Bienvenue à l‘Académie Cross, incarne un vampire ou un humain et viens vite nous rejoindre. Seras-tu la prochaine légende ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Elwin Morigan

Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 4
Points d'expérience. : 4

MessageSujet: Elwin Morigan   Mer 18 Avr - 16:17

Je suis Prénom + Nom



Informations sur le personnage

• Age : 24 ans
• Sexe : féminin
• Groupe : personnel de l’académie (surveillante)
• Orientation Sexuelle : bisexuelle
• Rêve : voir sa sœur adoptive sourire et être heureuse en un monde où la guerre entre vampires et hunters ne serait plus qu’un souvenir.
• Peur : voir sa sœur adoptive mourir.
• Race : Hunter.

Mon physique ♪


Elwin était devenue une jeune femme assez belle d’un mètre soixante-dix aux longs cheveux noirs qui tombaient en ondulant sous ses épaules, encadrant un visage doux et aimable dont les yeux verts reflétaient tristesse et compassion, contrastant avec sa peau mate. Elle était svelte et élancée, dotée d’une musculature sèche, de formes attirantes qui n’étaient pas handicapantes pour manier l’épée. A cela s’ajoutait des lèvres rosées, souvent étirées dans un sourire sincère, parfois de façade, qui faisait naître deux petites fossettes aux commissures de ses lèvres et se relever légèrement ses pommettes.

Mon caractère ♪


Elwin était d’ordinaire une personne attentionnée, faisant preuve de gentillesse, aimant sourire et rire. Elle savait faire preuve d’empathie, d’écoute, de douceur. Pour autant, il y avait en elle une grande obscurité, une froideur qui n’apparaissait que rarement ; elle était prête à tout, même les pires atrocités pour survivre, et à bien pire encore pour protéger sa sœur adoptive, Mikoto Wang. Alors elle ressemblait à une toute autre personne, la douce Elwin s’effaçait devant un monstre impitoyable, cruel et retords mais ô combien triste de devoir agir ainsi. Elle n’aimait pas être violente, devoir se battre, blesser, moralement ou physiquement quiconque, même un vampire. Pourtant, c’était parfois nécessaire alors elle agissait et lorsque tout était terminé Elwin redevenait la jeune femme douce, forte et agréable que l’on voyait d’ordinaire.

Mon histoire ♪


Elwin Morigan se tenait devant la tombe ouverte de son trisaïeul, fixant le visage desséché du mort, se sentant moins sure d’elle-même alors qu’enfin Hraesvleg, la tueuse de vampire de ses ancêtres était à portée de main. On la disait maudite, elle s’en moquait. Elle avait besoin d’une arme qui lui permettrait de tuer le vampire qui s’était emparée de sa mère, l’avait vidé de son sang sous ses yeux impuissants, terrorisés. Silencieuse, elle écarta les mains du mort et éleva l’épée au-dessus de la tombe, lentement, admirant son éclat qui avait survécu aux années. C’était une arme d’une beauté terrifiante. La garde était sculpté d’une gueule de démon, le pommeau était une griffe, la lame était sombre et tranchante, n’appelant qu’à connaître les joies du champ de bataille une fois de plus. La jeune fille esquissa un sourire cruel, bestial ; elle allait enfin prouver qu’elle était digne de succéder à son père, qu’elle n’était pas un échec malgré ce que lui avait toujours répété sa mère qui lui en voulait d’avoir survécu contrairement à son frère jumeau. Elle passa l’épée à sa ceinture, remit le couvercle du cercueil en place puis quitta le mausolée, adressant un regard à la lune rousse avant de s’élancer vers la sortie du cimetière, regagnant la ville. L’heure de la chasse était venue.

Elwin n’avait que rarement chassé, sa mère la tenant à l’écart, lui disant qu’elle n’était qu’une incapable mais elle avait un bon instinct. Son sang de hunter lui disait où elle devait se rendre, la poussait à remonter la piste de cadavres, lui hurler de ne pas traîner alors elle courrait, filant vers le centre-ville où elle trouva le vampire qui se délectait d’une femme d’âge mûr qui avait quitté le travail un peu tard. La jeune chasseresse était furieuse ; elle était arrivée trop tard, l’humaine était sans doute morte. Elle n’aurait pas dû autant hésiter devant la tombe. Sa mère ne l’avait jamais aimé, cela n’avait jamais voulu dire qu’elle était faible. Alors, sans un mot, elle sortit l’épée du fourreau, esquissant un sourire sauvage en l’entendant crisser, puis elle se rua sur le vampire, esquivant lorsqu’il se jeta sur elle puis l’ouvrit en deux de bas en haut, froidement. Le vampire se changea en poussière mais Elwin ne prit pas le temps de savourer sa victoire, elle avait un goût amère : la femme était morte, cinq autres victimes trainaient dans la ville et serait trouvé le lendemain. Quelque part elle avait échoué mais elle pouvait au moins dire avoir mis un terme à la menace que représentait ce level End. Le pire était sans doute qu’elle n’était pas soulagée de l’avoir tué ; elle se sentait toujours aussi seule, aussi abandonnée et elle ne comprenait pas pourquoi, alors qu’elle avait détestée sa mère depuis toujours, elle lui manquait autant.

La jeune Morigan n’avait nulle part où aller ; elle se souvenait simplement que son père lui avait dit avant de mourir qu’elle devait faire deux choses si lui et sa mère disparaissait : ne jamais récupérer Hraesvleg et contacter un de ses amis, un dénommé Wang dont elle avait retrouvé son adresse dans le journal de son père. Cela lui demandait de partir mais elle n’avait plus rien ici à part des mauvais souvenirs. Elwin retourna alors chez elle, vida les tiroirs de bijoux, récupéra le colt de sa mère, les balles anti-vampires, prit l’argent dans le coffre, sa tasse à café et quelques vêtements, rangeant le tout dans un sac puis elle partit, grimaçant en jetant un œil vers la cuisine, se rappelant de la dernière gifle que lui avait donné sa mère pour avoir cassé un verre. Elles se seraient quittées sur une dispute mais Elwin doutait qu’elles se seraient un jour réconciliées. Alors, haussant les épaules, elle partit.

Une semaine plus tard, elle se tenait devant la porte des Wang et appuyait sur la sonnette, espérant qu’ils vivaient toujours là et qu’ils ne la chasseraient pas, quatre ans étant passés depuis que son père avait trouvé la mort et elle ne savait pas où aller. Hélas, elle avait beau sonné, personne ne venait lui ouvrir alors elle se laissa tomber le long de la porte, s’asseyant sur le parvis, enfouissant la tête dans ses genoux, la main glissée dans son manteau, serrant la crosse du colt. Il était peu probable qu’un vampire ne l’attaque en plein jour mais le contact de l’arme la rassurait et sans s’en rendre compte, elle s’endormit, ne se réveillant que plusieurs heures plus tard lorsqu’un homme la secoua doucement.

« Que fais-tu là, jeune fille ? » demanda-t-il d’une voix aimable.
« Mon père m’avait dit de venir ici si j’avais un problème…
« Ton père ?
« Johan Morigan.
« Johan ? Cela fait bien longtemps que je n’ai plus entendu parler de lui…
« Il est mort… Ma mère aussi… Je suis la dernière.
« Tu es donc sa fille.
« Elwin oui.
« Et ta mère ? Elle sait que tu es là ?
« Non… Elle a été tuée. Il y a une semaine. Par un level E. » répondit-elle d’une voix dénuée d’émotions ; elle était comme morte à l’intérieur, ce qui n’avait rien de surprenant vu qu’elle avait perdu sa mère.
« Entre. Tu n’es pas allée voir la Guilde ?
« Non… » murmura-t-elle avant de se lever, ramasser son sac, s’écarter pour le laisser ouvrir puis entra à sa suite. Elle le suivit ainsi jusque dans la cuisine où il posa ses courses et attendit, se demandant si elle avait bien fait de venir.
« Tu es bien la fille de ton père. Il restait toujours planté comme ça devant des inconnus. » lui dit-il avec un demi-sourire, ce qui arracha un sourire triste, emplit de nostalgie à Elwin. Elle n’avait pas grand souvenir de son père, ne se rappelait pas de son visage. Il n’était qu’une silhouette réconfortante, parfois terrifiante, une voix dans le noir qui lui racontait des histoires. Elle n’avait rien pour se souvenir de lui, pas même son arme, sa mère l’ayant remise à la Guilde, prétextant qu’elle était trop bien pour elle, lui imposant de se contenter d’une arme si peu précise que toucher sa cible relevait du miracle. C’était pour cela qu’elle avait récupéré Hraesvleg, préférant revendiquer un héritage maudit et défier sa mère que de se plier à ses volontés ; elle voulait être reconnue, comme une chasseresse, comme l’héritière des Morigan, pas comme une moins que rien, une ratée à peine bonne à éplucher les pommes de terre comme le lui avait si souvent fait comprendre sa mère. Alors repenser à son père lui paraissait agréable et elle laissa tomber son sac, venant aider Wang.
« Il me manque. » dit-elle doucement en plaçant des oranges dans la corbeille en osier.
« Moi aussi… Il a eu une belle mort ?
« Je ne sais pas… Je crois…
« C’était un bon chasseur et un ami fidèle. Tu peux être fière de lui. » lui dit-il en posant une main sur l’épaule de la jeune fille qui ne répondit pas, regardant par la fenêtre le regard vague, des larmes perlant aux paupières. « Tu peux rester. J’expliquerai à ma femme et Mikoto, ma fille, sera heureuse d’avoir une grande sœur. » ajouta-t-il, confiant.
« Je… Merci…
« Je n’ai pas dit à Mikoto pour les vampires et les hunters. Gardes le secret s’il te plaît, je ne veux pas cette voie pour elle.
« D’accord… » répondit Elwin, comprenant sa volonté d’épargner à sa fille cette vie qui n’en était pas vraiment une. Les hunters apprenaient peut être depuis des générations à leurs enfants la haine des vampires et à les combattre, cela ne restait pas moins des meurtres et les vampires n’étaient pas tellement différents des humains. Un père qui ne voulait pas faire de sa fille une tueuse ne faisait rien d’autre que prouver qu’il aimait sa fille.

Venant de l’entrée, le bruit de la porte qui s’ouvrait puis se refermait se fit entendre suivie de la voix d’une femme assez jeune : « Chéri ? Nous sommes rentrées ! ». Une minute plus tard, une fillette de 5 ans aux cheveux blancs et au teint pâle jaillit dans la cuisine, s’apprêtant à se jeter vers son père avant de remarquer Elwin, s’arrêter et la pointer du doigt en disant « C’est qui ? », arrachant un sourire à la jeune chasseresse qui s’agenouilla pour se mettre à sa hauteur et lui répondre.

« Elwin Morigan. Mon père était un ami du tiens.
«  Mikoto. » répondit-elle en se désignant du doigt, souriant, visiblement pas effrayée par cette inconnue.
« Enchantée Mikoto. » lui dit Elwin en venant ébouriffer les cheveux de la petite, écoutant d’une oreille la conversation entre les deux adultes qui s’étaient un peu mis à l’écart.
« Ses parents sont morts. Elle vivra avec nous.
« Elle n’a pas de famille ?
« Non. Son père était un vieil ami, je lui avais promis de veiller sur sa fille si ce jour devait arriver.
« Tu la connais ? Tu penses que ça ira avec Mikoto ?
« Je ne l’avais pas vu depuis qu’elle avait trois ans. Et pour Mikoto je ne m’en fais pas…
« Espérons-le. » lui répondit madame Wang avant de se tourner vers la jeune fille et dire d’une voix aimable « Elwin, c’est ça ? ».
« Oui. Elwin Morigan. J’ai treize ans.
« On va t’installer. Tu viens ?
« Bien, madame. » répondit Elwin qui reprit son sac. Cela tombait à pic, elle commençait à se sentir fatiguée et avait bien envie de prendre une douche.
« Je peux venir ? » demanda Mikoto, arrachant un sourire à tout le monde et sa mère lui répondit amusée.
« Bien sûr ! ».

Elwin laissa passer la mère et sa fille puis leur emboîta le pas, les suivant dans les étages jusqu’à une chambre inoccupée, déposant son sac au pied du lit puis, tout en répondant aux questions qu’on lui posait, elle les suivit, visitant la maison, notant que sa chambre faisait face à celle de Mikoto puis dès qu’elle le put elle se lava et alla se coucher, s’endormant comme une masse, n’ayant pas beaucoup dormi les derniers jours.


Au début Elwin eut quelques difficultés à s’adapter à sa nouvelle famille, trouvant difficilement sa place. Les choses y étaient faciles, agréables ; personne ne venait dire d’elle qu’elle était une ratée à longueur de temps, elle ne se faisait pas enguirlander à la moindre bêtise, ce qui, les premiers jours, l’avait surpris. Et puis Mikoto et elle s’entendait bien, du moins au début car dès qu’Elwin commença à accompagner à la chasse le père de la fillette, jour après jour, celle-ci changea d’attitude à son égard, se montrant plus hostile. Elle l’accusait de lui voler son père mais si elle avait su  qu’Elwin, cette grande sœur adoptive qu’elle avait apprécié les cinq premières années l’a remplacé uniquement pour la tâche la plus ingrate et dangereuse qui pouvait être : traquer et tuer des vampires, elle aurait sans doute vue les choses autrement. Mais la chasseresse acceptait la situation, continuait de se montrer gentille avec elle, cherchait à l’aider comme elle pouvait, veillait sur elle comme la grande sœur qu’elle avait l’impression d’être, regrettant de devoir lui mentir mais tenant sa promesse. Mikoto pouvait bien la haïr, cela ne changerait pas qu’elle l’appréciait, elle comme ses parents ; ils lui avaient offert une vie, un toit où elle se sentait heureuse. Pourtant, ces instants de bonheur ne devaient pas être éternels car un jour, alors qu’Elwin qui venait de fêter ses vingt ans, était de retour d’une chasse solitaire contre deux level End qui n’avaient pas fait long feu dans la ville voisine, un autre vampire s’attaqua à la famille Wang, prenant par surprise le père, le tuant le premier avant de s’attaquer à la mère et il s’apprêtait à étancher sa soif insatiable sur Mikoto quand Elwin entra, le colt de sa mère à la main, visa la créature et tira, lui logeant une balle en pleine tête. Alors elle découvrit les cadavres et sa sœur adoptive, terrifiait. Elwin vérifia qu’aucun des deux n’étaient encore en vie mais elle n’eut pas la joie de s’être trompée alors, le cœur lourd, elle alla fermer la porte, pris Mikoto dans ses bras et l’emmena dans sa chambre, essayant de la réconforter comme elle pouvait, sachant très bien que même les meilleures mots ne changeraient rien ; elle ne pouvait que lui promettre de ne pas l’abandonner, de s’occuper d’elle. Ce serait difficile mais elle trouverait un travail qui rapporterait plus que ce qu’elle gagnait comme hunter, quitte à ne pas se montrer des plus morales et respectueuse de la loi ; elle ne pouvait pas l’abandonner.

Une bonne heure plus tard, lorsque Mikoto se fut assoupie, Elwin redescendit s’occuper des corps, maquillant froidement les marques des crocs à coup de tournevis, de telle sorte qu’un humain ne verrait rien d’autre qu’un meurtre odieux puis après avoir fait brûler dans la chaudière ses vêtements souillés de sang ainsi que le tournevis, elle se lava, se retenant de vomir après ce qu’elle venait de faire, retenant ses larmes, se demandant si son père n’avait pas raison est que Hraesvleg attirait le malheur. Mais c’était une simple et malheureuse coïncidence. A peine sortit de la douche et vêtue de propre, Elwin récupéra toutes les armes anti-vampires de la maison, les mit dans un sac puis sortit discrètement par la porte du jardin et les dissimula dans les branches d’un arbre avant de retourner à l’intérieur, ramassa les restes du vampire, les jeter dans les fleurs du jardin et appeler la police, racontant qu’elle était rentrée chez elle et avait trouvé ses parents adoptifs assassinés. Quelques heures plus tard, les corps étaient emmenés et Elwin mentit sur ce qui s’était passée, réveilla Mikoto, pris quelques affaires et l’emmena au poste de police jusqu’au matin où, dès qu’elle le put, elle annonça qu’elle s’occuperait de sa petite sœur, prétextant qu’avec l’héritage et son travail dans un café elle y arriverait et que c’était mieux qu’elles restent ensembles. Puis, une fois qu’elles furent autorisées à partir, Elwin fit un détour pour récupérer les armes et pris une chambre dans un hôtel pas trop chère le temps de l’enquête. Entre temps, elle manœuvra afin d’obtenir la garde de sa sœur adoptive avant d’enfin pouvoir se poser et laisser ses larmes couler.

Quatre ans plus tard, Elwin était devenue une jeune femme assez belle d’un mètre soixante-dix aux longs cheveux noirs qui tombaient en ondulant sous ses épaules, encadrant un visage doux et aimable dont les yeux verts reflétaient tristesse et compassion, contrastant avec sa peau mate. Elle était svelte et élancée, dotée d’une musculature sèche de formes attirantes qui n’étaient pas handicapantes pour manière l’épée. A cela s’ajoutait des lèvres rosées, souvent étirée dans un sourire de façade ou sincère, qui faisait naître deux petites fossettes aux commissures de ses lèvres et faisait se relever légèrement ses pommettes. L’enfant qu’elle avait été, qu’elle était toujours quelque part à ses vingt ans avait disparu, laissant place à une adulte qui aimait rire, regrettait de devoir se battre et tuer des vampires, parfois des humains, acceptant cette nécessité pour protéger Mikoto, même si celle-ci ne lui obéissait pas toujours, lui en voulait pour des raisons pas toujours justifiées. C’était sa seule raison de continuer à vivre, de se battre, ne croyant plus en une guerre qui, sans doute, n’avait jamais eu d’autres raisons que la peur et l’incompréhension ; elle aurait aimé la voir prendre fin, mais cela ne pouvait rien de plus qu’être un souhait irréalisable. Pourtant, certains y croyaient, tel l’ancien chasseur légendaire, Kaien Cross qui avait ouvert une académie où Elwin décida d’envoyer Mikoto, se disant que peut-être là-bas elle ne serait plus un monstre, que côtoyer d’autres hunters et des vampires l’aiderait à avancer mais en bonne grande sœur qu’elle se voulait être elle refusait de la laisser seule aussi postula-t-elle pour un emploi de surveillante ; elle n’envisageait pas enseigner, le ferait si nécessaire, pour donner un coup de main, dans la mesure de ses facultés. L’important était pour elle de pouvoir circuler librement dans l’enceinte de l’académie et restait proche de Mikoto.


Qui se cache derrière ce personnage ? ♪

• Prénom : Vous le savez déjà !
• Âge : 22 ans
• Présence sur le forum : régulière.
• Si tu as bien lu le règlement, mets le code qu'il contient : Tôga est passé là
• Est-ce ta première expérience en RP ? : Non.
• Où as-tu connu le forum ? : C’est Killian donc toujours pareil : Google.

Code (C) Natsume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari
♠ Admin ♠
♠ Admin ♠
avatar
Messages : 565
Points d'expérience. : 281

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Elwin Morigan   Ven 20 Avr - 23:45

Validé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Elwin Morigan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Piégés dans un train [PV. Tenshi, Koyen, Ako, Amy, Naomi, Elwin]
» Présentation de Elwin Dwant
» Présentation Elwin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Knight RPG :: POUR COMMENCER. :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: