Bienvenue à l‘Académie Cross, incarne un vampire ou un humain et viens vite nous rejoindre. Seras-tu la prochaine légende ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Siren's lullaby : meeting between shadows. [Pv. Shiro twins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Siren's lullaby : meeting between shadows. [Pv. Shiro twins]   Jeu 3 Mar - 20:54

Cette après midi, tu avais songé à faire un petit passage par la bibliothèque afin de chercher des informations sur la musique populaire et folklorique du Japon. Mais, au lieu de cela, tu avais passé les dernières heures de lumière confinée dans ta chambre. Pourquoi ? Qu'est-ce qui aurait pu changer aujourd'hui ? Pourquoi avais-tu préféré rester dans ta chambre au lieu de faire ce qui t’intéressait le plus, à ce moment-là ? Quelqu'un t'avait fait livrer un colis jusqu'au dortoir mais il n'y avait aucun signe distinctif qui puisse t'aider à connaître sa source : pas d'émetteur, pas d'adresse. Mais, quand tu ouvris cette boîte en carton, une enveloppe noire couronnant quelques photos en blanc et noir, un de tes journaux intimes et un vinyle soigneusement enveloppé dans du tissu. Tu eus un pincement au cœur en voyant ces objets, ces vestiges de ton passé.  Les mains tremblantes, tu as saisit cette sombre enveloppe et tu l'as ouverte afin de lire son contenu.

« Je t'ai trouvée, Alice. »

Une odeur qui t'était à la fois inconnue et familière s'était imprégnée dans la feuille.
Par transparence, tu crus apercevoir des ombres sur le papier et des lettres imprimées. Lorsque tu la retournas, tes yeux s'écarquillèrent et tes constantes vitales s’accélérèrent : ces quatre mots avaient été écris dans le revers d'une affiche de recherche – la tienne – datant de la Première Guerre Mondiale. Si le message que tu venais de lire n'était pas assez inquiétant, le fait d'ignorer qui est-ce qui t'avait envoyé le colis te perturbait et t'angoissait tout autant. Qui a bien t'envoyer cela ? Quelqu'un qui te connaît, bien sur et qui ne souhaitait pas dévoiler son identité, pour l'instant… Ce quelqu'un ne te voulait peut-être pas du mal, si ? Était-ce un avertissement ou une menace ?

Tu pinças tes lèvres, effleurant l'affiche du bout des doigts. À cet instant même, une vision du passé te parvint : ton mentor avait accroché cette même affiche sur la vitrine d'un commerce viennois avant que d'être interné dans l'Asile de Narrenturn, à Vienne. Tu lâchas aussitôt la lettre afin de stopper la vision. Tes iris prirent une brillante teinte verte, signe d'inquiétude, avant que tu  ne déniches dans la boîte un petit paquet de photos. Certaines, tu les avais déjà eues entre les mains il y a longtemps ; d'autres, tu ignorais leur existence. Parmi ces dernières, tu trouvas une qui te rendit t'angoissa autant qu'elle te rendit nostalgique. Cette dernière était en sépia et datait de quelques années après ta fuite avec Mathew, ce jeune hunter avec qui tu t'étais installée à Alberta – au Canada. Sur cette photo, vous étiez en train de planter quelque chose dans votre jardin. C'était assez loin et tu ne te souvenais pas d'avoir ressenti la présence de qui que ce soit ce jour-là mais cette image prouvait que quelqu'un vous avait espionnés…

Avait-ce été la seule fois ?
Tu en doutais fortement.
* * * * *

22h15
Pensive, tu errais par les couloirs de l'Académie Cross en attendant l'heure de ton cours. La lune peinait à percer à travers les nuages qui avaient couvert le ciel en fin de soirée – ses ponctuels et faibles rayons éclairaient les couloirs de l'académie. Tu étais absente, mentalement car trop occupée à rêvasser : tu avais plongé à nouveaux dans les troubles eaux de ta mémoire et, comme d'habitude, tu peinais à en sortir ; entre temps, tes iris avaient prit une teinte bleue glacé, presque grise – témoin de ta mélancolie. Néanmoins, la réalité était là pour t'aider à remettre les pieds sur terre – et ce, brusquement : distraite, tu n'avais pas vu qu'une des fenêtres du couloir était ouverte alors tu te cognas avec elle. À cet instant même, la photo que tu avais rangé dans ta manche – avant de quitter le dortoir – tomba au sol. Tu t'étais fait mal mais tu n’émis qu'un petit hoquet de surprise et de mécontentement.

Alors que tu frottais ton front afin de calmer la douleur, tu aperçus ta photographie.
Tu t'accroupis afin de la récupérer, fermant la fenêtre par la même occasion – ta longue chevelure nivéenne s'étala sur sur le carrelage. Silencieusement, tu contemplas le sourire de feu ton amant. Un doux sourire ne tarda point à se dessiner sur tes lèvres : Mathew te manquait. Malgré tout le temps qui s'était passé et que tu avais aimé d'autres personnes depuis, les sentiments qui le concernaient étaient toujours présents.

Combien de temps as-tu passé là, accroupie, à regarder cette vieille photographie ?
Tu l'ignores mais ça aurait été encore plus de temps si le bruit de pas qui s'approchaient ne t'avaient pas sortie de tes pensées. Lentement, tu te levas et rangeas à nouveau la photographie dans ta manche – l'enfonçant davantage, afin de ne pas la perdre. Ensuite, tu te relevas et te tournas vers la source du bruit : c'étaient deux adolescents, des jumeaux aux cheveux d'ébène et qui, malgré leur leur jeune âge te dépasseraient de plusieurs centimètres si tu ne portais pas des chaussures à talon. Tu les détaillas rapidement et tardas quelques secondes à reconnaître deux de tes anciens élèves. Cela faisait quelques mois que tu ne les avais pas revus, ils n'étaient plus venus en cours et on ne t'avait pas informé de leur départ. Ce fut par le biais d'un élève de la Night Class que tu l'appris sans pour autant en connaître les détails... Tu clignas des yeux avant d'esquisser un grand sourire à leur attention, leur adressant une petite courbette en guise de salut.

Ow, je ne pensais pas vous revoir de sitôt… Je me faisais du soucis à votre égard. lanças-tu, affichant une petite mine inquiète. Comment vous portez-vous ?

Que des élèves quittent l'établissement sans préavis n'était jamais un bon signe… D'autant plus, quand ces derniers figuraient parmi ceux de la Night Class. Tu étais une professeure très impliquée, mine de rien, car si tu tentais de placer une certaine distance entre ta vie privée et ta vie professionnelle, tu te souciais toujours de tes élèves – et cela te semblait tout à fait légitime… Encore est-il, tu n'osais pas leur demander quoi que ce soit au sujet de leur départ or, en plus de sembler déplacé, cela pouvait ne pas te concerner – du moins, directement… Tu préférais qu'ils t'en parlent d'eux-mêmes, si tel était leur souhait. Sinon, les savoir en bonne santé te suffisait...
Tenue d'Amy:
 
Revenir en haut Aller en bas
Subaru/Kamui Shiro
Vampire
Vampire
avatar

Messages : 51
Points d'expérience. : 21

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Siren's lullaby : meeting between shadows. [Pv. Shiro twins]   Ven 4 Mar - 0:03

Il ne cessait de courir. Depuis longtemps, l'éternité sans doute. Pourtant, il n'était pas essoufflé et ce paysage de murs blancs et purs ne changeait pas. Il n'arrêtait pas de pousser des portes et à chaque fois le même couloir se répétait. Il n'y avait pas un bruit, si ce n'était que son souffle à chacun de ses pas. Il était perdu, cela ne faisait aucun doute. La blancheur de cet endroit l'éblouissait, le déstabilisait. Il cherchait désespérément la sortie mais ne savait même pas comment s'y prendre. Soudain, les portes disparurent. Il était seul dans un couloir infini. Il s'arrêta, regardant à gauche, puis à droite. Où aller ? Il n'eut pas le temps de réfléchir plus longtemps qu'un étrange voile livide se dressa non loin de lui au bout du tunnel. Qu'était-ce donc ? Des murmures semblaient jaillir de derrière le rideau pâle. Il s'approcha malgré lui, et fixa une ombre étrange qui se trouvait derrière et qui ne bougeait pas. Une silhouette humaine qui restait immobile comme une statue. Finalement, il s'arrêta devant le voile fantomatique. Il pencha légèrement la tête sur le côté, ses lèvres remuèrent, il parlait. Mais aucun son ne sortait de sa gorge, engloutit par un silence abyssal. Il se demandait ce que c'était que ça. Ses yeux se plissèrent mais la silhouette demeurait sans mouvement. D'abord hésitant, il se décida finalement à tendre la main vers le rideau mais à peine ses doigts l'eurent effleuré qu'un coup de feu retentit. Baissant son regard vers une plaie rouge qui s'était formée dans sa poitrine, laissant pénétrer une atroce douleur. Il jeta un œil par-dessus son épaule. Une ombre armé d'un pistolet venait apparemment de tirer dans son dos. Lorsqu'il regarda à nouveau le voile devant lui,  une main passa au travers pour lui saisir le poignet avant de l'entraîner de force. Il se mit à hurler, un hurlement silencieux, et tenta de se libérer de l'emprise de la main qui était bien plus forte que lui. Son bras finit par passer à travers le voile malgré ses efforts, puis vint le reste de son corps. Il avait beau se débattre, il n'avait aucune chance. De l'autre côté du voile, il se rendit compte que la silhouette qui le tenait était…Lui ? Non…Son frère ? Ce dernier aussi avait une plaie dans le torse, comme si ce voile n'était en fait qu'un miroir…



Kamui ouvrit subitement les yeux. Il faisait sombre. Très sombre. Un simple humain n'y verrait que des filaments de lumière provenant des réverbères de la rue qui passaient par les faibles espaces laisser entre les planches de bois qui condamnaient les fenêtres de ce taudis. En tant que vampire, il n'avait pas besoin de lumière pour se repérer dans l'obscurité. Il se redressa sur le matelas sur lequel il s'était assoupi. Quel rêve étrange. Son regard parcouru la petite pièce délabrée. Où était donc Subaru ? Le jeune vampire se redressa et s'étira avant de quitter la vieille chambre, donnant un coup de pied gratuit à un débris qui lui barrait le passage. La petite baraque en ruine était promise à la démolition avant la fin du mois. Mais il ne sera pas difficile aux jumeaux de se trouver une nouvelle tanière. Quel cauchemar désagréable. La porte grinça lorsque Kamui la poussa. La silhouette de son frère se tenait dans la pièce principale face à une fenêtre dont les planches lui laissaient assez d'espace pour contempler la ruelle. Il faisait nuit. Il faisait noir. La lune n'était pas là pour blanchir le pavé de ses rayons.

- Subaru, fit le jeune vampire, tu t'es levé tôt.

Mais le deuxième pivota son regard vers lui.

- Non Kamui, répondit-il, c'est toi qui a trop dormi. Mais il n'est pas si tard que ça.

Un peu plus rassuré de voir le quotidien revenir après ce rêve dont il se serait passé, Kamui s'étira à nouveau en essayant de toucher le plafond. Subaru n'était pas étonné des faits. Kamui était celui qui dormait toujours le plus. Sa nervosité trop prenante peut-être. Le vampire prit une boîte dans sa poche et l'ouvrit. Elle contenait encore quelques comprimés, mais cela allait très vite s'épuiser.

- Kamui…fit-il, nous n'avons presque plus de Blood Tablet.

Ils s'échangèrent un regard. Inutile d'en dire d'avantage. Il fallait aller se ressourcer à l'académie Cross. Ce n'était pas pour plaire à Kamui mais c'était devenu une habitude malgré tout. Disons que pour lui, ce n'était pas une nécessité. Le jeune vampire n'avait aucun scrupule à se nourrir de sang humain. Mais Subaru ne le tolérait pas. Le simple fait d'avoir une fois abattu un hunter risquait un jour de faire de Kamui une bête à traquer, d'où la raison de leur façon de vivre actuellement. On était jamais sûr de rien. Kamui ne voulait prendre aucun risque. Les hunters, on ne savait jamais ce qui pouvait leur passer par la tête. Ce n'était donc pas le moment d'attaquer des gens pour leur sang alors qu'on pouvait se nourrir en toute éthique.

Les deux jumeaux s'assurèrent que la rue était déserte avant de quitter leur repère. L'air frais de la nuit agita leur sombre tignasse tandis qu'ils se rendirent en direction de l'académie. Ils y arrivèrent assez rapidement et s'empressèrent de pénétrer le premier couloir venu, désireux d'éviter soigneusement de ne rencontrer toute personne, en dehors du directeur bien sûr. Ils désiraient n'être plus que des fantômes pour cette école et faire comme si jamais ils n'y étaient revenus, que le monde les oublie définitivement. Néanmoins, ces petites visites chez Kaien n'avaient jamais été désagréables pour Subaru qui appréciait grandement le directeur. Kamui se contentait de tolérer les attitudes parfois puériles de ce dernier. Il lui était cependant reconnaissant de les accepter encore dans son bureau et de les fournir en Blood Tablet.

Alors qu'ils marchèrent dans le couloir sombre, Kamui et Subaru perçurent la présence familière d'un professeur vampirique non loin d'eux. Il était trop tard pour changer de direction. Il ne fallait pas non plus fuir comme des souris. Très vite, un doux visage féminin fit son apparition dans la lumière du chemin. Subaru baissa légèrement le regard en l'apercevant. Il aurait aimé ne voir personne. Il avait honte de sa fuite, honte de son abandon, honte envers les autres vampires pour avoir agit comme un enfant capricieux. Il aurait aimé resté à l'académie où il s'y était senti si bien. Cet idéal de paix qu'elle représentait offrait tellement d'espoir à sa race. Comment regarder l'un de ses anciens professeurs en face après ça ? Avec Yagari, ça avait été différent. Déjà parce qu'il avait fallu lui sauver la vie et ensuite, parce qu'il était professeur humain dans la Day Class. Kamui gardait un visage fermé face à la jeune femme devant lui. Difficile, avec cette longue chevelure lunaire et ses grands yeux compatissant d'oublier le visage du professeur Rosenberg. Cette dernière afficha un sourire en voyant les jumeaux. Subaru n'en fut que d'avantage embarrassé. Pourtant, la revoir lui fit chaud au cœur en emplissant ce dernier de nostalgie.

— Ow, je ne pensais pas vous revoir de sitôt… Je me faisais du soucis à votre égard.

Subaru redressa son regard vers elle. Elle était toujours aussi douce et gentille. L'inquiétude qu'il pouvait lire sur son visage en était la preuve. Tant de sollicitude à leur égard.

Comment vous portez-vous ?

- Professeur Rosenberg…commença le jeune vampire en répondant à son salut, le plaisir et la surprise de vous revoir est partagé. Nous nous portons bien et je vous remercie de votre sollicitude…J'espère que nous ne vous dérangeons pas. Nous ne sommes que de passage…

Néanmoins, le jeune vampire parvint à rendre le sourire à la femme devant lui.

- Et vous ? ajouta t-il, comment allez-vous ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Siren's lullaby : meeting between shadows. [Pv. Shiro twins]   Mar 22 Mar - 12:26

Quelque part, tu sentais que ces jeunes vampires auraient préféré passer inaperçus lors de sa petite visite à l'académie : c'était comme s'ils auraient aimé n'être vus et ne voir personne. De quoi avaient-ils honte ? Que voulaient-ils fuir ? Tu aurais aimé savoir ce qui les turlupinait ainsi. D'autant plus que tu percevais l'embarras de Subaru, qui baissa le regard dès qu'il t'aperçut. Kamui, lui, demeura silencieux et quasi inexpressif – sérieux, comme à son habitude. Néanmoins, tu fus contente de ressentir une certaine nostalgie chez Subaru qui leva aussitôt le regard vers toi, dès que tu leur adressas la parole.

Professeur Rosenberg… commença-t-il, répondant aussitôt à ton salut : Le plaisir et la surprise de vous revoir est partagé. Nous nous portons bien et je vous remercie de votre sollicitude… J'espère que nous ne vous dérangeons pas. Nous ne sommes que de passage… continua-t-il, te rendant le sourire. Même si un geste aussi anodin n'aurait peut-être pas été retenu par quelqu'un d'autre, un simple sourire signifiait beaucoup pour toi. Tu étais contente d'en voir un sur les lèvres de ce jeune homme. Les gens ignoraient le grand pouvoir contenu dans ne serait-ce qu'une petite esquisse. Et vous ? Comment allez-vous ?

Ma foi, je me porte comme un charme et ce, malgré mes maladresses. répondis-tu, en riant un peu – tu avais l'air un peu gênée, c'était un rire auto-dérisoire. Après tout, tu venais de te manger une vitre et tu espérais que ces brunets n'y auraient pas été témoins. Ne vous en faites point, vous ne me dérangez jamais. J'errais çà et là pour faire passer le temps… Je n'avais pas trop envie de rester dans mes appartements jusqu'à ce que mon cours commence. les rassuras-tu, replaçant doucement une mèche derrière l'une de tes oreilles.

Inutile de leur dire que tu ne te sentais pas trop en sécurité et que tu préférais traîner dehors. L’événement de la boîte à souvenirs t'avait perturbé, c'était le cas de le dire. Tu n'arrêtais pas de tourner ça dans ton esprit, cherchant à comprendre qui et pourquoi avait envoyé ça – maintenant, qui plus est. Malgré ton calme apparent, on te sentait un peu nerveuse : l'empathie te trahissait.

Quel bon vent vous amène ? ajoutas-tu en inclinant légèrement la tête sur le côté. Tu marquas une courte pause, plaçant tes mains, jointes, au niveau de ton ventre – tu jouais doucement avec tes doigts, te tâtant à leur poser des questions. Hm… Dites. Ce n'est peut-être pas le bon moment ni le bon endroit pour vous poser la question mais… que vous est-il arrivé ? Si ma question est trop indiscrète, vous n'êtes guère obligés d'y répondre, bien entendu. Nonobstant, si vous souhaitez vous confier à quelqu'un ou si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas à m'en faire part. Je vous aiderais dans la mesure du possible, uh ?

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Subaru/Kamui Shiro
Vampire
Vampire
avatar

Messages : 51
Points d'expérience. : 21

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Siren's lullaby : meeting between shadows. [Pv. Shiro twins]   Ven 1 Avr - 22:25

Il était fascinant de voir la monotonie de cette académie revenir dans le coeur des jumeaux rien qu'en apercevant l'un de leur ancien professeur et d'avoir l'impression d'avoir suivit l'un de ses cours hier. Cette paix régnant au sein de cette école était paisible, et avait quelque chose de magique. Puisse-t-elle exister encore longtemps et aider du mieux qu'elle pouvait à réaliser le rêve du directeur. Subaru, bien qu'un peu honteux, était néanmoins ravi de voir un visage familier. Depuis qu'il vivait en ermite avec son frère dans la ville d'à côté, il lui arrivait d'avoir des moments de solitude lorsqu'il repensait à sa vie d'avant.

— Ma foi, je me porte comme un charme et ce, malgré mes maladresses,
répondit le professeur Rosenberg avec un rire léger, cristallin, doux.

Subaru se contenta de sourire calmement à sa remarque. La femme ne perdait pas d'un peu d'humour parfois. Une petite pointe charismatique qui lui allait si bien. Alors elle se portait bien ? C'était l'essentiel. Rien ne semblait avoir changer pour elle.

Ne vous en faites point, vous ne me dérangez jamais. J'errais çà et là pour faire passer le temps… Je n'avais pas trop envie de rester dans mes appartements jusqu'à ce que mon cours commence.

- Je vois, répondit Subaru, rassuré, tant mieux, nous craignons de vous mettre en retard. J'espère que vos cours se passent tout aussi bien.

Rosenberg n'était pas le professeur le plus sévère de l'établissement. Subaru n'avait de souvenir d'elle que d'élèves attentifs et appréciables lors de ses cours. Il faut dire aussi qu'il n'avait pas trop de souvenir d'élèves vampires chahuteur et cancres. Généralement, les sangs nobles tel que lui était de vraies têtes d'ampoule et les autres de catégorie en dessous avaient tendance à suivre leur exemple. Soudain, comme si Kamui venait de remarquer quelque chose chez la vampire, ce dernier dévia une attention plus attachée à elle. A vrai dire, il était assez doué pour analyser les émotions des gens et ce soupçon de nervosité qui provenait de la femme avait du mal à lui échapper.

- Qu'est-ce qui ne va pas ? demanda t-il alors.

Il n'allait pas perdre bêtement du temps à demander comme tout le monde le faisait par "Quelque chose ne va pas ?" La réponse à suivre allait de toute façon être négative car la vampire n'allait pas vouloir les tracasser avec des histoires qui ne les concernaient pas. Mais Kamui avait tendance à toujours aller dans le vif du sujet. Subaru tourna un regard interrogateur vers son frère avant de le poser à nouveau sur le professeur devant lui. Peu après, cette dernière leur demanda :

— Quel bon vent vous amène ?

- Nous venons voir le directeur Cross, répondit aussitôt Subaru, j'ignore si vous êtes au courant mais il continue de temps en temps à nous fournir en Blood Tablet.

Durant un temps, Subaru s'était demandé s'il devait lui répondre ou non. Mais après tout, maintenant qu'ils ont été vu ici, ça ne servait à rien de cacher le sens de leur venu. Sans but précis, cette visite n'aurait pas de sens. C'est alors que les jumeaux remarquèrent que la femme paraissait un peu gênée. Ils ne tardèrent pas à en connaître la raison.

Hm… Dites. Ce n'est peut-être pas le bon moment ni le bon endroit pour vous poser la question mais… que vous est-il arrivé ? Si ma question est trop indiscrète, vous n'êtes guère obligés d'y répondre, bien entendu. Nonobstant, si vous souhaitez vous confier à quelqu'un ou si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas à m'en faire part. Je vous aiderais dans la mesure du possible, uh ?

Les deux frères auraient aimé esquiver cette question. Ils avaient espéré qu'elle ne leur demande pas. C'était sans doute pour ça qu'ils ne voulaient croiser personne en venant ici, n'ayant pas enfin d'exposer les faits qu'ils n'appréciaient guère. Kamui et Subaru s'échangèrent un regard. Indécis. Subaru regarda à nouveau la femme, embarrassé.

- Hm...Eh bien...fit-il en abaissant son regard vers le sol.

A vrai dire, il ne savait pas vraiment comment raconter ça. Il ne savait même pas s'il le devait et honnêtement, il n'avait pas trop envie d'en parler non plus. Tout ce qui était arrivé, était de sa faute après tout. Pourtant, il n'avait pas non plus envie de laisser la professeur dans l’ignorance, elle qui s'était toujours montré compatissante. Lui demander de renoncer à savoir serait ingrat de sa part. Ou bien Subaru était tout simplement trop gentil pour penser ainsi. Kamui aurait déjà passé son chemin depuis longtemps. Mais pour la peine, il décida de laisser le choix à son frère de révéler les faits ou non. Il s'écoula un temps de silence durant lequel Subaru cherchait ses mots. Kamui patientait à ses côtés. Il observait son frère attentivement. Il n'hésitera pas à mettre un terme à la conversation s'il la jugeait trop douloureuse pour Subaru. Ce dernier pivota vers la fenêtre qui se trouvait à ses côtés, fixant la nuit noire qui s'étalait jusqu'à l'horizon. Il soupira.

- J'ai...commis un tort, fit-il avant de reposer son regard vers la vampire, j'ai fais quelque chose que je croyais bien faire. Mais ça c'est révélé faux.

Ca remonte à longtemps maintenant, mais il s'en souvenait comme si c'était hier. Posant une main sur son bras sous la manche duquel se cachait une plaie du passé, Subaru poursuivit plus en détail :

- Sur un coup d'impulsivité, je me suis interposé entre un hunter et son devoir...Celui de tuer l'un des nôtres, un Level E...Je savais pourtant qu'il n'y avait pas d'autres solutions pour eux et que c'était le devoir du hunter. Kamui m'a sauvé à temps auquel cas j'aurais succombé à la place de ce vampire. Et puis...

Subaru n'osa pas continuer. La suite de l'histoire appartenait à son frère. Comme il avait été blessé par ce chasseur, Kamui était entré dans une colère monstre. Subaru tourna son regard vers son frère, l'interrogeant en silence pour savoir s'il devait continuer, s'il voulait continuer ou s'il devait s'arrêter là. Kamui l'observa un moment en silence avant de poser ses iris sur la femme.

- Je me suis débarrassé de cet humain qui a osé entaillé la chair de Subaru.

Lui n'avait vraiment de mal à révéler les faits. Il n'en avait pas honte, il ne regrettait rien et dans sa voix, rien que d'en parler, on entendait cette amertume des hunters qui était resté en lui.



(désolé du retard, ce n'est pas mon genre ! D=)

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Siren's lullaby : meeting between shadows. [Pv. Shiro twins]   Mer 20 Avr - 17:45

Voyait-on à ce point que quelque chose n'allait pas, en toi ?
Kamui se rendit rapidement compte que tu cachais ton état d'âme et tu n'ignoras point sa questions : elle te prit à court, c'est tout. Tu comptais quand même y répondre, tu devais juste réfléchir à ce que tu allais lui dire et comment. Tu ne pouvais pas expliquer à tes anciens élèves ou à des élèves, tout court, que tu te faisais harcelais par dieu sait qui. Quelqu'un qui te connaissait depuis des décennies et qui était même venu à t'espionner… Mais, les intentions de cette personne étaient ambiguës : était-ce quelqu'un qui se réjouissait de ton malheur passé ? Ou était-ce quelqu'un qui cherchait à te rendre heureuse en t'offrant des fragments d'un passé qui te peinait autant qu'il t'était cher ? Tu n'arrivais pas à comprendre, mais il y avait des émotions négatives empreintes sur ce mot qui t'avait été envoyé ainsi qu'une odeur que tu ne pouvais pas identifier et qui, pourtant, t'était si familière…

Silencieusement, tu serras une main au niveau de ton cœur, écoutant tes cadets aussi attentivement qu'il te fut possible. Ainsi, ils étaient venu chercher des BT – excellente invention, que voici. Quand les jeunes vampires entendirent ta propre question, tu sentis qu'ils auraient également voulu éviter ce genre de sujets. Ils n'étaient pas obligés d'y répondre et, pourtant, ils l'ont fait – après avoir échangé un regard, hésitants.

Hm… Eh bien… te répondit Subaru, baissant le regard.

Il était embarrassé, mais, au moins, il t'avait regardé pendant un court instant. De plus, il semblait avoir du mal à choisir ses mots, les pesant autant que tu ne pesais les tiens, intérieurement. Tu décidas de laisser tes réflexions pour plus tard, te centrant sur ces deux adolescents – intriguée par leur prochain discours. Le silence s'installa parmi vous pendant quelques instants, mais rien ne sut l'interrompre : tu étais patiente. Très patiente, même. Tu n'étais pas pressée et tu ne souhaitais pas les bousculer, eux. Subaru se détourna de vous, regardant par la fenêtre – vers laquelle il avait pivoté, soupirant.

J'ai… commis un tort, j'ai fais quelque chose que je croyais bien faire. Mais ça c'est révélé faux. continua-t-il, te regardant à nouveau. Que pensait-il avoir fait de mal ? Tu ne t'attendais à rien en particulier mais, tu pensais que ça aurait pu être quelque chose de grave. De très grave. Le jeune nippon posa une main à l'endroit un vestige d'un passé relativement proche semblait lui attirer des mauvais souvenirs – poursuivant aussitôt son discours : Sur un coup d'impulsivité, je me suis interposé entre un hunter et son devoir… Celui de tuer l'un des nôtres, un Level E… Je savais pourtant qu'il n'y avait pas d'autres solutions pour eux et que c'était le devoir du hunter. Kamui m'a sauvé à temps, auquel cas j'aurais succombé à la place de ce vampire. Et puis...

Le brun n'osa pas en dire davantage mais, instinctivement, ton regard se posa sur son frère : il devait avoir un lien avec cela, en dehors du fait qu'il ait sauvé la vie à Subaru – qui interrogea son jumeau du regard. Ce dernier l'observa quelques secondes, silencieux, avant de rapporter son attention sur toi. Interloquée, tu penchas légèrement la tête sur le côté – du demeurais toujours attentive.

Je me suis débarrassé de cet humain qui a osé entailler la chair de Subaru. précisa Kamui, sans une once de regret ou de honte.

Comme beaucoup de vampires, ces jeunes appréhendaient, voire méprisaient, les hunters. Il était vrai que beaucoup abusaient de leur pouvoir, de leur rôle, mais les autres ne faisaient que leur travail – il fallait le comprendre. Tu n'étais personne pour juger le geste du vampire, tu n'allais pas lui dire que c'était mal mais tu n'allais pas l'encourager, non plus : tu jugeais que c'était… légitime. Dieu sait ce que le hunter en question aurait fait, s'il avait été vivant. Il aurait pu même faire que ces deux enfants soient chassés et pris pour cible, seulement pour avoir protégé une de ces créatures qui n'étaient ni humaines, ni vampires… Demeurant muette, tu fermas un instant les yeux. Un mince sourire, nostalgique et mélancolique, fendit tes lèvres à cet instant même – que des souvenirs !

Je vous concède que les sujets de notre conversation ne sont guère de l'ordre public : ce n'est point quelque chose que l'on peut aborder auprès de n'importe qui et je vous remercie pour votre confiance. Vous avez fait ce qui vous semblait mieux et, sachez que vous avez fait ce qu'il fallait. Autant vous, Subaru, comme vous, Kamui. On se doit toujours de protéger ce et ceux qui nous sont chers et… ne considérez point ce genre de situations comme des erreurs, les garçons. commenças-tu, t'approchant un peu plus d'eux, prenant un ton plus confident, sans perdre le sourire. Tes iris reprirent cette teinte bleue glaciale, proche du gris, limpide et clair, qui t'étaient tant caractéristiques lorsque tu éprouvais de la peine ou que tu songeais au passé. Vous savez ? Il fut un temps où je voulus aider les Level E. Je n'ai jamais partidaire de leur suppression mais, je ne suis pas non plus pour le fait de les laisser souffrir. Quoi que l'on dise ou pense, ces créatures, ces entre-deux, souffrent physiquement et psychologiquement. continuas-tu, marquant une pause dans ton discours.

Après un court instant d'hésitation, tu t'approchas d'avantages et du bout des doigts, tu effleuras les joues des garçons. À cet instant même, un contact spirituel se créa entre vous. Le couloir sembla se changer un paysage chinois, une campagne non loin d'un temple qu'on voit aujourd'hui sur des cartes postales. On pouvait sentir la légère brise automnale qui soufflait, les parfums de la terre humide et des plantes des lieux… Mais, ce que tu voulais leur montrer, c'était la personne dont tu parlais : c'était une femme, elle devait avoir la quarantaine. Ses mains tremblaient et, d'une certaine façon, on pouvait sentir son mal être, sa faim. Pourtant, elle restait à tes côtés, main dans la main. Qui aurait pu croire que cette personne était un de ces monstres ? Douce et sérieuse comme elle semblait… Tu reculas, rompant le contact avec tes cadets afin de vous faire revenir à la réalité.

Cette jeune femme avait été contaminée par un vampire capricieux. J'ai partagé huit ans de ma vie auprès d'elle, quand j'ai habité en Chine. Et, telle que vous voyez, même lorsqu'elle dégénéra, elle mit fin à ses propres jours… expliquas-tu, plongeant ta main dans l'une de tes manches afin de récupérer la photo que tu y avais caché, peu avant. Il ne faut pas les en vouloir, les Level E n'ont jamais voulu être ce qu'ils sont. Essayer de les aider, tant qu'on le peut, n'est pas une mauvaise chose… Ceci implique le fait d'abréger leurs jours, lorsqu'ils le souhaitent. Certains préfèrent mourir tant qu'ils demeurent eux-mêmes : possédant un éclat d'humanité en eux. soufflas-tu, tournant la photo vers les garçons, esquissant un grand sourire : tu étais fière d'avoir été avec cet homme, ce hunter. Tous les hunter ne sont pas mauvais, même si, comme tout Être doué de Raison, il y en a de toutes sortes - vous pourrez toujours trouver des alliés et des amis parmi eux, malgré tout. D'ailleurs, Kamui… votre question de tantôt, je ne l'ai point ignorée. Ce qui me souci est en rapport avec cet homme et avec un colis que j'ai reçu, aujourd'hui… d'un inconnu qui semble bien trop me connaître, à mon goût. expliquas-tu, fronçant légèrement le nez en rependant au colis que tu avais reçu. Après un petit soupir, tu repris ton discours, regardant ta photo : Cela en relève d’obsession, pour tout vous dire. Ce n'est rien d'important mais, je ne puis m’empêcher de m'inquiéter… J'ignore ce que cette personne pourrait faire, s'il m'est hostile ou s'il souhaite m'accorder sa bienveillance. Si cela se trouve, c'est juste un admirateur quelque peu sinistre. ironisas-tu, riant doucement. Soit. Je vous ai assez retenus, je pense… Je m'en excuse et vous remercie de m'avoir accordé quelques instants. Je suis heureuse d'avoir pu vous revoir et j’insiste – même si je radote : n'hésitez pas à me contacter en cas de besoin.

Mine de rien, cette histoire te perturbait plus qu'on ne le croyait. Tu ne te sentais plus en sécurité dans l'Académie et ce, malgré la présence de deux vampires de sang pur et une bonne poignée de hunters. Quelque chose te disait que ce que tu avais vécu aujourd'hui, n'était que le début. Quelque chose s’avoisinait...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Subaru/Kamui Shiro
Vampire
Vampire
avatar

Messages : 51
Points d'expérience. : 21

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Siren's lullaby : meeting between shadows. [Pv. Shiro twins]   Jeu 14 Juil - 20:31

La jeune femme ne répondit pas tout de suite à la question de Kamui. Ce dernier la toisait intensément du regard, attendant néanmoins, patient, qu'elle veuille bien éclaircir les faits. Mais rien ne vint. Il n'en était pas déçu cependant. A chacun ses secrets. Ou à chacun sa pudeur. Subaru respectait ce silence, bien que lui aussi aurait aimé savoir ce qui n'allait pas pour le professeur Rosenberg qu'il affectionnait tant. Que pouvait bien causer du trouble chez elle ? Et s'il venait à le savoir, peut-être pourrait-il la soutenir ou l'aider. Il n'avait pas souvenir d'avoir déjà ressentit une aura inquiète chez la vampire. En tant que professeur, il l'avait toujours vu comme tout élève derrière son bureau : professionnelle. Kamui avait été le premier à déceler cette nouveauté chez la femme. Subaru n'avait pas tarder à suivre, mais y montra plus d’inquiétude vis à vis d'elle tandis que Kamui, non qu'il s'en moquait comme de l'an 42, ne possédait pas autant d'empathie pour autant.

Par la suite vint la terrible question que les jumeaux auraient grandement désirés ne jamais entendre. Mais elle vint quand même et Subaru, tout comme Kamui par la suite, s'était résolu à éclaircir le voile de leur disparition de l'école. Subaru prit son temps pour lui répondre. Mais la femme se montra d'une patience admirable et digne d'elle. Le jeune vampire la savait compréhensive, mais devait tout de même lâché avec amertume ce qu'il lui nouait l'estomac. Il finit ainsi par conter ce qui était arrivé pour que lui et son frère finissent ainsi. Kamui eut bien moins de mal que lui. Lorsque son tour fut venir, il n'eut aucune crainte à dévoiler son meurtre. Après avoir exposé les faits, les deux jeunes vampires retournèrent leur regard sur Amerlyllian, attendant son verdict. Puisqu'elle avait voulu savoir, la voilà qu'elle savait à présent. Une fois dit, le fardeau était moindre. Subaru était un peu soulagé de la savoir désormais dans la confidence. Subaru attendait avec une certaine impatience la réaction de la femme devant lui. Elle était le professeur et aurait sûrement des choses réconfortante à lui dire pour l'aider à relâcher un peu la pression de son fardeau. Il n'attendait que ça d'elle car il savait qu'elle ne les aurait pas mauvaise même après une telle histoire. Le vampire fut ainsi rassuré de la voir fermer les yeux et étirer un sourire.

— Je vous concède que les sujets de notre conversation ne sont guère de l'ordre public : ce n'est point quelque chose que l'on peut aborder auprès de n'importe qui et je vous remercie pour votre confiance. Vous avez fait ce qui vous semblait mieux et, sachez que vous avez fait ce qu'il fallait. Autant vous, Subaru, comme vous, Kamui. On se doit toujours de protéger ce et ceux qui nous sont chers et… ne considérez point ce genre de situations comme des erreurs, les garçons,
répondit-elle alors.

Subaru gardait cette honte en lui, mais sentit son coeur plus léger aux mots de la femme qui s'approcha ainsi d'eux. Probablement qu'il avait réagit à son instinct premier pour aider ce qui était presque un des siens. Mais cela était resté un geste idiot. Kamui scrutait le professeur d'une toute autre manière. Il ne cherchait ni à être rassuré, ni à être soutenu, car il jugeait qu'il n'avait de compte à rendre à personne malgré ce qu'il avait fait. Il se moquait éperdument de ce que les autres pouvaient bien penser de lui et ne s'attendait pas à autre chose venant de Rosenberg. Mais le jeune vampire l'interrogeait du regard, sachant qu'elle n'avait pas fini de parler.

Vous savez ? Il fut un temps où je voulus aider les Level E. Je n'ai jamais partidaire de leur suppression mais, je ne suis pas non plus pour le fait de les laisser souffrir. Quoi que l'on dise ou pense, ces créatures, ces entre-deux, souffrent physiquement et psychologiquement.

Subaru hocha la tête.

- Je ne le sais que trop bien. C'est ce qui a rendu mon geste inutile et stupide. Je n'aurais pas dû agir de la sorte alors que je savais très bien qu'il n'y avait pas d'autres issues pour ce level E...

Amerlyllian s'était d'avantage approcher des deux vampires, et Kamui maintenait une curiosité, ou une méfiance, plus ouverte désormais. Mais comme il la connaissait, il ne craignait pas vraiment cette proximité certaine, de même lorsque la femme effleura la peau des jumeaux du bout des doigts. Ce fut alors que le décor changea aussitôt en un paysage de contrée lointaine et asiatique sous l'étonnement des deux jeunes vampires. Une scène se déroula alors, présentant une femme. Peu après, le lien spirituel fut rompu et les deux vampires reportèrent leur attention sur le professeur qui s'expliqua :

— Cette jeune femme avait été contaminée par un vampire capricieux. J'ai partagé huit ans de ma vie auprès d'elle, quand j'ai habité en Chine. Et, telle que vous voyez, même lorsqu'elle dégénéra, elle mit fin à ses propres jours… Il ne faut pas les en vouloir, les Level E n'ont jamais voulu être ce qu'ils sont. Essayer de les aider, tant qu'on le peut, n'est pas une mauvaise chose… Ceci implique le fait d'abréger leurs jours, lorsqu'ils le souhaitent. Certains préfèrent mourir tant qu'ils demeurent eux-mêmes : possédant un éclat d'humanité en eux.

Comprenant où elle voulait en venir, Subaru baissa légèrement le regard. Si le meilleur moyen d'aider les level E était de les tuer alors il ne se sentirait jamais capable de réellement pouvoir leur venir en aide. C'est alors que la femme dévoila une photo aux jumeaux.

Tous les hunter ne sont pas mauvais, même si, comme tout Être doué de Raison, il y en a de toutes sortes - vous pourrez toujours trouver des alliés et des amis parmi eux, malgré tout. D'ailleurs, Kamui… votre question de tantôt, je ne l'ai point ignorée. Ce qui me souci est en rapport avec cet homme et avec un colis que j'ai reçu, aujourd'hui… d'un inconnu qui semble bien trop me connaître, à mon goût.

Observant la photo de plus près, Subaru tourna un regard un peu plus inquiet à l'adresse de la femme.

- Un colis dites-vous ? Quelqu'un vous espionne ?

Cela en relève d’obsession, pour tout vous dire. Ce n'est rien d'important mais, je ne puis m’empêcher de m'inquiéter… J'ignore ce que cette personne pourrait faire, s'il m'est hostile ou s'il souhaite m'accorder sa bienveillance. Si cela se trouve, c'est juste un admirateur quelque peu sinistre. Soit. Je vous ai assez retenus, je pense… Je m'en excuse et vous remercie de m'avoir accordé quelques instants. Je suis heureuse d'avoir pu vous revoir et j’insiste – même si je radote : n'hésitez pas à me contacter en cas de besoin.

- Professeur Rosenberg,
insista Subaru, je crains que cela ne soit pas à prendre à la légère. Peut-être que l'on vous traque et qu'on se joue de vous. Cela peut être dangereux. Pourquoi ne pas en parler autour de vous ?

L'expression de Kamui, quant à lui, laissait clairement comprendre qu'il songeait à un hunter un peu trop manipulateur et sadique et également que Subaru ne devrait pas se soucier d'affaire qui ne le concernait pas. Mais ce dernier ne pouvait qu'être peiné d'apprendre l'angoisse de la femme vampire. Et si quelqu'un lui voulait vraiment du mal, il se sentait malavisé de ne rien faire pour l'aider, si cette fois ci il pouvait réellement aider quelqu'un.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Siren's lullaby : meeting between shadows. [Pv. Shiro twins]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Siren's lullaby : meeting between shadows. [Pv. Shiro twins]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Siren's lullaby : an old dolls' parade. [Pv. Toylord]
» Meeting with the infinity [TERMINE]
» Chrono de Shiro
» Meeting with the infinity
» Kamui Shiro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Knight RPG :: ACADÉMIE CROSS :: 
    Couloirs
-
Sauter vers: