirs-
Sauter vers: