Bienvenue à l‘Académie Cross, incarne un vampire ou un humain et viens vite nous rejoindre. Seras-tu la prochaine légende ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le son entre les mots [Elwin Morigan vs Mariko Akamura]

Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 9
Points d'expérience. : 7

Feuille de Personnage
Double-compte : Killian Norowa

MessageSujet: Le son entre les mots [Elwin Morigan vs Mariko Akamura]   Dim 26 Aoû - 19:53

La journée touchait à sa fin. Déjà le soleil disparaissait derrière l’horizon, illuminant d’ocre et de pourpre les nuages qui passaient paresseusement devant lui. Ces derniers ressemblaient étrangement à des dragons et monstres d’un autre monde, prêt à fondre sur la terre pour semer le chaos et la destruction mais ce n’était rien de plus que des nuages, de simples nuages. La menace, si encore s’en était une, ne venait pas du ciel mais des créatures peuplant cette terre. Depuis des siècles, des millénaires même, vampire et humains se livraient une guerre depuis les ombres. Et pourtant, certains, fous ou visionnaires, pensaient et croyaient pouvoir trouver un terrain d’entente, établir une paix entre deux races si différentes en apparence et pourtant si semblables. C’était là le rêve qui soutenait l’académie Cross, qui habitait son directeur, ses professeurs et plusieurs de ses élèves (et non tous puisque rares étaient les enfants du Soleil à connaître la véritable nature de ceux de la Nuit). Il en était toutefois qui, tout en connaissant la vérité, ne croyait pas en la paix, du moins pas en une paix durable. Elwin Morigan était de ses derniers. Elle souhaitait voir la fin de cette guerre qui n’avait guère plus de sens, si tant est qu’elle en eut un, mais elle pensait que ce n’était qu’un espoir illusoire, que ce ne serait jamais qu’une accalmie au cours d’une tempête.

L’on pourrait alors se demander pourquoi elle avait choisi, elle, descendante d’une lignée mourante de hunters, dont le passé avait été marqué par la violence de cette guerre éternelle, de travailler au sein de l’académie Cross, participer à ce rêve en tant que surveillante. Il n’y avait à cela qu’une raison : Elwin était là parce qu’elle y avait récemment inscrit sa sœur adoptive, Mikoto Wang et qu’elle préférait pouvoir la garder à l’œil, on qu’elle ne faisait confiance à sa cadette mais pour tenir une vieille promesse, faite autant à elle-même qu’aux défunts parents de Mikoto ; celle de la protéger.

Pour autant, Elwin ne passait pas son temps libre à arpenter les couloirs, guetter la moindre menace. C’était inutile, surtout qu’il y avait d’autres hunters sur les lieux et que les vampires (contre qui elle n’avait pas de rancœur) semblaient tenir à conserver la quiétude, sans doute discutable, de ce lieu consacré à l’enseignement mais aussi à voir si son idéal, son objectif n’était qu’un rêve ou était bien plus encore. Ainsi, lorsque ses fonctions ne lui demandaient pas de courir aux quatre coins de la propriété, elle appréciait se rendre à la bibliothèque, se poser dans un coin, si possible près d’une fenêtre et lire des livres, souvent jusqu’à des heures tardives. Et c’est ce qu’elle faisait ce soir-là, après avoir eu l’infâme plaisir de surveiller une classe pendant qu’un professeur s’absentait de sa classe. Cela n’arrivait pas si souvent mais le plaisir de surveiller une salle pleine de jeunes gens ne durait jamais assez longtemps pour protéger de l’ennui, surtout s’il n’y avait rien à leur inculquer à part l’art de murmurer pour discuter. C’est donc avec soulagement que la jeune Morigan accueillit la sonnerie et libéra les étudiants dans les couloirs et retourna à ses quartiers, pour récupérer les livres qu’elle avait récemment empruntée à la bibliothèque, et la valise qui abritait un violon passé d’âge, mais surtout, sous un double-fond, son épée anti-vampire. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il y ait des problèmes cette nuit ; c’était simplement sa prudence excessive, fruit d’une histoire familiale tragique, qui s’exprimait. De plus, elle aimait parfois se rendre dans les jardins pour faire vibrer les cordes de son instrument, lorsque la lune était haute dans le ciel.

C’est donc, une pile de livres sous le bras et une valise noir, à la forme du violon, qu’elle quitta sa chambre et prit la direction de la bibliothèque, s’arrêtant un court instant au milieu des jardins, goûtant au silence avant de repartir en se disant qu’elle ne jouerait sans doute pas ce soir. Lorsqu’elle poussa la porte de la bibliothèque, celle-ci était quasiment déserte. Seuls quelques élèves de la Day Class étudiaient dans un coin, lâchant parfois un commentaire ou un rire un peu trop sonore. Quant à la bibliothécaire, celle-ci n’était pas visible derrière son bureau et la jeune femme supposa qu’elle se trouvait tout simplement quelque part dans la bibliothèque, occupait à ranger des livres. Aussi Elwin prit une feuille de papier, un stylo et, après avoir listé les livres qu’elle avait emprunté, elle y prévint la gardienne des lieux qu’ils avaient tous rejoint leur place puis elle déposa la note bien en vue avant d’aller ranger ses livres et en prendre un nouveau qu’elle alla lire dans son coin favori, près de la fenêtre. Le livre était un recueil d’histoire de fantômes, de celles qui pouvaient faire froid dans le dos et vous pousser à croire que les soubresauts du rideau étaient provoqués par un fantôme et non le vent. Elle y trouvait là un certain amusement, un moyen de se rappeler que l’horreur pouvait aussi être imaginaire.

Elwin était arrivé aux dernières pages quand elle remarqua que la pièce avait été désertée de ses occupants et que l’heure des vampires était enfin venue. Elle aurait pu rentrer, quitter la pièce mais elle n’avait pas sommeil aussi décida-t-elle de rester encore un peu, et, comme il n’y avait pas âmes qui vivent, elle entrouvrit la fenêtre pour laisser l’air frais rentrer et sortit son violon, caressant un moment le bois vernis et peint d’une danse macabre, puis elle s’installa sur une chaise et commença à jouer le prélude à la suite numéro 1 en G de Bach, en laissant ses pensées s’envolaient bien loin, vers une époque révolue, celle où son père jouait du même instrument, comme son père avant lui.

La musique en question:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 6
Points d'expérience. : 1

Feuille de Personnage
Double-compte :

MessageSujet: Re: Le son entre les mots [Elwin Morigan vs Mariko Akamura]   Lun 27 Aoû - 12:43


Le son entre les mots
ft. Elwin Morigan
L'attente avait été longue avant que le Soleil finisse par se coucher. Comme chaque soir, les élèves de la Night Class avaient pu quitter leur dortoir sous la protection des deux chargés de discipline. Mariko ne comprenait pas vraiment l'engouement qu'avait les autres élèves pour les vampires. Bien sûr, le directeur lui avait parlé du fait que la plupart des élèves normaux ne connaissaient pas l'existence de leur espèce, mais cela ne l'empêchait pas de se poser des questions. Ses yeux ne voyaient pas la beauté vampirique de la même manière que ceux des humains, et la demoiselle s'imaginait donc qu'il en allait de même pour tout le monde.

Quoi qu'il en soit, malgré son arrivée récente, Mariko s'accommodait plutôt rapidement aux règles de vie de l'Académie qui s'avérait être plutôt simples. Bien que les sorties soient mouvementées et clairement bruyantes, ce qui changeait énormément de l'ambiance que l'on pouvait trouver dans le pavillon de la Lune. La fille aux cheveux blancs aimait beaucoup aller à ses cours du soir, c'était le moment le plus intéressant de la journée puisque le contenu était toujours passionnant ! En général, les cours commençaient directement après l'arrivée des vampires dans le bâtiment principal, mais ce soir là, ils n'avaient pas cours avant une bonne heure.

Studieuse, la demoiselle prit donc la direction de la bibliothèque, laissant ses camarades discuter en salle de cours. Elle n'aimait pas vraiment rester à parler de politique avec ses congénères, cela ne l'intéressait pas, bien qu'elle soit suffisamment ancienne pour y prendre part. La vampire aira donc dans le couloir pendant quelques minutes avant de trouver la porte qui l'intéressait. Avant même d'arriver devant, une mélodie attira son attention. En tendant l'oreille, elle s'aperçut qu'il s'agissait d'un air de violon, mais la musique jouée lui était inconnue.

La porte de la bibliothèque était entre-ouverte, Mariko la poussa et passa furtivement dans l'encadrement. Comme guidé par la musique, son corps avançait presque seul. Elle se stoppa net quand elle vit la jeune femme qui jouait de son violon. Elle était devant une fenêtre, on pouvait voir la Lune derrière elle qui l'éclairait de sa douce lueur. Malgré l'éclairage partiel, la vampire devina assez facilement que cette femme était d'une grande beauté.

N'osant pas interrompre la musicienne, l'élève de la Night Class resta plantée sur place, observant et appréciant le spectacle qui s'offrait à elle. Elle ignorait qui était cette femme, et les raisons de sa présence à une heure si tardive, mais peut lui importait. Mariko aimait simplement écouter de la musique depuis toujours, qu'importe la personne qui la jouait. Elle finit par fermer les yeux pour se concentrer uniquement sur le son du violon. Restant visible et vulnérable.
◊ Codé par Jo' ◊

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 9
Points d'expérience. : 7

Feuille de Personnage
Double-compte : Killian Norowa

MessageSujet: Re: Le son entre les mots [Elwin Morigan vs Mariko Akamura]   Lun 27 Aoû - 15:15

Perdue dans ses souvenirs, concentrée sur le son qui prenait vie sous ses doigts habiles, Elwin n’entendit pas la porte de la bibliothèque s’ouvrir pour laisser le passage à la vampire mais son instinct de chasseresse, lui, ne s’était pas assoupie et la rappela sur terre, non sans brusquerie et seule une parfaite maîtrise d’elle-même lui permis de ne pas faire de fausses notes alors qu’elle se concentrait sur ses sensations pour savoir si elle devait s’emparer du pistolet dissimulait dans une poche de son cache poussière en cuir rouge qu’elle avait posé sur la chaise à sa droite. Mais, assez rapidement, elle eut l’impression que la nouvelle venue n’était pas un danger, qu’elle ne faisait qu’écouter et observer. Aussi continua-t-elle à jouer, plus détendue, jusqu’à ce que la dernière note ne naisse et ne meurt dans le silence avant de reposer son instrument dans sa valise et se lever pour faire face à la vampire.

Elwin lui adressa un sourire aimable, l’étudiant d’un œil rapide, essayant d’en deviner un maximum sur elle avant que le moindre mot ne soit échangé. C’était, à n’en pas douter, une aristocrate comme le trahissait son air digne, que certains pouvaient confondre avec de l’arrogance mais ce n’était pas là quelque chose qui aurait modifié son attitude pour la vampire. Elle aurait fait preuve de la même politesse envers n’importe qui. Elle s’intéressa alors à son allure fragile et bien trompeuse car si la chasseresse avait bien retenu une chose c’était de ne pas se fier à l’apparence d’un vampire. Pour autant, celle-ci, avec sa peau en porcelaine, sa longue chevelure blanche et son bandage à l’œil droit, qui arrêta son attention un peu plus longtemps avant qu’elle ne se dise qu’il dissimulait certainement une blessure profonde, respirait la bonté et la bienveillance. En un mot, Elwin la trouvait ravissante ; peu lui importait qu’elle soit une vampire, cela n’en faisait pas une ennemie, un monstre pour autant. D’ailleurs, si cela se trouvait, cette vampire était plus innocente qu’elle.

« Approchez, j’espère ne pas vous avoir déranger par ma musique. » commença Elwin, posant ses yeux verts émeraude sur le visage de son auditrice. A présent, elle trouvait idiot d’avoir décidée de jouer dans la bibliothèque, lieu où le silence était de rigueur en général ; l’excuse d’y avoir été seule lui semblant subitement bien fragile.

« Mon nom est Elwin Morigan. Je suis surveillante ici, enfin dans l’Académie. » ajouta-t-elle aussitôt, avec amabilité et douceur alors qu’elle essayait de se rappeler les visages des membres de la Night Class et savoir à qui elle avait à faire. Toutefois elle n’avait pas encore eu le plaisir de la croiser sinon elle s’en serait souvenue ; elle devait donc être nouvelle. «  Vous cherchiez quelque chose peut-être ? » demanda finalement Elwin en réajustant son chemisier qui avait glissé sur la gauche pendant qu’elle jouait, dévoilant son épaule. C'était là la seule imperfection de sa mise, aussi simple qu'élégante, composée d'un chemisier ivoire, d’un pantalon moulant bleu nuit et de ses habituels rangers.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le son entre les mots [Elwin Morigan vs Mariko Akamura]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le son entre les mots [Elwin Morigan vs Mariko Akamura]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Relation entre les mots !!
» Conféssion entre frère et soeur [PV Chloé]
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Knight RPG :: ACADÉMIE CROSS :: Bibliothèque-
Sauter vers: